Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Championnats du monde de harcèlement sexuel : James Toback passe devant Harvey Weinstein !

Harvey avec ses 30 plaignantes peut aller se rhabiller : le réalisateur James Toback vient de marquer 200 points avec 200 témoignages de harcèlement en sa faveur ! Un score qui sera difficile à battre, mais Hollywood est le royaume de tous les excès et délires, alors tout est encore possible, le championnat n’est pas terminé.

 

Quand le dossier « Charlie Sheen » sortira, notamment ses relations avec de jeunes débutants, sans compter les actrices porno parce qu’elles ne peuvent par définition pas porter plainte pour harcèlement, alors on reparlera des 200 points de Toback. Au fait, qui est Toback ?

C’est L’Express qui explique le modus operandi du champion (provisoire) :

Les langues se sont déliées après les premiers témoignages de victimes. La majorité des nouveaux récits, qui n’ont pas pu être vérifiés pour l’instant, viennent de femmes qui disent avoir été approchées par James Toback dans les rues de New York, avec la promesse d’un rôle dans un film à venir, accompagnée d’avances sexuelles ou d’attouchement indésirés. Se ventant de connaître des stars comme Robert Downey Jr., il demandait alors aux femmes de se déshabiller. Souvent, écrit le L.A. Times, la rencontre se serait terminée par des attouchements ou une séance de masturbation devant ses victimes.

Dans son emportement de premier de la poule, James a même par deux fois abordé la même fille avec la même phrase ! Officiellement, James n’a marqué que 38 points effectifs (plaintes officielles), mais les récits de harcèlement se montent déjà à 310. Cependant, dans les 310 dénonceuses, il n’y a pas que des actrices, et ce sont les actrices qui comptent. Et encore, les actrices connues. Car qui connait Adrienne LaValley ? Voici son témoignage, relativement poignant :

Elle raconte que lors d’un rendez-vous avec James Toback, celui-ci se serait frotté contre elle, éjaculant dans son pantalon. « J’avais l’impression d’être une prostituée, j’ai ressenti une immense déception vis-à-vis de moi-même, de mes parents, de mes amis. Je méritais de ne rien dire à qui que ce soit », se remémore-t-elle.

La question se pose donc de comptabiliser les non-actrices et les actrices non célèbres. Dans ce cas, Harvey repasserait devant. C’est un dilemme que le jury du harcèlement devra trancher.

Voici Adrienne en images animées :

 

On espère que le traumatisme tobackien ne l’empêchera pas de tourner.
Dans des films, s’entend.

Le public se pose la question de la duplicité de certaines actrices, qui ont profité des avances (acceptées) des moguls d’Hollywood pour faire leur carrière, et ensuite les balancer. Si l’on peut comprendre le phénomène de class action qui s’est emparé de l’ensemble des actrices concernées, avec son fonctionnement épidémique, on sait tous que les noms des porcs étaient connus à l’avance, et de toutes. Le coup de l’innocente virginale venue du Midwest tenter sa chance en Californie, c’est une légende.

Aujourd’hui, tout le monde sait à quoi s’en tenir avec le dur job d’actrice à Hollywood : il faut savoir jouer, mais aussi savoir jouer des coudes et des coups de pieds dans les couilles, pour tenir dans ce milieu. La came et le fric accélèrent les processus naturels, et la séduction en fait partie. La plupart des réalisateurs choisissent comme premier rôle féminin une fille qui les fait fantasmer, c’est ainsi, et la plupart se les tapent. Idem entre premiers rôles, il y a des chimies inévitables (Bogart et Bacall). Ce n’est pas une fatalité, mais une forte probabilité.

Alors ? Ben rien. Ça continuera comme ça jusqu’à ce que les femmes s’imposent comme réalisatrices et comme productrices à Hollywood. C’est la seule porte de sortie réaliste (et encore, si ce sont des lesbiennes, le calvaire des actrices est loin d’être terminé). En ce sens, les combattantes pour l’égalité professionnelle ont raison. Au fait, quelles sont les grandes réalisatrices d’Hollywood ? Il y en a peu. Il y a l’ex de James Cameron, qui a lui aussi a été visé dans un... tweet.

 

 

Parlons de Kathryn Bigelow. C’est la première femme à avoir obtenu un Oscar avec son film sur la traque de ben Laden. Une aberration d’un point de vue politique, mais le patriotisme américain, couplé au puissant courant féministe...
Qu’a tourné Kathryn ? Dernièrement, Démineurs (6 Oscars), Zero Dark Thirty (1 Oscar), et surtout, Strange Days il y a 22 ans, qui n’a malheureusement pas connu le succès public. Malgré un bidonnage scénaristique majeur (faire croire à l’élimination de ben Laden en mai 2011 par les forces spéciales US), Kathryn est une réalisatrice de premier plan... qui n’a harcelé personne. Il est vrai qu’elle a aujourd’hui 66 ans, mais la nature passe outre les différences d’âge.

 

JPEG - 157.4 ko
Kathryn en 2010 va sur ses... 60 ans !

 

Ah, une vanne pour la fin, pas très fine mais on n’a pas mieux en stock : à Hollywood les jeunes actrices qui veulent toucher le jackpot touchent surtout le pote à Jack. Voilà.

Draguer sans harceler, toute la finesse est là,
et pour cela, rien ne vaut la connaissance des rapports H/F !
Lire sur Kontre Kulture

 

La drague est une culture, voir sur E&R :

 






Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1829190
    Le 29 octobre à 08:46 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Championnats du monde de harcèlement sexuel : James Toback passe devant (...)

    Concernant Kathryn Bigelow, son Zero Dark Thirty se traîne, c’est simplement chiant.
    Il y a pourtant un enjeu, la traque, la capture du "super méchant" Bin Laden !

    Démineurs était aussi un pur film de propagande, mais on y croit : à la fin, t’as envie de t’engager, d’aller au front, comme le personnage de Jeremy Renner !
    Zero Dark Thirty part handicapé : une partie du public mondial croit moyen à la fable Bin Laden, et on se demande si Kathryn elle-même y croyait.
    Les scènes d’interrogatoires/ torture sont dérangeantes : pas parce que c’est violent, mais parce que les prisonniers qui vont mourir peuvent raconter n’importe quoi, ce que les agents ne pourront jamais complètement vérifier.
    Et avec ça, des couacs hiérarchiques comme autant d’obstacles à la fluidité de l’enquête...
    Donc, une fois laborieusement arrivé à la crèche où résiderait Bin Laden, c’est déjà complètement dégonflé, la fin du film est toute ramollo, expédiée comme pour s’en débarrasser.
    Michael Bay est carrément plus crédible avec l’assaut de 13 Hours ! un comble !

    Vous n’avez pas cité le chef-d’oeuvre de Kathryn, Aux frontières de l’aube, un film sur la liberté, parcouru d’une forte tension sexuelle, avec notamment une des meilleurs scènes de siège/ assaut jamais vue.
    Ah, oui, elle a fait Point Break - Extrême limite, aussi, balèze : l’amour, l’amitié, l’engagement, la trahison, des scènes mémorables. Une fin puissante.
    C’est pour ça : Zero Dark Thirty donne l’impression d’avoir été fait à reculons.

     

    Répondre à ce message

  • Le pire sera Dan Schneider, producteur pour Nickelodeon. Les rumeurs circulent qu’il aurait enfante la petite soeur Spears.

     

    Répondre à ce message

  • Ces Messieurs feraient-ils un concours ?

     

    Répondre à ce message

  • Dans les films romantiques d’aujourd’hui, l’actrice principale doit coucher nue ou presque avec son partenaire. N’est ce pas là du harcèlement sexuel forcé de la part du producteur de film ? doit on préférer nos vieux films des années 40, 50 à ceux d’aujourd’hui ? c’est juste une question.

     

    Répondre à ce message

  • Et encore ! N’oublions pas que toute cette merde (entre autres fluides peu ragoutants) dégoulinent sur fond de... libération de la Femme.

    Heureusement ! Sinon, qui peut imaginer où tout cela serait arrivé ? On comprend que les chantres du féminisme sans complexe, préfèrent se faire discrètes, voire taciturnes. Sursaut de dignité ou gêne insurmontable ?

     

    Répondre à ce message

  • Comment croire une gonzesse qui exécute une pole dance sur du Mozart ?

     

    Répondre à ce message

  • Tout cela est vraiment injuste...mais comment vont faire maintenant, pour progresser et s’élever, socialement et professionnellement, toutes ces charmantes personnes qui n’avaient comme seul don de la nature...d’être une femme bien faite...

     

    Répondre à ce message

  • Ca commence aussi à balancer niveau pédophilie à Hollywood :)

     

    Répondre à ce message

    • Trump avait sensiblement annoncé le bazar : et l’on se demande s’il ne la leur joue pas ainsi :
      Pointant l’étoile rouge : « Oh les gars, regardez, au Nord, un Kim ! »
      Les autres tournant la tête pour suivre le doigt et perdant leurs "lunes" de vue :
      « Hein ? »
      Et paf ! Quenelle...

       
  • Bonjour :)

    Ah ! Je comprends mieux (ironique ma compréhension) ceux qui s’inquiétaient du glissement de balance ton porc vers le balance ton juif ...

    Est ce ma faute si ce sont ces mêmes qui pourrissent et degueulassent tout ce qui est beau au tel point de vouloir épouser des belles femmes blanches pour mieux corrompre leurs âmes ?... mais c’est sûrement une vision complotiste ou,ô crime des crimes, anti semites... (les sémites ne sont pas ceux qui le proclament...)

    C’est tout de même affolant leurs volonté de tout salir, tout monnayer et d’encourager les pires travers et ressorts de l’âme humaine... affolant...

    SalSa

     

    Répondre à ce message

  • #1829420

    Ecoutez le Tom Leykis Show sur youtube, ça vous donnera une idée de l’infinie stupidité et vénalité de la femme américaine moyenne.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents