Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Beau succès pour l’université d’été d’Action française

Pour la journée de clôture du Camp Maxime Real del Sarte, son université d’été, Action française avait convié Alain Soral au château d’Ailly, en pays roannais. Une belle manière de conclure une semaine intensive très réussie.

Le vendredi 30 août, après quatre jours consacrés à l’exploration du thème « Reprendre le pouvoir – Pour un printemps français » en compagnie d’intervenants de marque, parmi lesquels Stéphane Blanchonnet et Bernard Lugan, la journée de clôture fut l’occasion pour le jeune public du camp d’été d’écouter, dans la matinée, Léo G. et Pierre B., militants d’Égalité & Réconciliation Rhône-Alpes. Ces derniers abordèrent notamment la question des racines catholiques du courant social d’Action française, ainsi que ses rapports avec le Cercle Proudhon.

Dans l’après-midi, Alain Soral prononça une allocution sur le thème « La Révolte des nations », suivie d’un débat approfondi. Environ cent personnes purent l’écouter et poser des questions durant une heure et demie... avant d’immortaliser l’événement par quelques photos mémorables !

 

 

 

 

 

Prolonger un été patriote avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’ai lu l’Histoire de France de Bainville, j’ai été assez déçu. C’est très "bourgeois" comme vision de la France, je m’attendais à un fanatique du patriotisme et il en vient même à être favorable à Thiers qui a vendu l’Alsace et la Lorraine aux Allemands. Plus un bourgeois qu’un patriote donc...

    Je préfère Bernanos pour sa vision de la France et sa défense de la commune de Paris dans la "Grande peur des bien pensants", lui aussi un ancien de l’AF ! Mais il avait vu venir l’embourgeoisement à l’époque de ce mouvement.

     

    • Bonjour

      Clair me suis toujours demandé , comment on pouvait faire la promotion de Guillemin et de Bainville en même temps , surtout que le premier met souvent à l’amende le second dans ses vidéos . M’enfin bref ....


    • Bonjour,

      Très bonne remarque. J’ai moi aussi remarquer la même chose et je suis entièrement d’accord avec vous. Pour moi Bainville n’est clairement pas un modèle.

      Salutations


    • Bainville, comme beaucoup d’Histoirens pèche par promiscuité avec les faits récents. Bainville est l’Historien de l’Ancien Régime jusqu’à Napoléon plus que de la période moderne : le Moyen Age est sublimé dans son ouvrage par exemple.
      Il est vrai que c’est un contraire d’Henri Guillemin, lire leurs deux travaux sur Bonaparte le confirme, même si je soupçonne Guillemin de ne pas prendre toutes les composantes (ne s’y connaissant pas en Art militaire, il se refuse à juger Napoléon dans ce domaine où c’est pourtant sa "matière forte", et s’appuie sur beaucoup de documents pamphletaires et lettres personnelles peu prouvées et contradictoires, sur sa sexualité notamment).

      Les Historiens ne sont pas des gourous, il FAUT croiser les sources et les points de vue pour se faire son idée, mais Bainville est tout de même d’un niveau excellent pour ce qui est de la logique géostratégique des nations.


    • Je vous invite à lire :"Histoire de deux peuples" Très instructif sur la politique Capétienne notamment , par rapport à l’Empire Austro-Hongrois.
      Bainville est surtout un excellent et lucide géopoliticien .


    • Juste un bémol tout de même.

      Jacques Bainville est un des rares essayistes de son temps (voire le seul) a avoir prévu, dans son ouvrage, "Conséquences politiques de la paix " édité en 1919, la reprise d’un conflit avec l’Allemagne, soit la seconde guerre mondiale en étudiant dans le détail les rapports de force entre nations mais également les forces politiques composant celles-ci.

      A maints égards, cet ouvrage est apparu prophétique.

      Il est de plus l’auteur de nombreux livres portant sur la géopolitique et l’histoire qui restent des références majeures pour de nombreux géopoliticiens parmi lesquels Pierre HILLARD ou Aymeric CHAUPRADE.


  • Action française ?
    Est-ce un nouveau parti politique ?

    Merci pour la réponse.
    a+

     

  • comment on fait pour réconcilier les Rois de France avec Robespierre ?

     

  • L’AF n’est pas un parti mais un mouvement politique et une école de pensée, qui a compté dans ses rangs des personnalités aussi importantes que Maurras, Daudet et Bainville ou encore Bernanos, Brasillach ou Dumezil ! C’est un courant de la vie intellectuelle parmi les plus importants de la France au XXeme siècle. Quant au journal, c’était un quotidien très important entre 1908 et 1944.

     

  • L’Action Francaise prône un retour a la monarchie sans se réclamer de Dieu, si le Roi doit son rang à son sang et non à sa filiation divine cela me rappelle les méthodes tribales athées du peuple auto-proclamé élu.

    Maurras aimait l’Eglise parcequ’elle était synonyme d’orde et de valeur, mais à aucun moment il ne l’a défendu au nom du Christ.

    L’Action Francaise c’est la bourgeoisie catholique déchristianisé, défendant l’Eglise de l’Ancien Regime qui résignait les pauvres a se satisfaire de leur condition, avec l’idée l’on devait souffrir comme le Christ avait souffert.

    Bien qu’elle soit l’émanation de la franc-maconnerie et de la juiverie, la révolution Francaise aura au moins permi la libération du petit peuple du joug de l’église catholique surpuissante qui avait perdu l’essence du message du Christ.

    Le combat d’aujourd’hui est tout autre.

    Je ne veux pas de monarchie agnostique, l’utopie démocratique de Chouard, fusse-t-elle laique ("Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu." (Matthieu, XXII,21)), m’inspire bien plus.

    Guillemin (un fervent Catholique) plutot que Bainville, un Chavez Francais plutôt que l’Action Francaise.

     

    • Très bon commentaire, j’adhère !


    • Je suis en accord avec ce commentaire mais j’aimerais mettre un bémol :"la révolution française a libéré le petit peuple du joug de l’Eglise". C’est la bourgeoisie voltairienne qui s’est libérée des contraintes (obligations sociales : repos, charité, etc.) de l’Eglise.
      Sous l’Ancien Regime l’Eglise était en charge de la structure sociale : hôpitaux, hospices, soupes populaires pour les pauvres, écoles (obligatoire et gratuite mais religieuse depuis au moins 1698, voire avant http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordonn...) et universités. On peut estimer très approximativement son poids à 30% du PIB (15% des terres, le reste en dîme, dons et legs).
      Le petit peuple n’a eu le choix qu’entre crever de faim ou de s’engager dans l’armée (d’où les demi-brigades de l’armée républicaine).
      J’aimerais également apporter une précision :
      Bainville et l’Action Française étaient royalistes orléanistes donc davantage en droite ligne de la monarchie de Juillet (effectivement de la bourgeoisie déchristianisée) que de l’Ancien Regime.


    • ah, Guillemin...je vote oui !


    • Tout à fait d’accord, de plus, l’AF prône le retour d’un Orléan, roi par élection plus que par filiation légitime, la monarchie a sa "constitution", je ne vois pas l’intérêt de mettre en place une monarchie édulcorée, le roi doit incarner et guider le peuple français, et être élu de Dieu (ou de façon plus terre à terre, le premier des chrétiens, en acte et en parole). Ces quelques obligations auxquelles doit se tenir la couronne, font qu’un retour du roi est absolument impossible, surtout en ces temps athées, et s’il faut pour "s’adapter à l’évolution des moeurs" une néo monarchie, athée et laïque, qui n’aurait plus la bible comme commandement, mais les droits de l’homme ou tout autre texte de morale ou de droit comme fondement politique, elle jouerait alors le jeu des monarchies anglaises.
      Le pouvoir absolu, nécessite le meilleur des hommes, ce n’est pas en se conformant à du droit, qu’on peut en trouver un, puisque les lois changent aussi vite qu’elles sont créées, c’est par la loi divine qu’un roi peut être légitime. Par la guerre, c’est un militaire, par le droit ce n’est qu’un dictateur (au sens romain), par le peuple c’est un simple despote "éclairé ..."
      Enfin, vive le roi quand même .


    • Le joug de l’Église... Il ne faut pas exagérer.

      Les moines ont défriché beaucoup de terre pour les offrir à l’agriculture.
      Les réseaux de solidarité de l’Église ont soutenu quantité de veuves et d’orphelins.
      A la révolution, 40% du patrimoine immobilier était propriété de l’Église, car elle en a fait construire du logement, et elle logeait les nécessiteux pour des loyers dérisoires...
      De plus, elle a mis sur pied les hôpitaux, elle a propagé l’instruction.

      Ce qu’il faut voir, c’est que l’Église, c’était, sous l’ancien régime, l’équivalent de la SECU, de la CAF, de l’éducation nationale. Elle collectait l’argent des riches pour aider les pauvres.

      Le joug de l’Église serait bien plus doux que le joug actuel.
      La preuve, la France, en 1789, était le pays le plus riche et le plus peuplé d’Europe occidentale.

      Si l’Église s’était livrée au pillage, le pillage consistant à détruire, cela n’aurait pas été le cas...
      C’est le contraire, l’Église a construit le pays.

      Il faut bien comprendre la révolution : c’est un coup d’État organisé en sous-main par les puissances financières héritières du commerces transatlantiques, qui réclamaient la liberté d’user sans contrainte de leur puissance monétaire.

      Les interview de Marion Sigaud montre très bien ce processus. L’on passe d’un modèle d’économie morale et politique, à un modèle d’économie ploutocratique, c’est la possession d’argent qui devient le critère.

      Quant à Robespierre... Bah
      Encore une information de Marion Sigaud :
      Il n’a pas rétabli les prés communs, non, Robespierre a réparti la propriété entre les paysans.
      C’est ainsi j’imagine que les paysans ont été acquis à la Révolution.

      De ce point de vue, Robespierre était donc un bon libéral, avec une conception absolue de la propriété, et conception individualiste des rapports humains.


    • N’importe quoi ! Maurras était agnostique (il avait perdu la foi) mais il ne défendait pas une "monarchie agnostique"... ce qui ne veut rien dire ! Il défendait la monarchie traditionnelle, donc catholique, même si il le faisait par une démonstration empirique (historique) et non par une déduction théologique. Quant à raconter que l’AF était bourgeoise et surtout orléaniste !!! C’est complètement faux (au moins jusqu’en 1918) ! Les gens de l’AF ont discuté avec les syndicalistes révolutionnaires et créé avec eux les Cahiers du Cercle Proudhon (bientôt réédités chez KK). quant à l’orléanisme, il n’existait plus quand l’AF a été fondée puisque Henri V était mort (le dernier prétendant de la branche aînée française) et que les Orléans étant devenus légitimes, ne se référaient plus eux-mêmes au règne de Louis-Philippe (qui n’a jamais été élu comme quelqu’un l’écrit, encore une énorme bourde ! Le seul roi "élu" c’est Hugues Capet !). Il suffit d’écouter la conférence Soral-Blanchonnet à Bordeaux pour avoir l’explication précise de tout ça !


    • Oulala vous allez pas vous faire des copains ici avec ce genre de commentaire.

      Mais je vous donne ma voix.


    • Quelques précisions concernant mon commentaire

      Certains me reprochent de parler du joug de l’église, je dis juste que ce n’est pas le rôle de l’église que de faire autorité sur la question du contrat social.

      Je regarde également les conférence de Marion Siguaut et je m’oppose évidemment à la république franc-maçonnique.
      Je connais le rôle positif de l’église sur le peuple dans l’ancien régime, je rappelle simplement que Jésus a résisté à la tentation du pouvoir temporel, celui de chef nationnal.

      On est Chrétien parcequ’on à la révelation du Christ, le fils du père créateur, Dieu fait homme. Je ne veux pas qu’un agnostique m’explique dialectiquement que l’église gère mieux les affaires d’un pays.
      Je ne veux pas d’un Christiannisme médiéval qui lie autorité spirituelle et puissance temporelle.

      L’église doit rester humble pour toucher le coeur des hommes, c’est le Christ crucifié qui interpelle l’homme qui souffre, ce n’est pas la papamobile sertie de diamant, ni la royauté terrestre dictant ses lois sociales.

      Encore une fois rendons au pouvoir temporelle (César) ce qui lui appartient et à Jésus (Dieu) ce qu’il est : le chemin, la vérité, la vie.

      Si un Roi athée doit être à la tête du pays autant qu’on change son titre et qu’il soit tiré au sort. Je laisse la filiation par le sang aux races de vipère.

      "Le royaume de Dieu est en vous"


    • au bout du bout de la spirale dialectique (négation de la négation de la négation de la négation...), il y a la Révélation par le Logos. Là-dessus, le moindre clin d’oeil de Dieu et sa Présence devient transparente ; à la fois par le verbe et par la foi.

      réfléchir à la "filiation divine", sachant que le Christ peut ressuciter en chacun de nous, et faire venir à lui ses serviteurs.

      ou quand la situation appelle providentiellement l’homme de la situation.


    • mais évidemment, le Christ ne ressuscite pas entièremen en nous, car personne ne pourra souffrir la Passion comme il l’a souffert, on peut seulement tendre vers son humanité sublime et lui faire le moins honte possible.
      amen


    • Il n’y a que les Orléans qui se croient légitimes.
      Les légitimistes sont favorables à Louis XX.

      Reazle :
      Qui donc a signé un contrat en naissant ?
      La société précède toujours l’individu.

      De fait, pour engendrer un enfant, il faut un homme et une femme.
      Par conséquent, la pluralité (des parents) précède l’unité (de l’enfant).

      L’unité naissante est ainsi ajouté à une pluralité préexistante, déjà organisée.
      L’homme vient dans une société qui lui préexiste.
      Quand il vient, il n’a pas de contrat à signer, car il n’a pas choisi de venir où il est venu.
      Il a hérité d’avoirs et de devoirs.

      Pour faire une image physique, l’homme n’a pas signé de "contrat" avec la nature.
      La nature a déjà ses lois. L’intelligence consiste à les comprendre.
      Croire pouvoir en décider serait stupide.

      De même, la société a déjà ses lois.
      Il s’agit donc de comprendre les lois de la société.
      Croire pouvoir en décider serait stupide.

      La société est soumise à des lois morales.
      Une société morale prospère.
      Une société immorale périclite.

      Qu’une société ait un seul chef, cela découle du bon sens : s’il y en avait plusieurs, ce serait bientôt la guerre civile (ou le divorce). Il faut un chef, mais un seul suffit (raison nécessaire, raison suffisante).

      Que rend-on à Dieu ? L’obéissance aux lois morales de Dieu, l’obéissance aux lois physiques de Dieu.
      Que rend-on à César ? L’obéissance aux règles de l’État, par exemple l’impôt.

      Mais si César croit pouvoir imposer l’ignorance des lois de Dieu, que ce soit les lois physiques (comme décréter que la pesanteur n’existe pas), ou bien les lois morales (comme décréter que le meurtre est acceptable), il ne faut pas croire que César restera César aussi longtemps qu’il veut, car soit la société qu’il dirige sera détruite, soit il sera déposé.

      Le Roi ne peut donc qu’être attentif aux lois de Dieu, qu’elles soient morales ou physiques.
      En France, il ne peut s’appuyer que sur le catholicisme, qui réalise la synthèses des antiquités romaines, grecques et juives, la synthèse de la raison et d’une foi, sur plusieurs millénaires d’expériences humaines, car tel est notre patrimoine.

      Un Roi catholique aura l’oreille de plus d’un milliard d’hommes.

      "Le royaume de Dieu est en vous" -> si tu comprends les lois morales, si tu les intègres, alors tu hériteras du royaume de Dieu. Cette compréhension se fait en toi, elle dépend de ton intelligence.


    • J’ai rarement lu un commentaire aussi stupide sur ER ; et il y’en a, des commentaires idiots. Relisez attentivement l’histoire de l’Eglise (ailleurs que chez Michelet) et intéressez vous à l’AF, notamment à Maurras.


    • @Homothymie

      Je comprend tout à fait l’argumentaire, qui est valable pour tous ceux qui croient en Dieu, (Chrétien, Musulmans, Juifs...) puisque basé uniquement sur la connaissance du créateur mais pas sur sa révélation faite aux hommes, le Christ.

      "En France, il ne peut s’appuyer que sur le catholicisme, qui réalise la synthèses des antiquités romaines, grecques et juives, la synthèse de la raison et d’une foi, sur plusieurs millénaires d’expériences humaines, car tel est notre patrimoine."
      Pour ma part l’argument Catholique n’est valable que quand on a la révélation de Jésus, verbe fait chair. Je n’aime pas l’idée de l’imposer aux gens sous pretexte culturel. C’est le meilleur moyen pour faire detester Jésus aujourd’hui.
      J’ai eu la révélation tardivement, je me suis converti il y a peu, et quand j’en parle aux gens autours de moi je sais que le discours du Christ touche plus dans son humilité que dans sa toute puissance.
      Dieu est venu endurer nos limites d’hommes, nos souffrances. Ses agissements ont pour but l’humilité des coeurs des hommes afin de les sauver.

      "On ne rendra pas aux hommes la connaissance de ce qu’ils sont au moyen d’épandages effusifs, ou de la grandiloquance. "Les spiritualités flasques et poisseuses écoeurent autant que rendent sourds les dithyrambes emphatiques.
      ""Dieu" est un vocable dont l’usage demande beacoup de retenue.
      "Pour mieux induire les hommes à deviner l’immanence à la foi et la transcendance divine, la meilleur méthode n’est pas d’enfoncer Dieu dans le crâne comme un clou sur lequel on taperait avec une inlassable furie. Ce n’est pas pour rien qu’il est dit, au livre des Rois que Dieu ne se manifeste pas au fracas du tonnerre et dans l’ouragan, mais que sa présence est semblable à ce petit souffle, une seconde, dans la paix du jour, qui remue l’herbe à peine."
      Henri Guillemin, L’affaire Jésus.

      L’Action Francaise ne m’interresse que dans son rapport avec l’église catholique, et notre vision n’est pas la même.

      "Pour que l’église romaine puisse aujourd’hui, peut-être , retrouver quelque audience, il faudrait, de sa part, et avant toute chose, un mea culpa explicite ; qu’elle ait le courage d’avouer son histoire, si souvent abominable, ses fautes, ses crimes, et de le faire hautement, publiquement, loyalement. Pour être prise au sérieux, c’est la première condition qu’elle doit remplir" Henri Guillemin, L’affaire Jésus.


  • Monarche ou démocratie ..... Bainville ou Bernanos ...... peu importe

    Tant qu’il y’a de la quenelle je suis preneur

     

  • Y’a t-il une vidéo de l’intervention de AS ?


  • A quand une réédition de L’enquête sur la monarchie par kontre kulture ?


  • A ceux qui se demandent ce qu’est l’Action Française je recommande "L’Action française racontée par elle-même" de Marty.
    Je l’ai trouvé à 1 euro à Emmaüs, comme neuf.
    Pour une première approche, c’est pas mal. Enormément de références aux écrits de Maurras, Bainville, et beaucoup d’autres.


  • Reprendre le pouvoir repose sur la prise de conscience de l’ensemble du vrai peuple que nous formons et sur la nécessité être prêts à faire un énorme sacrifice : la République Française, nous devons la mettre à mort.
    La cinquième République Française, prostituée pour les intérêts des dynasties Rotschild et Rockefeller, outrage le Peuple de France, persécute les immigrés qu’elle reçoit en les cantonnant dans des ghettos, en somme, dans des camps de concentration sans barrières et sert de ces vagues d’immigration pour appauvrir le Peuple de France (disons carrément, pour ruiner le Peuple de France et dans tous les domaines, aucune exception). La cinquième République Française persécute les homosexuels autant qu’elle hait les hétérosexuels car elle n’a aucun respect pour les goys.
    La cinquième République Française s’en prend aux enfants, physiquement, intellectuellement et spirituellement. Elle aime les enfants sexuellement, cette République Française et elle hait La Famille comme tout ce qui est Sacré.
    Elle participe à des génocides un peu partout sur les cinq continents, directement ou indirectement, tantôt meurtrière, tantôt complice de meurtres. Il faut dire qu’elle hait l’Humanité multi-ethnique, cette cinquième République Française, elle s’est fourvoyée dans le matérialisme, elle est une monstruosité.
    Nous sommes très exactement l’inverse de cette République Française, nous, le Peuple de France. Nous aimons La Vie, nous aimons la biodiversité, nous nous efforçons d’aimer dignement nos enfants, nous aimons notre Terre, nous aimons la paix, la fraternité, le partage et le sentiment d’être à la fois un et tout l’Univers. Notre Foi personnelle est une étoile dans l’infiniment grand et notre Foi de Peuple est un Soleil dans l’infiniment Divin.

     

  • Reportage complet et très illustré sur le site de l’AF ici :
    http://www.actionfrancaise.net/craf...


Afficher les commentaires suivants