Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Brzezinski : "Qui sera le gagnant d’une guerre US contre l’Iran ? Poutine !"

« La guerre contre l’Iran sera la guerre la plus stupide », selon Brezinski, conseiller à la sécurité nationale américaine sous la présidence de Jimmy Carter.

Au cours de ces dernières semaines, et à l’approche des négociations entre l’Iran et les 5+1, les appels à une attaque américaine contre l’Iran ont quelque peu diminué, mais les spéculations, à cet égard, se poursuivent. Selon Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller à la sécurité nationale américaine, une telle guerre sera la guerre la plus stupide dans laquelle les États-Unis pourraient être impliqués.

Dans un article publié dans le Washington Post, il a examiné les spéculations concernant une attaque contre l’Iran et les conséquences qu’une telle action pourrait avoir pour les États-Unis. « Le Sénat se réunira, bientôt, pour se prononcer sur les candidats désignés, pour occuper les fonctions de secrétaires d’État et à la Défense, et l’éventuelle action militaire contre l’Iran constitue l’une des questions qui seront débattues, sérieusement », précise Brzezinski.

La presse israélienne a diffusé, récemment, les déclarations d’un ancien membre du Conseil de la sécurité nationale américaine qui avait prétendu que les États-Unis attaqueront l’Iran en 2013. Évoquant ces sujets, Brzezinski juge nécessaire de débattre, sérieusement et méticuleusement, la question de la paix ou de la guerre avec l’Iran, tout en mesurant les intérêts nationaux des États-Unis. Bien que le président américain, Barack Obama, ait refusé, jusqu’à présent, de se soumettre à un engagement, pour attaquer l’Iran, cependant, l’absence d’un accord avec l’Iran, au sujet de son programme nucléaire, augmentera forcément les pressions des tenants de la ligne dure, à l’intérieur et à l’extérieur, pour lancer une action militaire contre l’Iran. L’ancien conseiller à la sécurité nationale américaine estime que l’entrée dans une autre guerre aurait cinq conséquences pour les États-Unis :

1 – Quelle serait l’efficacité des frappes militaires américaines contre les installations nucléaires iraniennes ? Cela durerait combien de temps et quels en seraient les frais humains, pour le peuple iranien ?

2 – Quelles seraient les mesures de rétorsion de l’Iran et quelles en seraient les conséquences, pour la stabilité de la région ? Dans quelle mesure, l’instabilité, qui en découlerait, porterait atteinte aux économies européennes et asiatiques ?

3 – Peut-on justifier l’attaque américaine dans le cadre des standards internationaux, et le Conseil de sécurité, où la Chine et la Russie disposent d’un droit de veto, approuvera-t-il une telle action ?

4 – Israël dispose de plus de 100 ogives nucléaires. Par conséquent, dans quelle mesure est valide cet argument que l’Iran pourrait se doter d’un arsenal nucléaire, pour attaquer Israël ?

5 – Est-ce que, au lieu d’enclencher la guerre, dans une région, prête à s’embraser, les engagements stratégiques, de la part des États-Unis, peuvent-ils aboutir à des arrangements plus durables et prudents, pour neutraliser la menace nucléaire potentielle de l’Iran ?

Partant de là, l’ancien conseiller à la sécurité nationale américaine constate que, selon la meilleure estimation, l’attaque limitée américaine ne pourrait avoir qu’un effet éphémère. Les frappes d’affilée seront plus efficaces, mais elles augmenteront les pertes humaines et accroîtront le risque de l’émission de substances radioactives. En outre, le nationalisme iranien se dirigera vers une haine accrue et durable vis-à-vis des États-Unis. En revanche, l’Iran peut rendre difficile, par la réactivation du front de guerres irrégulières, la vie des troupes américaines, dans l’Ouest de l’Afghanistan. L’Iran peut également se livrer à des activités en Irak pour affecter toute la région, et il pourra transférer ces activités vers le Liban et même la Jordanie. Il est vrai que la marine américaine sera capable de maintenir ouvert le détroit d’Ormuz, mais la hausse des coûts d’assurance, pour les cargaisons pétrolières, affectera, négativement, l’économie de l’Europe et de l’Asie et les États-Unis en seront considérés comme responsables.

Compte tenu de la présence affaiblie des États-Unis à l’ONU, où les autorités américaines n’ont réussi qu’à obtenir le soutien de 7 pays pour s’opposer à l’adhésion de la Palestine, on peut prévoir que l’attaque américaine, sans l’autorisation de l’ONU, contre l’Iran, déclenchera une vague de colères et de protestations, à l’échelle mondiale, dont le résultat sera l’isolement, sans précédent des États-Unis sur la scène internationale d’autant plus que ce pays est actuellement confronté à des troubles prolongés dans la région. Le Congrès doit tenir compte du fait que les amis des États-Unis au Moyen-Orient et en Europe qui soutiennent l’action militaire contre l’Iran observent le silence quant à leur disponibilité à verser leur propre sang dans un nouveau conflit au Moyen-Orient.

Le pire, pour les États-Unis, serait que ce soit le président russe, Vladimir Poutine, qui soit le vrai gagnant de cette guerre démesurée, car il saura vendre le pétrole à un prix qui lui semble bon, à l’Europe, et il pourra agir, en toute liberté, avec la Géorgie et la République d’Azerbaïdjan.

L’ancien conseiller à la sécurité nationale en conclut que l’échec de parvenir à un accord satisfaisant avec l’Iran ne doit pas justifier le déclenchement d’une autre guerre, qui ne se limitera pas à l’Iran. Autrement dit, les États-Unis devront éviter une guerre qui n’est pas soutenue par le peuple américain, ni même par les Israéliens.

Pour aller plus loin avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.