Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ce que les médias passent sous silence à propos de Cuba

"Cuba n’avait pas, et n’a jamais eu, le choix d’être une démocratie libérale"

Depuis le décès de Fidel Castro, les mêmes propos sont répétés en boucle par les journalistes et les hommes politiques : Cuba est l’une des dernières dictatures, elle enferme ses opposants, viole les droits de l’homme et affame son peuple. L’occasion est trop belle pour dire tout et n’importe quoi à ce sujet. Réponse aux mensonges et raccourcis à propos de Cuba.

Ségolène Royal, pour avoir osé dire qu’il « n’y a pas de prisonniers politiques à Cuba », a vu un torrent de boue s’abattre sur elle. Simplement parce qu’elle a eu l’outrecuidance de défendre Cuba. Car c’est bien cela qui lui est reproché, puisque personne n’a apporté le moindre élément permettant de démentir son affirmation.

Ah non, pardon, en réalité, seul Amnesty International a tenté un truc. Comme unique exemple à charge, l’organisation cite le cas de l’artiste El Sexto, arrêté pour avoir tagué « se fue » (« il est parti », ce que certains interprètent comme une référence au décès de Fidel Castro) sur le mur d’un grand hôtel de la Havane et de plusieurs bâtiments prestigieux ! Scandaleux ! Il est vrai qu’à Paris, si un artiste avait eu l’idée de taguer le Fouquet’s ou la Cathédrale Notre-Dame, la police l’aurait probablement applaudi et il n’aurait bien sûr encouru aucune poursuite pénale…

 

JPEG - 37.9 ko
Vous la voyez l’opposition radicale au régime ? Et la bavure digne de la tyrannie policière la plus arbitraire ? Non ? #HeuresLesPlusSombres

 

Je ne sais pas qui s’occupe de la com’ d’Amnesty International, mais si c’était pour sortir une ânerie pareille, il aurait mieux valu faire comme tous les autres et dénoncer sans preuve, cela aurait été hautement plus crédible…

« Mais peu importe ! » diront les autres. « Cuba est une dictature et rien ne le justifie ! »

Vraiment ? Retour en arrière.

 

De la soumission aux États-Unis à la révolution

 

Cuba, de 1899 à 1959, était de fait une colonie états-unienne. Connue comme étant « le bordel de l’Amérique », l’île était alors gangrenée par la pauvreté, la prostitution, le jeu, les narcotrafiquants, la mafia et autres malfrats états-uniens venus échapper à la prohibition. Pour se faire une idée, il faut savoir que Miami et Las Vegas n’existaient pour ainsi dire pas avant la révolution cubaine, puisque l’île tenait leur rôle.

Lorsque les guérilleros conduits par Fidel Castro rentrent victorieux à la Havane le 8 janvier 1959, ils viennent de renverser la dictature militaire pro-américaine de Fulgencio Batista, responsable de la mort de 20 000 cubains en sept ans. Beaucoup reprochent à Fidel Castro de s’être alors rendu coupable d’un nettoyage politique contraire aux droits de l’Homme. Mais de quoi parle-t-on ?

 

JPEG - 14.4 ko
Le dictateur Batista (à droite) en visite aux Etats-Unis en 1938

 

Fidel Castro avait maintes fois appelé la population à ne pas se livrer à la vengeance et à un « bain de sang », mais à laisser la révolution rendre justice. Il y eut donc des procès qui ordonneront 631 condamnations à mort et amèneront 146 proches de Batista à être fusillés. Il n’y eut aucun lynchage ou exécution sommaire. Comparons ces chiffres à une situation similaire : en 1944, lorsque la France fut libérée, il y eu près de 9 000 exécutions sommaires et plus de 1 500 condamnés à mort (parmi eux on compte des écrivains et des journalistes, ce qui ne fut pas le cas à Cuba). Il ne viendrait à l’idée de personne de remettre en cause le gouvernement de l’époque ou le Général de Gaulle pour ces faits.

 

La guerre meurtrière des États-Unis contre Cuba

 

Le nouveau gouvernement cubain se heurte rapidement à l’opposition des États-Unis. Ces derniers sont irrités par ses réformes et les nationalisations. Ils mettent fin à l’importation de sucre en provenance de l’île (qui représentait 80 % des exportations de Cuba vers les États-Unis et employait près de 25 % de la population). En 1962, les États-Unis vont jusqu’à imposer un embargo à Cuba qui rompt les relations commerciales entre les deux pays (même alimentaires), et obligent la majeure partie des pays américains et leurs alliés occidentaux à faire de même.

Tout produit élaboré avec des éléments d’origine cubaine est interdit d’entrée aux États-Unis. Les avoirs de l’État cubain aux États-Unis sont gelés. Les transactions financières sont interdites. Tout échange en dollars avec l’île est sanctionné. Pendant des décennies, il sera interdit aux citoyens états-uniens de se rendre à Cuba. Le but affiché des États-Unis est de profiter des difficultés que provoque l’embargo pour provoquer la chute de Fidel Castro.

 

JPEG - 27.7 ko
191 pays ont condamné l’embargo des Etats-Unis sur Cuba. L’ONU a condamné 18 fois ce qu’elle considère comme un « blocus »

 

L’embargo sur Cuba est encore en vigueur aujourd’hui. C’est l’embargo commercial le plus long de l’époque contemporaine. Il n’a cessé d’être renforcé par les États-Unis (jusqu’en 2009) : en 1996, la loi Helms-Burton interdit à toute personne ou entreprise dans le monde de commercer des produits issus de biens américains qui ont été nationalisés par le régime cubain après la révolution.

En 2004, l’administration Bush adopte une loi visant à condamner à dix ans de prison et à un million de dollars d’amende tout citoyen états-unien se rendant à Cuba sans autorisation, ou avec autorisation mais plus de 14 jours, ou qui dépenserait sur l’île plus de 50 dollars par jour, ou qui enverrait de l’argent à un proche adhérent du parti communiste local.

L’embargo a donc condamné Cuba à l’autarcie, la poussant dans les bras des soviétiques. En 2014, on estimait les pertes directement liées à l’embargo à 116 milliards de dollars pour l’île.

Mais quand il s’agit de l’Amérique latine, son « pré carré », les États-Unis ne s’attaquent pas qu’au portefeuille. Ils ont aussi financé à hauteur de plusieurs dizaines de millions de dollars toutes sortes d’activités pouvant nuire à Cuba, terrorisme compris.

 

JPEG - 30.3 ko
Le groupe terroriste Alpha 66 fêtant ses 50 ans à Miami

 

Ainsi, des groupes comme Alpha-66 et Omega 7, entraînés en Floride, se sont rendus responsables de divers sabotages et attentats (rien qu’en 1960-1961, sur une période de sept mois, la CIA a commandité 110 attentats à la dynamite, a fait placer 200 bombes, et déclenché 800 incendies dans des plantations), faisant de Cuba l’un des pays au monde qui déplore le plus grand nombre de victimes d’attentats (3500 morts et 10 000 blessés dont plus de 2 000 handicapés à vie). En 1971, la CIA fit importer une épidémie de peste porcine africaine sur l’île, à l’aide de ces organisations terroristes. En 1981, l’introduction de la dengue hémorragique toucha près de 350 000 personnes à Cuba, et entraîna la mort de 158 d’entre elles dont 101 enfants. Durant toute sa vie, Fidel Castro aura été la cible de 638 tentatives d’assassinats.

Lire la suite de l’article sur lvsl.fr

S’inspirer des dirigeants non-alignés avec Kontre Kulture :

 

À propos de Cuba, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • 2017 l’année de la vraie informations chocs ?


  • Cuba c’était tellement bien que 1 millions de cubains (sur une population totale de 11 millions) ont préféré prendre le risque de mourir en mer pour rejoindre la Floride plutôt que de rester sous un régime dictatorial et liberticide.
    http://diasporaenligne.net/les-immi...

    Quant à l’embargo américain l’excuse ne tient pas, si Castro avait été un bon chef il aurait cédé face à une telle puissance pour améliorer le quotidien de son peuple (de 1950 à 2016, quand même !) plutôt que de sauver son idéologie (et son train de vie, il n’a pas fait de régime calorique si l’on en croit de proches témoins)
    Le communisme a raté partout où il a été instauré, non seulement ça mais il s’est maintenu à chaque fois par la coercition puis finalement par un génocide (le peuple n’est jamais assez bien pour les idées de ces salopards de révolutionnaires)

    Toutes révolutions gauchistes (bolcheviques, communistes etc) sont les enfants monstrueux de la révolution franc maçonne de 1789.

    Ps : même la sœur de Castro l’a renié et préféré vivre aux USA plutôt que de bien vivre sous le régime de son frère.

     

    • #1635602

      Le communisme a raté partout où il a été instauré



      C’est faux. Il faut distinguer les communismes, qui sont très différents suivant les pays : rien de commun entre le communisme cubain et, par exemple, des communismes asiatiques comme en Chine ou au Viet-Nam. Pour connaître de près des personnes issues de ces pays, je peux vous assurer que ça n’a rien à voir et que Cuba a réellement accompli de très bonnes choses (dans la santé ou l’éducation par exemple) que d’anciens cubains sont étonnés de ne pas trouver dans le "paradis démocratique" qu’est censé être la France.


    • #1635634

      le régime cubain n’a jamais réprimé les candidats à la diaspora, donc 10% de la population qui refuse le système castriste, cela n’a rien de démentiel. quant au bien être du petit peuple, je crois qu’il n’y a pas photo avec les USA question santé et éducation (et là ce sont des chiffres pas des mots dans le vide.et question misère, allez faire un tour à Haiti ou en république dominicaine (soutenues par l’oncle Sam) là vous en verrez de la vraie misère.
      et enfin pour ce qui est de la dictature, visiblement toto n’a jamais mis les pieds à Cuba, donc tout ce commentaire ne vaut pas grand chose et peut sans problème être rangé dans la catégorie d’anticommunisme primaire.
      critique de Cuba plus pertinente ; le livre de rené Dumont, Cuba est-il socialiste ? pour critiquer un régime il est indispensable de le connaitre de l’intérieur et c’est pas mal non plus d’avoir des compétences (Dumont était un agronome spécialiste des agricultures du tiers monde).

      En conclusion, poster sur E&R pour cracher de cette façon sur Cuba n’est ni très logique et encore moins constructif.


    • "Quant à l’embargo américain l’excuse ne tient pas, si Castro avait été un bon chef il aurait cédé face à une telle puissance pour améliorer le quotidien de son peuple (de 1950 à 2016, quand même !) plutôt que de sauver son idéologie (et son train de vie, il n’a pas fait de régime calorique si l’on en croit de proches témoins)"

      En gros, il aurait mieux fait de rendre son pays aux macs et aux narcotrafiquants de la CIA.
      Ou de l’importance de se documenter et de se relire avant de balancer des énormités pareilles. Castro n’était sans doute pas irréprochable mais en face, il avait à faire à des voyous qui ne se seraient pas fait prier pour faire pire que lui. La seule question qui mérite d’être posé est : qu’est ce que Toto aurait fait à la place de Castro ?
      Ah mais, je suis bête : on a déjà la réponse.


    • #1636023

      Pauvre Toto,
      tu crois avoir un argument imparable en reprenant :
      "Cuba c’était tellement bien que 1 millions de cubains (sur une population totale de 11 millions) ont préféré prendre le risque de mourir en mer pour rejoindre la Floride plutôt que de rester sous un régime dictatorial et liberticide."

      Mais alors que signifie l’exil des républicains espagnols vers la France de 1936 à 1939 ?
      Tout simplement que la guerre et surtout le manque de nourriture ont eu raison des espagnols.
      L’Espagne a jusque là toujours été incapable de nourrir tous ses habitants.
      Mais de plus :
      1946 – 26 févr. Le socialiste Felix Gouin (qui succède à de Gaulle) va presque immédiatement couper tout trafic commercial entre la France et l’Espagne.
      1946 Blocus des pays européens envers l’Espagne de Franco. La famine qui s’ensuit entraine un bilan équivalent à celui de la guerre civile : environ 1 million de morts.
      1946 – 12 déc. L’Espagne est exclue de tous les organismes relevant des Nations Unies.
      Trente quatre pays se prononcent pour l’exclusion, 13 s’abstiennent et 6 votent contre.
      Les pays d’Amérique du sud ont voté contre.
      Les pays arabes se sont abstenus.
      Le nombre de morts en conséquence de cette guerre et des mesures de rétorsion prises à l’encontre de Franco n’est pas calculable.
      Les pays des "démocraties occidentales" laisseront volontairement mourir des centaines de milliers d’Espagnols.

      Lire l’ouvrage de Roberto BUERIA JULIAN : Le choc des deux Espagne (2007).


  • #1635564

    Pendant près de 60 ans , l’hyper puissance mondiale, l’Armée la plus puissante et la mieux équipée, les services secrets les plus nombreux , le peuple le plus dépourvu de morale et le plus endoctriné , n’ont pas pu venir à bout du peuple cubain , de son chef, de cette ile située à moins de 150 kil. des cotes de FLORIDE ...ça laisse à penser sur la valeur des uns et des autres .


  • C’est curieux de parler autant de Cuba et qu’ils oublient le territoire occupé de Guantánamo.
    Guantánamo, seul camp de torture de la planète reconnu par les Conventions de Genève, l’ONU et la Ligue des droits de l’Homme... et même le Vatican.


  • Le Premier ministre a reconnu avoir reçu de l’argent du français Arnaud Mimran qui a écopé de 8 ans de prison pour escroquerie à la taxe carbone.
    http://www.dhnet.be/actu/monde/isra...

     

  • #1635623

    Fidel Castro a déclaré à plusieurs reprises au cours de sa longue tenue du pouvoir qu’il allait organiser des élections libres, c’est-à-dire donner la parole au peuple cubain.

    Toutefois, il ne l’a jamais fait, ce qui impliquait clairement qu’il ne faisait pas confiance au peuple et qu’il pensait que lui et le parti communiste "savaient mieux" que le peuple.

    Ce genre de décision politique grave se discute-t-elle ?

     

    • Oui ca se discute...
      bien souvent, un pays libéré de la dictature, devient immédiatement une démocratie ou les élus sont imposés par les us...
      exemple en Irak, en en iran à lepoque du shah, en Allemagne après guerre jusqu’à aujourdhui avec Merkel...etc..
      notez que la totalité des pays occidentaux soutiennent les us en toutes circonstances..
      en democratie, c’est un curieux hasard..


  • #1635734

    @paramesh Je ne sais pas si Toto n’a jamais mis les pieds à Cuba , mais je doute que tu aies mis les tiens non seulement à Cuba mais en Chine ou en Corée du Nord . Les derniers bastions d’une idéologie mortifère en voie d’extinction . Va parler d’anti communisme primaire aux dissidents et paysans Chinois ,Coréens ou Cubains qui croupissent en taule pendant des années
    (Kas tro a inventé les hôpitaux prisons pour les porteurs du VIH )
    Et si tu veux voir le vrai visage du Communisme visionne HOLOMODOR tu seras renseigné sur les lendemains qui chantent .

     

    • Ce n est pas pire qu aux US....


    • Mon cher monsieur, j’ai mis les pieds à cuba, et j’ai discuté avec des cubains il ne souffre pas plus que les gens chez nous, le seul gros problème qui leur complique la vie, c’est l’approvisionnement. Par exemple en matériaux de construction pour les maisons, en matériel informatique neuf etc, et ça ce n’est pas la faute du gouvernement COMMUNISTE CASTRISTE, c’est la loi états-uniennes ELMS-BURTON qui CONDAMNE les entreprises qui vendraient des bien à cuba alors que même microsoft voulait investir ce marché.
      Je n’ai jamais discuté avec des coréens du nord vivant la-bas, (mais c’est en projet ) ou des chinois vivant en chine, Mais j’ai une grande méfiance pour les dissidents quels qu’ils soient. L’escroquerie des "dissidents" Russes ou Iraniens qu’on nous vend souvent à la télé en est un bon exemple. Et amalgamer les différentes formes de communisme qu’il y a eu sur la planète, c’est de la malhonnêteté, ce serais comme mettre dans le même sac la monarchie française qui nous protégeait de la violence libéral ( comme l’a magistralement montré Marion Sigaut) et ces dégénéré de la monarchie anglaises qui ont réduit leur propre peuple à l’esclavage industriel.
      Enfin, concernant les hôpitaux prison pour les porteurs du VIH. Je vous conseillerai de lire les livre de de JC roussel et du prof E de HARVEN, sur ce que l’on appelle "le SIDA" et vous vous comprendrez qu’en europe nous faisons pire.
      Cordialement


    • #1636278

      manque de cul, j’ai fait la grande zaffra de 1970 ,la course aux dix millions de tonnes de sucre, j’avais 19 ans et j’étais guévariste (quand on est jeune on est un peu con) ; et j’ai connu aussi l’Iran du shah et bien je peux t’affirmer qu’il n’y a pas photo. c’est vrai aussi que l’ambiance était un peu particulière, c’était un défi, mais après 20 ans de castrisme il y avait encore une sacrée pêche car il y avait un but, un espoir.
      je connais aussi un peu la Chine traditionnelle du yunnan d’aujourd’hui parce qu’on peut y aller en voiture du Laos et je peux te dire qu’ils ont une meilleure vie que nos agriculteurs français même si tout n’est pas rose loin de là, (de toutes façons la vie n’est rose nulle part)
      Ensuite, pour ce qui est des Mao Staline et consort, d’accord avec toi que ça a fait des putains de dégâts, mais cela n’empêche pas le Cuba de Castro, le Chili d’Alliende ou le Venezuela de Chavez. tu confonds idéologie, et réalisations pratiques. le PCF français n’a rien à voir avec le PC italien ou le PC indien. et que dire du petit peuple russe qui a regretté l’URSS quand il s’est retrouvé sous Eltsine.
      (et je précise bien je ne suis pas communiste loin de là, mais je suis curieux).