Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

Actuel !

Influencé par Sartre et Freud, proche du courant post-structuraliste et militant de l’extrême gauche libertaire des années 60-70, Gilles Deleuze n’en restera pas moins issu d’une famille bourgeoise de droite nationaliste... Une double culture qui a certainement aidé le penseur français à délivrer cette sentence clairvoyante qui résonne en nous comme un constat.

À lire, sur E&R :

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2745480
    Le 14 juin à 12:46 par gargamel
    Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

    Source SVP ? Quel livre ? Quel article ?

     

    Répondre à ce message

  • #2745517
    Le 14 juin à 15:07 par Henriette
    Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

    Ce que nous vivons aujourd’hui n’est pas un "néo-fascisme" puisque le mondialisme est une destruction de l’État, une destruction des États-nations, une réduction de la légitimité politique au seul ministère de la police, et encore, dans sa seule fonction visible de faire physiquement couler le sang, la sécurité étant largement privatisée par ailleurs. On ne garde de l’État que ce reliquat de fonction publique, pour sa légitimité politique, et qui le rend encore plus détestable aux yeux du peuple (les multinationales, qui ont privatisé tout le reste de la vie intime et sociale sont, elles, aimables et aimées - on aime Apple, Facebook, Louis Vuitton, Uber, etc.). Ce qui nous vivons aujourd’hui n’est pas un néo-fascisme, c’est un pinochisme, un régime de la privatisation libérale et de la répression policière. Deleuze utilise l’accusation de fascisme en jouant sur la même distribution des rôles quand dans le pinochisme : le détestable serait l’étatique, le public, le politique, le policier... mais pas l’avidité libérale-libertaire. Les "micro-fascismes" que fantasme Deleuze n’existent pas, ce n’est pas la perversion politique réduite aux dimensions individuelles qui nous menace, c’est la perversion individualiste, libérale-libertaire, étendue aux dimensions transnationales, multinationales, mondiales... c’est-à-dire Bill Gates (non pas un micro-fascisme mais un macro-individualisme). Car c’est bien lui qui concrètement, matériellement, nous détruit, non ? Bill Gates, Jeff Bezos, George Soros, ceux-là, se concertent à Davos, oui... Mais il n’y a aucune "concertation" dans mon quartier ni dans ma rue, mes voisins ne se concertent pas pour tout détruire, ils ne sont pas des "micro-fascistes", ils subissent et sont tous des victimes de Bill Gates, parce que l’État a été si corrompu et si abaissé qu’il ne peut plus remplir son rôle de protection de la population. Deleuze était vraiment une sale ordure de "gauchiste" oligarchique donnant dans l’inversion accusatoire, Deleuze était une épave humaine...

     

    Répondre à ce message

    • #2745618
      Le 14 juin à 18:00 par Pamfli
      Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

      Exact la première expérience des Chicago Boys et de Friedman se produit lors du coup d’Etat de Pinochet au Chili de 1973. Lire La Stratégie du Choc de Noami Klein, un programme néolibéral choc ayant recours à la suppression des opposants politiques, à la torture physique et morale.

       
    • #2745904
      Le 15 juin à 10:33 par komakino
      Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

      Il faut mieux lire : sa citation n’exclut pas des coordinations, des « machines de guerre », comme il appelle ça, à un niveau global. « le néo-fascisme est une entente mondiale » … qui produit localement des « micro-fascistes… ». C’est exactement ce qu’on vit actuellement.

       
    • #2745943
      Le 15 juin à 11:31 par Nuffer
      Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

      On peut penser ce qu’on veut de Deleuze mais il parle bien d’un néo fascisme sous forme d’entente mondiale ( sans préciser de quelle entente il s’agit). En toute hypothèse ce n’est pas incompatible avec la destruction des Etats et c’est clairvoyant s’il veut parler de l’entente oligarchique transnationale que nous vivons.

       
  • #2745566
    Le 14 juin à 16:54 par pizzahut
    Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

    Le fascisme c’est la gauche du travail d’un côté et la droite des valeurs de l’autre. Pour Pour Gilles Deleuze, éternel gauchiste, le terme de fasciste se résume à dénoncer un ordre qui n’est pas de son camp, une autorité qu’il ne reconnait pas, une autre violence que celle de ses camarades. Un mot fourretout dans lequel, il met tout ce qu’il considère comme détestable . On revient au slogan soixante-huitard si pauvre en réflexion : CRS=SS.

    Quand on résume la philosophie fasciste à l’insulte popularisé par la gauche et reprise par la droite molle, c’est que l’intervenant est très limité dans son argumentation. En tout cas au moment et à propos du sujet, qu’ il l’émet.
    Le fait qu’il soit pertinent sur d’autres sujet ne l’excuse pas.

     

    Répondre à ce message

  • #2745572
    Le 14 juin à 17:03 par majeur et non vacciné
    Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

    Glaçant ! Ce Deleuze est complotiste !

    Le national-sionisme est-il un néo-fascisme ?

     

    Répondre à ce message

  • #2745763
    Le 15 juin à 01:02 par Kopernicus
    Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

    Ce que nous vivons n’est pas un néo-fascisme, c’est un Faucisme :)

     

    Répondre à ce message

  • #2745833
    Le 15 juin à 08:51 par ducegabbana
    Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

    Alors selon ce monsieur le fascisme c’est une politique et une économie de guerre ? Ah oui ? Donner du travail à des millions de chômeurs, créer la sécurité sociale, l’accession à la propriété facilitée pour sa résidence principale, la distribution de terres agricoles pour les paysans, une vraie politique familiale, l’accès au sport etc...c’est la guerre ?

     

    Répondre à ce message

  • #2745926
    Le 15 juin à 11:01 par Hichem de Nice
    Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

    Nostradamus ?

     

    Répondre à ce message

  • #2746135
    Le 15 juin à 17:29 par pôvregillou
    Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

    Gilles Deleuze "issu d’une famille de droite nationaliste" qui c’est tourné vers le gauchisme et le maoïsme. Il a cédé à la mode de son temps comme un petit bourgeois qu’il était, plutôt que de puiser sa réflexion dans son éducation et l’éclairage qu’il avait de ses ancêtres. Il ne s’est pas inspiré de ses proches anciens qui avaient fait la démarche inverse. C’est à dire de venir de la gauche dure pour rejoindre la droite nationale. Associant gdt et ddv.

    Comme un Cohen-Bendit inversé, passé de la gauche bourgeoise libertaire à tendance pédophile à une macronisation libérale jacklandienne.

     

    Répondre à ce message

  • #2749363
    Le 20 juin à 16:34 par Sullivan
    Citation de Gilles Deleuze sur le néo-fascisme

    Succinct, flou, aux concepts larges, chacun risque d’y voir ce qu’il désire y voir : les commentaires en témoignent. Il y a là cependant une qualité à ces défauts, utile à la bataille idéologique : une lisibilité susceptible d’amener en douceur le gauchiste à réfléchir, s’interroger, et qui sait, à douter et s’infléchir, le tout sans risque contre-productif de le voir se braquer. Il faut insister sur la guerre idéologique totale qui nous est livrée, et sur une des réponses possibles, de type guérilla, que nous pouvons mener : une guérilla massive du doute instillé et judicieusement orienté. En cela E&R propose ici l’exemple type de texte de guérilla pédagogique que nous devrions semer largement, l’air de rien, sur notre gauche. Il s’agit là de saper et d’infléchir, subtilement, massivement. D’autres préfèreront batailler différemment, frontalement : une méthode n’exclue pas l’autre.

     

    Répondre à ce message