Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Christianophobie ? Mais pour qui est donc la protection de la loi ?

Au bout de six représentations de la pièce ignoble au Théâtre de la Ville à Paris, Sur le Concept du Visage de Fils de Dieu, un premier bilan permet de dire qu’aucune représentation n’a pu se dérouler de manière « normale ».

Retards, interruptions, présence policière dans la salle, fouilles à l’entrée pour traquer le catho, manifestations priantes ou – dirons-nous – plus dynamiques avec des jets d’œufs depuis la façade du théâtre, auront marqué chaque soirée. Expression multiforme d’un ras-le-bol légitime devant les atteintes obsessionnelles de l’« art » contemporain contre les symboles les plus sacrés de la foi chrétienne : différents groupes s’organisent, d’autres jeunes catholiques viennent spontanément, tous évitent la violence. La vraie, celle qui brutalise et qui fait mal.

Tiens, je cherche en vain dans la presse convenue des comptes rendus des coups donnés par les forces de l’ordre, une évocation du car de police qui a écrasé le pied d’un militant d’Action française menotté et à terre, des protestations de plusieurs évêques qui avaient encouragé les chrétiens à dire leur indignation. Comme le dit Alain Escada de Civitas, les médias ont relayé avec enthousiasme ces derniers temps le mouvement des « Indignés » : « Curieusement, les chrétiens n’auraient pas le droit, eux, de s’indigner ? »

Il n’est question que de « liberté d’expression » bafouée et si certains commentateurs accordent généreusement aux jeunes chrétiens le droit de se sentir blessés dans leur foi par la pièce de Romeo Castellucci, ils s’empressent de se moquer d’eux, de souligner qu’il y a danger pour la République (ben oui, l’Action française aussi s’est pacifiquement mobilisée), que l’intégrisme n’est pas loin (pas plus que la charia en Tunisie, en Egypte et en Libye peut-être ?) et que l’ordre moral est d’autant plus à craindre que les autorités – ministre de l’Intérieur et de la Culture compris – brillent par leur silence. Commencer à dire que les jeunes chrétiens doivent avoir le droit eux aussi de s’exprimer, c’est le début de la fin, assure avec emphase Rue89 :

« Faudra-t-il attendre que les vandales détruisent un tableau de Caravage ou brûlent des exemplaires des Fleurs du mal de Baudelaire pour enfin entendre les autorités brandir de très sérieuses menaces contre eux ? »

Bien sûr, la Ligue des Droits de l’homme est en première ligne pour défendre ce qu’il faut bien appeler le « droit au racisme anti-chrétien ».

Romeo Castellucci lui-même s’est fendu d’un communiqué qui démarre sur une phrase du Christ : « Je leur pardonne car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Son spectacle, dit-il est « spirituel et christique, c’est-à-dire porteur de l’image du Christ ». Un esprit de pardon qui enfonce et accable, jugez plutôt : « Mais je leur pardonne parce qu’ils sont ignorants, et leur ignorance est d’autant plus arrogante et néfaste qu’elle fait appel à la foi. »

Il n’y a jamais eu d’excréments sur la Face du Christ, assure l’écrivain-metteur en scène. Juste « la coulée finale d’un voile d’encre noire, descendant sur le tableau tel un suaire nocturne ». Comme c’est curieux : des journalistes des plus sérieux – puisqu’ils sont de la presse de gauche – ont bien vu, eux, des coulées de merde descendre du tableau déchiré et désagrégé : celle du Guardian de Londres par exemple, et celle du Monde (qui dit mieux ?).

A Paris, explique tel autre journal, la pièce a été expurgée d’une scène : celle des grenades jetées contre la Face du Christ d’Antonello di Messina par une rangée d’écoliers. Pourquoi donc ? Elle posait donc problème, cette scène ? Rendait-elle Castellucci moins innocent qu’il ne voudrait le faire paraître ? Et puis, est-ce si sûr ? Le Nouvel Obs, L’Express, Le Parisien et j’en passe publient des photos des enfants caillasseurs ou de la scène jonchée de grenades en plastique, précisant à l’occasion que la photo a été prise au Théâtre de la Ville.

Les chrétiens, comme les autres, ont droit à la protection et au respect de leur foi. Les tribunaux les leur ont refusés en rejetant une demande de l’AGRIF visant à déprogrammer ce spectacle qui blesse et qui injurie – puisqu’il y a des blessés et des injuriés. Un nouvel épisode de la haine anti-chrétienne s’ouvre avec la prochaine représentation, à Toulouse et à Paris, de Golgota Picnic, encore plus virulent dans sa dénonciation des catholiques et du Christ et bien plus obscène : Me Jérôme Triomphe vient d’adresser des « demandes préalables » au maire et au préfet de Paris afin de faire constater que la pièce constitue un trouble à l’ordre public et pour demander sa déprogrammation et son interdiction, avant de saisir le tribunal administratif.

Il cite notamment la jurisprudence de la « soupe aux cochons » qui a pris en compte, pour l’interdire, « les risques de réactions à ce qui est conçu comme une démonstration susceptible de porter atteinte à la dignité des personnes privées du secours proposé et de causer ainsi des troubles à l’ordre public ».

Les réactions des jeunes chrétiens ne sont peut-être pas assez méchantes pour justifier un retrait prudent. Et il ne faut pas qu’elles le soient : notre foi catholique, justement, demande ici le témoignage, et non la destruction, la haine et les coups. Il nous est demandé au contraire de vouloir du bien à nos ennemis. Cela ne dispense pas de constater l’existence l’offense ni de lutter pour qu’il cesse. Un « non » des autorités, un refus d’appliquer la loi, reviendrait-il à signifier que les chrétiens n’en font pas assez pour se faire respecter ?

Il faut donc soutenir l’AGRIF (70, boulevard Saint-Germain, 75005 Paris) et répondre à l’appel de Civitas : grande manifestation contre la christianophobie le samedi 29 octobre à 18 heures, place des Pyramides à Paris.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ne disait-on pas ’c’est de la liberté d’expression’ quand il s’agissait de dessiner le prophete Mahomet ?
    .
    Si les gens veulent rester cohérent, ils ont tous autant le droit de manifester contre, que ce spetacle d’avoir lieu.
    .
    Je suis contre ce spectacle mais la liberté d’expression n’est pas à double vitesse.

     

  • Mais qui donc en veut tellement au Christ ?

     

  • Soutenir l’AGRIF ? Ce nom me disait quelque chose et puis j’ai retrouvé de quoi il s’agissait ! Rappellez-vous c’était il y a un peu plus d’un an...
    Anne Lauvergeon, présidente d’Areva, ça vous rappelle rien ? Allez, je vous mets sur la voie !
    http://www.20minutes.fr/societe/606...


  • Je ne suis pas certain que les ayatollahs de la liberté d’expressions témoigneraient de la même ouverture d’esprit si un "artiste" s’amusait (au nom de l’art, bien entendu) à souiller la mémoire des victimes de l’holocauste.
    .
    Là d’un seul coup, je suis persuadé qu’on verrait tous ces hypocrites se révéler sous leur vrai jour...
    .
    Cracher sur le Christ et les chrétiens, c’est super tendance... Mais va faire la même chose sur la "Shoah" et là soudain les apôtres de la tolérance vont se métamorphoser en intégristes à la Torquemada adeptes du lynchage public et de la traque aux hérétiques...
    .
    Il n’y a qu’à prendre l’exemple de Dieudonné pour s’en convaincre...

     

    • Dans le dernier livre de Nabe, "L’enculé", il y a un peu de ça.

      Il y a une scène où DSK a une chiasse monstre et n’a plus de papier toilette, du coup il se torche avec le livre d’Elie Wiesel sur la Shoah.

      Sur Europe 1, David Abiker et Guy Birenbaum trouve cette scène "ignoble", "à vomir"... :
      http://www.alainzannini.com/index.p...


    • il ne nous reste plus que de crée une piéce de theatre "6 hommes en pyjama rayé en fond de scene et un homme qui leurs balance des grenades et de la merde"... si ca c’est de l’art alors pourquoi pas au non de la liberté d’expression !!!


    • Excellent pour le bouquin de Nabe c’est ça... Mais alors pourquoi est ce que cela ne me choque pas ? Je crois que c’est parce que le chocage est déjà trop présent. Ce qui me choquerait, ce serait que tout le monde se marre de ce passage de Nabe sur le bouquin d’ELIE WIESSEL. Anormal, pogrom, danger.
      Là on voit tout le monde rire, se féliciter que l’on chie sur la gueule du christ, c’est ça le danger. Que personne ne voit d’ailleurs. Je suis catholique est je remarque que de plus en plus c’est devenu comme un code de chier sur la religion chrétienne, on se reconnait entre jeunes... Une petite blague et hop ! on est du meme monde... autant vous dire que ça ne marche’ pas avec moi.
      Et tout ça nous renseigne sur ce qu’est devenu le christiannisme : une religion anti systeme, mise au ban. Elle redevient la religion des esclaves ! c’est pas beau ça !

      J’ai pas mal fréquenté le milieu du théatre subventionné et ces fanatiques des DDHC me font gerber.


  • #57853

    Dorénavant, nous dirons : "Roméo Cacastellucci" le suppot ( zitoire) de satan.


  • Etrange, on interdit Dieudonné partout au nom du risque de trouble à l’ordre public, alors qu’il n’y en a aucun, et là, alors qu’il y a trouble à l’ordre public, rien ?
    Il me semble que de bons avocats pourraient agir, mais ou sont ils ?

     

  • Article de France info à ce sujet :

    http://www.france-info.com/culture-...

    Magnifique, les intégristes cathos s’en prennent à une pièce de théatre, dans l’article il n’est même pas question du lancé de merde sur l’image du Christ !
    Ceux qui sont scotchés aux médias mainstream n’en auront entendu parlé nulle part et avec cet article, ils pourront dire : les cathos ne veulent pas que l’on représente du Christ dans une pièce de théatre... désinformation pure avec mauvaise intention derrière.

    Je ne suis ni intégriste, ni catho. Elevé dans une famille non croyante, j’ai pourtant eu la preuve qu’il y a quelque chose de caché dans notre vie de tout les jours. Une "intelligence" qui nous guide vers ce qu’il y a de bon pour nous, si l’on veut écouter.
    L’image du Christ est pour moi une image de paix, celle qui est à l’intérieur de nous, ce point incorruptible et bon. Car je crois que l’Homme est fondamentalement bon. J’ai des réticences par rapport à la religion, c’est personnel, mais je ne renie pas le Christ.
    Et cette pièce de théatre, ainsi que ce piss Christ en Avignon sont pour moi des insultes.


  • Si je peux me permettre, l’AGRIF a fortement intérêt à la fermer un peu avant de l’ouvrir...

    N’ont-ils pas oublié la campagne virulente qu’ils mènent contre le festival metal "Hellfest" qui est tenu à Clisson ? Alors qu’il n’y a absolument rien de christianophobe à ce festival !


  • « Faudra-t-il attendre que les vandales détruisent un tableau de Caravage ou brûlent des exemplaires des Fleurs du mal de Baudelaire pour enfin entendre les autorités brandir de très sérieuses menaces contre eux ? »

    Comparer de tels maîtres à cette pièce ! D’accord, je ne l’ai pas vue, je l’avoue sans problème, mais j’ai comme dans l’idée que ce n’est pas vraiment du même niveau...Le Caravage et Baudelaire ont certes été scandaleux, mais pas parce qu’ils jouaient avec des excréments comme des enfants de deux ans au stade anal, mais parce qu’ils rendaient compte de l’Homme avec un talent indéniable et toujours aussi saisissant des siècles après ! Excusez du peu...
    La citation de Baudelaire "Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or", version Castelucci ça pourrait donner "Tu m’as donné une culture deux fois millénaire et j’en ai fait de la merde". On ne parle pas du tout de la même chose, tout simplement.

     

  • Le lobby est incompatible avec la foi catholique


  • Pour ma part je suis vraiment pour la liberté d’expression et donc contre ce type d’appel à la censure.

    Toutefois je reconnais moi aussi le deux poids deux mesures, mais pour s’en sortir le chemin ne me parait pas de converger vers la censure en vigueur sur d’autres sujets, au contraire il faut juste s’assurer que liberté d’expression soit respectée sur tous les sujets.


  • reveillezz vous o chretiens, votre ennemi n’est pas l’islam comme veulent vous le faire croire ts ces medisants, on respecte Jesus autant que vous, kié 1 des grands prophete envoyé par dieu (selon ns bien sur) on a tjrs respecter le christianisme contrairement a ki vs savezzzzzzz
    a mediter


  • Défendre le Christ c’est bien, lutter contre la christianophobie c’est très bien aussi mais conserver la croix comme symbole chrétien c’est douteux ou alors on m’aurais menti...


  • Lettre à M. Frédéric Mitterand envoyée ce jour via le site de son ministère,

    Monsieur le Ministre,

    Permettez-moi de vous demander de bien vouloir contacter de toute urgence, votre grand ami, M. Romeo Castellucci, afin de le prier de concevoir le plus rapidement possible, une autre version de son dernier grand succès qui fait grand bruit dans le landerneau parisien... vous voyez certainement de quoi je parle...

    De concevoir donc, deux autres versions de ce grand succès : "Sur le concept du visage Mahomet" pour la version musulmane, et, afin de satisfaire nos frères juifs "Sur le concept du visage d’Abraham, Moïse, Jahvé" - M. Machinchose n’aura qu’à rayer les mentions inutiles..-(il n’y a pas de raisons, que seuls les Chrétiens rigolent... vous en conviendrez bien volontiers...nos amis musulmans et juifs ont autant le droit que nous de se cultiver...).

    De plus, permettez-moi de vous proposer une souscription, à laquelle, je serais ravie de participer, laquelle souscription permettrait de récolter des fonds, lesquels fonds permettraient d’organiser une grande tournée internationale de ces deux nouvelles versions, tournée internationale qui, pour honorer deux démocraties fraîchement émergées, pourrait commencer par la Lybie et la Tunisie, pour se terminer en apothéose à La Mecque, le jour de l’Aïd et au Mur des Lamentations, le jour de Yom Kippour, le tout précédé par une magnifique gai-pride, histoire de mettre en bouche -si je puis m’exprimer ainsi-, les nombreux spectateurs enthousiastes.

    Vous remerciant, par avance, de l’attention que vous aurez bien voulue porter à ma modeste contribution à l’art conceptuel,

    Veuillez croire,Monsieur le Ministre, en l’expression de mes meilleurs sentiments.


  • Attention : le droit au blasphème est le seul droit qui nous reste reconnu. Conservons le.

    Maintenant, que certains enrichissent le spectacle blasphématoire par leurs manifestations pacifiques, j’en suis ravi.