Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Au premier jour de son mandat, Trump retirera les États-Unis du traité transpacifique

Donald Trump a dévoilé, lundi, les premières mesures qu’il prendra dès son entrée à la Maison Blanche, le 20 janvier. Le président élu, opposé à la mondialisation, a notamment annoncé un retrait des États-Unis du Traité commercial transpacifique.

 

La déclaration du président américain (en anglais non sous-titré) :

 

On sait déjà à quoi ressemblera le premier jour de la présidence de Donald Trump. Le président élu a présenté, lundi 21 novembre, les premières mesures qu’il prendra dès son arrivée à la Maison Blanche. L’une d’elles prévoit notamment le retrait des États-Unis du Traité commercial transpacifique (TPP) et une enquête sur les conditions d’octroi des visas de travail.

Le milliardaire, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, a expliqué dans une une vidéo son intention de se retirer du TPP, qualifié de « catastrophe en puissance » pour les États-Unis. Pendant la campagne électorale, le magnat de l’immobilier n’a jamais caché son hostilité vis-à-vis du TPP et contre l’Aléna (Accord de libre-échange nord américain) qu’il considère mauvais pour l’emploi.

Signé par 12 pays d’Amérique, d’Asie et d’Océanie dont les États-Unis, l’Australie et le Japon mais pas par la Chine, le TPP n’a encore été ratifié par aucune des parties signataires.

Donald Trump entend remplacer le TPP par des accords commerciaux bilatéraux qui « ramèneront l’emploi et d’industrie sur les terres américaines ». « Mon programme sera fondé sur un principe central simple : mettre l’Amérique d’abord », assène-t-il dans la vidéo.

Lire la suite de l’article sur france24.com

 


 

Face à Trump, la Chine veut imposer sa vision du libre-échange en Asie

Pékin propose à ses partenaires d’Asie de nouveaux accords commerciaux pour remplacer le projet de Partenariat transpacifique (TPP), compromis par l’élection de Donald Trump.

 

La Chine prépare le plan B pour contrer Donald Trump. Depuis le sommet de l’Organisation de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) qui se tient au Pérou, Pékin a fait savoir à ses partenaires commerciaux de la région Asie-Pacifique qu’elle était prête à assumer le leadership des négociations de libre-échange face aux projets protectionnistes du président américain élu.

« Nous n’allons pas fermer la porte au monde extérieur mais l’ouvrir encore plus largement, a lancé le président chinois Xi Jinping. Nous allons nous assurer que les fruits du développement soient partagés ».

Ce dernier a appelé les dirigeants de cette partie du monde à soutenir les initiatives chinoises de libre-échange en Asie-Pacifique, pour combler le vide laissé par le probable abandon de l’accord de libre-échange TPP par les États-Unis. Le TPP, signé en 2015 par 12 pays (États-Unis, Canada, Mexique, Chili, Pérou, Japon, Malaisie, Vietnam, Singapour, Brunei, Australie et Nouvelle-Zélande), sous l’impulsion de Barack Obama, exclut la Chine.

Il vise à harmoniser les normes entre ces pays et supprimer des droits de douane. Aux États-Unis, le processus est compromis par l’arrivée au pouvoir de Donald Trump qui pendant toute sa campagne a fustigé ce « terrible » accord commercial et promis à son électorat un tour de vis protectionniste pour protéger les emplois américains contre la concurrence de la Chine ou du Mexique.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Mondialisation du commerce et des conflits sur Kontre Kulture

 

La domination du commerce mondial en jeu, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est du vent !!! Trump ne fera que remettre sur le métier les négociations avec les pays asiatiques...mais en aucun cas, il ne fera machine arrière : les Américains sont trop impliqués avec les chinois...

     

    • @la pythie,
      Alors là ça m’étonnerai que Trump fasse demi-tour... Les bénéfices des délocalisations et des externalisations ne vont qu’à un petit groupe bien connu d’apatrides et Trump sait qu’il doit gérer 100 millions d’américains sans revenus. Il n’a donc pas d’autre choix que de réindustrialiser les US et relancer un marché intérieur en berne. On doit d’ailleurs faire pareil...
      Jérusalem ne sera pas demain la capitale du monde, n’en déplaise à la pythie...


    • Les gars vous me donnez l’impression de ne pas trop comprendre ce qui est entrain de se passer...


    • Ben éclaire-nous, goy pride...on t’en prie, n’hésite pas...


    • La pythie devrait sérieusement s’informer avant de parler...enfin, comme d’habitude. ^^

      Comme l’explique très bien Rougeyron (avec qui je ne suis pas d’accord sur tout, notamment la question de l’Islam, mais qui ne s’est pas trompé jusqu’à maintenant sur la politique internationale et nationale, ainsi que sur l’économie) : ceux qui font le plus gros forcing sur les traités de libre-échange, ce ne sont pas forcément les USA.
      Pour ce qui est du TAFTA, on sait aujourd’hui que c’est l’Allemagne et notamment les milieux d’affaires allemands qui veulent à tout prix remettre un pied sur le territoire américain après en avoir été chassés en 2007-2008 au début de la crise des subprimes. Le TAFTA désavantage les peuples européens par rapport aux américains, mais il y a une réciprocité, il permettrait aux banques allemandes de pouvoir recommencer aux USA toutes leurs arnaques. C’est bien pour cette raison que c’est l’UE (donc l’Allemagne) et les milieux d’affaires américains qui veulent ce traité. Le gouvernement US, pas forcément et les peuples européens, certainement pas.

      Pourquoi croyez-vous qu’il prenne tant de temps à être négocié ?

      C’est la même chose pour le TPP, ceux qui y sont le plus favorables, ce sont : les bellicistes américains, la Bank of Japan, sans être aussi dangereuse que les banques allemandes, ainsi que bon nombre de gouvernements de petits pays asiatiques, pas forcément soucieux du bien-être de leurs peuples (je pense notamment à l’Indonésie : quand on fait fabriquer des Nike à des enfants de 12 ans, hein ?..) mais effrayés par la Chine.

      Gros problème, celui-ci implique de faire du commerce avec tous sauf avec la Chine, or, dès qu’un gouvernement un peu populaire, comme celui de Duterte arrive au pouvoir, il exige de pouvoir commercer avec la Chine s’il le veut (beaucoup d’entreprises philippines dépendent du commerce international, y compris avec Pékin), ce qui remet en cause le TPP. Cela explique la fronde anti-US (en apparence) de Duterte. Tout ce qu’il veut c’est pouvoir être maître des liens commerciaux de son pays. C’est pourquoi Trump peut se permettre de taper sur le TPP, il essaie de faire tenir ensemble des pays qui fatalement auront des gouvernements qui s’y opposeront ; et comme les milieux d’affaires américains sont très puissants mais pas omnipotents, cela ne peut pas fonctionner sur le long terme ce genre de partenariat forcé.


    • (suite)

      On peut dire que Trump joue sur du velours et ne prend pas de grands risques (pas fou, le gars, il se souvient de ce qui est arrivé à JFK).

      Il dénonce des traités de "libre"-échange (en fait, d’échanges fermés) incapables d’être appliqués sur le long terme avec tous.

      Il dénonce un Obamacare très impopulaire qui force les pauvres à prendre une assurance privée tout en se faisant passer pour un système généreux "à la française".

      Il dénonce le bellicisme (donc l’OTAN) alors que, si vous regardez-bien ce qu’ont donné les différentes élections depuis 8 ans : tous les candidats bellicistes (Romney, Hillary) ont été battus à plate couture, preuve que le peuple et une bonne partie de l’establishment ne veulent plus de ces sanglantes batailles de Falloudjah ou de ces alliances perverses avec les terroristes.

      Jusqu’à maintenant, le Trump ne prend AUCUN risque ! Et c’est ça qui est beau ; on vit dans un monde occidental devenu tellement fou (suffit de lire les journaux et d’écouter BFM TV) que la simple normalité, la politique un tant soit peu rationnelle, devient réellement révolutionnaire et inédite.

      Trump n’a jamais dit qu’il était ami avec Poutine, il n’a fait que dire qu’il voulait des relations NORMALES entre les USA et la Russie...et ça suffit pour le faire passer pour un agent de Moscou.

      Autre chose, les journalistes semblent trépigner à l’idée de voir Trump capituler sur ceci ou cela, se plier, trahir, etc.
      Ils oublient une chose. La vraie force de sa politique n’est pas l’action mais bien l’inaction.

      Un président a besoin du congrès pour pouvoir déclencher une guerre, par exemple.
      Mais il n’a pas besoin du congrès pour NE PAS déclencher de guerre.
      Et l’inverse n’est pas possible : le congrès ne peut pas déclencher une guerre sans l’aval du président.

      Sa seule présence à la maison blanche peut générer un blocage suffisant pour couper les ailes des faucons néo-conversateurs pendant 4 à 8 ans.

      Est-ce que vous vous en rendez compte ?


  • Les plans de l’ancienne administration de créer des zones économiques exclusives par grands blocs avec comme seule point commun les Etats-Unis étaient quand même un peu gros...

     

    • Trump va donner sur un plateau à la Chine toute l’Asie car sans cette accord trans-pacifique, qui était bon pour les USA et mauvais pour les autres, la Chine a la voie libre pour imposer son bloc commercial où elle sera le centre.
      Pour rappel la Chine est un État policier a parti unique(dictature ?) où tout est censuré surtout sur internet. Pas sûre que les gens veulent ce genre de pays comme tête du monde.


  • Donald Trump, a raison : l’Amérique d’abord pour les américains. Mais ici il doit en être de même : La France d’abord pour les français et leurs intérêts. Et ainsi de suite pour tous les pays du monde, qui doivent être libres de passer des accords commerciaux bi latéraux, avec qui leur semble bon.

    Au diable le mondialisme, et toutes les misères qu’ils génère pour tous les peuples, au profit d’une petite minorité de financiers sans scrupule.


  • Le Figaro et France24 retiennent le retrait du TPP et les restrictions sur l’immigration, mesures de bon sens, mais ne mettent absolument pas l’accent sur une annonce qui me semble tout aussi intéressante : Trump annonce qu’il impose une interdiction à tout membre de l’administration de se livrer à des activités de lobbying pendant 5 ans après leur sortie de poste, et une interdiction à vie pour ces mêmes membres de pratiquer le lobbying de la part d’un gouvernement étranger.
    Sur le plan stratégique (aussi bien géopolitique qu’économique, à l’intérieur et à l’extérieur), c’est une mesure qui ne manque pas d’intérêt.
    Évidemment, ça laisse rêveur quand on pense à Bruxelles, la ville aux 30 000 lobbyistes...

     

  • La puissance économique dominante d’une époque est toujours libre-échangiste : voyez l’Angleterre après 1815, N°1 mondial, qui voulait inonder la planète avec ses productions, forte de son avance technologique . C’est pour protéger son industrie naissante de la concurrence anglaise que les USA d’alors s’entourèrent de très hautes barrières douanières et protectionnistes . Le fait que les USA renoncent au libre échange aujourd’hui est un très mauvais signe, en fait ils redoutent la concurrence chinoise .


  • C’est quoi le changement ?
    Dans le Traité transpacifique, c’était déjà "les USA d’abord"
    Il vont juste se faire enfler, mais officiellement cette fois.

     

    • Pas forcément, le libre échange aujourd’hui, c’est plus de pouvoir aux multinationales. En Europe les grandes entreprises ne payent que 8% d’impôts contre 30% aux PME.


    • @Ben
      oui ça veut simplement dire que Trump va court circuiter certaines multinationales américains au profit des grandes multinationales chinoises, qui elle sont contrôlés directement par le parti unique de la Chine qui censure déjà tout de A à Z là bas. Si il y a bien un pays dans le monde qui est déjà très avancé dans l’Orwellisation, c’est bien la Chine alors pas sûre que ce soit une bonne nouvelle que Trump veuillent retirer les américains de l’Asie au grand plaisir du PCC.


  • Dans la vidéo il dit aussi qu’il prévoit, au cours des 100 premiers jours, une mesure visant à exclure pour 5 ans de toute fonction officielle ceux qui en quittant une telle fonction passe dans le lobbying, et exclure à vie de toute fonction officielle ceux qui passe dans le lobbying au service du nation étrangère. Pas mal.

    A ceux qui pensent qu’il ne fera rien qui aille dans le bon sens ou au contraire que ça va être extraordinaire, qu’ils se rappellent qu’il n’est pas nécessaire de trancher maintenant ; il suffit de se tourner les pouces et d’attendre...


  • Qu’il ne s’arrête pas en si bon chemin et fasse de même avec le TAFTA !!

     

  • Du coups il faut acheter des actions d’Airbus. Si la Chine n’achete plus Boeing, celles-ci ont des chances de monter.

     

  • Espérons qu’il tienne cet engagement !


  • Il faut simplement comprendre que c’est juste la « mixité » des accords commerciaux qui est prise en compte dans la décision de Trump. Mais rien n’en revanche en ce qui concernera l’allégeance et la liquidation des institutions judiciaire et parlementaire des pays concernés, qui resteront toujours en faveur des États-Unis.

    En résumé, la politique américaine reste la même, c’est juste le style d’approche qui change.

     

    • Le problème n’est pas le patriotisme de Trump... Le problème c’est l’anti-patriotisme de ceux qui nous dirigent de ce côté-ci de l’atlantique.

      Défendre les intérêts des français n’est pas son rôle... S’il annonce vouloir bien défendre les intérêts de ses compatriotes, on ne peut pas le blâmer pour cela. bien au contraire...


  • Formidable ! Même Mélenchon, qui est PROCHE DU PEUPLE !, n’aurait pas osé aller aussi loin !


  • ET en même temps il dit que l’Europe devra payer sa facture si elle veut que les américains continue d’assurer sa défense...

    (On peut dès lors s’interroger sur les moyens de pression)

    Il y a des choses quand même à décoder dans certains discours...
    Est ce que les états unis sont encore dirigée par une politique de mandat
    ou d’agenda ?

     

  • Signé par 12 pays d’Amérique, d’Asie et d’Océanie dont les États-Unis, l’Australie et le Japon mais pas par la Chine, le TPP n’a encore été ratifié par aucune des parties signataires.

    le TPP n’a encore été ratifié par aucune des parties signataires.

    Que dire de plus.... !!!!!

    Je réitère : le TPP n’a encore été ratifié par aucune des parties signataires.

    J’en rajoute une couche : le TPP n’a encore été ratifié par aucune des parties signataires.

    Pour moi c’est clair, Le TTP changera encore et toujours de non du genre : TWZ, AZE, RTY, UIO, et ne sera jamais ratifié.

    Le TTP c’est de la pisse de chameaux mort de soif sur la planète DUNE


  • C’est Henri de Castries et son théâtre de marionnettes pour amuser la populace qui doit faire grise mine.


Commentaires suivants