Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Blocage des sites djihadistes : efficacité zéro

"Inutile", "contre-productif", "complètement dépassé" : les experts en cybersécurité n’avaient pas de mots assez durs mardi contre le blocage par le gouvernement français de cinq sites djihadistes, selon eux un pur effet d’annonce sans le moindre impact sur la propagande terroriste.

Comme le permet désormais la loi, le ministère de l’Intérieur a demandé aux grands fournisseurs d’accès internet de bloquer ces sites pour apologie du terrorisme.

Les internautes sont redirigés vers une page d’avertissement ou une mention de "site inaccessible".

Efficacité zéro, selon les experts, car de nombreuses techniques de contournement existent, sans besoin de grandes connaissances techniques : consultation du contenu dans la mémoire de Google, utilisation de réseaux qui permettent de surfer anonymement, modification des paramètres d’accès internet ou encore consultation de sites "miroirs" qui se font connaître par les réseaux sociaux.

"Non seulement tous ces sites étaient peu influents, mais les comptes Twitter de l’État islamique sont toujours actifs. La propagande passe par les réseaux sociaux, pas par les sites. Et le gouvernement n’a aucune prise sur Twitter", souligne le journaliste David Thomson, auteur de "Les Français djihadistes" (2014).

Impossible d’empêcher la propagande

"Il est impossible aujourd’hui d’empêcher la propagande djihadiste sur internet. La loi sur le blocage des sites provient d’une analyse de la situation d’il y a trois ans. Elle n’est plus du tout la même avec les réseaux sociaux", affirme-t-il.

"Depuis cet été, Twitter, Facebook ou Youtube censurent davantage ces sites mais pour les djihadistes c’est devenu un argument de propagande. Certains comptes Twitter se sont fait censurer plus de cent fois. Quand un compte est désactivé, un autre renaît aussitôt. La cyber-propagande est là, il faut vivre avec", conclut-il.

"Ce blocage ne change rien pour une personne motivée", renchérit l’expert et blogueur militant de la liberté informatique Olivier Laurelli. "Cela équivaut à cacher la poussière sous le tapis. Internet n’a pas été conçu pour être censuré."

"Les autorités n’ont demandé le blocage qu’aux 4 ou 5 gros fournisseurs d’accès internet : ceux qui utilisent d’autres fournisseurs ont accès aux sites. De plus on peut toujours échanger leur contenu sur Facebook... Pour bloquer ces sites il faudrait un internet à l’iranienne, centralisé", ironise-t-il.

"On se passe d’un juge pour ces blocages, on bafoue la Constitution : c’est une victoire pour les terroristes. Le problème n’est pas internet", plaide-t-il.

Même jugement sévère pour le journaliste Jean-Marc Manach, spécialiste de la surveillance informatique. "Plein de gens ont alerté le gouvernement sur le fait qu’il est simple de contourner la censure. Ils ont choisi cinq sites alors qu’ils ont indiqué que 50 à 100 posent problème... Mais les services de renseignements veulent pouvoir traquer ceux qui vont sur ces sites", fait-il remarquer.

Effet d’annonce

"Les politiques veulent montrer qu’ils prennent des mesures, c’est un effet d’annonce, mais qui fait à ces sites une publicité mondiale", critique-t-il.

Pour lui, "on ne combat pas une idée dangereuse par la censure, mais en en parlant, en y répondant".

Moins sévère, Gérôme Billois, expert en cybersécurité chez Solucom, voit dans ces mesures un outil pédagogique. "Le blocage n’est pas complètement fonctionnel, mais cette mesure signale que ce contenu est illégal, n’est pas tolérable. Cela participe d’une logique de sensibilisation", note-t-il.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le blocage des sites djihadistes est un non-sens, d’une part parce qu’il faut être visiblement totalement crétin pour s’imaginer que quelqu’un puisse s’engager là dedans comme on achète une place de spectacle sur un site quelconque. Le recrutement et l’idéologie c’est ailleurs, leurs visions consuméristes d’Internet n’est pas de mise. Et d’autre part, parce que la logique voudrait qu’au lieu de fermer un site, qui sera ré ouvert dans les jours qui suivent sous d’autres formes, on surveille ces sites dans le cadre du renseignement.

    Tout ça n’est qu’un leurre pour atteindre des objectifs sous-jacents. Celui qui croit que le djihadisme se développe par Internet à sérieusement les neurones en vrac.


  • #1143883

    Les sites terroristes sont un paravent pour la vraie attaque contre les sites d’information libre afin d’empêcher la population de se ré-informer.


  • Encore un qui ne fait que servir sa névrose de domination par la contrainte tous azimuts. Encore et toujours le ’travail sur l’autre’...Ce genre de profils a la particularité d’être indifférent aux résultats concrets de son ’service de la névrose’ (parfois dramatique et mortifère) ; de s’en prendre toujours aux conséquences et jamais aux causes. Causes dans lesquelles le dit-serviteur de névrose, est d’ailleurs souvent lui-même impliqué directement ou pas, que ce soit par action ou par inertie. Ces machines a échouer dans leur mission, mais a réussir dans le service à leurs névroses, surencombrent les allées du pouvoir des pseudodémocraties et en font des pièges pour leur victimes.


  • #1143898
    le 19/03/2015 par matrix le gaulois
    Blocage des sites djihadistes : efficacité zéro

    Bref, ce que ce gouvernement aura fait de pire, c’est de me pousser à prendre un compte Twitter ! Je savais que Valls roulait pour eux ! ^^


  • #1143912
    le 19/03/2015 par Colère Bleu Blanc Noire
    Blocage des sites djihadistes : efficacité zéro

    C’est la crétinerie du gouvernement qui fait la promotion du djihadisme, il faudrait commencer à nous expliquer, messieurs Fabius, Caseneuve et Le Drian, comment se fait-il que l’on retrouve des FAMAS entre les mains des djihadistes, en Syrie, alors votre mesure cosmétique de fermeture de sites, on s’en tape, les propagandistes obscènes et nauséeux, c’est vous.
    Et trop, c’est trop, beaucoup trop !
    Vous êtes des criminels de bas étage !


  • #1143943
    le 19/03/2015 par un internaute parmi tant d’hôtes
    Blocage des sites djihadistes : efficacité zéro

    C’est exactement le même topo que pour la DGSI, de tout coeur avec les terroristes, surtout leurs hauts gradés, qui prétendent chercher à les arrêter, mais qui en pratique , par leur quasi- absence d’actions donnent libre champ aux jihadistes pour que ces derniers fassent ce qu’ils veulent.
    Les indicateurs du SCRT (service central du renseignement territorial), ont bien plus l’ordre de surveiller les bonnes personnes comme Mr Soral (en fouillant sans vergogne leurs emails, messagerie de téléphone ...) que les jihadistes sous sponsoring sioniste (pour employer l’expression d’Alain Soral) : les récents départs de jeunes reislamisés par des salafistes à la longue barbe(expression de Mr SOral) pour la Syrie, ou l’étonnante accointance de Coulibay avec Sarkozy en 2009, en sont des signes extérieurs.

    Donc que les soi-disant services de renseignement, comme la DGSI, du ministère de l’intérieur n’aient pas le toupet de venir nous dire que les sites jihadistes vont être bloqués, alors qu’ils ont l’air d’avoir en leur sein des gens pas nets.


  • Le but ce n’est pas du tout la lutte contre le terrorisme, c’est de surveiller et de contrôler les citoyens et les sites qui vont à l’encontre des informations officielles... le flicage des masses.