Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Carnage à Houla : entre vérité et arnaque

Il serait incrédule de croire les versions des faits véhiculées par les différentes factions de l’insurrection syrienne sur ce qui se passe en général et s’est passé dans la localité de Houlé, (que tout le monde appelle désormais Houla).

D’innombrables fois, celles-ci ont fait preuve de mensonges ou d’omissions, comme ce fut flagrant dans l’affaire des Libanais kidnappés par l’ASL.

Concernant le carnage horrible de Houlé, très peu de données sont sures et certaines. Seule une enquête peut trancher. La donnée la plus certaine reste le bilan final de ses victimes : 114 personnes massacrées d’une façon horrible, dont 32 enfants de moins de 10 ans. Mais qu’en est-il du quand et comment ils ont été tués : très peu en parlent. Quoi de plus facile d’accuser le régime, comme c’est le cas dirigeants occidentaux et arabes, relayés par les agences et les medias, à la veille de la visite du responsable onusien Kofi Annan et d’une réunion du Conseil de sécurité.

Les observateurs ne manquent pas de le constater qu’à chaque fois qu’il y a une échéance onusienne, il faut s’attendre à une escalade sécuritaire imputée au régime.

Tués à bout portant et non dans des bombardements

Or, une autre donnée est aussi sure qu’apparente, celle montrée à travers les images des victimes présentées par les chaines de télévision et sur la toile et que très peu tentent de décortiquer : l’horreur des images étant à elle seul dissuasive.

Ainsi, la majeure partie des victimes, surtout les enfants montrent des traces de balles dans la tête et le visage, un peu mois dans la partie supérieure du corps. L’un d’entre eux pourrait laisser croire qu’il a été égorgé. Mais l’éventualité d’une balle tranchante est aussi plausible. Un bébé semble quant à lui avoir été assommé d’une hache à la tête aussi. L’une des photographies montrent des traces de sang sur le mur.

Il en découle que la plupart des martyrs ont été liquidés à l’arme à feu, à bout portant.

Ces images affreuses sapent la version disant « qu’ils ont péri dans des bombardements intensifs des forces gouvernementales », version véhiculée par l’Organisation syrienne des Droits de l’homme (OSDH) à travers les agences internationales à longueur de la journée de vendredi 25 mai puis du samedi.

Lorsqu’il y bombardement, cela veut dire que les maisons sont détruites ou endommagées et que les cadavres ne peuvent qu’être délabrés et poussiéreux. Ce qui n’est pas du tout le cas dans le carnage de Houlé. Les maisons sont intactes, on voit à peine les traces de coups de feu sur les murs ou les sols. Les victimes semblent avoir été abattues une à une, dans les chambres, dans les couloirs ou sur les étages...

Même les observateurs onusiens dépêchés sur les lieux du massacre n’ont pas distingué cette nuance. Après avoir imputé aux forces gouvernementales la responsabilité du massacre, ils ont observé que la ville a été bombardée aux obus de char.

Les images sapent aussi la deuxième version des faits, différente de la première, mise en exergue par des journaux arabes financés par l’Arabie saoudite comme dans le journal arabophone publié à Londres Al-Hayat, et dans lequel Il est question de « voyous du régime (chabbiha) qui ont investi les périphéries de la ville après des manifestations, puis ont ouvert le feu dans ses rues, ont perquisitionné ses maisons et ont égorgé la plupart des femmes et des enfants à coups d’armes blanches ».

Elle avance l’assassinat aux armes blanches de la plupart des victimes. Ce qui est aussi inexact. Constats : cette version évite de constater qu’elles ont été tuées à bout portant. De plus, elle évite de signaler que des bombardements intensifs ont eu lieu. Il est vrai que ceci aurait sapé leur logique des évènements, sachant qu’il est incompatible de bombarder intensivement une région et de l’investir en même temps.

Cette diversité des versions a même été constatée par le site en ligne syrien Syria Truth (opposition de gauche hostile au régime et à l’insurrection en même temps) et qui avait évoqué dans son numéro de samedi « un massacre commis par les forces gouvernementales lors de bombardements intensifs contre la région de Houlé dans le cadre d’accrochages avec des dizaines d’homme armés takfiris ».

Il rapporte entre autre la version avancée par le Comités de coordination de la révolution qui évitent quant à eux d’accuser l’armée régulière et accusent les habitants alaouites : « la région de Houlé est habitée par une majorité sunnite, alors que les villages situés au sud sont habitées par une minorité alaouite et ce sont ceux-là qui ont attaqué les villages ... », relate le CRC.

Des accrochages : pourquoi personne n’en parle

Hormis cette diversité, un cordon ombilical relie ces versions des différentes factions de l’insurrection syrienne : elles évitent toutes d’évoquer qu’il y a eu des accrochages entre les forces de l’ordre et les insurgés. Il s’agit là d’une leur ligne éditoriale, depuis l’éclatement de la crise syrienne, qui veut laisser croire que les forces de l’ordre ouvrent le feu contre les civils et non contre les hommes armés. (Quoique les images vidéos mises en ligne ne montrent jamais ceci). Ce qui aurait pour effet d’alléger ses torts au regard de l’opinion publique.

Ces accrochages ont par contre été évoqués dans la conférence de presse du porte-parole du ministère des affaires étrangères Jihad Makdessi. « Des centaines de personnes, armées de différentes sortes "d’armes lourdes" ont lancé l’assaut contre la localité de Houlé après s’être rassemblées en groupes dans plusieurs régions,..., les forces de sûreté et du maintien de l’ordre n’ont pas quitté leurs positions et étaient en état de légitime défense », relate Makdessi. Lequel a tenu à notifier qu’aucune char n’était entré à Houlé et que l’artillerie n’était pas du tout pointée sur la zone du massacre.

Selon lui, les hommes armés s’étaient rassemblées vendredi à 14heures puis ont mené leur attaque à bord de pickups transportant des armes lourdes dont des mortiers, des mitrailleuses lourdes, des projectiles anti-char. (Des armements acheminés dernièrement via la frontière libanaise, selon les aveux des chefs de l’insurrection au quotidien Al-Akhbar)

Il a ajouté que les forces gouvernementales dans cette région ne se trouvaient que dans cinq positions, "toutes en dehors de la zone du massacre", et que l’offensive entamée à "14heures s’était poursuivie jusqu’à 22h , faisant trois martyrs parmi les éléments des forces de l’ordre, et 16 blessés dont les blessures de certains sont fort graves. Il a aussi fait état de corps carbonisés du fait des armes lourdes employées. (Samedi, les autorités syriennes avaient organisé les obsèques de 23 soldats et éléments des forces de l’ordre tués vendredi.)

Makdessi reconnait aussi, que certaines régions sont désormais sous le contrôle des insurgés. Le gouvernorat de Homs est sans doute le plus concernée.

Régions incontrolables et zone tampon

L’aveu est soutenu par les témoignages des rescapés de Houla qui ont quant à eux fait état de pressions monstres qu’ils subissent de la part insurgés, les sollicitant à se rallier à l’insurrection et demandant aux hommes de rejoindre leurs rangs. Et comme ils ont refusé, on leur a dans un premier temps incendié leurs champs agricoles. Ainsi que l’hôpital public.

Autre indice de ce contrôle : ce sont, comme le montrent le vidéos sur la toile, les insurgés qui ont organisé les obsèques des martyrs de Houla. Les éléments des forces de l’ordre étant totalement absents.

Plus encore, samedi, d’autres massacres ont été perpétrés dans les villages de Shoumariyé et de Tel Do, dans la province de Homs et qui semblent s’inscrire dans le prolongement de celui de Houla. Dans le premier, ce sont les 8 membres de la famille Abdallah et deux autres de la famille Ello qui ont été massacrés. Une vingtaine de maisons y ont été incendiés. Alors que dans le deuxième village, les insurgés ont tué trois hommes, une femme et trois enfants de la famille Sayyed.

Au fil de ces massacres, une conclusion est incontournable : après avoir vidé le gouvernorat de Homs des chrétiens, et des alaouites, il s’agirait maintenant de le vider des musulmans sunnites, qui soutiennent encore Bachar el-Assad. Ce qui rime d’ailleurs avec les évènements de la ville libanaise du Nord, Tripoli, limitrophe de Homs, visant à l’évacuer de l’armée libanaise...

Le tout pour y instaurer la zone-tampon...

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #158837

    Les dirigeants occidentaux veulent déclencher une grande guerre par tous les moyens possibles vous avez qu’à voir un coup ils font chier l’Iran un coup c’est la Syrie tout ça est trés inquiétant car ils vont finir par nous mettre en guerre contre la Chine et la Russie lesquels ont des interêts stratégiques avec la Syrie ou l’Iran . François Hollande a le profil typique de l’idiot irresponsable , celui-là il risque d’être pire que Sarkozy militairement mais cette fois on risque de se prendre un retour de flamme dans la tronche nos villes pourraient être touché parceque leur manège ça marche un moment mais un jour on sera perdant ça peut pas marcher à tous les coups ...

     

  • #158855

    - « Le gouvernement syrien nie toute responsabilité dans le massacre de Houla et donne sa version des faits » infosyrie.fr : http://www.infosyrie.fr/actualite/l...

    - « Carnage à Houla : L’ASL enrôle les enfants morts » infosyrie.fr : http://www.infosyrie.fr/actualite/l...

    Et quand bien même l’armée tuerait des civils parfois (ce qui est très probable comme partout) c’est en attaquant des regroupements d’opposants armés parmi les civils, eux ils n’ont aucun intérêts à tuer des syriens civils non-armés, même opposants (pour leur image, pour ne pas que le rangs de l’opposition gonfle et par principe). ça change rien à la donne. C’est tragique, c’est l’occident et les groupes armés qui sont responsable de ce chaos, le gouvernement utilise son droit le plus stricte de défenseur leur pays contre une déstabilisation minoritaire et qui plus est aidée de l’étranger. Quand à ce massacre de Houla je ne crois pas une seconde que c’est l’armée qui a tué ces civils, d’abord il y a les arguments pro-syrien qui sont bons et ensuite ce n’est pas du tout dans l’intérêt de Bachar E-Assad (ça tombe bien avant la réunion à l’ONU...). D’ailleurs les russes ne sont pas dupes.

    Notons que les occidentaux disent qu’ils ont été tués par des bombardements et tirs de l’armée alors que les renseignements russes je crois disent que les corps montrent qu’ils ont été exécuté au couteau et/ou à bout portant... (Comme au Kosovo où les médias montrait des charniers soi disant de peloton d’exécution alors que qu’ils avaient été tué dans des combats de tirs lointain, stratagème comparable de manipulation).

    Notons aussi que pour la première fois, le régime syrien et les russes disent avoir constatés que les opposants étaient très lourdement armés sur du pick-up de grosses puissances. Et ils attaquent des villages et bâtiment gouvernementaux de manière professionnel, simultané et ordonné (ça sent l’encadrement des services occidentaux et l’armement Qatari comme jamais... l’apparition d’opérations commandos très pro pour les prises de contrôle de territoires et locaux.. et moins de rentre dedans à la kamikazes amateurs).

     

    • #159132

      Bien que vous semblez parler avec nuance (chose rare sur ce sujet ici), mais votre parti-pris embrume votre "analyse".
      Vous ne croyez pas que c’est l’armée syrienne qui a commis le massacre (celle-ci n’a fait que bombarder et les "bandes armées" en ont profité pour massacrer, super la thèse !) car le mobile semble absent selon vous ?
      D’abord il faut savoir que ces derniers jours deux faits marquants se sont produits : l’assassinat de Maher, le frère du président Bashar et l’assassinat de plusieurs membres de la cellule de crise dont Assef Shawkat, le puissant beau-frère de Bashar. Certains diront que ce ne sont que des rumeurs, or le démenti timide du gouvernement et la confirmation par des hauts officiers de l’ASL entre autres, qui mettent là en jeu leur crédibilité, rendent la chose presque certaine.

      Autre chose : la défense des pro-Bashar étrangers ne sort jamais du déni de la réalité ("Bashar n’a pas intérêt à le faire", "c’est pas son genre !") maquillé d’une pseudo-analyse géopolitique fumeuse (l’Iran machin, Israël veut.., AS et Qatar complotent, etc.), or les faits sont là : la répression sanglante est bien réelle et elle est bien documentée, et le régime syrien a un long passif sanguinaire que PERSONNE ne nie !

      Enfin, de grâce, lisez la presse avant 2011 et sortez de ce paradigme des gentils résistants vs. méchants impérialistes sionistes ! Avant 2011, le Qatar était l’ami du Hezbollah et de Bashar (cheikha Mouza, épouse de Hamad, était même l’amie personnelle de Asma al Assad), Bashar était à 2 doigts de signer un accord de "paix" avec Israël, Nasrallah promettait de rester un mouvement national (càd, accepter le statu-quo libanais et ne pas s’immiscer du problème entre Palestiniens et Israéliens), les relations Saoudo-syriennes était au beau fixe, la Syrie participait activement à la "guerre contre le terrorisme" menée par l’Empire (torture et interrogatoire des suspects remis par la CIA à cette fin), etc.


    • #159239

      Il me semble que c’est plutôt vous, Arzaw, qui faîtes de la géopolitique fumeuse, ou en tout cas retardataire. Je me propose donc, gracieusement, de vous faire un petit cours afin que vous puissiez rattraper votre retard.
      En 2008, après le massacre de militants du PSNS (lié au 8 mars dit « pro-syrien », et donc au Hezbollah) par des membres du Courant du Futur de Hariri, des combats violents entre forces du 8 mars et du 14 mars (pro-occidental et saoudien) avaient éclaté au Liban. S’en était suivi la signature d’un accord, l’accord de Doha, entre factions libanaises et une amélioration des relations saoudo-syrienne, sous patronage qatari. Le problème de l’accord de Doha est qu’il laissait dans le flou la question du TSL (Tribunal International sur la mort de Rafik Hariri). La tentative d’un gouvernement d’union nationale ayant achoppé du fait de cette question du TSL, une des principales pommes de discorde entre Hariri et le Hezbollah, le Hezbollah et Amal (entre autres) s’étaient retiré du gouvernement devenu illégitime et finalement le retournement de Walid Joumblatt avait expulsé Hariri – et donc les Saoudiens – hors du pouvoir, et ce malgré l’élection d’un président « neutre », Sleimane, qui avait écarté le candidat naturel du 8 mars, Aoun. Du coup un autre gouvernement dirigé par un sunnite non lié à Ryadh, Najib Mikati, en collaboration avec les forces du 8 mars, s’était mis en place en 2010. Ce gouvernement, même s’il n’est pas inféodé à l’axe Damas-Téhéran dans sa composante sunnite, comprend des forces chrétiennes et chiites qui en sont indéniablement proches. L’Arabie saoudite a donc vu dans l’établissement de ce gouvernement la tentative de Damas de rester la seule puissance influente avec l’Iran au Liban à l’exclusion de Ryadh. De ce moment – 2010 donc ! – date la dégradation des relations entre Damas d’un côté et Ryad et Doha de l’autre.
      Et ceci sans parler du dossier irakien où le fait que Damas ait récemment cessé de soutenir l’insurrection sunnite conte le chiite al-Maliki a été perçu comme une avalisation par Damas de la tutelle iranienne sur l’Irak, chose inadmissible pour les pétromonarchies.


    • #159241

      Je vais maintenant corriger, Arzaw, quelques unes de vos erreurs intéressées.

      Si la Syrie a bien participé à la « guerre au terrorisme » entre 2001 et 2003 (au moins), en acceptant la sous-traitance de l’appareil de torture américain, dans l’espoir de s’attirer les grâces de l’Oncle Sam, cette relation a progressivement cessé entre 2003 et 2005, d’une part à cause de l’opposition de Damas à la guerre du golfe et son soutien à l’insurrection sunnite, d’autre part à cause de la volonté américaine d’évincer Damas du Liban. Le 1er train de sanctions unilatérales de Washington contre Damas date de 2003 (Syria Accountability Act – sanctions régulièrement revotées au Congrès depuis). A la suite de la pseudo-révolution du Cèdre au Liban en 2005, en partie financée par les Américains, les tensions s’étaient encore avivées et Damas était clairement dans la ligne de mire de l’équipe de Bush Jr. Je vous rappelle en passant que plusieurs membres de cette équipe néo-conservatrice avaient auparavant signé un mémorandum en 1998 pour Netanyahou (« A strategy for securing the realm ») qui invitait les Israéliens à concentrer leurs efforts sur la destruction de l’Irak puis ensuite sur le démantèlement de la Syrie. Par la suite l’échec des négociations syro-israéliennes (sous patronage turc) sur la rétrocession du Golan avaient détérioré les relations syro-américaines au point où nous les trouvons aujourd’hui. Vos analyses, encore une fois, datent un peu !

      Enfin pour ce qui est des rumeurs autour de la mort de Maher, elles sont à l’heure actuelle invérifiables – même si elles peuvent être vraies - et je vous rappelle que les rumeurs sur des personnalités du régime émanant des opposants syriens se sont souvent révélées fausses. Par exemple certains proclamaient qu’Asma s’était enfuie à Londres, ou plus tard qu’elle était tenue captive par son mari, avant qu’elle n’apparaisse dans une manifestation publique pro-Bachar.
      Enfin que les saoudiens et les qataris financent et arment des groupes d’insurgés syriens est une chose documpentée, y compris dans la presse mainstream , et il n’y a rien là de fumeux. Al-Thani avait d’ailleurs même déclaré en 2011 qu’il pourrait sous peu prier à la mosquée des Omeyyades (sous-entendu qu’Assad n’y serait plus). Vous connaissez la fable de la grenouille et du bœuf ?


  • #158910
    le 28/05/2012 par le chat rouge
    Carnage à Houla : entre vérité et arnaque

    Viet-Nam, Irak1, Yougoslavie, Afghanistan, Irak2, Liban, Libye ... False flag, mediaensonges ... comment osent-ils encore mettre en scène les mêmes manoeuvres satanistes et croient-ils encore que le monde va avaler leurs couleuvres ?

     

    • #158934

      Bah...apparement si, je parle souvent avec des collgue qui y croit dur comme fer, beacoup de francais vois bachar-al - assad comme un fou sanginaire.

      Que dieu tout puissant, protege le peuple syriens contre cette destabilisation.


    • #158956

      Je crains que la liste va très vite s’allonger : Syrie (imminent), Iran, ensuite Pakistan, voire Chine ?
      L’OTAN me fait penser à un criminel en série jamais attrapé. Il ne s’arrêtera pas de lui même.


    • #159042

      à mon avis l’affaire syrienne va finir en guerre entre elle et le Liban


  • #158945
    le 28/05/2012 par Acte patriote
    Carnage à Houla : entre vérité et arnaque

    L’onu est donc complice de ce massacre en cautionnant la thèse de l’osdh malgré les constatations sur place. Le droit international, déjà si sélectif sur le crime contre l’humanité et la légitime défense, n’hésite même plus à pratiquer la diffamation pour couvrir des meurtres de civils innocents.
    Même le règne animal ne peut s’abaisser à ce point.
    Comment, après avoir peut-être espéré en eux un moyen de rétablir la vérité et la paix, M. Bachar El Assad et le peuple syrien peuvent-il envisager la prochaine visite du médiateur criminel et supporter la présence sur leur terre de ces vermines d’observateurs ???


  • #158970

    En ce moment c’est le règne du 2 poids 2 mesures et du cynisme !

    Tandis qu’au Bahrein pas un mot du peuple qui résiste héroïquement avec de simple cocktail molotovs face aux 2000 soldats saoudiens !

    Nada, Black-out,Silence total !

    Les Atrocités commises sont passées sous silence de tous les médias (Journaux, Radios, TV, et sites internet officiels d’agence de presse !)
    http://bahrain.viewbook.com/album/f...

    En fait, ceux qui résistent gagnent toujours !

     

    • #159210
      le 28/05/2012 par Loup Espiègle
      Carnage à Houla : entre vérité et arnaque

      Merci pour le lien, c’est très... instructif. :-/

      J’ai eu du mal à parcourir l’ensemble des 300 photos, c’est vraiment crade les résultats de l’asymétrie des forces en présence. Le citoyen désarmé est complètement à la merci des chiens de gardes du pouvoir.

      Pot de fer contre pot de terre !

      J’ai fait tourné le lien pour mettre au courant nos concitoyens.


  • #158984

    Au delà de la situation qui est horrible, ce que je trouve terrible c’est qu’aucun des soit disant journalistes libres occidentaux ne fassent leur travail.

    D’un côté on a le gouvernement syrien qui il faut bien l’avouer tente tant bien que mal de défendre sa version.
    De l’autre la machine diplomatico-médiatique des pays de l’OTAN qui quoi qu’il se passe diront que la Syrie a tort.
    Au milieu quelques journalistes indépendants mais trop souvent reconnu comme hostile à l’OTAN présente une version intermédiaire souvent proche de la ligne russo-chinoise (bien plus subtile que celle de l’OTAN).

    Mais au final tous les autres journalistes ne font pas leur travail et au final tous ce que l’on sait sur la Syrie c’est que l’on ne sait rien si ce n’est le choc des propagandes.

    En attendant on ne peux être certain que d’une chose c’est que l’OTAN et ceux qu’elle soutient ne veulent certainement pas calmer le jeu bien au contraire alors que c’est la base de leur position (la paix et liberté pour les peuples soit disant).
    Partant de ça je ne vois pas comment un régime, aussi modéré ou pas qu’il puisse être, puisse jouer la carte de la paix et de la main tendue.

    En tout cas personnellement la seule chose terriblement vaine que je suis puisse faire c’est compatir avec le peuple syrien victime de tels enjeux et face à tant de propagande.


  • #159045

    comme toujours la manipulation mediatique est en place. L’histoire devrait nous faire réfléchir et notamment la guerre en ex yougoslavie avec les faux charniers et le soit disant massacre de racak... Pour tout le monde je conseil la lecture désinformation flagrant délit de vladimir volkoff ou petite histoire de la désinformation. Le diable n’est pas là ou l’on croit...


  • #159052

    Pourquoi l’OTAN, soi-disant si respectueux de la démocratie, ne propose jamais d’élection au suffrage universel surveillée par de nombreux observateurs et organisations neutres, aussi bien dans le cas libyen que dans celui de la Syrie ?
    Si Assad est vraiment le dictateur sanguinaire qu’on nous présente, son score ne devrait alors faire aucun doute !
    Je pense que la plupart d’entre nous ont la réponse ici...

     

    • #159119

      peut-etre psk une election ne s’organise pas comme ca du jour au lendemain...il faut que la population soit prete, les partis politiques s’organisent,qu’ils fassent leurs propagandes....et cela ne peut se faire sous un climat de tension...

      "Pourquoi l’OTAN, soi-disant si respectueux de la démocratie" : c’est justement pour cela qu’on critique souvent l’otan ar elle met du temps a agir, en effet psk dans une democratie il faut une majorité pour agir et dans le cas de l’otan pour avoir cette majorité il faut du temps ....maintenant on va critiquer psk l’otan pratique "une democratie" ????????


    • #159155

      1- L’OTAN ne veut certainement pas d’élection ou même de démocratie en Syrie pour les mêmes raisons que les élections ont vite été désigné comme inadéquat en palestine après la victoire non souhaité par l’occident du Hamas.
      Les syriens ne veulent pas d’ingérence étrangère et encore moins de la part de l’OTAN.

      2- Des élections ont lieu en Syrie et elles donnent la victoire d’une part au pro Assad (sans surprise la syrie est tout de même un régime autoritaire) mais également au réformateur modéré qui ne sont pas sous l’influence de l’Otan et des pétro monarchies.

      3- Les observateurs dans le cadre de l’ONU n’ont qu’un pouvoir celui de donner raison au conseil de sécurité et par extension aux USA. Cf la deuxième guerre d’Irak et le fameux nucléaire Iranien.
      Les observateurs doivent aller dans le bon sens ou doivent se taire et dire que la mission est impossible dans le pays.

      4- La démocratie ne révèle rien si ce n’est le paradigme dans lequel vit une population.
      En France, un faux combat Gauche Droite
      En Syrie, un faux référendum sur Assad.

      En Syrie comme en Libye la seule chose qui compte c’est de ne pas avoir les mains sales. Avec BHL et la Libye c’est trop tard en Syrie on en a déjà suffisamment fait laissons les gérer leur guerre civile plutôt que de mettre de l’huile sur le feu.


  • #159068

    Bon il faut savoir faire la part des choses en matières d’information, c’est bien de critiquer les médias occidentaux, mais quand on lit des infos qui viennent de almanar, info-syrie, ou du gouvernement iraniens, on doit tout autant être critique, toutes les puissances on des intérêts, et chacune via ces médias, cherche à se montrer sous son meilleure jour.

    Donc, en conclusion, mieux vaut rester vigilant par rapport aux informations, que l’on peut lire sur les sites d’informations "alternatives".


  • #159105

    J’ai écouté TF1 hier, et ils parlaient bien de massacres, perpétrés à l’arme blanche ou d’exécutions à bout portant par les "forces gouvernementales" ,et que les quelques tirs d’artillerie balancés dans la foulée montre bien que c’est l’armée syrienne qui en est à l’origine, d’après leurs dires.

    Ce n’est pas vraiment de la désinformation à ce niveau là, maintenant, à savoir ce qui s’est vraiment passé...


  • #159166

    la photo de l’article est vraiment insoutenable !
    Ce monde me désespère, que Dieu mette fin à ce monde ,au plus vite, on n’a plus rien à attendre de cette "humanité" ..... !


  • #159235

    Bonsoir,

    Tout comme la Yugoslavie et la Lybie, la Syrie est attaqué par la communauté "internationale" atlanto-sioniste. On voit qu’Al Quaida qui est une bande de mercenaires sanguinaires téléguidés par les services secrets occidentaux foutent le bordel pour provoquer une intervention de l’occident.

    En gros je fous la merde et puis ensuite ,je me propose pour arrêter la merde tout en bousillant un maximum de personnes avec des bombardements démocratiques.

    Sur la Syrie l’agent israélien BHL qui a collaboré avec Al Quaida, en Lybie, limite quelque peu ses sorties , car le bauf moyen français pourrait commencer à comprendre qu’il a été manipulé .

    Je ne sais pas si l’agence de communication sioniste Ruder & Finn s’occupe de la propagande actuelle sur la Syrie en ce moment mais cela ne m’étonnerait pas.

    En effet quand on voit que la BBC utilise des méthodes semblables de falsification que dans les autres guerres démocratiques ; on peut se poser la question.

    Ainsi il est maintenant avéré que la photo des "centaines de cadavres" au sol publié en première page de la BBC provient d’un massacre (par les américains ?) commis en IRAK en 2003 !!!

    On ne peut plus croire ou faire semblant de croire que les journalistes se sont trompés.
    Il est de plus en plus clair qu’ils font partie intégrante (pour la plupart) du système criminelle qui nous manipule de jour en jour.

    http://current.com/news-and-politic...


Afficher les commentaires suivants