Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Canicule de 1975 : quand le JT conseillait de boire 1,5 litre de bière par jour

Autres temps, autres mœurs. Aujourd’hui, un tel sujet dans un JT mettrait le feu au poudres des associations jusqu’au ministre de tutelle, même s’il n’y a pas de ministre de l’Alcoolisme (il y a des députés inféodés au lobby viticole mais c’est un autre sujet). On a bien un ministre de la Santé, la Buzyn, mais elle est très occupée à nous vendre ses vaccins contre la paupérisation du Big Pharma et à serrer le cou des urgences un peu partout en France.

 

Il y a 44 ans, au siècle dernier, celui où les Français étaient encore libres, on conseillait en rigolant de boire « six pintes par jour » en cas de grande chaleur. La bière n’est pas un alcool blanc (à 45 degrés) mais quand même, six mousses dans le cornet dès 11 heures du matin, selon la prescription croisée de l’aubergiste et du journaliste, ça vous met dans un état quelque peu second... Surtout si l’on travaille.

Et puis une autre chose plus grave encore ne passerait pas les éliminatoires en 2019 : les plans serrés sur les jambes, le cul et les seins des filles. À 0’51, la voix off lance le sujet sur les « gens heureux en ce moment », les patrons de bistrot, en laissant bien la caméra traîner sur une blonde aux formes appétissantes (avec gros plans de la 34e à la 37e seconde).

Imaginez les hurlements de notre ministre de la Censure sexuelle, la grande et grosse Schiappa, qui oublierait complètement les consignes de santé publique – 2 verres de vin par jour pour les femmes, 3 pour les hommes, et par semaine 10 pour les femmes et 15 pour les hommes – pour réprimer dans le sang les auteurs absolument fous d’un reportage aussi discriminatoire.

L’autre intérêt de ce petit sujet déniché par les services de l’INA, qui ont balancé cette bombinette à dessein, c’est la deuxième lecture. Qu’est-ce que la deuxième lecture ? C’est ce que ne dit pas le sujet dans la voix off ou par l’image directement, mais ce que dit l’agencement des images, et ce qui va tout droit dans l’inconscient. Comme on parle de lecture entre les lignes, il existe une lecture entre les images. En l’occurrence c’est assez simple, le mec qui a fait le reportage aime mater les gonzesses et s’envoyer des bières. Mais cela peut aller plus loin, en cas de sujet plus politique.

Aujourd’hui, dans les médias dits dominants, et qui le sont de moins en moins, la seconde lecture est devenue primordiale : il faut décrypter le discours oligarchique qui suinte par tous les pores et qui veut apparaître comme bon, alors que l’objectif de la caste aux commandes est de nous contrôler et de nous faire les poches. Ceux qui résistent à cette double action sont alors considérés comme de mauvais citoyens, sources de tous les maux.

Les médias mainstream, qui ont été dépassés un temps par la revigorante relecture venue du Net, tentent aujourd’hui d’adapter leur discours à la vigilance renforcée des citoyens, à un niveau de conscience supérieur. C’est pourquoi nous voyons fleurir ici ou là des éléments de langage qui tentent de reprendre les revendications d’en bas pour mieux les rouler dans la farine. Le discours publicitaire et le discours politique font ça très bien, d’ailleurs c’est la même chose. Il s’agit de servir aux gens le même poison oligarchique mais en l’enrobant des dernières préoccupations en date : la sécurité, par exemple, ou la liberté.

Au bout du compte, le Mensonge – la première lecture – s’améliore, s’affine, ce qui oblige les citoyens lucides à être encore plus vigilants, à augmenter leur niveau de conscience. Il y a la lecture superficielle et la lecture profonde des choses. Chez un nombre grandissant de Français, la deuxième lecture – celle qui renifle les (mauvaises) intentions, celle qui cherche immédiatement qui parle et pour quoi, pour qui, pour quel(s) intérêt(s) – est devenue une seconde nature.

 

À ne pas manquer, sur E&R :

 






Alerter

67 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2225425
    Le 24 juin à 21:59 par Le moins pire d’entre nous
    Canicule de 1975 : quand le JT conseillait de boire 1,5 litre de bière par (...)

    Je trouve que l’on voit davantage de "cul" aujourd’hui qu’à l’époque !

    Les bien pensants s’insurgent contre les comportements des hommes, pas contre les tenues des femmes qui sont au contraire encouragées à se découvrir toujours un peu plus !

     

    Répondre à ce message

    • @le moins pire d’entre nous..........aujourd’hui on voit du cul dominant, méprisant et vulgaire ( tatoué et piercé )...tristement indifférent aux regards qui prétendent le caresser !...pas du cul champêtre ou gentiment citadin, à la Joël Séria, quoi !...à l’époque point d’homasses pour singer les hommes .

       
  • Notre cher Thierry Casasnovas, nous conseille le jus de comcombre et céleri, il attenu la soif et ralentit considérablement la déshydratation.
    Pour preuve des copains triathletes de chez Lagardère triathlon ne carbure qu’à ça.

     

    Répondre à ce message

  • Pas plus ridicule que la recommandation stupide sortie d’on ne sait où d’1.5 par jour.
    En effet ce genre de recommendation n’ont absolument aucun sens car elles ne tiennent pas compte de la variabilité des individus et des conditions. Un lascar d’1m90 pour 90 kg bossant sur un chantier alors qu’il fait 32° à l’ombre aura certainement besoin plus d’1.5 pour étancher sa soif qu’un gugusse de d’1m70 pour 65 kg bossant dans un bureau climatisé...perso les fois où je bosse quand il fait plus de 30 degré à l’ombre avec un fort taux d’humidité atmosphérique sur une journée entière je peux engloutir jusqu’à 8 litres de flotte ! Si je me contentais des 1.5 L recommandés par les "experts" je serais probablement hospitalisé avant la fin de la journée. Et à l’inverse se forcer à boire de la flotte quand il n’y a aucune raison de le faire, comme le fond certains gogos qui mordicus tiennent à engloutir 1.5 L d’eau par jour parce un docteur à la télé a dit que c’était bien...cela impose une charge de travail inutile au rein...
    Ce genre de recommandations débiles est assez emblématique d’une époque d’infantilisation et d’abrutissement des masses ! Désormais les gens ont besoin qu’on leur dise quand il faut boire, comment il faut boire...Purée ! S’hydrater est un des comportements de survie les plus basiques qui soit !

     

    Répondre à ce message

  • Les filles sont magnifiques !!!
    c’est tout ce que j’ai retenu du reportage...

     

    Répondre à ce message

  • La vie marche à contre-sens de celui indiqué par les puritains qui nous gavent de leur morale culpabilisante.

    Les Schiappa, les Hidalgo, les Khalifat, les « associations », tous ces pourfendeurs de « la haine » sont des Calvin dépressifs à faire pleurer des séraphins. Brel les a bien croqués dans le premier couplet de Je suis un soir d’été. Ces faux-culs en souffrance prétendent régenter la manière dont on rit, la façon dont on exulte. Or ils ont beau parler de sexualité et de santé à longueur de temps, ils ont beau organiser de tristes défilés qu’ils souhaiteraient carnavalesques, ils expirent l’agonie et sentent la charogne, zébrée de coulures vertes sur des fonds bordeaux de chairs pourries.

    On oublie combien Rabelais est un immense auteur, d’une culture généreuse, tout en largesses, sous ses airs d’as du prout. Pour résister aux avancées de la sinistre idéologie anglo-saxonne, il faut lire et relire des passages de Rabelais et « cracher quelques gauloiseries » avec Brassens. Puisqu’il est question du Nord, des maisons espagnoles des places d’Arras, de ses géants de Douai, du carnaval de Dunkerque, des bêtises de Cambrai, de ses patois, de ses filles aux gros tétons dégustés par Rimbaud Au Cabaret Vert, et de ses hectos de bière, écoutons un peu Les Capenoules qu’on entend sur la bande-son.

     

    Répondre à ce message

  • oui , le problème avec les gens nés dans les années 50 et qui se révoltent devant tout ce qu’on nous fait, toutes les dérives et dégradations de la société actuelle : ils ne pensent pas que la jeune génération, née après 1990, elle n’a jamais connu rien d’autre ! les jeunes ne peuvent même plus comparer avec la France des années 50 et 60 et s’épouvanter de tout ce qu’on a perdu depuis ;
    Ils sont nés sous les caméras de vidéo-surveillance, le chômage, et les bavures policières, les innombrables obligations et privations qu’on nous impose sous le nom de "citoyenneté", et ils pensent que c’est normal !!
    et ils ne sont même pas choqués qu’on fasse tatouer les animaux, comme les nazis tatouaient les déportés d’Auschwitz,
    et ils sont nés dans une France où toutes les églises sont fermées, ils ne savent pas que des églises normalement c’est ouvert, normalement !

    Toutes choses, et bien d’autres encore, qu’en 1960 personne n’aurait jamais au grand jamais imaginé que ce serait un jour seulement envisageable !!!

    etc, etc, c’est valable pour plein de domaines, et de nouvelles technologies et pratiques (et propagandes, et conditionnement des gens) de ce que Sylvain Timsit a nommé le Libéral-Fascisme.

    ils n’ont pas connu la société civilisé (ni la lutte syndicale ! ni la sécurité de l’emploi, ni l’échelle mobile des salaires) qu’on avait alors.
    Ils n’auront plus les velléités de révolte, car ils ont été éduqués à la soumission, l’ont intériorisée, et ne savent pas qu’on peut vivre autrement.  

    et c’est pourquoi on assiste au "spectacle obscène d’une population soumise et indifférente"

     

    Répondre à ce message

    • Oui et pour dire ce que vous n’osez pas dire, c’est cette génération qui a tout laissé passé en 70/80 et qui vient pleurnicher aujourd’hui en nous traitant de petit con ! Non mais des fois !! Mais bon, passons...il y a du taf.

       
    • Incroyable cette inversion des charges.
      La génération année 60-70, les baby boomers sont ceux qui sont allé se défoncer en boite de nuit, ont cédé à toutes les sirènes de la culture américaine à nous faire bouffer des années 80 jusqu’à encore aujourd’hui.
      C’est votre génération qui a engendré tout cela, et c’est ceux nés dans les années 90 qui vont tout éponger parce qu’on aura pas le choix et qu’on veut surtout pas ressembler à votre génération a moitié alcoolique/divorcée/séparée de ses parents et bien d’autres choses.
      C’est votre génération qui a mit la première ses parent en EPHAD.
      On reconnait le fruit à son arbre, monsieur le gland ! Les année 60 c’est l’arbre, au cas ou tu n’auras rien compris.
      C’est ta génération qui se soumet depuis 40 ans mon gars, ouvre les yeux !

       
    • T’énerves pas Klem, cela ne sert à rien...moi je suis de la génération désenchantés (milieu 70) et elle porte bien son nom ! Sortis des études vers la fin 90 puis armée (oui on n’y avait encore droit...mais bon) et je me bat contre les moulins avec le coup de grâce en 2005. Bref, il y a tout de même beaucoup de gens de cette génération et même plus vieux qui se battent pour la vérité. Tiens, regarde Alain.. et regardes autour de toi, il y a aussi un bon nombres parmis les plus jeunes qui ne voit que par le fric er le systeme anglo/amerloque...non ? Mon vieux disait : "bouffer ou être bouffé"..il faut se parler, s’unir, et informer, c’est la seul solution car la bête est très puissante. Dans ma génération, il y a cette petite p... de micron mais beaucoup de gens qui se battent. Oui c’est compliqué.

       
    • Je vois pas se qu’il y a de mal à tatouer des animaux, c’est avant tout pour la traçabilité, cela c’est toujours fait. Y a rien de nouveau.

       
    • @Poil À Gratter Purée j’ai jamais vu une génération aussi égoïste. Ça fou en l’air le pays et ça ose se la ramener innocemment pour demander : "Mais comment en est-on arrivé là ?"

       
    • Michelly58

      Le com’ énervé de Klem va dans votre sens mais habitant dans une région hautement touristique (en ce moment ce sont les retraités) je peux vous dire que toutes les générations ont leurs lots.
      Pas plus tard qu’hier (et c’est tous les jours) je me suis encore fais bousculer à la boulangerie (ou le bonjour à disparue) et nous en avons encore rigolé avec la patronne qui a dit un peu fort : Oui c’est la guerre !. Point de vue égoïsme j’ai des exemples à la pelle..et dans toutes les générations. Trouvez déjà des "gaulois" et ensuite parlez leurs ou écoutez et vous verrez...mais si dans votre famille, les jeunes se comportent comme vous le dites...comment dirais-je : Qui sont les parents ? Faut restez zen mais oui il y a des égoïstes de tout âge et je suis gentil !

       
  • Dans quel pays de facho est tourné ce reportage ? Il n’y a que des blancs...ce n’est pas normal...

     

    Répondre à ce message

  • #2225958

    Les archives INA c’est toujours mortel pour la pensée obligatoire !

    Nous les vieux, plutôt que de toujours pleurnicher comme Zemmour sur "avant", tu montres une archive INA aux jeunes générations, et voilà !

    T’as vu ce qu’on avait comme copines ?

    All’ est bellote , hein ?

    Est-ce que t’as vu quelqu’un qui avait peur, qui était triste ou dans la dèche ?

    Personne !

    Si : y avait con béni et BHL qui étaient déjà nés, on sait pas trop comment ni pourquoi.

    Mais on les entendait pas : on s’en foutait.

    Notre sujet c’était :

    - combien l’Académie de médecine peut elle nous recommander de litres de bière /jour ?
    - alors qu’aujourd’hui la question est combien de litres d’eau minérale vous devez prendre pour ne pas vous faire piquer tous vos points ?

    L’eau minérale tue.
    C’est une boisson de cadavre.

     

    Répondre à ce message

  • Canicule... direction le village, bistrot, terrasse , collègues, parasol et binouze !
    Village, bistrot, , terrasse c’est la solution à beaucoup de choses

     

    Répondre à ce message

  • Un moment les autorités fustigeaient la bière en disant que cela faisait grossir, alors que c’est bon pour les cheveux. Maintenant qu’ils voient qu’il y a un petit billet à se faire elle été remis au goût du jour.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents