Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Banderole "Crève raclure" : la plainte d’Alain Soral rejetée par la justice genevoise

Le 18 janvier dernier, l’essayiste franco-suisse Alain Soral avait déposé plainte auprès de la justice genevoise pour des propos tenus à son encontre par des manifestants hostiles à sa venue à Genève. Sa plainte a récemment été rejetée par la justice genevoise. Il a fait recours contre cette décision.

 

Le 12 novembre 2016, Alain Soral s’était résolu, suite à des menaces, à tenir sa conférence de presse avec le Sheikh Imran Hosein sur Internet, plutôt que dans une salle louée pour l’occasion dans le quartier des Grottes. Des activistes masqués, qui manifestaient contre sa présence dans la cité de Calvin, avaient déployé une banderole avec l’inscription « Crève raclure ». Alain Soral avait alors porté plainte contre inconnu.

La plainte, adressée au procureur général Olivier Jornot, faisait référence aux injures (art.77CP), aux menaces (art.180CP) et à la provocation publique au crime et à la violence (art.259 CP).

Nous avons joint Henri Della Casa, chargé de relations médias du pouvoir judiciaire, qui nous a apporté la précision suivante :

« Je peux vous confirmer que le ministère public a rendu une ordonnance de non-entrée en matière en date du 31 août dernier dans la procédure ouverte suite à une plainte de M. Alain Soral. »

Le 22 septembre dernier, Alain Soral animait une chronique judiciaire avec l’un de ses avocats Maître Damien Viguier. Ce dernier a lu à l’antenne les justifications du ministère public à cette non-entrée en matière :

« Les termes "Crève raclure", employés à l’adresse d’Alain Soral, pourraient être attentatoires à l’honneur du citoyen lambda et tomber sous le coup de l’article 173 du CP réprimant la diffamation. Force est de constater, qu’en sa qualité de polémiste coutumier d’une certaine forme de provocation, champion poids lourds du politiquement incorrect, notamment par voie de médias dont il se sert pour transmettre ses messages, on est en droit d’attendre d’Alain Soral qu’il endure de telles critiques, fussent-elles à la limite de l’admissible. »

Le polémiste ironise alors à propos de cette décision judiciaire :

« Quand on est comme moi et qu’on pratique un certain politiquement incorrect, on doit accepter et endurer d’être agressé par des commandos cagoulés, comme cela m’est déjà arrivé en France. Je rappelle que c’est systématiquement classé sans suite. C’est arrivé quatre ou cinq fois. Le message est donc clair, que ce soit en Suisse ou en France. C’est-à-dire que quand on s’oppose à un certain pouvoir, il faut s’attendre à être comme dans les Westerns : nu au milieu de la rue en sachant que le shérif a été acheté et que derrière chaque fenêtre se cache un fusil. »

L’avocat genevois d’Alain Soral, Maître Pascal Junod, a déposé un recours, au nom de son client, le 11 septembre dernier, auprès du ministère public. Affaire à suivre.

En lien, sur E&R :

Collector, l’affiche de la rencontre avec Sheikh Imran Hosein,
à retrouver dans la boutique E&R :

Retrouvez Alain Soral chez Kontre Kulture :

 

Rendez-vous sur kontrekulture.com
pour découvrir les nombreux autres ouvrages d’Alain Soral !

 

Soutenir Alain Soral dans les épreuves qui l’attendent
en faisant un don par PayPal :

Vous pouvez aussi effectuer un don par chèque à l'ordre d'Alain Soral, à envoyer à cette adresse :

Alain Soral
Égalité & Réconciliation
3 rue du Fort de la Briche
93200 Saint-Denis
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants