Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Au grand dam de Bagdad, le pétrole kurde alimente la Turquie et Israël

Bagdad a exprimé son mécontentement suite à la poursuite par le kurdistan irakien de l’exportation de son pétrole via un communiqué :

« Le ministère du Pétrole condamne fermement le fait que le gouvernement de la région du Kurdistan poursuive les exportations de pétrole irakien (extrait) des champs de la région, en violation flagrante des valeurs et principes du pays. Le ministère a pris une série de mesures pour dissuader les acheteurs, notamment des mises en garde adressées aux compagnies et aux marchés pétroliers en lien avec ces cargaisons, qui sont sorties clandestinement d’Irak. »

En début de semaine, le tanker United Emblem a transbordé le contenu de ses soutes dans le tanker SCF Altaï, au large de l’île de Malte. Ce navire a ensuite poursuivi sa route vers sa destination : le port israélien d’Ashkelon où il a accosté vendredi.

Cette manœuvre est destinée à brouiller les pistes et « rendre la transaction plus opaque, plus difficile à attaquer judiciairement » a expliqué un certain Patrick Osgood, chef du bureau kurde d’Iraqi Oil Report.

Un autre tanker le United Leadership, rempli d’un million de barils, devait livrer son pétrole brut à la raffinerie marocaine de la SAMIR dans le port de Mohammedia, mais en a été dissuadé par Bagdad et surtout Washington.

Ainsi, les autorités kurdes ont donc opté pour une destination moins lointaine et un acteur régional capable de faire fi des contraintes internationales. Toujours d’après M. Osgood :

« Les Kurdes devaient trouver un acheteur en mesure de résister aux pressions de Bagdad et Washington. »

Un troisième tanker de pétrole kurde a prévu de lever l’ancre dimanche.

Outre, la voie maritime, un pipeline permet depuis le mois de mai de fournir la Turquie en hydrocarbures vers le port turc de Ceyhan. Ankara ne fait pas mystère de sa relation économique avec cette région de l’Irak, et destine ce pétrole au marché international.

Le Kurdistan irakien produit 125 000 barils/jour et souhaite porter sa production à 200 000 barils/jour cet été, puis à 400 000 barils/jour à la fin de l’année. La construction de nouveaux sites de pompages est envisagée afin de porter le volume extrait à 1 million de barils/jour.

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le Kurdistan Irakien est placé au 10ème rang des réserves mondiales de pétrole . Après avoir fait détruire l’Irak, Israel vole, au su et au vu de tout le monde, son pétrole ! Depuis 2011 il y a des militaires et des drones israéliens au Kurdistan . Connivence contre nature entre des Kurdes Indo-Européens et les Sémites de l’entité sioniste . Barzani va peut-être devenir le "Monsieur 5%" du Kurdistan, comme Calouste Gulbenkian le fut après avoir obtenu 5% de la Turquish Petroleum Company en 1920, c’est à dire 5% de la production de pétrole Irakien .

     

    • Euuuh, je ne voudrais pas te contrarier Mehmet, mais si quelqu’un vole le pétrole du Kurdistan, c’est bien l’Irak, qui est supposé reverser 17% des revenus sur le pétrole du Kurdistan au gouvernement de la région et qui ne le fait plus depuis longtemps ... Vu que Bagdad n’est plus en mesure de gérer autre chose que le quartier parlementaire de la capitale, normal qu’ils le revendent par leurs propres soins, non ? Et figurez-vous que Bagdad, avec le soutien des américains, a fait des pressions pour que personne n’achète le pétrole des Kurdes ... Pression qui n’ont visiblement pas touché les turcs et les israéliens. Je sens bien que les gens n’aiment pas tellement les Kurdes par ici, mais un peu d’honnêteté, tout de même. Et c’est quoi cette allusion raciale ? Croyez-vous donc que la « connivence » entre les « sémites » arabes et les « indo-européens » kurdes est moins contre-nature que celle-ci ? Vous croyez pas que d’autres « indo-européens » ont déjà massacré d’autres « indo-européens » (rappelons que c’est un terme linguistique qui ne décrit pas de réalité génétique, il semble que ça vaille le coup puisque la masse semble un peu confuse à ce sujet) comme les Kurdes ou les Arméniens ? Et ça, ça ne vous semble pas contre-nature ?


  • L’histoire remarquera que l’apogée des peuples de la région s’est faite dans l’unité au sein d’un même empire et d’une même religion.

    Et que l’ethno-centrisme et la laïcité sont concomitants à leur dégénérescence.


  • autant je comprend la tactique israélienne : tout faire pour emmerder les chiites irakiens, alliés de l’Iran, autant j’ai du mal à comprendre l’alliance entre la Turquie et ses ennemis Kurdes.

    Sur le principe je trouve cela dramatique, car cela va pousser les régions pétrolifères à travers le monde à entrer en conflit avec leur gouvernement central afin d’obtenir l’independance et garder pour eux, la rente pétrolière.

     

    • Bah c’est pareil que pour Israel : pour emmerder les chiites ; il ne faut pas oublier que Erdogan pense avant tout en termes de sectes religieuses et non de nations. Il faut rajouter à cela un autre point, qui est que la Turquie compte sur le Kurdistan irakien pour coopérer avec elle dans la lutte contre le PKK. En gros, ils achètent le pétrole, ils font des affaires avec eux, et leurs demandent en échange de ne pas servir d’asile ou de refuge à leurs "frères" de Turquie...


  • Sous Saddam,
    l’Irak était le seul pays arabe qui donnait du pétrole à bas prix aux marocains sunnites maintenant Al Maliki en fait bénéficier les iraniens.

     

  • Il faut dire que le gouvernement de Bagdad est supposé reverser 17% des revenus pétroliers au gouvernement de la région semi-autonome du Kurdistan (d’où provient la majeure partie du pétrole d’Irak). Et que voilà des mois et des mois qu’ils ne reversent plus rien à Bahār. Donc bon je sais bien que les Kurdes n’ont pas autant de valeur que les Arabes (humour, je précise) mais à la fin, on comprend l’exaspération des premiers ... Même 17 pauvres pourcents sur leur propre pétrole, ils ne les touchent pas ! On appelle cela de la spoliation. Vu que Bagdad ne maitrise plus grand chose, eh bien voilà le résultat. De toute façon Bagdad est la capitale d’un état chimérique qui a tenu quelques décennies après la décolonisation, mais est-ce vraiment surprenant que, privé d’un chef fort — et psychopathe — il implose ? On sait tous très bien que Sykes-Picot ne respectait aucunement les frontières naturelles et les réalités sur le terrain.

     

    • Ridiculous, le Kurdistan n’est pas considéré comme un état, donc ce n’est pas "son" pétrole, c’est celui de Bagdad vu qu’il est dans le sous-sol Irakien... il y a des accords d’autonomie régional qui spécifie que la région doit toucher directement 17% et les utiliser comme bon lui semble mais qu’elle n’a pas le droit de vendre son pétrole à n’importe qui n’importe comment, il lui faut l’autorisation du ministère du pétrole à Bagdad avant de conclure des transactions, point de détails qui n’a pas été respecté, ni la marge de 17%, les Kurdes ont gardé 100% sur certaines transactions au black avec la Turquie, donc légalement ils doivent du pognon à l’état central qui s’est vu contraint de se rembourser sur la bête. Cette situation risque de dégénérer en guerre civile avec l’état central, voir en guerre tout court, si ça pourrit plus et que ça commence à semer le désordre dans les pays riverains, la Turquie et l’Iran.
      D’autre part dans l’article présent, il est question de ne plus non plus rendre de compte à l’état central pour les quotas de production et ça c’est contraire aux règles de l’OPEP ! Il faut que le peuple Kurde fasse attention à bénéficier de solides protections de la part de ses amis Turcs et Israëliens car, on le rappel, c’est la rupture des règles de l’OPEP qui a provoqué la 2eme intervention Américaine, le démembrement de l’état Irakien et la situation actuelle. Ça m’étonnerai que les USA aient claqué 2000 milliards de dollars pour se retrouver 10 ans plus tard avec des gens qui refusent de suivre les règles de l’organisation qui permet au dollar d’être la monnaie de référence internationale, ils sont hautement susceptibles d’imposer des "sanctions" à un moment donné, c’est pour ça que Total n’ose plus s’approcher du pétrole Kurde.


  • Quand on regarde la carte fournie par Pierre Hillard sur le remodelage du proche orient, on voit que le Kurdistan a un acces a la mer noire
    ils ont pense a tout


  • Tout le monde sait en Turquie que la famille Barzani qui dirige le kurdistan irakien est d’origine juive. Je tiens à dire également que les israéliens sont des slaves juifs ou des berbères en majorité. Les sémites sont les arabes,les arméniens,les chaldéens ...