Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Chronique militaire du 27 mai : Russie/Japon (1905), Abdelkrim (1926), Heydrich (1942)

Depuis que l’homme fait l’Histoire (et aussi que l’Histoire fait l’homme), chaque date de l’année renvoie à un événement. Ce 27 mai 2017 renvoie à la guerre Russie/Japon de 1905, cette préfiguration de la Première Guerre mondiale, la dernière offensive allemande en 1916, la reddition d’Abd el Krim en 1926 dans une guerre terrible contre l’Espagne puis la France, le grand vainqueur de 14-18 qui mettra des années à venir à bout du grand stratège marocain, l’attentat contre Heydrich en 1942, quand les attentats visaient encore des dirigeants, avant que le terrorisme ne se démocratise, et enfin le bombardement des quatre grandes villes du sud de la France, Marseille, Avignon, Nice et Nîmes en 1944 par l’aviation alliée. 1 800 morts pour la préparation du débarquement allié en Provence...

 

 

27 mai 1905 : bataille navale de Tsushima (entre le Japon et la Russie)

La situation militaire de la Russie en guerre contre le Japon se dégradant en Extrême-Orient, Nicolas II décide l’envoi d’une escadre de secours (4 cuirassés à peine achevés, 11 cuirassés et croiseurs anciens ou hors d’âge, 9 destroyers). Partie de la Baltique, aux ordres de l’amiral Rojdestvenski, l’escadre parvient à l’entrée du détroit de Corée en vue de l’île de Tsushima le 27 mai 1905, après un périple de sept mois de navigation épuisante pour contourner l’Afrique puis traverser l’océan Indien et les mers de Chine.

Elle est attendue par l’amiral Tōgō avec 4 cuirassés, 8 croiseurs cuirassés, 14 croiseurs et 21 torpilleurs. Le tir japonais, très précis, disloque les trois lignes russes. En quelques heures, les quatre cuirassés de tête sont mis hors de combat. Rojdestvenski, blessé, est fait prisonnier. Son remplaçant Nebogatov capitule avec les rares bâtiments rescapés le 28 mai au matin. Seuls un croiseur et deux destroyers rallieront Vladivostok. Le reste de l’escadre russe est coulé, capturé ou interné. Les Russes comptent 5 000 morts, 6 000 prisonniers et 700 blessés, contre seulement 600 hommes mis hors de combat pour les Japonais. Cette victoire japonaise eut un grand retentissement à l’époque en Asie et fit entrer le Japon dans le cercle des grandes puissances maritimes.

 

27 mai 1918 : Ludendorff attaque au Chemin des Dames

Après les échecs dans ses tentatives de percée du front occidental en Artois et dans la Somme, Ludendorff lance son ultime attaque dans la région du Chemin des Dames, théâtre de la coûteuse offensive Nivelle un an plus tôt. Les Stosstruppen (troupes d’assaut) reprennent en un jour le terrain conquis en un an par les Français et ne seront arrêtés que sur la Marne à la fin du mois, grâce à l’engagement précipité des premières unités américaines : c’est le « Caporetto » de la France.

 

 

27 mai 1926 : reddition d’Abd el Krim

Le chef rebelle et auto-proclamé de la « République du Rif », en guerre contre l’Espagne et la France au Maroc, se rend après 5 ans de combats. Il met ainsi fin à la guerre du Rif.

 

 

27 mai 1942 : opération commando contre Heydrich (Prague)

Un commando de parachutistes tchèques, ayant fui l’invasion allemande en France puis au Royaume-Uni, est largué d’un Halifax au-dessus de la Tchécoslovaquie entre décembre 1941 et mars 1942. Après avoir repéré les habitudes du « boucher de Prague », ils lui tendent une embuscade en pleine ville. Mortellement blessé par des éclats de grenades, Heydrich décède le 4 juin.

Chef du RSHA (regroupant tous les services spéciaux), il était le bras droit d’Hitler et de Himmler pour la « solution finale ». La témérité de l’action qui lui coûte la vie exaspère Hitler qui décide une série de représailles particulièrement sanglantes contre la population. Le commando bénéficie de la protection d’une écrasante majorité de Tchèques mais est trahi par un des siens, appâté par la récompense de 10 millions de couronnes. Les paras tchèques retranchés dans une crypte orthodoxe, se battent jusqu’au bout, se réservant leur dernière cartouche.

 

27 mai 1944 : bombardement de Marseille, Nice, Avignon et Nîmes

250 bombardiers américains volant à haute altitude bombardent les nœuds ferroviaires des grandes agglomérations du Sud-Est dans le cadre de la préparation du débarquement en Provence (opération Dragoon – Aout 1944). À Marseille, le bombardement met fin – involontairement – à une grève de 10 000 ouvriers dirigée par la résistance communiste locale et tue près de 1800 civils.

Lire l’article entier sur theatrum-belli.com

Pour une relecture de la géopolitique et de l’histoire
avec Kontre Kulture

 

Les interprétations modernes sur les deux premiers conflits mondiaux,
chez E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce que les manuels d’histoire se gardent bien de dire c’est que Heydrich a été assassiné le 27 mai 1942 parce qu’il "réussissait" en Bohême Moravie : la plus grande partie de la population s’était ralliée à lui . La preuve : il circulait sans escorte dans un cabriolet Mercédes décapoté parce qu’il se sentait en sécurité . La terrible répression qui suivit son assassinat eu le résultat escompté par les assassins : creuser un fossé de sang entre les occupants et les occupés .


  • Les bombardements "alliés" (!) sur la France firent 65 000 morts, tous civils . Très peu d’allemands furent touchés . C’est évidemment un crime contre l’humanité perpétré sciemment par les judéos-"alliés" pour punir une France qui avait été forcée de "collaborer" .

     

    • Sans oublier la ville de Dresde et la population allemande toute entière massacrée par les "Alliés" parce qu’elle soutenait le chancelier Hitler,celui ci a remis au travail 6 millions de chômeurs allemands et remis son pays sur les rails de la modernité !!Ce qui ne plaisait pas à Londres et à Washington qui voulait prendre à l’Angleterre la place de première puissance mondiale !!


  • En mentionnant le nom d’Heydrich Reinhard, on risque un procès ? Comme il était violoniste, on pourrait finir au violon. Son frère Heinz (HH) aurait sauvé quelques victimes des camps après avoir découvert les papiers de son aîné (remis par la Gestapo ?) et se serait suicidé en 1944...