Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Climat politique délétère en Tunisie

La Tunisie fête demain l’anniversaire de ses premières élections libres dans un climat de tensions et d’incertitude marqué par des flambées de violences et le retard pris par l’Assemblée dans la rédaction de la Constitution.

La classe politique est dans l’ensemble d’accord pour qualifier d’historique le 23 octobre 2012, date du premier anniversaire de l’ANC (Assemblée nationale constituante) dont l’élection consacra la révolution de janvier 2011 ayant chassé le président Zine el-Abidine Ben Ali du pouvoir. Mais, signe des profondes divisions politiques, aucun événement unitaire n’a été annoncé pour marquer cette date, chacun prévoyant des manifestations ou des colloques en ordre dispersé. L’ANC siégera néanmoins en présence du Premier ministre islamiste Hamadi Jebali et du président Moncef Marzouki.

Depuis des mois la coalition au pouvoir, dirigée par les islamistes d’Ennahda, et l’opposition s’affrontent et se provoquent, de crise en crise, sur l’essentiel des dossiers soumis à l’ANC. Sur le terrain, ces joutes verbales dégénèrent parfois en violences.

Lire la suite de l’article

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #245036

    Ben oui,c’est pas facile une révolution.

    Il faut du temps pour reconstruire une société stable.


  • #245049
    le 22/10/2012 par aurelien362
    Climat politique délétère en Tunisie

    Si même un pays aussi cultivé, moderne, éduqué, que la Tunisie, connait de si graves difficultés, une telle influence du Qatar et des USA (via Ennahda), de telles crises civiles, un tel affaiblissement du camps nationaliste laïc...
    Alors comment imaginer une seule seconde qu’un pays comme la Libye ou la Syrie aurait pu s’en sortir mieux ? Ou comment démontrer soit l’incroyable crétinerie, soit le cynisme pervers (plus probable) des Occidentaux...

     

    • #245151
      le 22/10/2012 par anonyme
      Climat politique délétère en Tunisie

      le crime des occidentaux , entre autres, c’est justement d’occulter la réalité et de présenter la TUNISIE comme un pays moderne, éduqué etc....Ces gens existent , mais ils sont minoritaires, non représentatifs de la société et face à la masse ,ils sont de peu d’influence.Je me souviens surtout d’avoir vu un pays ou les chauffeurs de taxi ne savent pas lire et sont incapables de suivre un plan , ce qui fait qu’on loupe l’avion parce que l’artiste ne sait pas ou est l’aéroport ( TUNIS !)


    • #245234

      @ anonyme :

      Selon les chiffres de l’ONU,plus de 80% des tunisiens savent lire et écrire,ce qui veut dire que les jeunes de moins de vingt ans sont alphabétisés à 100%.

      En ce qui concerne ton chauffeur de taxi,ne fais d’une anecdote une généralité sur tout un pays.


    • #245446
      le 23/10/2012 par le goy
      Climat politique délétère en Tunisie

      En réalité, la Tunisie est confrontée au problème des pays multilingues. Il est en effet difficile pour une personne de bien maîtriser une langue dans un milieu constamment billingue. Néanmoins, on ne peut pas dire que l’illétrisme soit un problème majeur en Tunisie, car les tunisiens on su garder une langue de référence pour certains aspect de la vie officielle.
      Ceci étant dit, il faudrait qu’on s’interroge sur l’avenir de notre pays, dans lequel l’état s’efforce que porter la confusion en enseignant les "dialectes" les langues étrangères...bien avant que les enfant puissent avoir leur propre langue comme standard !