Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Colis piégés : qui se cache derrière la "Conspiration des cellules de feu" ?

Soupçonné d’être à l’origine de l’envoi du colis piégé au FMI, ce groupe anarchiste grec a revendiqué celui qui a été expédié au ministère allemand des Finances.

 

La Conspiration des cellules de feu, groupe anarchiste grec, a revendiqué jeudi matin l’envoi d’un colis piégé au ministère allemand des Finances. Le paquet qui comportait un livre où était caché un explosif avait été envoyé sous le nom d’un homme politique conservateur, Adonis Georgiadis, issu de l’extrême droite et honni par la gauche grecque. Le colis parisien qui a blessé au visage une assistante du directeur du FMI a lui aussi été expédié sous le nom d’un porte-parole du parti de droite Nouvelle Démocratie, d’après le ministre adjoint chargé de la Protection du citoyen grec. La même méthode a donc été utilisée, ce qui conduit les enquêteurs vers la piste de la Conspiration des cellules de feu. Selon une source policière grecque citée par l’AFP, ce groupe serait également « vraisemblablement à l’origine » de l’envoi du colis qui a explosé jeudi au siège du FMI à Paris.

 

 

Les motivations semblent également similaires. Dans la revendication de l’attaque contre le ministère des Finances allemand publiée sur le site alternatif Indymedia, le groupe affirme avoir agi dans le cadre d’un plan Nemesis (justice en grec). « Nous continuons avec passion et conviction notre combat contre les institutions, les lieux et les visages du pouvoir », explique-t-il dans son communiqué. L’Allemagne et le FMI sont jugés responsables par une grande partie de la population grecque des mesures d’austérité qui s’abattent sur le pays depuis six ans.

« La crise économique et sociale a revigoré le mouvement anarchiste grec. La défiance envers les politiques et l’État grandit, les institutions internationales qui imposent au pays la rigueur sont de plus en plus méprisées par la population. Avec l’attaque à Paris, l’organisation ne visait pas la France, mais bien le FMI, représentant les créanciers maudits », explique Vassilis Lambropoulos, journaliste à To Vima et spécialiste des questions liées à la mouvance anarchiste.

Ces dernières années, plusieurs groupuscules anarchistes ont éclos. En avril 2014, la Banque de Grèce avait été la cible de la Lutte révolutionnaire. En novembre 2016, une attaque à la grenade contre l’ambassade de France à Athènes avait également été revendiquée par l’Organisation d’autodéfense révolutionnaire.

 

 

Lire l’article entier sur lepoint.fr

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.