Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Au moins 25 % du budget de l’UE doivent être consacrés à la lutte contre le changement climatique

La présidente de la Commission européenne veut qu’au moins 25 % du budget de l’Union européenne soient consacrés à la lutte contre le changement climatique.

 

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a réclamé mercredi des moyens financiers pour son Pacte vert dans le prochain budget à long terme de l’Union amputé par le Brexit, avant un sommet difficile des 27. Les États membres vont devoir tenter de trouver un compromis sur le prochain « cadre financier pluriannuel » de l’UE (2021-2027) lors de cette réunion du 20 février.

« Le temps nous est compté, si nous n’avons pas un budget cohérent dans les prochaines années nous ne serons pas en mesure de réaliser les nouvelles priorités que nous nous sommes fixées », a déclaré Ursula von der Leyen devant le Parlement européen.

Elle a appelé à « trouver un équilibre entre nos anciennes priorités et nos nouvelles priorités » et réclamé « qu’au moins 25 % du budget soient consacrés à la lutte contre le changement climatique ».

 

Neutralité climatique en 2050

Dans le cadre de son nouveau Pacte vert, l’exécutif européen veut faire en sorte que l’Union européenne devienne le premier continent à atteindre la neutralité climatique en 2050. Mais certains États membres ne veulent pas pour autant rogner sur l’argent alloué aux anciennes politiques, comme le fonds de cohésion ou la politique agricole commune, alors qu’en parallèle, le départ du Royaume-Uni de l’UE va laisser un manque à gagner.

« En tant qu’union de 27 membres, nous disposons de moins de ressources, il s’agit de 75 milliards d’euros de moins pour les sept années à venir et en même temps, nous avons plus de défis communs », a insisté la présidente de la Commission. La négociation du cadre financier pluriannuel, qui fixe un plafond budgétaire à long terme, est un casse-tête pour l’UE.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a convoqué une réunion extraordinaire le 20 février, pour tenter de définir une position commune unanime des États membres, qui doit recueillir l’accord du Parlement.

Le Parlement défend un budget à 1,3 % du revenu national brut de l’UE, tandis que la Commission préconise 1,114 % (soit un budget de 1134 milliards d’euros à prix constants de 2018, ou 1279 milliards d’euros à prix courants), mais certains États ne veulent pas entendre parler d’un budget de plus d’1 %.

 

Vote

À la mi-journée, le Parlement doit voter sur ses exigences, notamment une augmentation des ressources propres de l’Union (impôts et taxes européens) pour qu’elle soit moins dépendante du bon vouloir des États à mettre au pot.

« Nous ne pouvons pas nous entendre sur des belles ambitions un jour et le lendemain limiter nous-mêmes notre capacité à les atteindre. Il en va de la crédibilité de l’Union européenne », a déclaré l’eurodéputé centriste roumain Dacian Ciolos, chef de file du groupe Renew.

 

Un climat très politique, sur E&R :

 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • L’arnaque du siècle ! lutter contre des chimères .Sacré programme .Il faut être sacrément prétentieux, mais avec l’argent du contribuable, ils peuvent tout se permettre .La prochaine fois, c’est quoi, parce que la terre ne tourne pas dans le bon sens et a la bonne vitesse .
    Prendre les gens pour des cons, c’est un métier aujourd’hui .En tout cas , ça rapporte...
    Ils nous vendent des produits industriels qui polluent, où nous payons des taxes très chères, pour ensuite nous dire qu’elles polluent .Si c’est le cas, alors, il faut arrêter de les vendre .Si la mondialisation des marchandises pollue, alors il faut en arrêter le commerce et produire chez nous comme par le passé , et manger des produits de saison sans pesticide .Pourquoi payer des taxes sûres de l’importation qui servent à engraisser les G surfaces et à polluer la planète, si c’est le cas ?
    Seulement, ils veulent gagner sur les deux tableau

     

    Répondre à ce message

  • > Témoignage d’une agricultrice bio

    > Le démantèlement d’un éolienne de 2 MW sans compter le béton en armé indestructible, est à la charge du propriétaire du terrain, commune ou particulier.

    > J’ai 35 ans, je suis agricultrice bio en Auvergne. Il y a deux ans, j’ai été contactée par une entreprise privée qui avait pour projet d’installer un parc d’éoliennes dans ma commune.

    Je les ai reçus avec joie ! J’avais hâte de participer à un projet écologiste et d’apporter mon grain de sel à la fin du nucléaire.

    > - Première surprise : je m’attendais à rencontrer un représentant de l’État, ou de la préfecture pour ce genre de projet (l’énergie est, il me semble, le bien de tous et nous sommes tous concernés).

    > En fait, il n’en était rien : c’était bien une entreprise privée financée par des fonds de pensions étrangers qui était chargée du projet.

    > Un peu bizarre, mais, après m’être renseignée, je me suis aperçue que tous les projets étaient tenus par des sociétés privées qui prospectent un peu partout en France pour chercher des terrains où placer des éoliennes.

    > Je pensais donc que cette société voulait m’acheter un bout de terrain, un peu comme un promoteur immobilier « du vert ».

    >
    > > - Deuxième surprise : la société envisageait effectivement d’implanter une éolienne chez moi, mais elle ne voulait « surtout pas » me déposséder de mes terres. Elle voulait seulement louer le terrain. Et cela, pour une somme absolument mirobolante : 30.000 euros par an pour deux éoliennes implantées.

    > Mes revenus actuels sont de 1.500 euros par mois, pensez-donc, 30.000 euros net par an et pendant 20 ans !

    > Pendant 20 ans.. 30.000 qui tombent tous les ans et je participe à l’écologie nationale. Un rêve !

    > La société a insisté pour que je signe « rapidement », car d’autres agriculteurs pouvaient être aussi intéressés. A 30.000 euros par an, je n’en doutais pas une seconde. Mais.. je suis auvergnate, et par nature, méfiante, « ils veulent payer 75 fois le prix de la terre sans la posséder ? Ici ? Là où nos terres ne valent pas grand-chose ? Il y a un loup quelque part ».

    >

     

    Répondre à ce message

  • (Suite)
    > > Alors j’ai cherché le loup. Et je l’ai trouvé en demandant un nouveau rendez-vous avec la société. Je leur ai demandé un contrat du bail. Et j’ai lu toutes les petites lignes.

    > Et voici la question que je leur ai posée : au bout de 20 ans, que se passe-t-il ?
    > > Une réponse très floue : .... on ne sera plus là, car on revend nos implantations à des entreprises étrangères (chinoises notamment). Mais comme la loi nous demande de prévoir le démantèlement de l’éolienne. Nous vous provisionnons 50.000 euros pour vos deux éoliennes.

    >
    > > Parce que, bien entendu, au bout de 20 ans, une éolienne, elle est en fin de course, foutue et il est stipulé de la démonter.

    >
    > > Ah bon, alors j’ai fait venir plusieurs entreprises spécialisées dans le démantèlement des éoliennes.

    >
    > > Résultat : devis pour une éolienne (hauteur 80 mètres), le coût minimum est de 450.000 euros par éolienne, à charge du propriétaire du terrain.

    > Et s’il ne peut pas payer ? Comme il s’agit d’une éolienne industrielle, l’État se retourne contre le propriétaire, puis contre la commune.

    > Je fais un rapide calcul : le projet d’ensemble de ma commune de 200 habitants comprend 7 éoliennes, soit 450 000 x 7 = 3.150.000 de dette pour la commune.

    > C’est la faillite pour tous.

    > Ensuite je me suis demandé pourquoi cette société voulait implanter des éoliennes dans un endroit où il y a si peu de vent.

    > Réponse : en effet, il n’y a pas assez de vent, mais nous allons construire des éoliennes beaucoup plus hautes... 80 mètres de haut.

    > Fort bien. Pour des éoliennes qui ne tourneront que 25 % du temps, c’est pas très rentable..

    > Mais, comment se fait-il que des fonds de pension s’intéressent tant à l’éolien en France ?

    > Tout simple ! En France, une loi exige que l’énergie verte des éoliennes soit achetée en priorité deux fois le prix des autres énergies (l’hydraulique, qui est pourtant totalement vert, n’a pas ce privilège !).

    > Donc, c’est intéressant pour les investisseurs étrangers, sans doute en pleine complicité avec notre gouvernement car, qui paye cette différence ? ...C’EST NOUS !

    > Regardez bien votre facture EDF, il y a une petite ligne qui indique que nous « participons au développement de l’énergie verte ».

     

    Répondre à ce message

  • (Suite)

    > En fait, nous finançons des actionnaires étrangers.

    > Ah oui ! Je ne vous ai pas tout dit ! Cette énergie est essentiellement destinée à être exportée, donc pas du tout destinée à faire fermer les centrales nucléaires.

    > Ça, les actionnaires s’en fichent totalement. Moi pas !

    > Le développement de l’éolien en France va coûter 75 milliards d’Euros financés par nous-mêmes pour détruire nos paysages, notre tourisme, la valeur de nos biens immobiliers et nos parcelles cultivables. Avec cet argent, l’état pourrait redistribuer à chaque français une part pour isoler dignement son logement. Nous pourrions ainsi fermer 18 réacteurs nucléaires. Mais ça, ça ne rapporterait rien aux actionnaires.

     

    Répondre à ce message

    • Merci beaucoup, dixi, de nous avoir fait connaître ce témoignage éclairant !

       
    • Merci pour votre témoignage que je connaissais pour l’avoir déjà lu sur un forum, et qui aborde un des aspects du scandale éolien.
      Je précise que les machines font maintenant plus de 200m de haut, ce sont les pales qui font 70m de long. La distance minimum aux habitations n’a pas évolué par contre. Tjs 500m
      Je m’étonne que E.R ne consacre pas plus d’articles à ce sujet qui n’a rien d’anecdotique
      Ce qui se passe dans les campagnes françaises est dramatique.
      Ces monstres d’acier écrasent tous les paysages sur des dizaines de km. Leur totale inutilité (écologique) a été maintes fois dénoncée et officialisée par le rapport de la dernière commission parlementaire sur le sujet.
      Les témoignages d’éleveurs dont le cheptel est décimé se multiplient,
      Les riverains souffrent et développent de plus en plus de pathologies,
      La problématique des infrassons (qui s’accentue avec le gigantisme) est complètement tue par les autorités. Ces projets sèment partout corruption et zizanie. La justice administrative est devenue objectivement complice des promoteurs, les lois sont d’ailleurs modifiées, assouplies, pour faciliter les implantations. Les dérogations pour destruction d’espèces protégées sont accordées sans difficultés, Le patrimoine immobilier des riverains est totalement dévalorisé sans aucune compensation, etc.. etc..
      Il y a actuellement une "consultation publique" relative à la PPE, sur le
      site du ministère de la transition machin bidule. Aussi une pétition initiée par Causeur adressée au Président.
      Il paraît que le "consensus sur l’éolien" est en train de nettement s’affaiblir.. La bonne blague !

       
    • Je crois que l’on paye en fait l’électricité des éoliennes 3 fois plus cher . Nous devons ce cadeau (à nos frais) à des actionnaires étrangers à l’imbécile - ou pourri ? - Yves Cochet quand il a fait voter cette loi obligeant EDF à racheter l’électricité des éoliennes à ce tarif exorbitant, en 2002 . Le crétin-pourri Macron a décidé d’en implanter 10 000 de plus !

       
    • Il faut comprendre que l’energie verte n’exite pas a par la chaise longue au soleil.
      En fait cela nous coute encors plus cheres car ces entreprises deficalisent et personne ne nous donnent les chiffres .
      https://www.contrepoints.org/2010/1...

       
  • La même racaille ( ou leurs descendants ) qui nous pompaient les burnes au sujet du "progrès " dans les années 50 / 60 , sans lequel ont seraient ( selon eux ) tous des ploucs attardés , sont maintenant à nous les pomper , et surtout à nous (re)faire passer à la caisse , pour les problèmes que ce fameux " progrès " aurait engendré !!!

    La seul constante , c’est que c’est toujours la même clique de grandes gueules , et surtout , qu’il faut ... passer à la caisse !!!

     

    Répondre à ce message

  • Elle est plus belle et plus présentable que notre Loiseau en tout cas ...

     

    Répondre à ce message

  • L’Europe est responsable d’environ 10% des rejets de gaz à effet de serre... Alors ?

     

    Répondre à ce message

  • Arnaque monumentale

     

    Répondre à ce message

  • Non seulement ce sketch nous casse les oreilles, mais en plus ca va nous couter bonbon ! Là vraiment , il est grand que ca s’arrête....

     

    Répondre à ce message

  • Vivement que la planete se rechauffe un peut plus .Plus besoins de chauffage ni d’isolation

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents