Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Casapound et nous : entretiens avec Gabriele Adinolfi

Orientations militantes. Dans le cadre de la fête nationale du mouvement Casapound-Italia, l’écrivain et militant politique Gabriele Adinolfi a bien voulu s’entretenir avec nous sur des questions relatives au militantisme alternatif et aux voies possibles à emprunter pour résister à la marche forcée du mondialisme et à la destruction de nos nations et de l’Europe comme civilisation.

Il nous livre ici, en deux entretiens de fond, ses vues et son expérience de théoricien et d’acteur engagé dans la politique italienne depuis les années 70. Figure éminente de la droite radicale italienne, cofondateur de l’organisation Terza Posizione brisée par la répression du système, exilé politique en France pendant vingt ans, il est l’un des initiateurs du renouveau de cette droite radicale italienne qui montre quotidiennement l’exemple de voies nouvelles pour une résistance européenne en avant-garde sur les lignes de front contemporaines.

Gabriele Adinolfi est l’auteur de "Pensées Corsaires, abécédaire de lutte et de victoire" et de "Nos belles années de plomb" en Français, ainsi que de "Nuovo Ordine Mondiale", "Quel domani che ci appartenne" et "Tortuga, l’isola che (non) c’è". Il est aussi l’auteur de deux documents politiques d’importance : "Le api e i fiori" et "Sorpasso neuronico". Il dirige le centre "Polaris", think-tank qui travaille dans les domaines de la géopolitique et des relations internationales principalement au niveau méditerranéen et eurasien.

Nous reviendrons bientôt sur l’expérience de Casapound en cours en Italie depuis une dizaine d’années et sur ce qu’elle peut nous apprendre en tant que français. Casapound constitue pour nous une sorte de contre exemple vivant par rapport à la voie de normalisation suivit en France par la droite radicale. Contre exemple qui démontre que l’on peut reconquérir des parcelles d’autonomie populaire tout en restant soi-même et sans avoir à faire de concessions ou à jouer un rôle, ni adopter les discours et les postures que les médias attendent de nous, comme par exemple celui de l’Islamophobie en lieu et place d’un discours clair sur l’immigration et l’identité.

Deux voies différentes que nous avons pu parcourir tant en Italie et en France comme militant et qu’il convient de comparer afin de pouvoir trouver ce qui est à faire chez nous pour, nous aussi, sortir de la double impasse toujours reconduite du groupuscule inutile -voire nuisible- ou du ralliement au système. Que ce ralliement soit rapide ou progressif - par petites touches progressives - comme il semble se faire depuis quelques années en France dans certaines mouvances.

Bien évidemment personne ne penserait reproduire chez nous exactement ce qui se fait en Italie, mais reste que si nous pouvons changer la forme qui est contingente, nous devrions savoir, comme en toutes choses, en cueillir le coeur, c’est-à-dire ici : l’esprit frondeur et pirate et surtout l’unité de la pensée et de l’action. Afin d’acquérir la claire compréhension qu’une action sans stratégie réelle n’est que vaine agitation ou pire : une fiction d’action, voire un simulacre à destination des médias que l’on courtise.

Comme à l’inverse, une compréhension des choses sans l’action qui en découle est comme un diagnostic médical sans les soins qui vont avec. Ces entretiens contiennent assez d’éléments selon nous pour dégager des pistes pour la création d’un réseau populaire qui soit réellement autonome et indépendant. Dans les temps de tempête qui s’annoncent, seuls ceux qui auront vraiment fait le deuil du système qui nous a amené là où nous sommes sauront s’orienter dans le chaos, seuls ceux qui auront trouvé en eux-même les raisons de lutter et de vaincre auront une chance d’arriver à un résultat qui ne soit pas l’inverse exact de celui qu’ils espèrent.


 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et bien adhérer au M.A.S c’est le seul mouvement qui s’en réclame sans pour autant le copier.

     

  • Un modèle pour tout nationaliste sincère, merci pour ces entretiens.


  • #52831

    Ledesma ramos , Pound , Codreanu , Sitting Bull... Que d’exemples et de modèles où puiser l’inspiration

    Casa Pound.. Eia Eia Alalà


  • J’ai arrêté quand il a commencé à parler de l’euro, on n’a rien compris ? Non, c’est lui qui n’a rien compris !


  • #52967

    Tortuga, l’isola che (non) c’è est le titre italien des "pensées corsaires".


  • #53029

    le fanatisme toujours bon ? Le monsieur cite le fanatisme des colons israeliens comme atout.

    C’est difficile à imaginer Ezra en train d’écouter leur musique.


  • Ça fait un certain temps que je suis E&R.

    Et j’avoue être étonné de voir que E&R publie des articles plutôt en faveur de Casapound Italia, mouvement en qui je n’ai pas confiance :

    Alessandro Cosmelli est un photographe qui s’est intéressé à ce mouvement, et dans son livre "Oltre Nero" (Livre en italien) , on est très proche du national-socialisme allemand du milieu du XXeme ... Il y a des clichés assez explicites (Saluts nazis, activités para-militaires...)
    Leur logo reprennent les couleurs et la composition de l’iconographie nazie :

    http://www.direttanews.it/wp-conten...

    Le fait qu’E&R publie -et ainsi fait connaître- ce mouvement assez douteux, peut créer un certaine méfiance de la part des sympathisant et adhérant de l’association fondée par Alain Soral.

    Si quelqu’un pourrait m’éclairer et m’expliquer pourquoi E&R parle de Casapound Italia ?

     

    • Parce qu’ils disent des choses intéressantes, et E&R, sans prendre un quelconque parti que le sien, se fait un devoir de relayer tout travail de subversion dans les règles de la droite quenelle, pour offrir des pistes de réflexions intéressantes à ses lecteurs, tout en leur laissant leur liberté de pensée. Et également car, fidèle à son nom, E&R aime à soutenir l’alter-dissidence, fût elle sensiblement opposée sur certains points, voire carrément en froid (je ne prendrais, pour ne citer que lui, l’écrivain Michel Collon dont E&R transmet le travail assez régulièrement et dont le site a sa place parmi les sites "Amis").
      À la manière d’un Dieudonné avec Faurisson (et Le Pen), et d’un De Gaulles en 45, E&R dans son travail de main tendue, d’amour et de paix, est finalement dans la droite ligne de l’idéologie Française.
      J’ai résumé, mais j’espère que vous comprendrez. Salut.


    • #53856

      aujourd’hui le systeme, media et education principalement, nous lave le cerveau de maniere de plus en plus grossiere.

      Tous ceux qui pensent differement, et qui nous aident a penser differement sont bon a entendre, ca veut pas dire qu’il faut etre d’accord, ca veut dire qu’il faut ouvrir les yeux les oreilles et l’intellect...

      Egalite et Reconciliation et Alain Soral se font traiter de tous les noms a cause de ca.

      Les fascistes ne sont pas ceux que l’on croit.


    • Et l’essence du fascisme est bien plus complexe que ce que l’empire nous en dit...


  • Le passage à 23 minutes 30 est d’ailleurs très instructif, quand aux questions que certains peuvent se poser sur le fascisme en tant qu’élément de résistant à l’empire.