Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Comment l’émirat du Qatar s’est rapproché du PS

Si moins de deux mois après la présidentielle, les Qatariens joignent certains ministres du gouvernement Ayrault sur leurs portables, c’est parce qu’en coulisse la transition politique a été préparée de longue date. Mohamed al-Kuwari, le très efficace ambassadeur du Qatar en France, s’active depuis… une dizaine d’années pour que les liens entre Paris et Doha résistent à une alternance politique.

« C’est un type qui ne s’arrête jamais, qui voit tout le monde, tous les gens qui comptent ! s’enthousiasme un ténor PS. Il possède un carnet d’adresses extraordinaire. » Un travail de fond et « œcuménique » de l’ambassadeur.

En poste en Iran — une ambassade très stratégique en raison des relations tendues avec le Qatar — puis aux Etats-Unis, le diplomate a pris ses fonctions en France en 2003, sous la présidence de Jacques Chirac.

Très rapidement, il identifie le PS comme le seul parti crédible en cas d’alternance. Mais bien malin qui pouvait dire alors sur quel leader socialiste miser… Mohamed al-Kuwari décide de tisser une véritable toile d’araignée pour répondre à toutes les éventualités.

Contrairement à un ambassadeur classique, il ne se contente pas de se présenter au chef de parti, François Hollande, à qui il rend visite au siège du PS dès 2006. Il identifie puis rencontre de façon systématique tous les cadres socialistes, « éléphants » ou jeunes pousses, susceptibles d’entrer un jour dans un gourvernement : Jack Lang, Bertrand Delanoë, Martine Aubry mais aussi Pierre Moscovici, Manuel Valls et Arnaud Montebourg, ces trois derniers aujourd’hui ministres.

Plusieurs d’entre eux sont invités à Doha. En 2012, Mohamed al-Kuwari multiplie les contacts au moment des primaires socialistes. Des rendez-vous très discrets pour éviter de froisser les amours-propres, souvent fixés dans les hôtels particuliers du Qatar plutôt qu’à l’ambassade.

Le travail de fond et « œcuménique » de l’ambassadeur a déjà payé par deux fois. En 2007, après l’élection de Nicolas Sarkozy, l’émir du Qatar est le premier chef d’Etat arabe à être reçu à l’Elysée. En juin 2012, Hamad bin Jassem al-Thani, l’influent Premier ministre aux commandes de la Qatar Investment Authority (QIA), fait partie du peloton de tête des personnalités étrangères à franchir le perron du palais présidentiel. De bon augure…

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Voilà de quoi alimenter un peu + le choc des civilisations porté par énormément d’électeurs frontistes qui font le lien Qatar = musulmans français = virons les tous, au lieu de se cultiver sur la geo-politique réél, l’Empire et tout ce que cela implique. Je dis ça avec regret, j’aurais aimé que la ligne ER imprègne le Front, à l’évidence ce n’est pas la cas, le parti était bien partie puis est revenu à une ligne du choc des civilisations quant aux électeurs la grande majo n’a jamais effleuré la ligne ER contrairement à l’impression qu’on n’aurait pu avoir. Je le vois chaque jour, 90% de l’électorat frontiste est anti-arabe avant d’être anti-UE euro etc. Que le Qatar prenne de l’importance chez nous c’est mauvais car on sait leur rôle dans l’Empire, on sait le travail dans les banlieux, et on sait que ça ne va qu’empirer le choc des civilisations déjà bien attisé par les 2 "camps".

     

    • #175635

      Alea jacta est !


    • @ Heizen

      C’est marrant cette manie de l’accusation inversée.
      En gros, à vous lire le FN et ses électeurs seraient les respondables d’un future choc des civilisations. Ben voyons, décidement ils ont bon dos les frontistes...

      1- Je connais un paquet d’electeurs frontistes et je peux vous dire que l’immigration soit musulmane, sub saharienne, asiatique, ou autre... les electeurs frontistes s’en "foutent". Ils veulent l’arret de l’immigration. point barre.
      Musulman ou pas musulman, ils s’en contre "foutent".

      2- Le choc des civilisations, il est amené par des gens comme vous qui faites une fixation sur les religions. Et qui attisez les haines entre religions. Oubliez l’Islam, et attaquez vous au problème de l’immigration. Le reste n’est que diversion (ce que vous faites tres bien d’ailleurs).

      3- Pour finir, je vais citer cette phrase pleine de sagesse de Mahmoud Ahmadinejad dans son interview de TF1 :
      "Que chacun rentre chez sois, et il n’y aura plus de problèmes".


    • Tu connais peut être beaucoup d’électeurs frontistes, moi aussi.
      Et je le dis et le répéte, c’est à mon plus grand regret que je fais ce constat.
      J’étais comme Soral, optimiste, je pensais que ça bougeait... mais chaque jour je constate que la majorité à qui je parle et avant tout profondement anti-arabe, dans la ligne Identitaire, pro-Israel quand tu amènes le sujet dans la discussion, tout le combo qui dénote une méconnaissance totale des réalités et des enjeux que nous nous connaissons. Maintenant je vais peut être me faire conspuer mais c’est mon sentiment, malheureusement. Je ne dis pas que les gens sur notre ligne n’ont pas augmenté dans les rangs des électeurs FN, bien sûr c’est le cas ! Mais c’est loin d’être la majorité encore, et je commence à douter que ça le soit un jour (doute que j’avais beaucoup moins il y a 1 an, où j’étais optimiste sur l’évolution de la ligne ER dans la sphère des frontistes).


  • #175978

    "Il identifie puis rencontre de façon systématique tous les cadres socialistes, « éléphants » ou jeunes pousses, susceptibles d’entrer un jour dans un gourvernement"

    Rien de nouveau, à la Omar Bongo.