Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

Martine, 63 ans, 720 euros de retraite, aux Restos du cœur un jour sur deux

« La 35e campagne d’hiver des Restos du cœur a débuté ce lundi [25 novembre 2019] en Côte-d’Or. Une date importante pour tous ceux et celles qui sont en grande difficulté comme Martine, 63 ans. Elle vient chaque semaine aux Restos, impossible de faire autrement avec sa retraite de misère. » ( France Bleu )

 

Dans un pays qui traite mieux les migrants que ses anciens, où 50 000 femmes défilent contre le « féminicide », alors qu’un socialicide unisexe à grande échelle est en cours, la grande majorité de ceux qui se serrent la ceinture ne se révoltent pas. La révolte, pour ainsi dire, c’est un luxe. Quand on en est à manger une fois sur deux, un jour sur deux, l’appétit de révolte est coupé par l’appétit tout court. C’est pour ça que le libéralisme joue sur du velours : il affaiblit ses victimes et ses ennemis potentiels. Il faut alors être très fort pour survivre et se battre, pour se battre contre la misère (on ne parle plus de simple pauvreté) et se battre contre ce Système profondément injuste, cruel, déficient.

« “Je viens chercher ce qu’on veut bien me donner : des pâtes, des pommes de terre, des soupes, de la viande quand ils en ont et voilà.”
Martine arrive-t-elle à subvenir à ses besoins chaque jour de la semaine ? Parvient-t-elle à manger chaque jour ?
“Oui, si je fais attention en gérant bien les menus, ça va. Mais pas question d’inviter qui que soit. Quand j’invite quelqu’un c’est juste pour le café !”
Préparer le moindre repas chez cette sexagénaire, s’apparente à un combat.
“Non, on ne va pas dire ça comme ça. Moi j’ai trouvé la solution, je fais un repas sur deux. Soit celui de midi, soit celui du soir, ça dépend comment l’estomac crie famine”. »

Le piège, c’est la dignité, qui est ce qu’on pourrait appeler de l’antirévoltant : en essayant de rester digne, les pieds dans la mouise, on fait le jeu des affameurs. On ne peut pas non plus demander à une dame de 63 ans de prendre les armes, ou d’aller sur le front jaune se prendre une balle de LBD dans la gueule, une balle tirée par le pouvoir néolibéral par le moyen d’un policier sous-payé et transformé en collabo du Système.

« Pourtant on pourrait croiser Martine dans la rue sans se rendre compte de sa situation. La dame, bien vêtue, donne le change. "Il faut garder sa dignité malgré tout, c’est le plus important. C’est pas la peine de montrer aux autres qu’on est dans la pauvreté." »

Et d’abord, prendre les armes contre qui ? L’ennemi, aujourd’hui, n’est pas physique, on ne peut pas le toucher, il pratique une guérilla vicieuse, il apparaît sur les écrans de télé, c’est une entité, une organisation, une parole unique qui fait du mal mais qui n’a pas de corps déterminé. L’ennemi, c’est ce dispositif politique, social, médiatique, économique qui finit par détruire les collectifs protecteurs, séparer les individus, les monter les uns contre les autres pour le plus grand profit des Diviseurs.

 

 

Une fois que les Français ont bien été intoxiqués, divisés, chaotisés, on peut tranquillement leur asséner les « réformes » libérales qui sont du tir à bout portant de LBD dans la gueule de notre organisation de défense sociale. Aux victimes toujours plus nombreuses du néolibéralisme de se débrouiller pour survivre, avec un avenir sombre et pas de plan de sortie à l’horizon. Alors on se débrouille, on s’aide, s’entraide, on retrouve une certaine solidarité, celle qui justement arrange le Système, du moment qu’il ne s’agit pas d’une solidarité de classe qui peut se soulever, se retourner contre les responsables de la situation.

 

« Heureusement, outre les Restos, Martine peut aussi compter sur l’aide de ses enfants. "Mon fils m’aide beaucoup, il paie une partie de mon loyer et puis ma fille m’aide aussi pour boucler les fins de mois." Dans un petit sourire elle lâche "normalement ce sont les mamans qui aident leurs enfants, pas l’inverse..." »

Solidarité familiale ? Ma foi, allez-y, ça ne mange pas de pain, dans tous les sens du terme ! Repliez-vous sur votre famille, votre clan, votre tribu, mais ne touchez pas au Système avec force et conscience ! Pas d’union syndicale ou intersyndicale solide, pas de solidarité transversale ou horizontale à la Gilets jaunes, pas de lutte du bas contre le haut, ça, ça ne passe pas. C’est tout de suite puni. Faites vos petites luttes entre confessions, entre genres, entre tranches d’âge, comme les jeunes contre le réchauffement ou les femmes contre les hommes, ça c’est bien, ça arrange l’oligarchie qui va entretenir ces combats dérivatifs, vive les petites révoltes de merde ! Allez hop, les catégories, dans la rue, chacune à leur tour, tout le monde peut défiler tant qu’une mayonnaise anti-oligarchique ne prend pas, c’est tout bénef pour les Diviseurs !

N’attendons pas d’être dans la misère ou de crever doucement de faim pour réagir et lutter pour soi et pour tous, c’est maintenant le moment ! Les Gilets jaunes ont montré la voie, à leur corps défendant, ce n’est qu’un test, une bataille, mais la ligne est tracée. Les valeureux Gilets jaunes ont testé la clôture, ils ont pris des décharges, signe qu’ils ont approché le vrai pouvoir.

 

 

La nouveauté en Côte d’Or depuis 2015, les Toits du cœur :

 

 

Après les Restos du cœur et les Toits du cœur, on attend la France du cœur, où les Français – privés de nourriture et de toit – désignés comme « la haine » iront pointer à la soupe populaire, cette pisse des banquiers. Peut-être que là, dépossédés de tout, ils comprendront ce qui leur est arrivé, ce processus de dépossession progressive, de leurs biens, de leur culture, de leur courage, de leur unité.

 

 

 


 

Vous aimez les articles d’E&R ?
Participez au combat journalier de la Rédaction
avec le financement participatif :

Les Restos, sur E&R :

 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2330056
    Le 26 novembre à 17:32 par jeandelalune
    Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

    chacun appréciera :

    Emmanuel #Macron salue la réussite des #RestosDuCœur : "Une croissance ininterrompue depuis 35 ans, une entreprise qui attire les jeunes et qui recrute... J’ose y voir un signe supplémentaire de la réussite de mon gouvernement"

     

    Répondre à ce message

  • #2330092
    Le 26 novembre à 18:45 par Beur
    Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

    Je suis révolté , j ’ ai mal au coeur pour cette dame , j ’ ai envie de pleurer ! Moi fils d’ immigré je n ’ ai pas ce problème et j ’ en suis gêné . Les de souches souffrent en silence et cachent leur misère mais Dieu ( Allah ) leur rendra justice pas comme les banlieues ou les migrants qui pleurnichent et qui obtiennent des aides . Les de souches et leurs associations aident plus les migrants que les leurs ça me révolte ! Ma voisine
    de palier est une de souche avec son mari ils sont handicapés , dès qu ’ on peut ma famille et moi , on leur apporte de l ’ eau et du lait car ils ne peuvent pas les porter , c ’ est trop lourd et l ’ ascenseur qui est en panne une fois sur deux pour ne rien arranger . Mais toujours , ils gardent leur dignité et tiennent à nous rembourser les achats qu ’ on fait pour eux . Quand je vois qu’il y a que 30 commentaires et que dans le même temps il y avait 190 commentaires sur Benzema , ça me révolte . Les Français de souche devraient plus s ’ indigner sur la pauvreté de leurs jeunes et surtout de leurs vieux . Je suis dégoûté de cette fixette sur les rebeus et de cette africanophilie alors les vielles dames comme celle de l ’ article , il n ’ y a que 30 commentaires et suffit d ’ un article sur les maghrébins pour en faire 200 . Jsui dégoûté et révolté !

     

    Répondre à ce message

  • #2330102
    Le 26 novembre à 18:59 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

    "Il faut garder sa dignité malgré tout, c’est le plus important. C’est pas la peine de montrer aux autres qu’on est dans la pauvreté."

    non
    ’faut montrer que t’es pauvre
    ’faut montrer comment ça pue, la misère

    "dignité" par rapport à qui ? à quoi ?
    des gens qui t’ont mis dans cette situation ?

     

    Répondre à ce message

  • #2330138
    Le 26 novembre à 19:51 par sylvie une française
    Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

    Il n’est pas concevable que l’on laisse une personne vivre avec moins de 800 euros par mois mais chaque cas est tellement différent.
    Certains artisans ont préféré dépensé leur argent durant leur activité mais n’ont pas cotisé auprès d’une Caisse de Retraite etc.
    La famille devrait aider et si ladite famille est dans le même cas ? C’est lamentable.
    Il faut que ces personnes "quémandent" auprès d’Associations mais non ! Ce n’est pas normal.
    La priorité devrait revenir aux Français mais ce n’est pas le cas et que le Gouvernement ne continue plus à nous faire avaler des couleuvres.
    Ce qui n’est pas normal non plus, je dévie, est que l’on doive donner de l’argent à différentes Associations pour aider la recherche contre le cancer et autres maladies, c’est normal ? Non !
    Donc si on ne donne pas à une Association, on est juste bon à culpabiliser lorsque un être cher est atteint par une maladie incurable ? Non !
    Je n’ai pas bien compris pourquoi une dame de 63 ans ne pourrait pas manifester ? Ce n’est pas une personne âgée, la preuve est que l’Etat veut retarder le départ à la retraite à 64 ans, c’est contradictoire.

     

    Répondre à ce message

    • #2330340
      Le 27 novembre à 01:46 par SC31
      Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

      Je trouve encore plus anormal que ce cancer, on nous le fabrique.

      Et anormal aussi de n’avoir aucun droit de regard sur les priorités de nos cotisations et impôts et sur la dépense publique. J’aimerais pouvoir donner mon avis sur le gaspillage de l’argent public, la fraude à la sécu, sur l’utilité des sénateurs, sur l’accueil des cland ..pardon des migrants, la dépense militaire au profit exclusif des US et des retombées économiques sur la France (impact des sanctions anti-russes sur nos maraîchers, non vente du Mistral pas encore payés à la France que je sache), la dette également. Mais la France est riche, c’est vrai que ce n’est pas un sujet pressant.

       
  • #2330179
    Le 26 novembre à 20:43 par fajs
    Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

    Le complément à cet article sur la pauvreté est là sur le site :
    https://www.egaliteetreconciliation...
    [ bref, la pauvreté est organisé par le gouvernement ! ]
    CQFD !

     

    Répondre à ce message

  • #2330229
    Le 26 novembre à 21:40 par olegna
    Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

    Le grand Guillemin ! Merci !

     

    Répondre à ce message

  • #2330270
    Le 26 novembre à 22:46 par anonyme
    Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

    Je ne suis pas sûre d’avoir tout compris à « La société du spectacle » de Guy Debord, que de plus j’ai visionné en film et pas pris le temps de lire. Avant visionnage, j’imaginais le « spectacle » comme la superficialité de notre époque ou l’esbrouffe dont sont capables nos politiciens. Après visionnage j’ai interprété cela différemment, dans le sens où l’homme souffre d’être spectateur et non plus acteur de sa vie, dans le sens où il a délégué tout son pouvoir à des représentants de toute sorte (politique, syndicat, association, professeurs, médecins) sans possibilité de contrôle : il délègue le produit de son travail au capitaliste qui en fera ses choux gras, il délègue sa santé, son alimentation, la qualité de l’air qu’il respire, l’éducation de ses enfants, la vaccination de ses enfants, ses choix politiques, et j’en passe, à des acteurs indépendants comme l’on met des innocents sous tutelle.
    Dans tous les domaines nous avons opté pour la représentation.
    L’homme est spectateur de sa vie, il ne la contrôle plus, ne la vit plus, mais la contemple et la subit.
    L’homme ne tire pas sa puissance de ses biens mais de la capacité à tenir les leviers pour faire appliquer ses valeurs, ce qui prévaut sur la première.
    Il n’est pas question d’être compétent dans tous les domaines comme l’un de vous le suggère, mais a minima de pouvoir contrôler ses représentants. Il n’est pas question d’exiger un RIC dans des domaines où nous ne sommes pas compétents, mais de savoir demander un référendum sur des sujets que nous maîtrisons peu ou prou, quitte à nous planter une fois ou deux.
    Je ne suis pas sûre d’avoir compris « la société du spectacle » mais cela m’a soulevé une fois de plus cette question de la représentation que je trouve centrale.

     

    Répondre à ce message

  • #2330325
    Le 27 novembre à 00:32 par goy pride
    Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

    50 000 femmes défilent contre le « féminicide »



    On peut diviser par 10 voire par 100 ce chiffre ! C’est comme avec les gay pride où les chiffres de fréquentation annoncée peut être aisément divisés 10 au minimum !

     

    Répondre à ce message

    • #2332190
      Le 29 novembre à 15:41 par Paul
      Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

      Absolument !
      J’ai déboulé dans une marche des fiertés à Paris du côté de Bastille en 2014 ou 15, en été, et y’avait des chars et de la zic bien tech, et j’avoue que j’ai été surpris par la foule peu compacte.
      À vu de nez et en plein dedans y’avait deux milles personnes. C’est beaucoup, mais c’est très loin des dizaines de milliers annoncées dans les média.
      Par ailleurs, beaucoup de quidam comme moi seulement de passage, car j’y passai moins d’un quart d’heure, ont sans doute été comptés...

       
  • #2330328
    Le 27 novembre à 00:35 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

    avec l’âge et les années qui passent,
    je repense souvent à un oncle que j’avais

    c’était tonton Pierre
    c’était Pierre

    il était complètement alcoolo
    mais je crois que si quelqu’un s’était arrêté pour lui dire
    "je t’aime, Pierre"

    je crois que ça compte beaucoup de dire à quelqu’un qu’on l’aime
    lui, on ne lui a jamais dis

    jamais un geste, jamais rien

    ça change toute une vie

    mon tonton Pierre

    ça fait mal
    c’est trop tard,
    mais ça fait mal

    y’a des blessures, comme ça....

     

    Répondre à ce message

  • #2331271
    Le 28 novembre à 10:30 par Olivier_8
    Comment le Système fabrique de l’antirévoltant

    Il y a tout dans cette histoire de La Commune.

    Il faut regarder et re-regarder l’intégrale de Guillemin dessus.

    La trahison de la bourgeoisie, leur cruauté sans borne, ...

    Aujourd’hui, plus encore qu’en cette fin du XIXème, l’hyper-classe communautaire est seulement attachée à ses intérêts et n’a que foutre de la France et des Français goyim.

    S’il faut faire couler le sang du Français, ils le feront couler, et à flots si besoin ; du moment que leurs intérêts et leur pouvoir sont maintenus.

    ...

    Mais cette histoire de La Commune est aussi riche d’enseignements sous d’autres aspects : stratégie, tactique à adopter, etc.

    > Regarder et regarder encore cette intégrale de Guillemin, jusqu’à la connaître par cœur. C’est fondamental je crois ...

    Méditons bien tout cela camarades ...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents