Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Autonomie, permaculture : Piero San Giorgio visite une BAD dans le Jura

Piero San Giorgio visite une Base Autonome Durable dans le Jura : Victor et sa famille y vivent de leur production agricole et de leur micro-brasserie.

 

 

À lire chez Kontre Kulture :

Piero San Giorgio, sur E&R :

 






Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • l aspect ferme est là dans la bad, mais il y a aussi l autonomie eau, electricite, et elle est censee etre une zone de repli en cas de souci. Or , la plupart des survivalistes ont dait leur bad chez eux par souci de budget ou de mise en pratique quotidienne .

     

    Répondre à ce message

    • #1766654
      Le 15 juillet à 09:00 par Victor de la vidéo
      Autonomie, permaculture : Piero San Giorgio visite une BAD dans le (...)

      A mon sens un BAD doit être le lieux de vie permanent. Il est très dur d’avoir des animaux et de ne pas y aller quotidiennement. Si ton domicile est situé dans une zone "safe", pas besoin de zone de replis. Dans tout les cas il est judicieux de disposer d’au moins un plan B.

       
    • #1766929

      Or , la plupart des survivalistes ont dait leur bad chez eux par souci de budget ou de mise en pratique quotidienne .



      Ah bon, parce qu’il sont « survivalistes » mais pas capables de seulement déménager (changer d’environnement)... ça impressionne comme concept quand on est pas habitué... J’ai l’impression que pour beaucoup le survivalisme c’est surtout « comment survivre tout en gardant ses habitudes de citadins individualistes »...

       
  • #1766544

    J’ai le plus grand respect pour le travail accompli par ce jeune homme. J’ai le même projet mais je suis très loin d’être à son niveau. On est pas tous égaux.

    Je pense que ce genre de mode de vie s’il est maîtrisé, peut permettre de beaucoup mieux s’en sortir que le reste de la population en temps de crise économique aggravée. Mais si ça dégénère en guerre civile je ne suis pas sur que ça suffise. Là ça sera la force brutale qui primera et pas l’aptitude à produire sa nourriture qui sera surement pillée...
    Cela étant, le gars enraciné sur sa terre sera psychologiquement beaucoup plus disposé à se défendre qu’un citadin.
    Je rebondis là-dessus pour dire quelque chose à propos des migrants. Avant même la crise récente des "migrants" et leur saupoudrage pour l’instant homéopathique dans nos campagnes je me suis dit que si la France devait se relever ça viendrait de nos terroirs qui sont un peu préservés à tout point de vue : traditions, ethnie, religion, culture, etc. Et que si j’étais le "système" j’essaierais de briser ce reste d’identité française, de tuer définitivement la nation par de l’immigration dans ces zones vierges comme cela a été fait dans les grandes agglomérations ou les bassins industriels. Dans un scénario apocalyptique les campagnes pourraient devenir des bastions de résistance. Surtout si l’apocalypse a une dimension ethnique. La solidarité prendrait le dessus sur tout autre forme de divisions.
    Pour le système mieux vaut étendre son stratagème de mosaïque de communauté à tout le territoire pour que jamais ne renaisse la France.

     

    Répondre à ce message

  • La "BAD" est surtout un art de vivre.
    En cas d’effondrement ça risque de vite devenir une cible ;
    En attendant ça permet de vivre son rêve
    Et comme nul connait l’avenir, toute préparation, toute prise de conscience n’est pas une mauvaise chose en fait.

     

    Répondre à ce message

  • Trés joli potager et belle installation pour les animaux .
    Je me pose juste la question : quel est le budget nourriture pour ces derniers ?
    Un cochon , du début à la fin , c’est 1 tonne de patates mini . La litière en paille , pour une telle basse cour , c’est aussi du volume et puis pas de céréales produites , pas de paille .
    Sinon, les topinambours autour de la serre , c’est pas mal pour éviter les hautes températures dedans ( et accessoirement éviter les regards indiscrets , je dis ça , je dis rien ;) ) .

     

    Répondre à ce message

    • #1766652
      Le 15 juillet à 08:55 par Victor de la vidéo
      Autonomie, permaculture : Piero San Giorgio visite une BAD dans le (...)

      Merci !
      Pour les poules, la vente d’œuf suffit à acheter le grain pour les nourrir et ça permet même d’acheter du petit équipement. La vente d’œuf permet aussi le lien social. Le jours ou l’achat de grains est impossible il me suffira de lâcher la basse cour dans le parc des porcs (3.5hectares grillagé) et elles trouverons leur subsistance elles même. Je suis d’ailleurs en train de construire un second poulailler à cette effet.
      Pour les porc, j’ai pris des mangalitza justement pour leur capacité de résilience extraordinaire, pour l’instant je peux les nourrir et je ne les en prive pas mais le jours où ce sera impossible il trouverons eux même leurs nourriture en fouissant le sol et en broutant. L’herbe peux composer plus de la moitié de leurs ration.
      Dans tout les cas dès l’année prochaine nous cultiverons une parcelles pour le bétail (carotte,betterave, pomme de terre, rutabaga, topinembour..) pour se faire la main
      Pour la paille, pas de souci non plus, pour l’instant on se facilite la tâche la tâche mais lorsque que nous ne pourrons plus en trouver nous aurons de la main d’oeuvre à la BAD et il nous suffira d’aller chercher les feuilles mortes qui remplissent les foret. C’est d’ailleurs un meilleurs paillage que la paille.
      Il faut bien comprendre qu’en temps normal un BAD n’est que l’embryon de ce qu’elle sera en période troublé.
      Tu es observateur ;)

      Au plaisir

       
    • La même chose mais pour végaRien ( et non végétaLien) rendra les choses beaucoup plus simples et on sera moins esclave. En effet il sera même possible de s’absenter parfois si cela s’avère nécessaire.
      Un paysan végétarien bosse beaucoup moins et est plus libre, tout est plus simple.

      Mes sources : la vie des paysans en Inde à l’époque.

       
    • #1766690

      Salut Victor, le jour où tu vas lâcher tes volailles au milieu des cochons, ceux-ci vont vite te rappeler le penchant carnassier de leur régime omnivore...
      Prévoit une BAD avec une zone de repli pour les poules...

       
    • Merci de cette réponse détaillée Victor.
      C’est carré et ça tourne bien. Peut être une vidéo ou plusieurs afin d’expliciter toute cette partie "logistique" ?
      Au plaisir également.

       
    • #1766782
      Le 15 juillet à 13:18 par Victor de la vidéo
      Autonomie, permaculture : Piero San Giorgio visite une BAD dans le (...)

      tu as raison, mais seulement en milieu clos. En plein air les gorets sont bien incapable d’attraper un poule et puis si elle se fait choper pas un porc, que dire du renard ? Mes poules sont agiles et rustique (gauloise, breackel, araucana..ect) et je n’ai pas peur de pratiquer une rude selection. ;)

       
    • #1767086

      Victor, tu seras étonné par les "performances sportives" de tes cochons...
      J’ai pas deux cochons depuis six mois j’en élève en plein air depuis 2002...

       
  • #1766706

    Très joli projet, qui plus est dans une très belle région qu’est le Jura et ses moyennes montagnes !

     

    Répondre à ce message

  • quelques idees eventuelles :
    amha ,une fois qu’on produit sa propre nourriture et qu’on a des excedents,il ne faut pas les vendre. il vaut mieux essayer de les transformer ( glace,beurre,patisserie,truc alimentaire qui se conserve et qui peut se vendre par internet) plutot que de les vendre directement,le benef est plus grand. apres il vaut mieux investir ces surplus dans de l’humain,agrandir sa famille,faire une chambre d’hote et nourrir les clients avec ces surplus.
    quand je vois le reportage avec conversano qui fait du financement participatif avec des projets debiles,je suis convaincu que l’on peut financer certaines activites de cette maniere. participation au financement d’une chambre d’hote dans la ferme:3 jours gratuits en plus a la fin du sejour. participation financiere a la creation de ruches,1pot de miel gratuit en plus de l’achat du premier etc...

     

    Répondre à ce message

    • #1768818
      Le 18 juillet à 20:23 par Yannick Aebischer
      Autonomie, permaculture : Piero San Giorgio visite une BAD dans le (...)

      Je me permets un commentaire sur la forme de votre message : est-il si épuisant d’écrire en toutes lettres "à mon humble avis" ? Respectons la langue française en toutes circonstances, si vous voulez bien.

      PS : vous êtes bien loin du massacre orthographique qu’on observe ici et là, de nos jours ! Seul un petit détail dans votre commentaire m’a gêné. Sans rancune ?

       
  • Sympa la serre !!! ;)

     

    Répondre à ce message

  • #1767043

    Bonjour,

    @Victor

    Merci Victor et Piero pour cette vidéo. Je viens de m’installer avec ma femme comme frontalier dans le pays de Gex et j’ai un projet d’installation à terme comme toi, est ce que tu acceptes de dialoguer en MP. Ca m’intéresserait d’en savoir plus pour plus tard ! On pense s’installer dans la région et donc dans des conditions similaires.

    Bien à toi et vous tous

     

    Répondre à ce message

  • Salut Victor, belle réalisation. Merci à PSG pour cette vidéo.

    Comme toujours dans le milieu survivaliste, plein de renseignement (comme moi tu découvres tes serres l’hiver). Ce qui est à l’inverse du milieu permaculture gauchiste, où il faut payer pour visiter, avec un rajout pour les questions.

    Moi qui suis adepte des noisetiers (pousse rapide, stockage facile, nutriment excellent pour l’organisme, cache et fournit de la nourriture pour les poules au pied, etc). Je n’ai pas vue d’arbre en pousse sur ton terrain (châtaigné pour la consommation humain et les porc). Est ce un choix pour le fonctionnement de ta ferme ?

     

    Répondre à ce message

    • #1767423
      Le 16 juillet à 15:15 par Victor de la vidéo
      Autonomie, permaculture : Piero San Giorgio visite une BAD dans le (...)

      Salut "Z",

      Merci ! a propos des visites et de leur gratuité, j’ai un projet qui va te plaire.... ;)
      Pour les arbres, en fait je vous au montré seulement une petite partie du projet, les arbres en font évidement partie. Concernant les châtaigner, je ne peux pas les cultiver, mon sol est trop calcaire, je compense avec les noix. au plaisir ;)

       
  • #1767304

    Excellent le sujet et la vidéo, bravo à Victor et sa famille. Le fait qu’on ait peu de commentaires en dit long sur l’intérêt général de la société, quand ça va mal tourner se souviendront-ils qu’ils ont laissé passer le temps inutilement ?

     

    Répondre à ce message

    • #1767576

      Beaucoup de gens n’osent même pas imaginer les pires scénarios, car ils croient à la religion de la croissance infinie. L’éveil des consciences n’est déjà pas gagné (la virtualisation de la société est un frein voir un fléau sur ce point), et ce n’est rien comparé à ce qui doit suivre quand on est éveillé et prêt à changer. Comme dirait Drac, il vaut mieux être prêt à 2% plutôt que 0, mais il faut accompagner les paroles avec des actes.
      A contrario, il ne faut pas oublier que beaucoup d’entre nous n’ont pas envie de survivre à un effondrement sans précédent, cela fait référence au nihilisme, autre fléau des sociétés contemporaines. Virtualisation et Nihilisme : la peste et le choléra

       
Afficher les commentaires précédents