Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

DSK, Bettencourt : pourquoi les affaires arrivent en pleine campagne

DSK mis en examen, de Maistre en prison, en quelques jours, plusieurs rebondissements ont eu lieu dans des dossiers secouant le landerneau politique. Mais, est-ce totalement un hasard si ces affaires ont lieu en pleine présidentielle ? En 2002 et 2007, des affaires avaient également marqué la campagne.

DSK n’en a pas fini avec la justice. Alors qu’il s’apprête à être jugé au civil aux USA dans l’affaire Diallo, il a été mis en examen lundi pour « proxénétisme aggravé en bande organisée » dans l’affaire du Carlton et placé sous contrôle judiciaire. Il a notamment pour interdiction de s’exprimer publiquement sur cette affaire et a dû payer une caution de 100 000 euros. Ses avocats ont déjà demandé l’annulation de sa mise en examen et réclament le statut de témoin assisté pour leur client. L’ex-patron du FMI a en revanche échappé à la mise en examen pour « recel d’abus de biens sociaux ». En février, il avait déjà passé deux jours en garde à vue auprès de la PJ lilloise.

Parallèlement, l’affaire Bettencourt a aussi rebondi jeudi dernier avec le placement en détention provisoire de Patrice de Maistre, le financier de l’héritière de L’Oréal. Comme l’a révélé Marianne, la justice lui reproche d’avoir faire venir de l’argent liquide de Suisse vers la France entre février 2007 et octobre 2009 sous le nez du fisc. En tout, ces retraits atteignaient la somme de 4 millions d’euros. La justice s’interroge sur le lien entre ces retraits de liquide et un éventuel financement occulte de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy.

Après un certain silence médiatique autour de ces affaires, les dossiers DSK et Bettencourt font leur retour en pleine présidentielle. Mais ce n’est pas inédit, la justice ne connaît pas de trêve électorale lorsqu’elle met en cause des personnalités politiques. En mars 2007, dans le cadre de l’Affaire Clearstream, Jean-Louis Gergorin, proche de Villepin, et Imad Lahoud, mis en examen depuis juin 2006, étaient une nouvelle fois entendus par les juges d’instruction. Idem, en 2002, Hubert Védrine et Pierre Moscovici, alors ministres de Jospin, étaient entendus comme témoins dans l’affaire de l’Angolagate, respectivement le 21 mars et le 2 avril, toujours en pleine présidentielle.

Un complot contre DSK ?

Pour autant, le calendrier de l’affaire du Carlton relève-t-il du complot politique ? L’UMP n’a jamais hésité à utiliser cette affaire pour attaquer Hollande. Me Henri Leclerc, avocat de DSK, s’est contenté de « constater une coïncidence » : « L’affaire dure depuis longtemps, la mise en examen arrive à quelques semaines d’une échéance électorale mais je n’en tire aucune conclusion », a-t-il déclaré dans une conférence de presse ce mardi.

De même selon l’avocat, il y aurait un peu trop de fuites autour de ce dossier : « Je ne sais pas qui est à l’origine de ces fuites partielles et partiales », a-t-il déclaré dans une conférence de presse. Il note pourtant : « Les infos sortent alors que le dossier est entre les mains de la police, du parquet ou du juge. Mais je ne pense pas que ce soit le juge », sous-entendant ainsi que les fuites viennent du parquet ou de la police… sous le contrôle de l’exécutif. Me Leclerc a également dénoncé une « mobilisation incroyable de la justice » pour « deux ou trois réunions libertines par an ».

Mais au delà des risques judiciaires, c’est le contexte médiatique et le règne de la rumeur qui font peur aux avocats de DSK. Me Malka, l’autre avocat de DSK, a ainsi regretté que son client n’ait « pas le droit de se défendre devant le tribunal de l’opinion ». D’ailleurs, l’audition de l’intéressé en vue de sa mise en examen initialement prévue mercredi, premier jour de son procès civil dans l’affaire Diallo, a été avancée à hier pour éviter le « barnum » selon Me Leclerc. Et comme un symbole, les trois avocats de DSK, Me Leclerc, Malka et Beaulieu, ont organisé leur conférence de presse en présence de Anne Hommel… la conseillère presse de DSK.

Tant pis pour Sarkozy

Si la thèse du complot anti-DSK est tentante, on oublie de dire que le calendrier de l’affaire du Carlton s’est accéléré ces tous derniers mois et que l’affaire met en cause de nombreuses personnes. L’enquête préliminaire a été ouverte le 2 février 2011, l’information judiciaire le 28 mars de la même année.

Les principaux protagonistes de l’affaire, qu’il s’agisse du commissaire Lagarde, de René Kojfer, le chargé de relations publiques du Carlton ou de l’entrepreneur Fabrice Paszkowski, ont été mis en examen en octobre dernier. C’est seulement à cette époque que le nom de DSK apparaît dans la procédure. Ses avocats ont alors demandé que leur client soit entendu, il sera finalement placé en garde à vue en février dernier.

Même raisonnement dans l’affaire Bettencourt, la mise en détention de De Maistre, accusé de financement politique illégal, arrive aussi en pleine campagne. Est-ce encore un coup politique ? En fait, si coup politique il y a, il vient d’un magistrat proche de la droite. En 2010, le procureur Philippe Courroye, faisant sans doute preuve d’un sarkozysme un peu trop zélé, a longtemps freiné des quatre fers avant d’ouvrir une information judiciaire et de confier les dossiers à un juge indépendant.

Résultat la procédure traîne et il faudra attendre décembre 2010 et un dépaysement de Nanterre vers Bordeaux pour que cette affaire tentaculaire soit confiée à des juges. Le volet du financement politique étant confié au juge Jean-Michel Gentil. Au vu de la complexité du dossier, Eric Woerth n’a été mis en examen qu’en février 2012. Comme l’a révélé Marianne, la commission rogatoire internationale sur les comptes suisses de Lilianne Bettencourt n’est revenue que début mars. Tant pis pour Sarkozy si cela trouble sa campagne. Le temps long de la justice est prévu pour protéger les intérêts des parties, pas ceux des candidats.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le vrai complot a, lui, échoué : celui consistant à sortir l’affaire, qui était dans les tuyaux, après la nomination de DSK lors de la primaire socialiste. Là, le PS aurait été dévasté. DSK a pris ce petit monde de court en plongeant tout seul comme un grand à New-York. A cet égard, on nous a épargné un grand moment de politique française. Un candidat aux primaires choisi par 2 millions de personnes direction le proc, le juge & co... .
    Par ailleurs, si vous regardez bien le parcours de DSK, vous verrez qu’il a passé son temps a passer entre les gouttes de toutes les affaires où il a été cité. La dernière aura été fatale. On va pas s’en plaindre vu le personnage.

     

    • Je me dis (soyons "complotistes" jusqu’au bout) que c’est bien un complot : DSK a été balancé/lâché par ses pairs pour éviter une déconfiture ensuite... Il a tellement de casseroles et autres chaudrons, qu’au bout d’un moment, ça sent le roussi (ah la cuisine politique !) ; ça finirait pas se savoir. Donc, on l’éjecte AVANT. C’est une frappe préventive. Avec la roue de secours Flamby, au moins, les meubles sont sauvés. Maintenant qu’il nage dans la m..., il n’y a plus personne au PS pour le soutenir, motus, ils sont passés à autre chose. Allez Domi, y a encore Nannette !


    • J’aimerais que l’on m’explique comment aurait-il été possible d’élire un "francais" vivant en Israel dans les quartiers juifs orthodoxes, avec un passeport israelien, et passant le plus clair de son temps entre New York et Israel comme l’avait souligné une seule et unique fois un journaliste ( de France 3 de mémoire ???) lors de son arrestation aux USA.
      Manquant d’éléments sur les conditions d’éligibilité en France, je vous remercie de me faire part de votre point de vue à ce sujet.
      Pourquoi Marianne à l’origine des révélations Bettencourt ? La quenelle de Mme Levy contre Sarko pour appuyer Grosllande ?


  • On n’ennuie évidemment pas des hommes du calibre de DSK pour des affaires de moeurs s’ils n’ont pas commis une faute plus grave. Les menottes n’étaient pas encore aux poignets de DSK qu’on pouvait trouver sur le net des articles expliquant que les Chinois voulaient diminuer le poids du dollar au sein du panier de devises qui détermine la valeur des Droits de Tirage Spéciaux du F.M.I., pour à terme faire de ceux-ci une véritable monnaie internationale. Et que DSK avait prêté une oreille complaisante aux Chinois. Depuis, la seule question que je me pose au sujet de cette affaire est de savoir ce qui a pu pousser DSK à un tel suicide. Les mauvaises langues diraient que les Chinois ont fourni des jeunes filles très acrobates mais je préfère penser, en tant que naïf, que DSK s’est vu en champion du monde multipolaire. Que cette affaire serve dans une campagne présidentielle aussi dégueulasse c’est la routine.


  • Ces cons là sont les arbres qui cachent la forêt quoi que le DSK est un gros poisson, il aura fallu surement le coup de pouce de réseaux d’influence US aux interêts divergents pour le mettre dans la mouise ou il est. L’animal est suffisament affaibli pour pouvoir être achever, quoi que le lascard a quand même l’audace d’aller tenir des conférences(faut quand même être gonflé).
    Un comité de salut public et la guillotine voila ce dont le pays a besoin.


  • L’immoralité en tout genre de Strauss-kahn ne gênait personne (et est d’ailleurs partagée par tous au sein de l’oligarchie économique et financière) jusqu’à l’affaire Diallo où le pouvoir US décide de le coincer à 10 mn du décollage de son avion pour la France, ce qui n’est évidemment pas fortuit. Strauss-kahn n’est qu’un dépravé parmi d’autres, mais ses ennuis commencent avec sa nomination au FMI, et comme chez les mafieux pour le contrôle d’un territoire, il y a eu une lutte de pouvoir occultée, non causale avec les élections en France qui sont de toutes façon contrôlées depuis Wall-street/USraël.


  • Etrange..

    En temps normal un type comme DSK disposant de nombreux contacts dans les réseaux d’influences, aurait été couvert et l’affaire désamorcé, mais ils l’ont lâchés en l’exposant tout "nu" dans les médias.. la question est donc de savoir pourquoi ? sachant qu’il n’est pas le seul homme politique à avoir de tels casseroles au derrière..

    aurait il commis un "pêché" impardonnable envers l’elite mondialiste ? ou à t’il été sacrifié par ses "frères" pour d’autres raisons... sachant que même entre membres de l’elite mondialiste nomade, "la fin justifie toujours les moyens", les pires sacrifices et les pires traitrises...

    Si DSK ne tenait pas autant à la vie, il lacherait le morceau..


  • De mon point de vue,on nous remet les restes de casseroles du bandeux du fmi,pour mieux nous faire passer le dernier cassoulet toulousain !