Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Brésil : vers la destitution du président Temer ?

Lutte contre la corruption ou prémices d’un "printemps latino" ?

Selon le journal O Globo, il aurait été enregistré alors qu’il demandait que la corruption continue. La présidence brésilienne a nié les faits mais plusieurs membres de l’opposition ont demandé sa démission.

 

La politique brésilienne a été de nouveau secouée par une affaire de corruption ce mercredi. Selon le journal O Globo, le nouveau président conservateur, Michel Temer, a été enregistré en train de donner son accord pour des pots-de-vin.

Le quotidien révèle qu’il a rencontré le 7 mars Joesley Batista, un des propriétaires du groupe J&F, qui contrôle notamment le géant de la viande JBS. Joesley Batista s’est enregistré secrètement alors qu’il expliquait au chef de l’État qu’il versait des sommes d’argent à Eduardo Cunha, ex-président de la chambre des députés, actuellement en prison, pour acheter son silence, poursuit le journal basé à Rio de Janeiro (sud-est). Avant d’être condamné fin mars à 15 ans de prison pour corruption, M. Cunha, autrefois l’un des politiques les plus influents du Brésil, avait œuvré en 2016 à la destitution de l’ex-présidente de gauche Dilma Rousseff, pour maquillage des comptes publics.

« Tu dois maintenir ça (les pots-de-vin) », a alors répondu le président Temer, sans savoir qu’il était en train d’être piégé par l’enregistrement de son interlocuteur. Le journal n’a pas encore diffusé le contenu intégral des enregistrements, mais a expliqué qu’ils auraient été présentés aux autorités dans le cadre d’un accord avec la justice en échange d’une remise de peine.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 






Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article