Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Chercher du travail "au lieu de foutre le bordel" : mépris social de Macron ou vérité ?

 

 

Mercredi 4 octobre 2017, le jeune président Emmanuel Macron veut faire un coup social... et pas un coût social. Il s’est fait organiser un voyage en Corrèze, dans cette France profonde et ouvrière que les politiques maîtrisent mal. Un langage qu’il a aussi mal maîtrisé puisque, après les heurts entre manifestants de l’entreprise GM&S et les CRS (une entreprise de maintien de l’ordre, très développée en France), il s’est adressé aux officiels, dont le Président de la région Aquitaine, en ces termes :

 

 

Une « petite phrase » à la Sarkozy, quand ce dernier avait répliqué au Salon de l’Agriculture en février 2008 « casse-toi pauvre con » à un paysan qui lui avait lancé « ah non, touche-moi pas, tu me salis » :

 

 

Eh oui, cela fait partie du dialogue social chez nous. Aussitôt après la bombinette atomique macronienne, qui a appuyé sur le bouton rouge social, et à dessein probablement, les opposants au président-banquier ont levé leurs piques et leurs fourches. Même les élus socialistes ont dénoncé un « mépris de classe », eux qui ont été très loin dans la trahison de la classe ouvrière, il faut le rappeler. La France insoumise, qui tente de prendre la tête de l’opposition, y a été de ses critiques acides, ce qui a permis d’éteindre un peu les polémiques sur les sorties de Garrido et Obono.

 

 

Remarquez, ces sorties sont aussi calculées : elles permettent à la France insoumise d’être, de manière négative ou positive, chaque jour dans l’actu, d’occuper l’espace médiatique, de le saturer, et d’éjecter la concurrence du FN qui, il est vrai, est totalement inexistant. Seuls Les Patriotes, avec un Philippot adepte de Twitter et toujours invité sur les plateaux télé (avec l’arrière-pensée de faire exploser le FN de la part des directions de chaînes) ont envoyé un petit missile du camp national :

 

 

Dans le team communication de Macron, incarné par la paire Castaner & Roger-Petit, on a répliqué à ces tirs de missiles en sortant deux boucliers. Pour Castaner, le porte-parole du gouvernement amoureux de son patron, ce dernier « dit ce qu’il pense » et s’adresse aux Français dans leur langage. Bruno Roger-Petit, très discret jusque-là, tant sa nomination a soulevé de critiques (c’est un apparatchik sans talent qui attaque sans discernement ceux que le pouvoir lui demande d’attaquer), a voulu sortir une botte secrète, le « contexte » :

 

 

Un coup d’épée dans l’eau, un pauvre tweet qui n’atténue pas l’impression de mépris social. Pauvre BRP, ce paléo-socialiste obligé de défendre la classe dominante contre la classe dominée ! Tout ça pour un poste d’où il giclera bientôt, c’est écrit, Macron ayant même reconnu en off que c’était une erreur de casting.

Sur BFM TV, la chaine de Drahi qui a participé à l’élection de Macron, on considère que Macron a dérapé volontairement :

 

« Com » réussie ou « com » ratée, rétropédalage réussi ou encore plus raté, il reste que Macron était venu à Égletons pour parler d’une entreprise de fonderie qui avait du mal à recruter, un rendez-vous qui tombait mal après les débordements des syndicalistes et des ouvriers de GM’S, situés pas loin de là. Castaner précise :

« Ceux qui manifestaient étaient les syndicats d’une entreprise voisine, GM&S, sur laquelle l’État, les collectivités locales, se sont très fortement mobilisés pour la sauver... La situation de blocage organisée par certains a fait peur à tous les investisseurs. »

Où l’on retombe sur l’éternel débat, en France, qui sépare véritablement la gauche de la droite, sur le travail. Qui aliène pour les uns, libère pour les autres, sans faire de sombre et nauséabond jeu de mots. Mais tous les boulots ne se valent pas. Dans la ligne ouverte de l’émission de Bourdin ce jeudi 5 octobre au matin, un des auditeurs a lâché ça :

 

 

Ce que tous les bouchers de France et de Navarre confirmeront !

Alors, sans mélanger les choses, car il y a un chômage massif produit par les décisions financières internationales répercutées en France, décisions des actionnaires qui préfèrent le capital au travail, la marge à l’embauche, il y a aussi un chômage structurel chez nous dû à la trop faible différence entre les maxima sociaux et les minima salariaux.
En gros la queue du Smic touche la tête des allocs, familiales plus logement. Et ça n’incite pas au forcément au travail, surtout s’il est dur, répétitif et sans espoir de carrière. On en revient alors à la formation et à l’école, la base de tout. Et vu l’état de l’école aujourd’hui, après 50 ans de socialisme émancipateur...
Le serpent économico-éducatif français se mord la queue. Sauf si l’école change.

L’affaire GM&S, sur E&R :

Découvrir le syndicalisme révolutionnaire français avec Kontre Kulture :

 






Alerter

62 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Macron a été élu par des cons, c’est bien normal qu’ils les méprise.

     

    Répondre à ce message

  • Faut comprendre que trimer pour un salaire de misère, c’est pas très motivant.
    Il y a des pays en Europe où le rmg est de 1450€/mois..... qui gagne autant en France par son travail ?

     

    Répondre à ce message

  • "On en revient alors à la formation et à l’école, la base de tout. Et vu l’état de l’école aujourd’hui, après 50 ans de socialisme émancipateur..."
    Ouais......Sauf que les diplômes du supérieur, souvent ceux de l’université, sont totalement déconnectés du monde du travail, et ne servent à rien. Je le sais, j’ai plus de bagages qu’un avocat, mais je touche depuis toujours le smic. M’est avis que c’est même fait exprès, pour conserver une sorte de statut-quo sociétal : tout ceux qui veulent, peuvent faire des études, çà semble égalitariste, mais les filières à hauts rendements sont squattées et réservées par des populations bien différentes. Hormis le "pourcentage d’enfumage" de rigueur, pour que la façade de cette mascarade ne s’écroule pas. En même temps, la placa appelle la placa.....et les enfants de toubibs à êtres devenus maçons ne sont pas légion, non ?

     

    Répondre à ce message

  • #1813982

    J’ai 35 piges, j’ai loupé ma scolarité (Bac S), en partie par ma faute, et j’ai accepté de faire des boulots minables, sans avenir, pendant plus de 15 ans. On m’a humilé, méprisé, menti, piégé...

    Aujourd’hui je suis au chomage, ce qui rend bien service à pas mal d’enculés, et il est fort probable que je ne travaille plus jamais, du moins pas en tant que salarié jetable.
    Les gens me jugent, me prennent pour un minable et un fénéant, et je les emmerdes. La plupart sont plus malheureux que moi de toute façon.

    J’essaie d’aprendre la programation dans mon coin, j’en chie mais c’est pas grave. Ce sera encore plus dur quand je serais au RSA, mais c’est comme ça, je prefere etre "libre" sans un rond qu’esclave avec quelques cacahuetes.

     

    Répondre à ce message

    • #1814045

      @Element Nocturne
      Je reponds certainement un peu hors-sujet (mais ça t’est destiné kamarade E&R)
      Tu te moques de ce que pensent les autres ,ta vie, tu la vis pour toi ,non ?
      Moi aussi j’ai eu une vie de merde (parent, jeunesse, foyer, justice, bagarre, prison, etc...) toute ma jeunesse jusqu’à 30 ans à peu prés ,ne baisse pas les bras ,milites, tu rencontreras de bonnes personnes et des projets , lis beaucoup, ta vie ne fait que commencer.
      Moi je me suis jeter corps et âme dans le travail et le militantisme , puis mon épouse, puis des enfants, puis un projet, puis la campagne , aujourd’hui je vis la vie dont j’ai toujours rêvé, j’en ai chié , mais au final plus de 10 ans après je me dis que j’ai fais les bons choix , même si parfois je me suis perdu, planté, cassé la gueule, que j’ai eu peur, bref maintenant je regarde en arrière et j’en souris, je dis merci à Dieu tous les jours pour cette vie de merde que j’ai eu, vu ou j’en suis aujourd’hui .
      A l’époque je n’aurai pas misé une piécette sur moi je te l’assure !
      Et pourtant la lecture, l’envie, la fougue, de ne pas reproduire le schéma familial dans lequel je baignais , m’a fait couper tous mes liens amis, fréquentations, ville, famille et je suis reparti à zéro, ne baisse pas les bras, tu es sur E&R, donc dans la bonne direction .
      J’espère kamarade t’avoir donné espoir
      Avec toi kamarade

       
  • J’ai voté contre Macron, que les français ont élu par défaut en quelque sorte, mais l’ont élu quand même. Maintenant ce que l’on voit c’est une petite guérilla excitée consistant à râler à tous propos, à conspuer, contester pour cinq euros parce que les jeunes les pauvres cinq euros ça leurs fait beaucoup. Des petites phrases montées en épingle pour conspuer. Vraiment un peuple de moutons, et quand ce ne sont pas des moutons ce sont des ânes, têtus, braqués, butés.

     

    Répondre à ce message

  • La gente "politique" actuelle ou passée est issue à 99 % de la bourgeoisie (enseignants, médecins, avocats, financiers, etc.). Des hommes et des femmes qui ne se sont jamais sali les mains et qui n’iront jamais au front des guerres qu’ils déclarent. L’insulte de Macron est trop douce à mon goût : le peuple ne mérite que le mépris ! La démocratie bourgeoise est la forme de régime la plus vile et la plus lâche. Le roi et sa cour, au moins, guerroyaient et mouraient sur les champs de bataille !!!

     

    Répondre à ce message

  • c’est juste la technique du “contrefeu“. ça fait oublier le lamentable attentat de Marseille.

     

    Répondre à ce message

  • Il ferait bien d’appliquer ses conseils à sa propre personne .

     

    Répondre à ce message

  • Le travail des pauvres enrichi les riches, la consommation des pauvres enrichi les riches et détruit la planète. Pourquoi aller gâcher sa vie, devenir abject pour le profit d’autrui ?

     

    Répondre à ce message

  • Macron cultivé c’est comme Eric intelligent.

     

    Répondre à ce message

    • Oh le petit filou ! Encore une belle occasion ratée de se taire, mais monsieur est un collectionneur sans doute. Dans la mesure où vous avez tout de même trouvé le moyen, pour mentionner à nouveau le fil de réactions sous la courte intervention vidéo de monsieur Ayoub relayée ici il y a quelques jours , de saluer le commentaire le plus bête et le plus grossier du lot comme étant le plus intelligent (au côté des vôtres donc !), il est envisageable que vous ne soyez pas le mètre étalon idéal pour juger de ce genre choses. Peut-être devriez-vous y penser.
      Illustration plus haut : « D’autres ont le smic à 235 euros. » Boum ! Et pis c’est tout.
      Ok, mais on a quand même envie de s’interroger. D’autres ont le « smic » à 235 euros. Et alors ? Et donc ? Une telle fulgurance méritait une suite. Là c’est un peu comme quelque chose que l’on pressent comme une énorme blague mais dont il manquerait la chute. En même temps, je crois qu’il vaut mieux nous épargner ça car je sens le truc venir. Il y a un moment où la bêtise atteint un tel niveau que, quand on est optimiste, on se dit qu’il y aussi une dose de provocation, un peu comme un gamin qui pour faire oublier une connerie fait le choix absurde d’en sortir une plus grosse encore.

       
Afficher les commentaires précédents