Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Contre Donald Trump : la propagande de guerre

Nos articles précédents sur le président Trump ont soulevé de vives réactions de nos lecteurs. Certains s’interrogent sur la naïveté dont ferait preuve Thierry Meyssan malgré les mises en garde de la presse internationale et l’accumulation de signaux négatifs. Voici sa réponse, argumentée comme toujours.

 

Deux semaines après son investiture, la presse atlantiste poursuit son œuvre de désinformation et d’agitation contre le nouveau président états-unien. Celui-ci et ses premiers collaborateurs multiplient des déclarations et des gestes apparemment contradictoires, de sorte qu’il est difficile de comprendre ce qui se passe à Washington.

 

La campagne anti-Trump

La mauvaise foi de la presse atlantiste se vérifie sur chacun de ses quatre thèmes principaux.

- 1. Concernant le début du démantèlement de l’Obamacare (20 janvier), force est de constater que, contrairement à ce que prétend la presse atlantiste, les classes défavorisées qui devaient profiter de ce dispositif l’ont massivement boudé. Cette forme de « sécurité sociale » s’est avérée trop coûteuse et trop directive pour séduire. Seules les compagnies privées gérant ce système en ont été pleinement satisfaites.

- 2. Concernant la prolongation du Mur à la frontière mexicaine (23-25 janvier), il n’y a rien de xénophobe là-dedans : le Secure Fence Act a été signé par le président George W. Bush qui en a débuté la construction. Celle-ci a été poursuivie par le président Barack Obama avec l’appui du gouvernement mexicain de l’époque. Au-delà de la rhétorique à la mode sur les « murs » et les « ponts », les dispositifs de frontières renforcées ne fonctionnent que lorsque les autorités des deux côtés s’accordent à les rendre opérationnels. Ils échouent toujours lorsque l’une des parties s’y oppose. L’intérêt des États-Unis est de contrôler les entrées de migrants, celui du Mexique est de stopper les importations d’armement. Rien de cela n’a changé. Cependant, avec l’application du Traité de libre-échange nord-américain (NAFTA), des sociétés transnationales ont délocalisé des États-Unis vers le Mexique, non seulement des emplois sans qualification (conformément à la règle marxiste de la « baisse tendancielle du taux de profit »), mais aussi des emplois qualifiés qu’elles font exercés par des ouvriers sous-payés (« dumping social »). L’apparition de ces emplois à provoqué un fort exode rural, déstructurant la société mexicaine, sur le modèle de ce qui s’est passé au XIXème siècle en Europe. Les transnationales ont alors abaissé les salaires, plongeant dans la pauvreté une partie de la population mexicaine ; laquelle ne rêve plus que d’être payée correctement aux États-Unis mêmes. Donald Trump ayant annoncé qu’il allait retirer la signature US du NAFTA, les choses devraient rentrer dans l’ordre dans les années à venir et satisfaire à la fois les Mexicains et les États-uniens [1].

- 3. Concernant l’interruption volontaire de grossesse (IVG) (23 janvier), le président Trump a interdit le versement de subventions fédérales aux associations spécialisées qui reçoivent des fonds de l’étranger. Ce faisant, il a mis en demeure les associations visées de choisir soit entre leur objet social d’aide aux femmes en détresse, soit d’être payées par George Soros pour manifester contre lui – comme ce fut le cas, le 21 janvier –. Ce décret n’a donc aucun rapport avec l’IVG, mais avec la prévention d’une « révolution colorée ».

- 4. Concernant les décrets anti-immigration (25-27 janvier), Donald Trump a annoncé qu’il allait appliquer la loi – héritée de l’ère Obama –, c’est-à-dire expulser les 11 millions d’étrangers en situation irrégulière. Il a suspendu les aides fédérales aux villes qui ont annoncé refuser d’appliquer la loi – où trouvera-t-on des femmes de ménage, s’il faut les déclarer ? –. Il a précisé que parmi ces illégaux, il allait commencer par expulser les 800 000 criminels qui ont fait l’objet de condamnations pénales, aux États-Unis, au Mexique ou ailleurs. En outre, pour prévenir l’arrivée de terroristes, il a suspendu toutes les autorisations d’immigrer aux États-Unis et a interdit pour trois mois les personnes originaires de pays où il est impossible de vérifier leur identité et leur situation. Il n’a pas lui-même établi la liste de ces pays, mais a renvoyé à un texte précédent du président Obama. Par exemple, ici en Syrie, il n’y a plus ni ambassade, ni consulat états-unien. D’un point de vue de police administrative, il est donc logique de placer les Syriens sur cette liste. Au demeurant, cela ne peut concerner que des flux minimes de personnes. En 2015, seuls 145 Syriens ont obtenu la « carte verte » états-unienne. Conscient des nombreux cas particuliers qui pourraient surgir, le décret présidentiel a donné toute liberté au département d’État et au département de la Sécurité de la Patrie (Homeland Security) pour accorder des dispenses. Le fait que l’application de ces décrets ait été sabotée par des fonctionnaires opposés au président Trump qui les ont appliqués avec brutalité ne fait pas de ce dernier ni un raciste, ni un islamophobe.

La campagne conduite par la presse atlantiste contre Donald Trump est donc infondée. Prétendre qu’il a ouvert une guerre contre les musulmans, évoquer publiquement sa possible destitution, voire son assassinat, ce n’est plus de la mauvaise foi ; c’est de la propagande de guerre.

Lire la suite de l’article sur voltairenet.org

Notes

[1] « Derrière le Mur bi-partisan », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie) , Réseau Voltaire, 28 janvier 2017.

Sur le consortium qui tente de contrôler les États-Unis,
lire chez Kontre Kulture :

Thierry Meyssan, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1660833
    le 08/02/2017 par Jean d’Artois
    Contre Donald Trump : la propagande de guerre

    Mais la presse atlantiste , en grande partie , on sait par qui elle subsiste , et pour ceux qui n’étaient pas encore convaincus , ces derniers jours furent éclairant !
    Les points , non évoqués , qui font " désordre", surtout apres les déclarations émises , sont Israël et la Russie / on ne peut oser croire à une méconnaissance des sujets , vu la qualité de l’entourage militaire du nouveau président ! ...attendons !
    Toutefois y voir un quelconque intérêt particulier sur le premier point , étant donné les racines du gendre et sa nouvelle fonction, serait s’avancer sans réels fondements , quant aux déclarations concernant la politique extérieure de la Russie c’est le ?


  • #1660838
    le 08/02/2017 par Jean d’Artois
    Contre Donald Trump : la propagande de guerre

    Appendice / j’ai omis un parallèle évident entre médias atlantiste et Francais , c’est , pour être encore plus clair : qui vient de racheter des groupes médiatiques très puissants en France ? ... n’allons pas plus loin , et c’est la partie visible de l’iceberg vu la récente date de l’acquisition !

     

    • #1660898

      Ce serait bien de donner les informations pour ceux qui ne sont pas au courant. Je vois pas l’intérêt de faire des sous-entendus, de faire comme si toute le monde avait l’info. Ca vous fatigue tellement de finir vos phrases ?


    • #1660953
      le 08/02/2017 par Jean d’Artois
      Contre Donald Trump : la propagande de guerre

      "Tout le monde a les infos" puisque la majeure partie sont tirées de ce site ?! Il faut simplement les lire . Quant aux sous entendus il n’existe pas , les affirmations ne sont simplement pas étayées nommément, mais lorsqu’on connaît le sujet c’est inutile . Quant aux phrases qui ne seraient pas terminées : soit on chausse des lunettes , où il faut revoir la grammaire .


  • #1660911

    Heureusement qu’il y a des gens bien informés pour remettre les choses à leur juste place. Mais ils ne sont malheureusement pas les plus lus. De façon générale, les moutons préfèrent qu’on leur mente.


  • #1661001
    le 08/02/2017 par La pythie
    Contre Donald Trump : la propagande de guerre

    Je pense que Meyssan se trompe sur Trump : personne n’accède au pouvoir suprême sans l’assentiment des Élites...si Trump est là, c’est pour démonter la constitution américaine, brique par brique, et pousser à la régionalisation de son pays et à la fusion avec le Mexique et le Canada...

     

    • #1661132

      La fusion avec le Mexique et le Canada, c’était plutôt des projets de l’équipe précédente.
      Meyssan ne dit pas que Trump ne bénéficie d’aucun soutien parmi les élites, dans des articles précédents il estime qu’il a été appuyé par une partie de l’armée et du FBI, ainsi que par certains grands industriels.

      Une partie de l’élite dirigeante s’est rendue compte de l’échec de la politique menée depuis des décennies (délocalisations, endettement, guerres ruineuses et inutiles, submersion migratoire, etc....).
      Le peuple américain est victime de la mondialisation, lui aussi.


    • #1661133

      La vraie force de l’empire ou de tout système constitué ne réside pas uniquement dans l’attaque ou l’anticipation, mais aussi dans la défense et la réaction. Donald Trump peut être un réel accident de l’histoire que les puissances dominantes ont à cœur maintenant d’utiliser au mieux à leurs propres profits. Il suffit de regarder l’adaptation express de Wall Street, défiante envers le candidat Trump puis s’accoutumant finalement très bien avec le président qu’il est devenu.


  • #1661125

    C’est incroyable ,dés qu’il y a une personne qui veut mettre de l’ordre dans ce bas monde ,il faut toujours qu’il y en est qui regrette le bordel .Et vous remarquerez que ce sont toujours les mêmes .


  • #1661357
    le 08/02/2017 par Bruce marine
    Contre Donald Trump : la propagande de guerre

    Sur Trump, il y a une info qui n’est pas divulgee. Son oncle s’appelle John Trump. C’est un imminent ingenieur, un physicien qui avait repris les documents de Tesla. Tesla s’interessait et avait la facon d’utiliser l’energie libre, propre gratuite, naturel. Un livre vient de paraitre de Didier Van Cauwelaert qui parle des travaux de Nikola Tesla.
    John Trump travaillait pour le FBI. Donald Trump, veut se rapprocher de Poutine. Je pense que Trump connait bien le milieu militaire de part son oncle. C’est tres etrange que les medias ne parlent jamais de son oncle. J’ai l’intuition que les problems de Donald Trump viennent de la.


  • #1663098
    le 11/02/2017 par boule&bill
    Contre Donald Trump : la propagande de guerre

    Trump incarnerait alors un nouvel espoir ...
    Peut-être, possible et plausible ... regardons les résultats à mi-mandat : où en sera la Syrie, l’Ukraine, l’OTAN, l’économie US, etc