Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Cette insécurité qu’une certaine gauche refuse de voir

Depuis deux mois, certains s’émeuvent à gauche du discours et de la fermeté affichée par le ministre de l’intérieur Manuel Valls et préfèrent le relativisme de la ministre de la justice Christine Taubira. Signe que certains n’ont toujours rien compris aux problèmes d’insécurité.

Hausse de l’insécurité : une réalité et pas un sentiment

Un papier de Libération soutient que « La gauche a peur. Effrayée de passer pour angélique aux yeux du téléspectateur du 20 heures de TF1, elle apparaît comme tétanisée dès lors qu’il s’agit de sécurité (…) Revenue au pouvoir, il est plus que temps qu’elle s’arrache au piège idéologique tendu par la droite. (…) Qu’elle démontre clairement que le réalisme se situe du côté de ceux qui jamais ne cherchent à attiser les peurs en confondant, par exemple, insécurité et sentiment d’insécurité ».

Passons sur le mépris vis-à-vis d’un peuple, qui serait trop bête pour prendre du recul sur l’information : en 2005, il a démontré qu’il en était capable, à la grande colère du rédacteur en chef de ce même journal… La théorie selon laquelle les médias pourraient créer un sentiment d’insécurité totalement déconnecté de la situation réelle du terrain ne tient pas une seconde. Même Lionel Jospin avait reconnu avoir été « naïf » face à la montée des violences quand il était à Matignon.

Le chiffre global de la délinquance a baissé de près de 20% depuis 2001. Mais ce mélange de choux et de carottes est trompeur. Car cette baisse vient notamment d’un recul des vols de voitures (-61% de 2001 à 2011), du fait des progrès technologiques. En revanche, les coups et blessures ont augmenté de 67% de 2001 à 2011. Ce n’est pas le sentiment d’insécurité qui progresse, comme le soutiennent quelques belles âmes, mais bien l’insécurité, et sous sa forme la plus dure.

Pire, il faut savoir que cette violence touche notamment les classes populaires et les jeunes, les premières cibles électorales de cette même gauche. Selon l’enquête réalisée par l’INSEE pour l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales, les 14-24 ans sont 2 fois et demi plus susceptibles d’être victimes d’un vol, d’une tentative de vol ou de violences physiques. En fait, le sentiment d’insécurité, mesuré par l’INSEE n’a progressé que marginalement sur la période.

Pourquoi un tel relativisme ?

Le retour de la gauche au pouvoir s’illustre par la montée d’un discours relativiste à l’égard de la violence. Christiane Taubira a annoncé la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs et a indiqué vouloir faire moins de répression. Les expulsions de Roms de terrains privés qu’ils occupent au mépris de la loi provoquent un cortège de réactions indignées alors qu’il est pourtant simplement normal d’expulser des personnes qui occupent illégalement une propriété privée.

Bref, même si Manuel Valls tient un discours qui tranche à gauche, il semble bien seul, et ce ne sont pas quelques déclarations et expulsions qui changeront grand chose, d’autant plus que le problème est souvent seulement déplacé et absolument pas réglé. Certaines associations demandent même que des solutions de relogement soient trouvées avant toute expulsion, donnant la priorité à des personnes qui occupent illégalement des terrains privées sur les droits des propriétaires !

Deux explications peuvent sans doute éclairer ce relativisme. Tout d’abord, l’influence toujours présente de l’idéologie libertaire et soixante-huitarde, pour laquelle il est « interdit d’interdire » et qui rejette toute notion d’ordre. Ensuite, on peut y voir l’interprétation classique mais caricaturale selon laquelle les déterminants sociaux auraient plus d’importance que les décisions individuelles, faisant des délinquants des victimes de la société, quite à oublier les vraies victimes dans l’affaire.

Finalement, le papier de Libération révèle bien le fond de la pensée d’une certaine gauche, qui préfère hurler à toute mesure ou déclaration un tant soit peu sécuritaire. Dommage qu’ils ne cherchent à réfléchir à des moyens de faire reculer l’insécurité, comme l’impunité zéro.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Excellent article mais comme dirait A Soral, regardez qui paye.... Concernant Liberation c est Rothschild.... A lire le blog de X Raufer criminologue qui même s il fait "ami ami" avec Sarko n en pensepas moins et rejoint tout à fait l analye faite ci dessus....


  • Ensuite, on peut y voir l’interprétation classique mais caricaturale selon laquelle les déterminants sociaux auraient plus d’importance que les décisions individuelles, faisant des délinquants des victimes de la société, quite à oublier les vraies victimes dans l’affaire.

    C’est exactement le logiciel et l’interprétation de tous mes amis Degôche.

     

    • #213753

      D’accord avec vous pour dire qu’il n’y a pas de déterminisme social. Le délinquant n’agit pas ainsi parce qu’il est pauvre, mais parce qu’il choisit de se faire du fric en "niquant" le reste de l’humanité (comme le trader du reste). Il s’agit d’un autre déterminisme, qui est celui de la médiocrité humaine.


    • Dire qu’il n’y a pas de déterminisme social dans la délinquance, c’est aussi absurde et idéologique que d’excuser la délinquance en raison des conditions sociales !

      On peut parfaitement admettre que la délinquance, en partie, trouve son origine dans la pauvreté, la misère, mais ne pas être faible et complaisant quand il s’agit de la combattre.

      Ne soyez pas aussi manichéens que ceux que vous prétendez combattre !


    • #213950

      Les choses sont simples... dans l’immeuble d’un getho disont par exemple que sur dix enfants la moitié auront des démêler avec la justice avant l’âge adulte. Dans un quartier difficile mais pas aussi craignos un seul sur dix... c’est toujours énorme comparer avec un quartier bourgeois... Ce qu’il faut comprendre c’est que le pauvre prolos a qui ont donne un appartement c’est la roulette russe... soit ses fils auront pour voisinage, donc influence, des voyous ou alors des enfants plus sages... Tout le monde ne tire pas les même cartes... Il faut donc admettre que dans les quartiers pourris il faut plus d’argent pour s’assurer que l’influence des pommes pourris peut-être contre balancé par une influence positive de l’etat (associations, éducateurs). Ceci étant dit la justice doit être dissuasive pour être efficace. La réinsertion d’un jeune délinquant ne peut se faire que si il se rends compte qu’il passe a coté des chances
      que lui offre la société... Es-ce que l’état est démissionnaire ?
      Quand dans la tête d’un jeune la lumière au bout du tunnel ne peut être qu’un train qui vient dans l’autre direction c’est foutus d’avance... Les jeunes fonctionne avec des exemple.


  • Sans compter que la difficulté à porter plainte diminue drastiquement le compte-rendu statistique de l’insécurité. Actuellement, quasiment plus personne ne porte plainte en dehors de délits amenant à des problèmes d’assurance (cambriolage etc...) ou si les faits sont vraiment sérieux.
    Personne n’a envie de perdre une demi journée dans un commissariat pour un gifle ou un crachat. C’est pourtant de l’insécurité réelle, mais les gauchistes bien pensant qui habitent dans leurs ghettos sont totalement isolés des prédateurs quotidiens, et crieront aux fantasmes sur le sentiment d’insécurité (les journalistes de Libé sont notamment les champions du genre).

     

    • Tout à fait, d’autant que ces journalistes n’habitent pas et ne voudraient jamais habiter aux côtés des individus qu’ils défendent. Là, on sait faire la part des choses.
      .
      Au populo le casse-tête quotidien de la gestion du risque, aux gogobobos les beaux appartements tranquilles.


  • #213542

    Si l’impunité zéro c’est comme celle de Jewliani à New-York c’est du foutage de gueule... Un petit délit n’as rien à voir avec un gros... C’est oublier que la détention des Primo-criminel c’est l’école du crime. Le problème en France c’est surtout l’impunité des gros délits, ou la multiplication affolante du petit délits chez l’apprenti criminel. Construire des prisons est aussi impopulaires que les voyous eux même... Alors des institutions capables desamorcer efficacement les "wanabe" bandits n’en parlont pas. Mais il faudras mettre de l’argent...

     

  • Que les petites gens honnetes soient victimes de la délinquance est inadmissible, nous sommes d’accord. Ceci dit, délinquance et société marchande, libérale et bourgeoise, vont de pair. Dans le monde libéral, il y les inclus et exclus. Ces derniers, comme armé de réserve, servent à faire monter les enchères chez les autres. C’est ainsi que fonctionne le Capital.
    Une société libre est une société de plein-emploi !
    L’exclusion est une grande souffrance !


  • Température communautaire actuelle à Lyon, je trouve que c’est plus chaud :
    * entre la vieille gateuse de 80 ans qui hante le métro Saxe Gambetta vers 9h qui radotte souvent sur les passants pressé d’aller au travail. Elle nous traite d’idiots de fous à la manière d’un Diogène.
    Je l’ai vu au sein d’une dispute avec une blackette qui l’a traité de "sale blanche !", au grand silence des autres. Une voilée a souri à la blackette en sortant, pourtant Dieu est omniscient et il n’aime pas les injustes... -> futur carburant pour l’enfer
    * le jeune inconscient issu de la diversité qui te bouscule sans excuse, alors que tu avais tapé son caddie en t’excusant poliement

    Ca manque clairement de respect, de justice et de savoir vivre.

    Entre la période électorale ou une certaines diversité te faisait un procès d’intention si tu disais pas Heil Mélanchon ou Heil Joly ... L’ambiance est plus du style "fallait avais raison d’être réservé sur cette gauche qui arrive"... une c’est même mise à redouter suite à cette gauche décevante et cette droite décevante, l’arrivé de l’alternative...

    C’est plus chaud comme si l’inévitable mais préparé arrivait.
    Entre l’unification du monde arabe sous la bannière radicale et l’Europe/France a bout de souffle et allant à la faillait, c’est chaud

     

    • "une blackette qui l’a traitéE" c’était juste pour te corriger mr cliché.les termes que tu utilises"blackette,beur etc sont des catégories créées par le système(soixante-huitards,antiracistes,..)tu parles donc comme un dominé selon la ligne que défend e/r.amicalement


  • #213576

    Je ne suis qu’à moitié d’accord avec cet article.

    Je sais que ce que je vais dire est un peu monstrueux (surtout que je ne vie pas dans un quartier chaud, en première ligne) mais :

    1) Il n’y a qu’en banlieue pour ainsi dire qu’il y ait encore de vrais mecs & cela ne comprend pas que les musulmans pieux qui se lèvent tous les jours tôt pour travailler honnêtement. Je pense que les voyous aussi ont une part de virilité (qui n’est pas forcément que positive) assumée. J’en veux pour exemple qu’ils sont encore les seuls à avoir le courage de casser la gueule (c’est-à-dire d’aller affronter nez-à-nez) et à envoyer à l’hôpital des mecs de la LDJ ou des anti-fa (voyez tous les cas de "lynchages antisémites" qui se révèlent être, quand on gratte un peu, des bagarres entre bandes de voyous des cités et gangs de bourges antifa ou sionards).

    Désolé mais les, certes honnêtes, spectateurs de Soral ou de Dieudo qui essaient de défendre l’entrée des salles de colloque ou de spectacle contre des casseurs anti-fa ; n’attaquent jamais, n’envoient jamais personne à l’hosto. Ils ont une virilité, mais partielle, qui ne prend pas en compte sa part négative.

    Les voyous sont offensifs, les gens honnêtes sont (par définition) défensifs.

    2) gaullistelibre a tort, je trouve, de juger l’action de la gauche dans cet article car, c’est en somme lui donner des conseils, l’aider, la mettre sur le bon chemin, or je suis désolé : mais elle DOIT aller au bout de sa logique, elle doit dans 5 ans exposer aux yeux du monde ses manquements, son illogisme, son hypocrisie...c’est le seul moyen pour éliminer du pouvoir les euro-sionards de gauche, après avoir viré ceux de droite.

    3) gaullistelibre a dit : Les expulsions de Roms de terrains privés qu’ils occupent au mépris de la loi provoquent un cortège de réactions indignées alors qu’il est pourtant simplement normal d’expulser des personnes qui occupent illégalement une propriété privée : peut-on dire la même chose des gens qui, lors de la crise des subprime, occupaient illégalement leur maison qui s’est vu rachetée du jour au lendemain par la banque ? Qu’on a eu raison de les virer ? La loi = la société...si la société est merdique, alors la loi (ou au moins certaines lois) ne devrait-elle pas être considérée comme telle ?

    J’attends vos réactions.

     

    • Les voyous virils ?
      je sais pas ce que tu met derrière le mot "virilité" mais 10 connards qui tabassent un pauvre type j’appelle pas ça de la virilité c’est même tout le contraire


    • Souvent les racailles sont plutôt des gringalets. Seuls, ils sont fuyants, voire parfois même polis. Mais en bande, ils deviennent facilement incontrôlables, il y a un véritable effet de groupe qui fait qu’ils se montent le bourrichon à plusieurs, et qu’ils trouvent plaisir et fierté à faire n’importe quoi (parce qu’il ne faut pas oublier que la majeure partie de leur activité, c’est lacérer au cutter les sièges de train et de bus, bloquer le passage en lançant des regards menaçant, siffler les filles, insulter les gens en arabe, etc...). Cela dit, j’aurais tendance à dire que plus il y a de noirs dans une bande, plus il y a d’agressivité pouvant tourner à la violence physique. Les arabes ont plutôt tendance à faire les cakes, et à n’attaquer que lorsqu’ils ne risquent pas de se prendre de coup. Du reste, le cassage de gueule d’égal à égal (même si ce n’est pas forcément selon les règles de l’engagement chevaleresque), c’est un classique des bals en province ou des fêtes de village, où l’alcool est souvent élément déclencheur d’explications musclées.

      Les "Roms" (gitans, manouches, tziganes... quelle différence ?) sont globalement des parasites, intrinsèquement des squateurs. Ce n’est pas des gens qui ont été jeté dans la misère, au contraire leur monde de vie est basé sur l’exploitation du système. Les Roms n’ont peut-être pas encore toutes les ficelles, ce sont de nouveaux arrivants, mais passe à coté d’un campement de manouches, regarde les bagnoles, et revient nous dire s’ils ont l’air de pauvre gens que la loi opprime. En province, les embrouilles avec les gitans sont récurrentes. Souvent les proprios de terrains, après avoir demandé gentiment de quitter les lieux deux-trois fois, sont menacé de mort. Quand la gendarmerie intervient, le terrain est devenue une décharge à ciel ouvert, et le problème est seulement déplacé de quelques dizaines de kilomètres. Parfois, des plaques d’égout disparaissent au passage, ou on découvre des chantiers où il ne reste plus 100g de tuyauterie ou de câble électrique.


    • #213772
      le 02/09/2012 par Virilise moi s’il te plait.
      Cette insécurité qu’une certaine gauche refuse de voir

      Je pense que les voyous aussi ont une part de virilité (qui n’est pas forcément que positive) assumée.

      L’autre jour, je descend une rue d’un quartier "dit chaud" dans le nord, proche de Roubaix. Il y a avait 4 mecs qui trainaient là, probablement en embrouille de deal ou autre. Je klaxonne histoire qu’ils me laissent passer, et il y en a un qui monte au carreau de ma voiture et me chauffe.

      Je lui invective de me laisser passer, il se chauffe et met un coup de pompe sur ma portière. Ni une, ni deux, je serre le frein à main, je vire cette satanée ceinture, et je descend. Déjà, le gars quand il a vu mon visage changer, il s’est dit : "ouf, regret". Je lui ai mis environ 3 doublés droite, gauche, intercalés par deux coups de genoux aux deux flans latéraux. Il a fini à genoux, littéralement.

      Autant dire que les autres, qui ne devaient pas forcément être des amis de celui-ci, n’ont absolument pas réagit. Je suis remonté en voiture tranquillement, la tête haute et j’ai repris mon chemin.

      Ce sont eux qui vont nous sauver du sionisme dis-tu ? La virilité n’est pas de se bagarrer comme des chiens et trainer comme des porcs dans la rue. La virilité c’est de se battre quand s’est juste et utile.


    • @matrix le gaulois,

      "peut-on dire la même chose des gens qui, lors de la crise des subprime, occupaient illégalement leur maison qui s’est vu rachetée du jour au lendemain par la banque ?" La crise des subprimes = big arnaque. Les banquiers = arnaqueurs qui ont virés des gens sans même avoir de droit sur la maison de ces gens, en montant même de faux tribunaux avec de faux juges, policiers, etc. On ne peut pas comparer le cas de ceux qui se font virer ici d’un endroit qui n’est pas à eux et ne l’a jamais été, du cas de gens qui se sont fait escroqués ou carrément spoliés.
      .
      Faut comparer ce qui est comparable.
      .
      "Qu’on a eu raison de les virer ? La loi = la société...si la société est merdique, alors la loi (ou au moins certaines lois) ne devrait-elle pas être considérée comme telle ?" La société, la société...disons les représentants (de moins en moins élus, de plus en plus lointains) et leurs chefs dans l’ombre. Ceci dit, j’acquiesce sur le fait que des lois merdiques on en a à la pelle. Pour notre cas : virer des gens lorsqu’ils squattent ton terrain (comme mode de vie, hein, je parle pas des cas de sédentaires qui galèrent et que le système produit pour effrayer les esclaves), je ne pense pas que ce soit une loi qui pose problème.
      .
      J’attends ta réaction.


    • #213975

      @virilise moi,
      malheureusement un coup sur la portière mérites un réponse... Fait gaffe une gifle aurais suffit a dégonfler la baudruche. Quand ont est technique on évite de prendre les pellos pour des punching-balls... En règle générale j’ai plutôt peur de mes ripostes disproportionnées. Question d’expérience je crois. Le combat du bien contre le mal peut se faire efficacement de différentes façons question de créativité...
      En ce qui concerne la virilité en banlieu, la riche compétitivité sportive en banlieu est un meilleur exemple que le moustique qui à la bouche électrique dans la rue. Ce qui frequentes les salles de sport... le savent.
      Pour ceux qui suivent Alain Soral dans les manifs et déplacements vous savez que les questions de sécurité sont réels. C’est pas un jeu. Il y as toujours pleins de rebeus qui sont la pour assurer la sécurité. Alain Soral à toujours défendus le jeune banlieusard... à ne pas confondre avec le puceau racailleux dernier de la classe, la morve au nez qui se fait remarquer.


    • #214255

      @Moi Peters Sellers

      . En règle générale j’ai plutôt peur de mes ripostes disproportionnées.

      Oh mais je te rassures, je ne me suis aucunement foulé les poignets sur lui. En moins de temps qu’il n’a fallu me libérer de mon carcan métallique et c’était plié. Disons que l’effet de surprise (un homme qui ose réagir promptement) a déjà fait son effet. Je crois qu’il n’a pas perdu aucun chicots et qu’il n’a eu aucun traumatisme pour autant. Il a du être sonné quelques minutes et devrais réfléchir à deux fois s’il s’y remet.

      La vérité c’est qu’ici dans le Nord, beaucoup de personnes ont une trouille incroyable face à la racaille. Et je peste depuis des décennies sur ce point là. A chaque action, chaque attaque, une riposte et une mise à l’amende. Si tout le monde avait eu le cran de réagir systématiquement, y compris quand quelqu’un se fait agresser ou voler devant toi, ici ça ne serait pas devant un capharnaüm.

      Bonne journée.


  • #213746

    J’habite Mulhouse, et au lieu de classer ma ville en zone de sécurité "prioritaire" (le reste de la France ne l’étant pas), M.Valls vient officiellement pour inaugurer la Grande Synagogue reconstruite suite à un incendie accidentel...(défaillance électrique). Question de priorités...rien n’est fait pour protéger les citoyens de la délinquance : mon TER pour le boulot est rempli de Roms sans billets qui mendient de façon agressive, les mariages qui bloquent la rue et dont certains invités d’honneur insultent les autres automobilistes, impossible pour une femme seule de rentrer tard la nuit, les armes de guerre à Bourtzwiller et aux Coteaux, les go-fast etc etc....

     

    • Marrant de se retrouver là. J’habite aussi Mulhouse, je souscris. Le merdier, de plus en plus, et de plus en plus violent... On n’en parle pas trop au niveau national (évidemment, mais c’est comme dans la capitale, des lieux de non-droit...). Il parait, que Boeckel "regrette" d’être un peu à l’origine de tout çà. Alors, s’il s’en aperçoit, c’est pas "bien" (trop facile), c’est juste la preuve que c’est un "connard". Probablement, les prochains chaos, auront pour origine l’Alsace... Le ras-le-bol est évident.


    • #213986

      Les roms qui font la manche, les mariages pirent que la circulation du samedi, les go-fast (qu’on voit sans faire pause sur le magnéto). Tout ces exemples me laisse sans voix. Les armes de guerre par contre, ça plaisante pas. Ce qui est inquiétant c’est qu’ils les utilisent.


  • rien de nouveau sous le soleil dans cet article:antagonisme classique entre determinisme social et individualisme,rabaché par nos branlo-sociologues depuis des lustres,petite dedicace aux roms comme crapules impitoyables etc...je lis les commentaires et personne ne se dit que le propos de cet article est de faire ressortir le "bon sens" de la politique de valls "l’eternellement attaché"(je sais dégueulez) ?qu’il represente une sorte de synthese moderne du débat gauche-droite ?une "post-ouverture" sarkosienne ?


  • Quelques questions concernant les "gens du voyage" me taraudent depuis quelques temps.

    Dans la plupart des communes de France, existe une aire réservée aux "gens du voyage". Cette aire est équipée de prises électriques et d’arrivées d’eau. Dans la petite commune d’où je viens, ces "Gitans du voyage", eh bien je ne les ai jamais vus partir du village, au contraire, ils inscrivaient leurs enfants à l’école.

    Questions :
    Qui sont ces gens ? S’ils ne sont pas français, ont-ils un titre de séjour, si oui, sous quelle dénomination ? Leur "emplacement" de parking est-il payant ? Si oui, avec quel argent payent-ils ? Comment achètent-ils leurs caravanes et leurs Mercedès ? Cet emplacement peut-il faire office d’adresse postale ?

    Aujourd’hui le statut de ces gens est parfaitement digéré par les citoyens français, un camp de Gitans c’est normal...j’ai déjà entendu que les gitans vivent de rapines et ça ne poserait aucuns problèmes...
    Si quelqu’un peut apporter de l’eau à mon moulin, d’avance merci !

    Respect&Robustesse

     

    • je suis là pour toi.
      ces gens ont des permis de séjour, voire même des CNI. Ils peuvent demander à leur mairie de garder leur courrier si la mairie le propose (mairies PS en général)
      Comment paient -ils leurs factures ? Ahh, très bonne question.

      Je peux constater de fait dans les communes de province : des gens du voyage arrivent, les volets et les fenêtres des habitants sont toutes fermées dans la journée qui suit.

      En étant très naïf, on peut ne pas voir la relation de cause à effet.


    • Merci pour ta réponse !

      J’en déduis que ceux qui ont une CNI+adresse postale (même mairie) ont droit au RSA en plus de leur emplacement de "parking" avec eau et électricité "à l’œil"...Et cela depuis certainement plusieurs dizaines d’années (j’ai 30ans et je vois des aires réservées au gens du voyage depuis tout petit...).

      Certes il s’agit d’un problème mineur au vu de leur nombre mais on peut imaginer que les gitans ne serait que la vaseline qui permettrait le passage aisé des Roms (il faut avouer que l’on peu parfois les confondre) aujourd’hui (qui sont de plus en plus nombreux chaque jour et des immeubles entiers leur sont réservés dans la plupart des grandes villes) et viendront les autres...et ceux d’après... Et pour le Gaulois qui criera "au scandale ! Aidons les dans leur pays plutôt que de les laisser nous emm**der aux feux rouges avec leur produits lave-glace" grand mal lui en prendra...

      Ça va péter chers camarades...et ça va faire mal dans tous les camps...

      Respect&Robustesse


  • de plus le problème des roms vient de bien au dessus d’eux et de nous autres d’ailleurs,le fait de focaliser sur eux reviens à tirer sur une ambulance selon moi et n’est pas digne de la ligne e/r droite des valeurs.Je vis dans un quartier riche pour parler de la sorte ?j’etais encore sdf l’hiver dernier donc dans la rue et je n’ai jamais vu un rom trainer une vieille pour son sac comme certains dechets que notre société produit.de plus le fait que les merdias n’ont que du rom à la bouche,le casting à 300e de sarkozizi etc,tout cela devrait conduire à une certaine retenue sur le sujet et me conforte dans mon analyse(de terrain)j’attends vos remarques camarades

     

    • #213989

      Les roms c’est absolument rien... ont peut très bien leur laisser se faire embaucher... Leur faciliter leur intégration vu leur faible nombre... c’est du pipi de chat. D’ailleurs une fois de plus on voit les plus réac qui se trompent encore une fois...
      Seul hic concernant les roms...
      si demain on facilitait leur insertion ce peuple nomade pourrais se déraciner de leur Europe de l’est pour grossir nos getthos en masse. Pas souhaitable pour eux, ni pour nous.
      Alors je préconise toujours la même chose... bon traitement de ceux présent ET tout faire pour que d’autres ne viennent pas ! Discours très audible pour un gogobobogôchiste... inutile de pisser contre le vent.


  • #219394

    bonjour

    pas d accord , il n y a aucune naïveté de la part des socialistes mais un calcul politique qui consiste à jouer les immigrés contre les travailleurs français soupçonnés d’être des communistes sinon en acte du moins en puissance. Cf feu Ferrand et Terra Nova qui a conceptualisé cette stratégie. le prix à payer c est une certaine mansuétude vis à vis des voyous issus des communautés immigrées qui par solidarité raciale ou nationale réclament l’indulgence sous prétexte de déterminants sociaux . Comme si tous les pauvres exclus étaient des crapules ! Les nouvelles bourgeoisies issues de l’immigration qui ont pris la direction politique de ces communautés ont besoin du soutien des parents qui votent c est pourquoi elles font de leur côté pression sur la justice , se rangeant du même coup dans le camp de l’ultra libéralisme de la dérégulation générale et du capital financier organisateur de l’immigration de peuplement.


Afficher les commentaires suivants