Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Comment ils ont tué la presse masculine

Par la rédaction d’E&R

La presse masculine, c’est la presse qui n’a jamais marché durablement en France, sauf dans les années 70-80, quand Playboy ou Lui (400 000 ventes en 1970) montraient des choses qu’on ne trouvait nulle part ailleurs (hormis Hara Kiri, très précurseur en matière de nudité, ou les publications spécialisées, trop chères pour le pékin moyen), et au début des années 2000 avec Entrevue.

 

« J’ai voulu monter un masculin qui ne soit pas destiné qu’aux masturbateurs professionnels. Mais ça n’a pas été possible. »

Serge Raffy à Technikart, 2003

 

« Maximal c’est fait pour les mecs de 17 ans qui veulent se branler. »

Michel Birnbaum, P-DG de 1633, juillet 2009

 

 

PNG - 314.5 ko
Pudique, Kayden cache ses parties génitales en fusion

 

La mort des vieilles recettes

Puis, quand les plus puritains ont fini par intégrer le sexe dans leurs pages (voir la couv du Nouvel Obs avec le postérieur relooké de cette salope de Beauvoir), il a fallu se renouveler, ce qui a été un peu compliqué. Que vendre aux hommes quand le sexe était partout ? Ben, de la mode, du style de vie, des produits de beauté, des biens culturels. C’est embêtant, parce que les hommes sont beaucoup moins consommateurs dans l’âme que les femmes : on n’aime pas trop aller s’acheter des fringues dans un magasin, on a l’impression de se faire avoir, et puis les vendeurs sont souvent ambigus, ils peuvent nous toucher, c’est dangereux.

En vérité, peu ont osé vendre de l’information aux hommes (on exclut Actuel et ses 300 000 ventes du début des années 80, plus tendance que news ou masculin), alors que c’est une denrée paradoxalement rare en presse, et dont les lecteurs sont friands. Bien sûr, il y a les news magazines, du type L’Express, Le Point, Marianne, mais on restera ici dans les limites de la presse masculine, ciblée « jeune », ce qui en ces temps de régression permet d’élargir la cible jusqu’à 45 ans, et même au-delà.

 

 

Entrevue, créé par Thierry Ardisson et Gérard Ponson en 1992, récupèrera chez Hachette Filipacchi les lecteurs du déclinant L’Écho des savanes, qui connut ses heures de gloires dans les années 80. Devenu après sa reprise par l’éditeur de BD Glénat un magazine « conçu pour rire », en mode lent, soit bimestriel, il a aujourd’hui le mérite de nourrir le dessinateur Philippe Vuillemin, dernier îlot de férocité dans un océan de subversion gentille. Jugez plutôt : « éloge des putes », « ras le bol des fous de Dieu », « enterré avec ses chips »... Sans oublier le spécial « Vive l’humour » de juillet 2009, avec Alévêque, Cauet, Dahan, Lafitte, Mabille, Porte, Roumanoff et Zéro. Que du lourd en matière de malpensance.

Entrevue, moins complaisant avec le showbiz, connut alors une décennie (1995-2005) de ventes pharaoniques grâce à ses révélations télé, elle aussi en pleine explosion, avec le scandale des animateurs-producteurs en 1996, puis le big-bang de la téléréalité à partir de 2001. Une sorte de Voici musclé, ou de Paris Match populaire : du people sous l’angle trash, avec des interviewes choc, des scoops fric et des scandales sexuels. Ça changeait des publications pipounettes ne vendant que du lifestyle avec tous ses musts, les objets de la gratification sociale, du type FHM, une presse vidant le marigot de la pub car intéressant plus les annonceurs qu’un mensuel populaire comme Entrevue, touchant pourtant un large public, mais avec une image repoussante du point de vue des marques.

 

PNG - 304.7 ko
Notre grande enquête
« Où est passé l’argent du Sentier ? »

 

Serge Raffy, qui a travaillé plus d’un an sur le lancement de Il :

« J’étais atterré par la presse mâle. Sa régressivité, son archaïsme journalistique. Le versant féminin, je l’ai constaté durant mes années à Elle, est autrement plus progressiste. J’ai donc voulu monter un masculin qui ne soit pas destiné qu’aux masturbateurs professionnels. Mais ça n’a pas été possible. » (Technikart, 2003)

La presse masculine était donc condamnée à vendre soit du vent avec beaucoup de pub à un faible lectorat en voie de féminisation (moins vigilant sur les contenus), soit un contenu plus trash (et dépolitisé) à un public plus large, mais sans l’appui de la pub.

Deux modèles économiques fragiles, et irréconciliables. Le mariage impossible en France du Culturel (de gauche), et du Populaire (de droite). L’arrivée du Net – et surtout du haut débit – aura raison de ce dilemme en pulvérisant tout le secteur, comme la comète ces gros cons de dinosaures il y a 65 millions d’années. Pour laisser la place à des mammifères plus petits, plus adaptés… et eux aussi quasiment condamnés. Cependant, il serait trop facile d’attribuer cette rapide dévolution à la seule apparition du Net : la structure même de cette presse non-informative, voire désinformative, contenait sa propre fin dans un univers où les lecteurs, reconstruits par une auto-information non-alignée, devenaient plus exigeants. Le lecteur masculin a changé plus vite que sa presse.

 

 

Le magazine de l’homme chic & chiant

Aujourd’hui, Entrevue est descendu sous la barre des 100 000 exemplaires, après avoir culminé à 500 000, FHM est moribond, grâce à sa cure d’amaigrissement chez Michel Birnbaum, de la société 1633. Bien sûr, une flopée de titres encombre toujours les kiosques, mais sans grande personnalité. Rien ne sort journalistiquement de publications comme L’Optimum, qui propose l’immense fils-de Louis Garrel en une, ou Monsieur, avec cette entrée essentielle « Souliers, la double boucle fait son comeback » en couv du numéro de novembre. Des magazines certes rassurants pour l’annonceur, mais d’une vacuité inquiétante. Au moins dans Femme actuelle il y a des recettes et des robes pas chères.

 

 

Seul GQ, dans le genre chic, cousin de Vanity Fair du riche Denisot et du semestriel Vogue Hommes (tous trois issus du puissant groupe Condé Nast), grâce à une image impeccable, vit grassement sur les annonceurs sans attirer les foules (100 000 ventes officielles, source OJD), malgré une campagne de lancement à 10 millions d’euros début 2008, une cascade de spots de pub et un travail d’image de marque impressionnant : Le Grand Journal de Canal+ ne ratait sous l’ère Denisot jamais une occasion d’exhiber GQ, qui ne manquait pas une occasion de magnifier Canal+ à travers ses émissions ou ses animateurs... Réaction du groupe Jalou, éditeur de L’Optimum, qui investira en 2008 2 millions d’euros dans une nouvelle formule à 1 euro, espérant 100 à 150 000 exemplaires, pour finir par culminer à 40 000. Aujourd’hui, plus personne ne risquerait de telles sommes sur ce créneau sinistré, abandonné par des lecteurs qui ont muté.

GQ, ou le carpet marketing à l’américaine , qui a pulvérisé tout le rayon « Hommes » en le privant des fameuses « pages de pub » : 75 % de ses recettes proviennent des annonceurs, qui pèsent donc trois fois plus que les lecteurs. À la limite, ce magazine pourrait devenir gratuit (c’est un gratuit payant) ou même ne plus avoir besoin de lecteurs. À l’image du public des grands clubs de foot, qui a perdu son relatif pouvoir au profit des sponsors. Sauf peut-être à Marseille.

 

PNG - 343.7 ko
Antoine ne porte pas de perruque,
juste une kippa

 

L’irruption meurtrière de GQ n’est pas un mal. Une presse sans grand intérêt mais bien construite, sous une direction artistique brillante, a remplacé une presse sans aucun intérêt et mal foutue, parfois à la limite de l’escroquerie : bourrage en guise de papiers, visuels qui mangent les textes, articles pompés sur l’Internet ou sur les « confrères »… Sanction brutale mais logique de la baisse des budgets, due à la baisse publicitaire (tout titre descendant au dessous des 10 % de rentabilité chez Hachette Filipacchi était vendu), et de l’éviction des journalistes en CDI au profit de pigistes affamés, forcément moins exigeants. La crise de la presse, morale et matérielle, en montée violente depuis 5 ans, a squelettisé les rédactions, fait chuter les tarifs des pages, et donné aux directeurs de publication un pouvoir absolu sur une masse de grouillots précaires, prêts à tout pour survivre. Si vous n’êtes pas (trop) dépressif, lisez Journalistes précaires d’Alain Accardo (éditions Agone), qui brosse un tableau noirissime du métier de pigiste. C’est l’agonie à gauche !

 

Prédateurs & charognards

Le même Michel Birnbaum, symbole malgré lui de l’extinction de la presse magazine masculine, se vantait devant un journaliste du Monde de sortir le même canard avec moins de personnel et moins de budget… avant de se rendre compte de sa bourde. Effet pervers : les personnels, en « mutualisation » dans un groupe de presse, finissent par travailler pour plusieurs titres, qui finissent par se ressembler, et faire fuir le lecteur. En radio-télé-PQG (presse quotidienne gratuite), cette fusion horizontale des rédactions peut « fonctionner » dans le groupe multimédia NextRadioTV d’Alain Weill (on dirait un atelier chinois, mais c’est rentable), pas en presse écrite.

 

PNG - 243.9 ko
Michel, le lecteur fidèle de FHM
sur Facebook

 

Extrait de l’article du Monde « Les éditeurs low cost » de Xavier Ternisien (29/08/10) :

Parmi les éditeurs low cost, certains sont persuadés que des vieilles marques de presse peuvent trouver une nouvelle jeunesse sur Internet ou grâce à la téléphonie mobile. C’est le cas des Éditions 1633, spécialisées à l’origine dans la presse de charme. Leur fondateur, Michel Birnbaum, a d’abord racheté, en 1993, la licence du magazine américain Penthouse au groupe Filipacchi. Depuis, il n’a cessé d’investir dans la presse masculine. Il possède aujourd’hui en propre les marques Lui et Newlook, et a acquis la licence pour la France de Rolling Stone, Playboy, FHM, Maximal et Men’s Health. Pour chaque licence, il verse une somme qui se situe entre 3 % et 7 % du chiffre d’affaires.

« Je n’ai pas le talent ou l’argent pour créer un titre ex nihilo, avoue M. Birnbaum. Ce serait un coût de 20 à 30 millions d’euros, trop élevé pour moi. » Ses titres fonctionnent avec des rédactions très réduites. « Mondadori faisait FHM avec 17 permanents et autant de pigistes. Je le réalise avec 4 permanents, 5 à 6 pigistes et les contenus sont mutualisés avec d’autres titres. »

Un aveu qui fait mal ! Passons sur les titres morts ou abandonnés depuis 3 ans, mais revenons sur le montant de l’investissement que nécessite réellement un nouveau titre, multiplié par dix pour la cause : par exemple Neon , le dernier mensuel à cible mixte de Prisma Presse, pourtant des Allemands sérieux, a été mis l’année dernière sur le marché pour 3 millions d’euros, avec un retour sur investissement prévu en 2015.

Cette régression éditoriale obéit à une évolution darwinienne plus globale des médias : à la télé, les émissions sont de plus en plus connes dans le fond, mais de plus en plus réussies visuellement. GQ, c’est 2 ans d’études avant de s’implanter sur le marché français, preuve qu’un lancement presse peut réussir, même si c’est le lancement d’une fusée aussi esthétique que vide. Peu à peu, les masculins « d’image » existants mourront de soif (publicitaire) autour de GQ. FHM, qui vendait 120 000 exemplaires en 2007, passe officiellement à 39 000 en 2012. Soit autour de 20 000 en réalité. Car dans la presse on majore toujours (parfois jusqu’au double) les chiffres des ventes pour ne pas perdre les derniers annonceurs… La télé fait pareil en trichant sur les audiences… et en accordant de grosses ristournes aux annonceurs derrière les tarifs officiels (-30 % chez TF1). La façade, conserver la façade, même si tout s’écroule derrière.

En octobre 2012, la très confraternelle Causette, dont les ventes passeront, elles, de 5 000 à 60 000 en moins de 3 ans, rapportait avec une pudeur toute féminine à ses lectrices l’effondrement de la presse en général, et de la presse masculine en particulier, consacrant FHM leader des losers avec la fuite de 37 % du lectorat en un an. Y a pas à dire, la mutualisation, ça marche.

 

Les derniers survivants

Heureusement, dans le même groupe (1633), le petit ramasse-pub Men’s Health sauve les meubles en focalisant sur le fitness, la forme et la santé des garçons… en théorie toujours hétérosexuels.

 

PNG - 401.2 ko
Jamel a beaucoup souffert de jamelophobie

 

Profitons-en pour faire un détour par Têtu , ce masculin féminin, qui a connu beaucoup de déboires sous Pierre Bergé, dont c’était la danseuse. Placer ses petits amis dans le titre n’étant peut-être pas le meilleur chemin vers l’équilibre financier, qui ne sera d’ailleurs jamais atteint (1,5 million d’euros de pertes annuelles). Quand on sait que pour sa simple page, Christine Angot, du temps de sa splendeur médiatique, et donc avant la mise au pilon de son bouquin sur Gynéco, et son procès perdu contre l’ex (40 000 euros de dommages et intérêts pour atteinte à la vie privée, tu m’étonnes, elle ne faisait que raconter la vie de l’autre « méchante »), prenait 3 000 euros en imposant sa « copine » photographe… Il est vrai que les grandes plumes n’ont pas de prix, surtout dans le cul.

Pour la petite histoire, Têtu a été cédé pour un euro symbolique (mais avec de la trésorerie en caisse) à Jean-Jacques Augier, le copain des îles Caïman de François Hollande, qui fut accessoirement trésorier de campagne du PS.

Men’s Health donc, un « masculin pratique » crédité de 41 000 ventes officielles (correction non-appliquée). Petite anecdote sur le titre, dont la licence est exploitée depuis 2008 par le désormais célèbre Michel Birnbaum, et propriété du groupe Rodale Inc., qui a des bureaux à New York : lorsque les Américains, réputés rigoristes, débarquent à Marseille, où étaient situées les rédactions mutualisées du groupe 1633 (Maximal, Rolling Stone, Newlook, ainsi que quelques titres porno), sans oublier la téléphonie cochonne, la direction de 1633 laisse croire aux invités de marque que le personnel complet – une trentaine de personnes – représente la nouvelle équipe de Men’s Health France ! Pour une fois qu’on enfume les Américains, on n’allait pas vous priver de l’anecdote.

 

PNG - 560.2 ko
Dans Rolling Stone spécial Notre Temps,
tout sur Mick & Keith

 

« Il nous manquait une cinquantaine de pages dans le premier numéro pour le lancement. On a pris cinquante pages déjà parues dans les archives. C’est passé tel quel. On a reçu des courriers des lecteurs disant : “Vous êtes des fumiers, mais on préfère encore que vous vous foutiez du monde avec des pages qu’on adore plutôt que de nous casser les pieds avec des histoires d’aliens qui nous intéressent pas.” » (Michel Birnbaum à propos de la relance de Newlook, Les Inrocks, 04/03/10)

Le mensuel Newlook , qui était encore chez 1633 un divertissement franchouillard populaire, dans un esprit gonzo, est aujourd’hui un bimestriel floqué d’un « interdit aux mineurs » désastreux pour la mise en place, et donc les ventes.

FHM s’effondre, Rolling Stone perd de l’argent (c’est la danseuse maison, comme Jazz Magazine le fut pour l’authentique tycoon Daniel Filipacchi, milliardaire échoué sur son île), Playboy a disparu des radars après un désaccord avec Michel Houellebecq, qui devait être le rédacteur en chef d’un numéro, forcément érotique, resté dans les tiroirs… Un Playboy définitivement enterré par l’opportuniste Frédéric Beigbeder, qui a pour le coup reboosté Lui (lâché par… 1633, qui n’en faisait rien), en investissant la case « masculin sexy haut de gamme ». Bilan du braquage : 350 000 ventes et un retirage de 100 000 pour le partouzeur cocaïné symbole de la funny décadence ! Personne ne saura si Fred a participé à la fameuse partouze mondaine sur le thème « tchador », avec amuseurs célèbres et call-girls voilées pour l’occasion…

« Au-delà de toute provoc, c’est une putain de réalité. Déjà parce que c’est du parisianisme pur et dur de dire que tout ce qui n’est pas la Capitale forme un tout, homogène et indivisible. Malheureusement, Parisien ou pas, le constat est le même : globalement, la province, c’est mort. Un état de fait qui ne date ni d’hier ni de la création de Technikart. » (25/02/09)

 

 

Avant de passer au gros morceau Entrevue (qui a perdu entre autres son procès contre les Jalons en 2013 pour l’histoire du pastiche « Fientrevue », mais gagné celui contre Newlook version 1633 en 2006, pour « contrefaçon »), détour rapide par Technikart , le vieux mensuel branché, qui vivote de sa petite avance parisienne sur la province.

Technikart, auréolé du titre de « Plus mauvais Payeur de Pigistes du marché » (attendre six mois minimum le paiement, comme les abonnés leur exemplaire, et encore, en insistant), fonctionne comme une école de journalisme. Et si cette publication pour pigistes bénévoles malgré eux est formatrice, par la diversité et la liberté des sujets abordés (notamment l’interview de l’érotomane antisioniste Gérard de Villiers), certains permanents rêvent de s’en échapper pour devenir enfin riches. Heureusement, les passerelles existent, notamment vers Voici ou Canal+, les rédacteurs en chef des émissions télé (Laurent Bon, directeur de la rédaction du magazine Max, deviendra rédacteur en chef chez Fogiel puis chez Denisot, au Grand Journal, avant de suivre son « ami » Yann Barthès au Petit Journal), étant généralement piochés dans la presse écrite, largement plus cultivée que la petite lucarne. Un peu sur le modèle de la différence Paris/province.

Pour preuve, chez Technikart, on ne dit pas « sommaire », on dit « opener ». Woaw, hou la la, en américain. Malheureusement, le lectorat du magazine ne se satisfaisant plus d’un miroir valorisant pour branleurs blasés, la direction injecte désormais des enquêtes et des portraits plus poussés. Sauf rechute, quand elle interviewe très complaisamment Denisot pour tenter… une évasion chez Vanity Fair ! Comparativement, assurément le moins « vendu » des mensuels masculins, inspiré des débris de l’esprit d’Actuel.

 

PNG - 345.4 ko
Insolite : une école de faux journalisme
à Paris !

 

Entrevue : un carton qui finit sur le trottoir

En 2004, le mensuel décroche sa deuxième étoile d’or à l’OJD avec « 577 434 exemplaires de diffusion totale payée ». Soit plus de 3,5 millions de lecteurs de 15 à 35 ans. Un carton absolu. Entretenu par le sens commercial de Ponson. Maximal, dirigé par le même directeur de publication, est haut, mais loin derrière avec 144 116 exemplaires. Maximal, modèle de presse populaire importé d’Angleterre, qui n’a jamais marché chez nous, et qui à l’époque engloutissait une partie des bénéfices d’Entrevue… sous l’œil goguenard des cadres Hachette Filipacchi Médias, qui pouvaient ainsi contenir la puissance montante du directeur d’Entrevue.

Pourtant, le ver est dans le fruit, le succès faisant tourner les têtes : les multiples sujets frelatés de la bande à Michel Alvès (des frigos volants dans la cité, lol) ainsi que les trop nombreux enquêteurs diffusés mais jamais payés (qui vaudront au rédacteur en chef un pain dans la gueule), alors que le journal croule sous les rentrées, auront raison de la crédibilité journalistique du titre. Trop d’excès, de speed, d’alcool, de frais, d’arnaques.

La dernière couv avec son « école de fellation en Russie » rappelant plus Guts ou Choc, ce Newlook modernisé, ne va pas arranger l’image du magazine : il se passe pourtant en Russie des choses plus intéressantes pour le lecteur qu’une école d’aspiratrices. Mais c’est un choix éditorial. Les lecteurs intelligents eux, y verront une raison de plus de ne pas quitter le Net ou l’édition pour revenir à la presse magazine masculine.

 

PNG - 392.3 ko
Cathy Guetta, arme chimique ultime ?

 

Sauvé après un dépôt de bilan opportun (on zappe les dettes) début 2012 par Jean-Claude Cochi, le patron des MLP (Messageries lyonnaises de presse, le distributeur concurrent de Presstalis), toujours sous le coup d’une accusation d’escroquerie en Suisse portant sur la somme de 45 millions d’euros, Entrevue ne vend « plus que » 126 000, officiellement.

Ce qui a plombé le mensuel, ce n’est pas seulement la fuite des lecteurs vers le Net, synonyme de sexe et info gratuits, ou les procès people : en vendant 500 000 par mois, Ponson était intouchable. Et surtout, couvert par la puissance du premier éditeur de presse magazine au monde en 2006, Hachette Filipacchi Médias. En revanche, l’image a été trop détériorée par les fausses affaires, les coups tordus, qui ont eu raison de ce qui aurait pu hisser le titre au rang de news masculin : la reprise par les autres médias des contenus rigoureux, car il y en a eu, et des bons. Les scoops étaient là, mais il a toujours manqué la main tendue des confrères de la presse « propre », secrètement satisfaits d’assister à l’affaiblissement d’un concurrent aussi voyou que populaire. Mauvais calcul : un titre malade fragilise tout le secteur, car ses lecteurs disparaissent avec lui, et ne se reportent pas sur les concurrents. Quand les gros maigrissent, les maigres disparaissent…

 

 

En lisant le premier édito de l’ère Cochi (cela faillit être Birnbaum, qui tenta en 2008 de racheter Entrevue, alors criblé de dettes), on comprendra que ce journal n’est plus tout à fait le même : là où il balançait allègrement sur la face cachée de la télé, dans un esprit anar qui plaisait aux cœurs purs écœurés par les mensonges et magouilles showbiziennes, on a soudain droit à une grosse louche de moraline :

 

 

Que faut-il en conclure ?

Autour du sujet, chez Kontre Kulture :

Pour un journalisme informatif, rendez-vous sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #573755

    Ma conclusion : article sans queue ni tête.

     

    • #573864
      le 01/11/2013 par xaccrocheur
      Comment ils ont tué la presse masculine

      Excellent article, merci.


    • #573868

      vous aurez du mal a trouver ce genre d’analyse de la presse-meme dans le monde Anglophone. je pense que le niveau intellectuel de la critique dans le monde francophone est plus avance’. lire ceci etait tres agreable. surtout après que l’editeur de FHM chez les rosbifs a fait son coming out recemment (il a des enfants...il regrette d’avoir vendu des images de femmes nues etc)


  • #573766

    La couv’ de Têtu est surréaliste !


  • #573781

    une blague de l’écho des savanes que la LICRA devrait poursuivre.. http://www.youtube.com/watch?v=Yi2E...


  • #573783
    le 01/11/2013 par Jean-Hamed N’bala-goldstein
    Comment ils ont tué la presse masculine

    Le plus grave c’est surtout les milliers d’arbres coupés pour imprimer ces centaines de magasines qu’on trouve en kiosque, tous plus inutiles les uns que les autres.
    Un peu comme leurs lecteurs, en fait.

     

  • #573794
    le 01/11/2013 par Hamza 02
    Comment ils ont tué la presse masculine

    La couverture de Technikart est excellente...

    L’image de Zemmour et Naulleau en train de verbaliser les chauffards du Capital me transporte.

    MDR... !!


  • #573814
    le 01/11/2013 par aeternam
    Comment ils ont tué la presse masculine

    excellent article même si il me parait un brin complexe peut-être réservé au "initiée" ou tout du moins aux vrais connaisseurs de la presse masculin (ou de la presse en général) n’ayant jamais lu grand chose d’autre que le canard enchainée (par tradition plus que par conviction d’ailleurs) l’article m’a parut un peu obscure, néanmoins la conclusion est génialissime : élocante et drôle, l’article met en plus bien en lumière les petits jeux d’influence communautaire qui règne (et pourrissent) la presse et le milieu journalistique en général


  • #573818
    le 01/11/2013 par Gerard John Schaefer
    Comment ils ont tué la presse masculine

    "La presse masculine, c’est la presse qui n’a jamais marché durablement en France, sauf dans les années 70-80, quand Playboy ou Lui (400 000 ventes en 1970) montraient des choses qu’on ne trouvait nulle part ailleurs" : ah, oui ! Playboy n°20, avril 1987, 9 pages complètes d’entretien avec Jean-Marie LePen, ou Lui n°264, fin 1985, 4 pages où Pierette Le Pen revient sur sa relation avec son mari, sans parler du Playboy n°23, de juillet 1987...

    Fin des années ’80, il y avait aussi Newmen, le n°5, février 1988, l’accroche couverture pour un entretien de 5 pages avec Jean-Pierre Stirbois : "J’étais classé parmi les plus cons", ou le n°4, décembre 1987, 5 pages d’entretien avec Henri d’Orléans, Comte de Paris : "Que Léotard retourne au monastère", même numéro, 5 pages aussi avec Serge Gainsbourg titrées "Gainsbourg, rock around the glauque".

    Penthouse "Edition française" de la deuxième moitié des années ’80, était pas mal du tout, avec parfois jusqu’à une dizaine de pages consacrées par numéro à un peintre, avec de bonnes reproductions, pleine page, voir double. Il y avait aussi des reportages "choc" ( capture d’Eichmann, "révélations" sur le passé occulte de Bush père, la D.E.A. vs. l’héroïne, Henry Lee Lucas, le hooliganisme en Italie...), mais rien à voir avec le Newlook des années ’90, qui se contentera surtout d’images de requins/crocodiles, crashs spectaculaires, sportifs/aventuriers de l’extrême, fakirs/modifs corporelles, etc...

    Effectivement, le niveau n’a fait que chuter, les magazines "pour hommes" étant maintenant destinés à ceux qui sont "entre eux", méprisant par ailleurs le public homosexuel pauvre qui ne se reconnaît absolument pas dans le "train" de vie qui y est reflété.

    "Que faut-il en conclure ?", demandez-vous. Hé, bien, qu’il faut soutenir les vrais résistants, pardi ! Allez : http://charge-utile.histoireetcolle...


  • #573850
    le 01/11/2013 par Substance2004
    Comment ils ont tué la presse masculine

    L’auteur peut poser une question intéressante sur la presse masculine mais n’y répond pas exactement car il a voulu la réduire à l’autoproclamée presse masculine.

    Il faut savoir déjà pourquoi la presse féminine existe, comment elle a évolué et pourquoi elle a toujours du succès (voir l’analyse de Soral dans Vers la Féminisation du contenu de cette presse. J’ai trop l’impression que l’auteur n’en a pas entendu parler).

    La presse masculine, à part celle qui proposait du contenu masturbatoire pour mineurs ne pouvant accéder au haut d’étagère (top shelves pour reprendre l’expression anglaise) ne pouvait pas marcher !!!

    Le porno simple reste la base de l’idée du magazine dit masculin mais essaie de mettre du contenu divers avec plus ou moins de trash. E&R est très masculin, mais E&R n’a pas besoin de porno pour exister.

    Il aurait plus été intéressant au lieu de dresser un état des lieux de cette presse (Technicart n’est pas pour moi un masculin) d’analyser ce que l’on pouvait y trouver.

    Je remets pas en question les talents de l’auteur, juste qu’il s’est trompé de sujet.

    Ça arrive.

     

    • #574468

      Il faut savoir déjà pourquoi la presse féminine existe




      Tu sais pourquoi elle existe ? Comme l’a souligné la citation plus haut dans l’article, les femmes et les enfants sont les plus impressionnables. Et quand je lis dans l’article : « Le versant féminin, je l’ai constaté durant mes années à Elle, est autrement plus progressiste. » (Technikart, 2003) c’est effectivement un contenu dans l’ère du temps que l’on trouve dans Elle, Marie Claire , Psycho ou autre torche c.. pour gourgandine. En plus de la leçon de séduction, on y trouve aussi des articles pour les conditions des droits des femmes, les tendances au niveau de la mode, et tout autre novlangue décrivant l’environnement contemporain tel que voudraient certains qu’il soit, des trucs frivioles comme "comment tromper son homme sans qu’il s’en rend compte ?" (j’exagère à peine) ou encore "lâchez-vous draguez en boîte" et des tas d’autres articles sobres.
      Bien souvent, je retrouve ce genre de magazine lorsque je suis en salle d’attente (généralement je dévore un bouquin ou pianote sur mon téléphone pour éviter de lire des conneries), essayez d’en feuilleter un ou deux en tout cas les gros titres, vous verrez que vous trouverez exactement à peu de choses près ce que j’ai évoqué plus haut. Ces chiffons n’ont qu’un objectif détruire la réelle dignité, rendre encore plus mégère Madame ou encore plus salope. Bref en un mot détruire les familles, manipuler totalement la pauvre cruche quiaurait le malheur de s’empoisonner avec ce ramassis d’ineptie.

      Que crève la presse féminine, ennemi par l’intermédiaire des femmes de la famille pilier de la nation.


  • #573853
    le 01/11/2013 par Bromélia
    Comment ils ont tué la presse masculine

    Si je comprends bien la presse masculine cela serait d’un coté les branleurs et de l’autre les efféminés ?

    Rien qu’en Kiosque on trouve auto-moto, chasseur d’images, chasse-pêche, système D, électronique pratique, timbre magazine, aquarium magazine, jeux vidéo, programmation, foot, arts martiaux… Vous en faites quoi ?

    Si, si, il existe des gars qui ont une sexualité épanouie sans besoins de s’émoustiller sur des représentations ou de jouer au coq dominant.

     

    • #573910
      le 01/11/2013 par chouardien
      Comment ils ont tué la presse masculine

      J’aime bien "jeux video"... y’a Call of duty 5 qu’est sorti il paraît....
      Non je plaisante.
      Ce qu’on veut dire c’est qu’une vraie presse libre d’un certain regard critique n’existe plus, puisque tout a été racheté comme vous le savez par euh.... hummMM !!!
      Bref, pourquoi vouloir ramener systématiquement tout à la libido ? hein ? Vous n’êtes pas raisonnable non plus...


    • #574193
      le 01/11/2013 par Bromélia
      Comment ils ont tué la presse masculine

       :-)

      Mon objectif (apparemment manqué) était de dire qu’il existe également une presse très diverse de centre d’intérêts plutôt masculins (axés sur la culture technique, savoir faire, jardinage, informatique, hélas aussi les jeux vidéo…) qui ne sont pas liés à la libido ou au paraitre.

      A la vue des titres présentés par cet article on viendrait à croire qu’une fois fini de bosser pour les intérêts de la finance (la seule chose pour laquelle on nous paye) nos seules envies seraient de baver devant des Rolex et de se branler sur du papier glacé.

      La plupart des personnes ont un ou plusieurs hobbies et retirent une fierté de réalisations personnelles (jardinage, bricolage, élevage, construction, production fruitière, site web…). Par exemple, lorsque mon voisin m’invite, on goute respectivement nos jus de pomme et schnaps de l’année et il me montre ses réalisations en menuiserie…


  • #573856
    le 01/11/2013 par goy pride
    Comment ils ont tué la presse masculine

    Je ne vois pas l’intérêt de la presse masculine à part être du matériel à branlette un peu plus épicé que la rubrique lingerie de la Redoute. Or aujourd’hui Internet offre aux branleurs professionnels une ressource pratiquement inépuisable et gratuite de matériel érotique et pornographique. En vérité Internet à juste confronté la presse masculine à sa médiocrité et son hypocrisie. En effet à la base c’est juste un prétexte pour que les hommes puissent se rincer l’oeil tout en prétendant que les articles sont bons, or en réalité ces derniers sont médiocres et la plupart du temps sont de la propagande publicitaire élaborée, ou se font l’écho de la doxa officielle dans divers domaines (nutrition, médecine, politique...). Ce genre de presse doit aussi jouer sur ce besoin instinctif de sentiment d’appartenance à un groupe que ressentent les hommes. En effet dans une société où les individus sont isolés, dévirilisés, où la distinction entre hommes et femmes devient de plus en plus floue une telle presse spécialisée devaient répondre à une sorte de besoin psychologique un peu comme le sport avec le phénomène des supporters... Mais aujourd’hui un mec qui veut voir des nibards et des chattes il va sur Internet ou mieux va à la chasse aux salopes pour paraphraser Bigard. Pour le sérieux (politique, économie, sciences..) il y a la presse spécialisée et internet. Il faut être débiles de s’acheter de la presse masculine pour du sérieux !


  • #573861

    la presse masculine a l’image de la presse mainstream en general tous controlee par les meme vendeurs de canons. C’est une bonne chose de les voir tous s’effrondrer comme un chateau de carte sous leur mensonges ehontes


  • #573869

    tétu rien qu’ avec la couverture et les titres j ai chopé la gastro !!!!!!! danger marine le pen va nous piéger en exclu son plan ,l autre je n etait pas le seul gay de ma famille !!! trop fort !!!et la bouze, quand j ’était jeune je me croyais gay avant d êtres un assassin !!!!!!genre caliméro tout le monde ils me parlent pas !!!!!!


  • #573886

    Le magazine entrevue c’est une vraiment une saloperie ! Ce mélange de sexe , de voyeurisme malsain , de ragots du show biz, me donne la nausée ! Un tel torchon montre bien bien le nihilisme consumériste de l’époque.

     

    • #574454

      L’être humain est inconsciemment un voyeur, ceci explique celà.


    • #574595

      @kasiar

      non non c’est l’époque et le système ...
      beaucoup sont devenus des exib-voyeuristes ...

      serait-il venu à l’esprit des maquisards en toujours genre d’antant ce genre de conneries ... non ...

      on a pas tout vu, j’ai entendu les derniers téléphones ou tu te filme en même temps que ton environnement ...


    • #575930

      david,

      Je ne crois pas que ce soit du à l’époque, de tout temps il y a eu du voyeurisme, de l’exhibition ... A l’adolescence nous sommes tous quelque part voyeur de notre sexualité de celle du sexe opposé tandisque les femmes de cet âge sont exhibitionnistes. Je n’ai pas la prétention d’expliquer l’humain à travers mon prisme individuel, pas plus que ne pourrait l’expliquer la science.
      Les anciens avaient leurs vices et leurs bontés, comme nous à notre époque.
      Un truc avec lequel je ne suis pas d’accord avec certains ici, c’est que l’Empire utilisent nos facettes obscures, je ne parle pas du voyeurisme ou de l’exhibition qui pour moi ne sont que des détails, je parle entre autre de l’injustice que certains font subir à d’autres, ce n’est pas simplement le fait de l’Empire.

      L’humanité est viciée même à l’horizontale, il suffit de se pencher sur les horreurs commises dans l’Histoire pour le confirmer


  • #573890

    Rassurez-moi, les couvertures sont des parodies ?

    Nous n’en sommes pas encore à ce niveau ? Pas déjà ?

     

  • #573942
    le 01/11/2013 par Captain А-50 Бериева
    Comment ils ont tué la presse masculine

    La couverture de " L’Optimum " devrait figurer dans les Dessins de la Semaine de ce Dimanche.

    Partrick Bruel l’Ultime Player... Ils ont osé ! Croyez-moi que la je vais en rire pendant un très long moment, comme dirait l’autre, c’est du tres haut niveau !

    Captain А-50 Бериева


  • #573959
    le 01/11/2013 par Pierre Ghi
    Comment ils ont tué la presse masculine

    Comment ils ont perverti la masculinité en faisant de l’homme un consommateur effréné de sexe, comment ils ont perverti la féminité en en faisant un sex-toy, comment ils pervertissent nos enfant par la théorie du genre et par la manipulation génétique, comment ils pervertissent la famille en remplaçant la mère par un homme et le père par une femme, comment ils pervertissent nos enfants pour en faire des objets sexuels à consommer sans modération, comment ils ont réussi à féminiser l’homme et à masculiniser la femme : flux-hideux-glacial, que tout ceci !


  • #573968
    le 01/11/2013 par iznogoud
    Comment ils ont tué la presse masculine

    Le parti pris des éditeurs est finalement très similaire aux stratégies des communications de la publicité où seul le cerveau réptilien est sollicité afin de déclencher l’acte d’achat : les femmes veulent se sentir belle pour plaire et séduire (Elle, vogue etc.) et les hommes rechercheraient uniquement à exciter leurs fantasmes sexuels (entrevue & co). Toute cette presse orange mécanique participe de l’ensauvagement de notre société !


  • #574082

    Ahahah énorme Michel le lecteur de FHM sur facebook

     

    • #574248
      le 01/11/2013 par Boussard
      Comment ils ont tué la presse masculine

      Oui Michel est la vraie révélation 2013 ! il existe encore des vieux qui sont suffisamment rusés pour jouer de la mandoline en face d’une femme nue de 20 ans qui trempe ses seins dans l’eau, vive la France éternelle !


  • #574370
    le 01/11/2013 par solaine
    Comment ils ont tué la presse masculine

    Mais qui finance ces PQ ?

     

  • #574707

    Les branleurs préfèrent l’ordi, "passeque c’est moins cher" .


  • #574730
    le 02/11/2013 par Penn Fur
    Comment ils ont tué la presse masculine

    Un article à lire en triple saut de grandes diagonales, comme on cherche les playmates dans les magazines, j’ai cliqué pour voir Nabila à poil écartant ses cuisses.. Salaud de journaliste, toujours les mêmes ficelles pour attiser le petit côté voyeur du lecteur !
    Grosse déception enfin : pas un mot sur Electronique Magazine. Donc un article mensonger.


  • #574768

    Les hommes moins consommateurs dans l’ame...ben voyons..ce n’est pas comme si ils subissaient une pression sociale liés au physique et aux apparences " EUX"

    entre outre, les temps changent
    encore et encore, l’homme "non consommateur" en costume sombre est une bete du 19 ème siècle

    si on remonte plus loin on evoquera les belles statues grecques....des hommes toujours

    enfin, un peu de perspective historique ne ferait pas de mal et peut etre qu’un jour je ne lirai plus sur ce site au demeurant très intéressant les clichés insupportables sur les femmes. signé= une lectrice femme qui fait son shopping a emmaus car elle n’a pas les moyen de les faire ailleurs...

     

    • #575286
      le 03/11/2013 par Gerard John Schaefer
      Comment ils ont tué la presse masculine

      Développe, Amina, développe !

      Sous forme de "courrier des lecteurs", pourquoi pas ?

      "ce site au demeurant très intéressant les clichés insupportables sur les femmes" : quels clichés, quelles femmes ?
      Oh, Amina ! Puisse ton règne advenir...


    • #575330
      le 03/11/2013 par Mik Ezdanitoff
      Comment ils ont tué la presse masculine

      Amina,si tu n’as pas le moyens il te reste toujours tes fesses en roue de secours.Pour nous,quedalle.


  • #575064
    le 02/11/2013 par Arsène Rupin
    Comment ils ont tué la presse masculine

    Monsieur est un magazine plus qu’honorable. Je ne vois pas pourquoi il est comparé aux autres torchons vulgaires et voyeuristes.


  • #575410
    le 03/11/2013 par Pierre Ghi
    Comment ils ont tué la presse masculine

    Comment ils ont tué la Défense française ? La réponse est sur le site Agoravox TV, la vidéo s’appelle "Université d’Automne 2013 de l’U.P.R : table ronde sur l’état des lieux de la Défense française".
    Deux heures, vingt minutes et vingt-et-une secondes pour prendre toute la mesure de l’état d’extrême précarité de la Défense de la France engendrée par la toute-puissante République Française puissamment corrompue.


  • #577348
    le 05/11/2013 par Arnaud Tours
    Comment ils ont tué la presse masculine

    On peut conclure qu’au nom de la paix entre les peuples un grand bateau emmènera bientôt tous les Sayanims et les Franc Maçons vers leur terre promise Isra-Hell afin qu’ils vivent dans LEUR monde de bonheur bien à eux sans emmerder personne et sans exploiter personne sinon eux mêmes !

    Retour vers la terre promise, un cadeau de leur dieu fût-il lucifer, ça ne se refuse pas, OU Inquisition.

    Je ne vois vraiment pas comment il pourrait en être autrement que d’envoyer tout ce monde sur SA TERRE d’ISRA-HELL si nous voulons survivre. Après plus de 2000 ans d’esclavage talmudo-sioniste, deux guerres mondiales sionistes, l’URSS sioniste, et bientôt une troisième guerre mondiale sioniste.

    Trop de monde sait désormais et bien au delà de ce que ER veut bien nous faire savoir en étant pétri de bonnes intentions de médiation. Quand tout le monde saura je n’imagine pas que qui que ce soit puisse obliger les citoyens à vivre avec les maçons et les talmudo sionistes.

    Désolé pour ceux qui n’ont rien fait mais la séparation pacifique est certainement mieux pour tout le monde qu’une inquisition "qu’ils meurent tous, dieu reconnaitra les siens". Si vous avez une conscience et de la culture vous comprendrez que c’est au nom de la paix que les choses doivent se passer ainsi.

    EXODUS !


  • #577458

    ça fout la haine ,ces salopards débordants de lubricité qui jouissent de la misère sexuelle des gens et en font leur buisiness .


  • #588471
    le 14/11/2013 par overthescore
    Comment ils ont tué la presse masculine

    Tu m’étonne qu’ils veuillent "nettoyer internet". Sur internet les gens choisissent dans quel ordre et quelles informations sélectionner (Porno ou info, Sport ou Jeux vidéo etc...) Ils arrivent pas à avoir prise sur le cerveau des gens ; c’est ennuyeux. J’ai jamais compris l’intérêt de mettre une gonzesse à poil à coté d’un article dit "de fond". Surtout que c’est de l’hypocrisie la plupart des nanas sont retouchées, on voit rien et y a toujours un produit à vendre sur la page d’à coté voir même carrément sur la photo. Nan...La branlette aujourd’hui, c’est sur internet point à la ligne.
    Les ados doivent se dire : "Ça existe encore ces trucs là ? EN PLUS C’EST PAYANT ????? MOUHAHAHAHAHAHA !!!!".Tant mieux.


Afficher les commentaires suivants