Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Chez Ardisson, le demi-dissident Onfray explique à Aphatie "pourquoi les gens vont voir Soral"

Nous sommes sur C8 dans l’émission Les Terriens du Dimanche, Thierry Ardisson reçoit le philosophe Michel Onfray et le journaliste Jean-Michel Aphatie pour débattre du thème suivant : « Gilets jaunes : les médias mettent-ils de l’huile sur le feu ? »
Le plateau réunit les chroniqueurs habituels que voici, par ordre d’importance décroissante : Gilles-William Goldnadel, le commissaire politique de Thierry, Franz-Olivier Giesbert, l’aboyeur national-sioniste, Natacha Polony, la nouvelle patronne de Marianne, journal national-sioniste modéré, Raquel Garrido, la caution de gauche, Monia Kashmire, la bimbo journaliste et Pierre Liscia, qui représente la jeunesse et l’Internet.

 

L’édito de Blakowski donne le ton de l’émission : méprisant pour les Gilets jaunes. Blako rend Marine Le Pen et Mélenchon responsables de la haine anti-médias qui animerait le mouvement. En quelque sorte, ces deux extrêmes donneraient leur caution politique aux violences contre les journalistes, puisque ces derniers sont des ennemis déclarés du FN (devenu RN) et de La France insoumise. Voilà pour l’intro de Blacko, une chronique désinformative bien dans la nouvelle ligne nationale-sioniste de Thierry Ardisson. Il fut un temps où Stéphane Blakowski faisait encore un peu de journalisme. C’est terminé. Personne ne peut résister au rouleau compresseur de la pensée unique, qui est la pensée oligarchique, c’est plus clair comme ça.

 

JPEG - 87.9 ko
Thierry fatigué par tout ce cirque et par ses reniements successifs

 

Ardisson lance le débat avec un « pourquoi tant de haine ? » (à l’encontre des journalistes), ensuite on ne l’entendra quasiment plus, sauf pour passer la parole à des invités ou son commissaire politique qui n’ont pas besoin de son autorisation. Un animateur dépassé permet de manière paradoxale un débat plus intéressant que d’habitude. On a contracté Gilets jaunes en GJ.

Aphatie à 5’03 : « Les médias en font trop avec les GJ ? Mettent de l’huile sur le feu, c’est-à-dire donnent trop la parole aux GJ ? Alors que les GJ eux-mêmes qui peuvent aller devant France Télévisions pour crier “journalistes collabos” ? c’est quand même cruel “journalistes collabos”. On collabore avec qui, avec les nazis. La référence historique est terrible quand même. Les GJ reprochent aux chaînes info d’en faire mal ou pas assez, peuvent bloquer – ça n’a pas ému grand monde hein – un grand journal Ouest-France, parce que un éditorial ne leur a pas plu ? C’est une drôle de conception de la démocratie. Alors qu’est-ce qu’on reproche aux journalistes ? Au fond, on reproche aux journalistes aujourd’hui – c’est pas très grave hein, on survivra – une chose simple : d’exister. On voudrait, le succès de Russia Today ou de médias un peu alternatifs le montre, que des images soient diffusées des GJ, sans commentaires, sans coupures, sans explications, sans mise en perspective, sans rien. Si c’est la démocratie qu’on veut, allons-y. Moi elle me dégoûte. »

 

Jean-Michel joint le visage à la parole. D’après lui, les médias dominants n’ont rien à se reprocher. La pointe de sa diatribe vient alors :

« Moi tout seul je vais résister à ces bêtises. »

Rendant tout ce qui précède encore plus grotesque. Il y a un anti-Aphatie – ce qui n’est pas très difficile – en plateau, c’est Michel Onfray.

Onfray  : « Personne parmi les journalistes ne met en perspective les GJ et ce qu’est la souffrance de ces gens-là, tous ces gens passent pour des fascistes, on les a présentés comme des chemises brunes, on a fait savoir qu’ils étaient antisémites, qu’ils étaient racistes, qu’ils étaient homophobes, ah formidable on a trouvé un type qui a fait effectivement une insulte homophobe ; d’accord, et d’un seul coup tous les GJ sont homophobes ! »

La réponse de Jean-Michel ne manque pas de sel, dans la bouche de la caricature ultime du journaliste-système.

Aphatie  : « C’est de la caricature ! »

JPEG - 100.3 ko
Les 4 cavaliers de l’apocalypse journalistique

 

Le secondant du commissaire politique Goldnadel intervient alors pour donner partiellement raison à Jean-Michel. Giesbert évoque le manque de « pluralité » des médias. Lui qui est passé par tous les journaux possibles pour en faire la même pâte uniforme...

Giesbert à 9’08 : « Tu as raison, ces lynchages sont absolument intolérables on est tous d’accord. »

Un cran en dessous, mais toujours dans le respect du fond du Système, elle tique juste sur la forme, la patronne de Marianne, Natacha. Une demi-dissidente elle aussi.

Polony à 9’47 : « Jean-Michel Aphatie a été agressé, par un type qui est venu lui poser lui parler, non mais pardon Jean-Michel je le dis juste, c’était lamentable, et de dire à quelqu’un vous êtes un millionnaire c’était lamentable et ça dénote une haine qui est une haine qui pose problème parce qu’elle est dangereuse. »

Elle qui peste contre l’esprit de caste nous fait l’éloge d’Aphatie qui a résisté courageusement à... trois questions du journaliste GJ de rue qui poursuit les people. Quelle agression ! Pour le coup Aphatie n’est pas « millionnaire » mais gagne excessivement bien sa vie à faire la retape du Système partout où il passe.

Polony à 10’25 : « Là où Jean-Michel a raison, c’est que ce n’est pas sur le traitement des GJ qu’il y a de la colère, c’est que les médias depuis des décennies sont devenus une institution. Or nous sommes dans une crise de colère contre les institutions parce qu’elles représentent mal, nous sommes dans une crise démocratique, c’est-à-dire qu’on a des citoyens qui ont l’impression que les institutions les trahissent… Donc il faut se demander pourquoi, et de la part des médias, il faut se demander pourquoi les citoyens ont l’impression que nous avons trahi. »

 

On appelle Natacha une réformiste, quelqu’un qui ne peut remettre en question que la forme et non le fond du Système. La question se pose alors du pluralisme des médias et de leur responsabilité dans la violence des GJ… Et Jean-Michel fait très fort dans le déni.

Aphatie à 10’57 : « Prenez la presse dans sa totalité, tout le monde a la parole. Tout le monde ! »

Après cette sortie drôlatique, la chroniqueuse Monia, avant-dernière dans l’échelle hiérarchique (de sexe féminin et de la diversité), prend la parole pour dire quelque chose d’idiot.

Kashmire explique que le « complot » est plus vendeur que la vérité et du coup « 8 Français sur 10 croient à une ou plusieurs théories conspirationnistes » et 23% des Français seulement ont confiance dans les médias.
Ce qui signifie que 77% des Français font confiance à d’autres médias, les médias dits alternatifs. Qui ne le sont plus, si on veut être logique : ce sont les médias mainstream qui sont devenus alternatifs, c’est-à-dire « autres », marginaux.

Onfray se plaint de ne plus être invité sur France Inter, même s’il avoue qu’avant il servait de « punching-ball » pendant 45 minutes et devait prouver qu’il n’était pas le petit-fils « d’Adolf Hitler », pas « fasciste », pas « raciste », etc. Il comprend donc la souffrance des GJ et leur violence anti-médias.

Onfray à 13’24 : « Quand vous avez dit le bien le mal pendant un quart de siècle, acceptez que des gens dans la rue vous disent “ah on vous voit, vous qui nous donnez des leçons depuis tant d’années eh bien on a deux ou trois choses à vous reprocher”. […] Faut comprendre que des gens disent “mais vous nous mentez depuis des années, vous dites n’importe quoi !” »

Aphatie  : « Vous ne pouvez pas dire “vous mentez depuis des années” ! »

Eh bien si. La défense d’Aphatie est en train de s’effondrer. Plus personne ne le défend en plateau.

Onfray à 14’00 : « Quand effectivement les gens ont constaté que ça ne marchait pas cette presse-là, une presse subventionnée, une presse qui dit toujours la même chose, une presse qui insulte les gens qui ne défendent pas l’idéologie dominante, qui les traite de nationaux-socialistes etc. Que font les gens ? Ils vont grappiller sur Internet et voilà pourquoi ils vont voir Soral ! Voilà pourquoi ils vont chercher Égalité & Réconciliation !

Précision : pour Goldnadel, « l’idéologie dominante » c’est la gauche culturelle, l’islamo-gauchisme ; pour nous, c’est le socialo-sionisme ou le national-sionisme qui se partagent tout le gâteau politico-médiatique. Aphatie est effondré.

Aphatie à 14’20 : « Vous êtes en train de légitimer Soral. »

Goldnadel intervient, le silence se fait : il est l’arbitre des débats et commissaire politique, Ardisson a disparu sous sa chaise.

Goldnadel à 14’23 : « Ce qui me gêne c’est que depuis un mois Jean-Michel Aphatie se livre à une critique de certains GJ que je comprends parfaitement et qu’il m’arrive de partager. Mais là où vous perdez votre crédibilité, c’est que ce faisant, en même temps, vous essayez de défendre un système médiatique qui est aujourd’hui totalement indéfendable !

Onfray acquiesce : Absolument.

Goldnadel reprend : Tellement il a manqué de pluralisme, tellement de temps en temps il a tutoyé le mensonge, et tellement il a privé la parole de gens qui valent très largement sur le plan intellectuel tous les éditorialistes qu’on entend à longueur de temps ! »

On voit que Goldie veut profiter de la crise des GJ pour faire un coup d’État médiatique et remplacer le socialo-sionisme à la barre par le national-sionisme zemmourien. Pour nous, c’est kif-kif bourricot. Le sionisme, lui, est toujours là, il change juste de peau, comme le serpent. Il mue.

 

 

Aphatie est beaucoup moins ricaneur quand Goldnadel parle – même si la syntaxe de l’avocat sioniste laisse à désirer – qu’avec Onfray. Le mercenaire propagandiste a conscience du vrai pouvoir et ne s’y frotte pas. En revanche il peut se lâcher sur le demi-dissident Onfray qui se plaint d’être invité pour être critiqué dans les médias alors que d’autres y sont critiqués sans même être invités. Il y a une échelle de dissidence et tout le monde n’a pas le courage d’être en haut.

Aphatie se lance alors dans une dénonciation des deux prétendues fake news (issues de Marine Le Pen) qui circulent à propos du traité d’Aix-La-Chapelle. Bref, Aphatie botte en touche contre les « conspis », ce qui lui confère le temps d’une tirade une aura de grand journaliste lucide antifasciste. Sauf que le problème de crédibilité des médias mainstream n’est pas réglé : se moquer d’une info ou d’une intox « conspi » ne blanchit pas son menteur.

Giesbert, l’assesseur du juge Goldnadel, rappelle alors à Aphatie qu’on a oublié « le journalisme contradictoire ». Bonne idée de Franz : il faudrait inclure un non national-sioniste dans l’équipe des Terriens du dimanche !

Aphatie sort sa dernière carte de défense, sa chronique sur Europe 1 dans laquelle il a défendu « la cagnotte de Dettinger ». Mais ça ne suffira pas à apaiser la foule... L’accusé Aphatie se défend de plus en plus mal.

Au tour de Raquel d’intervenir sur la « violence » des GJ.

Garrido à 18’11 : « Pour revenir à la violence… Moi je vais vous dire Jean-Michel Aphatie, ça m’est déjà arrivé de vouloir péter la gueule à une journaliste. La personne qui a écrit dans Le Canard enchaîné que je n’avais pas payé mes cotisations pendant 6 ans j’ai eu envie de lui péter la gueule. Mais je ne lui ai pas pété la gueule… Et je ne l’ai pas fait, Jean-Michel Hépathie. »

C’est normal : son patron Mélenchon n’a pas condamné la « violence » des GJ, ce que tout le milieu médiatique lui reproche. Raquel est une bonne soldate. Elle remet enfin la violence des GJ en perspective avec celle du Système.

 

Garrido reprend à 18’45 : « Mais quand les GJ entendent parler d’eux-mêmes dans des termes faux, quand ils se font péter la gueule par les violences policières et personne n’en parle, heureusement des journalistiques comme David Dufresne… »

Le seul à poser une question gênante à la fin du débat est Pierre.

Liscia à 19’10 : « Pourquoi les journalistes auraient le monopole des médias ? »

Kashmire  : « Parce que c’est un métier, parce que tu te fais pas soigner chez Doctissimo, tu te fais soigner chez un docteur. »

Liscia  : « Je suis désolé, aujourd’hui les réseaux sociaux sont devenus les médias, moi j’ai rencontré cette semaine des GJ qui m’ont dit “on ne regarde plus BFM, on regarde Vécu sur Facebook, on regarde RT”, c’est leur droit ! »

Excellente conclusion ! C’est leur droit. Un droit que nous avons pris de faire nous aussi de l’information, sur E&R.

Kashmire a trouvé la solution à 20’14 : « Mais aujourd’hui il faut que les rédactions s’ouvrent à des enfants de routiers, à des Ingrid Levavasseur et peut-être que c’est comme ça, en ayant cette pluralité dans les rédactions… »

Ardisson la coupe et Liscia lance astucieusement : « Mais ils le font d’eux-mêmes ! Ils le font d’eux-mêmes ! »

Mot de la fin. Il a parlé peu, mais bien. Voilà un Juste.

 

Cliquez ici pour voir l’émission entière

 

Bonus

Jean-Michel Aphatie fait-il un salut nazi pendant l’émission ? Si cela est avéré, c’est grave. Il faut prévenir le CRIF.

 

Un salut nazi ?

Pour comprendre la puissance de l’appareil de soumission des consciences,
lire sur Kontre Kulture

 

Aphatie ou le pur produit d’un Système dépassé, sur E&R :

 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • L’info vue par un ancien (s’impose le point de vue) :
    Il suffit pour être correctement informé, de pratiquer 2 sites, E&R évidemment, et paradoxalement le JVC 18-25 (sous réserve de tri, en se limitant aux sujets « politiques », cf les Gilets Jaunes, l’affaire Benalla au Sénat, l’affaire des cagnottes...).
    Mais - en même temps - Il y a aussi l’audience de BFMERDE et autres chaînes d’info continue qui n’est pas celle que l’on croit. Je regarde régulièrement, voire assidûment, ces chaînes, pour voir jusqu’où ils ont l’outrecuidance d’aller.
    Je n’irai pas jusqu’à prétendre qu’une analyse sociologique pourrait sortir de mon point de vue, mais je pense que la moitié de l’audience c’est pour « rigoler » (amèrement souvent, mais bon ça conforte). J’ai même pratiqué le replay quelquefois (Le tape-cinq de Route à Macron, du TF1 aussi...).

     

    Répondre à ce message

  • Rien de vraiment neuf, sauf qu’enfin on voit le vrai visage de la chroniqueuse qui se présentait elle-même pratiquement comme une dissidente alors que c’est une bonne soumise à un pouvoir policier qui tue, mutile et vole tous les jours.

     

    Répondre à ce message

  • Ça craint d’aller dans ce truc en tant qu’intellectuel non ?
    C’est dégradant, que fait-il là ?

     

    Répondre à ce message

  • #2131805

    J’ai entendu que Apathie était serveur avant d’enfiler le gilet de journaliste mainstream. Et bien, il n’a pas vraiment changé de métier, mais seulement de service. Il s’est mis au service de l’oligarchie et donc de la pensée unique. Ce grand serviteur a véritablement une dimension de laquais.

     

    Répondre à ce message

    • La profession de journaliste devrait être strictement réservée aux détenteurs d’une expérience professionnelle d’au moins sept ans en tant que prostitué LGBT. Apathie n’a pas le feu sacré voulu. Simple serveur c’est prolo. Apathie aura beau faire toutes ses manières pour les grands, il continue par sa présence en tant que prolo dans un métier sacré à militer par l’exemple personnel pour l’ascension sociale des êtres inférieurs. Seule la capacité de séduire et de réussir financièrement par la sexualité LGBT prouve qu’on est au-dessus des simples instruments humains limités à l’hétérosxualité reproductive.

       
  • quand je vois le ramassis censé animer la "bien-pensance" sur ton plateau ; j’ ai un grand sentiment de dégoût et de pitié.....mon pauvre thierry, comment as-tu fais pour en arriver là ?.

     

    Répondre à ce message

  • Vous notez qu’Apathie dénonce le "journalistes collabos" des GJ : « c’est quand même cruel “journalistes collabos”. On collabore avec qui, avec les nazis. La référence historique est terrible quand même. »

    Et 2 minutes plus tard : « « Moi tout seul je vais résister à ces bêtises. » »

    Résister fait référence à la résistance. Résister à qui, aux nazis ? La référence est terrible quand même !

    Mais à part ça quand Onfray dit que les médias traitent les GJ de nazis, c’est de la caricature.

     

    Répondre à ce message

  • "parce que c’est un métier [journaliste]"

    Ah merci de le rappeler. Et quand on se prétend un professionnel, eh bien on se comporte comme tel ! C’est ca que les gens vous reprochent (plus ou moins vertement d’ailleurs).
    Peu importe si le ou la journaliste est militant politique (comme Plenel par exemple) mais au moins vous les journaleux ne vous planquez pas derrière l’"objectivité" ou la "responsabilité", ce sont des éléments de langage qui ne veulent rien dire !

     

    Répondre à ce message

  • J aime bien Ardisson mais je trouve que faire venir ce pauvre gilet jaune avec son oeil en moins cher est mocre pour s en débarrasser on lui a fait croire à une cagnotte tu parles c est bon pour là police les pauvres nous y ont pas le droit ils n ont qu a crever à entendre le Roi qui.nous gouvernent et sa clique !

     

    Répondre à ce message

  • #2132410

    Si l’on met Onfray de côté qui dit des choses justes ici et là, tout cela est parfaitement chiant.

    Quant à savoir si Onfray est un vrai philosophe ou non, à ce stade, je n’en ai cure.

     

    Répondre à ce message

  • #2132435

    Tu tiens le bon bout.... Ton impeccable.... J’ai bien ri, tout le long de l’article alors que, je refuse de regarde la téloche, même hardifion que, j’aime bien.... Ça doit faire mal de voir un pote vendu ruiner son âme en public .
    Rien à redire sur la substance de l’article.... Encore 1 ou 2 actes GJ, et le conseil suprême va se sentir forcé de donner l’ordre d’inviter Alain Soral et Diodo pour calmer l’ire de la foule .

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents