Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dans un État brésilien, l’armée remplace la police en grève

À 500 km au nord de Rio, les habitants de l’État d’Espirito Santo vivent un cauchemar : la grève de la police a fait exploser la délinquance, avec 120 morts en une seule semaine. L’armée est venue palier les forces de l’ordre municipales. Une image de ce que peut devenir une ville ou un État... sans État.

 

L’Armée, la Politique, le Social, le triptyque chaviste est sur Kontre Kulture

 

Le Brésil, toujours sur un volcan, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ils ne font jamais les choses à moitié au Brésil. Quand la police est en grève, elle est vraiment en grève et quand l’armée passe à l’action, elle passe vraiment à l’action.

     

    • #1664125

      La BOPE, une police militaire est en action en permanence dans les Favelas de Rio et pourtant il y a quand même près de 3000 meurtres par année dans cette ville. Mais bon c’est la norme de cette région du monde regardez les taux d’homicide, du Honduras, Salvador, Venezuela, Jamaïque, Colombie, et des régions du Mexique les plus chaudes. Ça fais froid dans le dos.


  • Au Brésil il ne faut que des policiers hors-service, c’est là qu’ils sont le plus efficaces. Les Liveleakers comprendront...
    Sérieusement, l’armée n’est pas de trop dans certains quartiers de ce pays où la vie ne vaut pas un Iphone.

     

    •  ;) la réputation du Brésil et de ses off-duty cops n’est plus à faire pour tout bon liveleaker/baroudeur du nordeste....une réalité qui dépasse ce que peut imaginer l’inconscient politiquement correct majoritaire de nos sociétés de confort dévirilisées...


  • C’est hallucinant !! On comprend pourquoi"ils" détestent la Police...sans laquelle "ils" pourraient en faire autant...du 93 au reste de la France.


  • La police est organisation obsolète. Il serait préférable que chaque citoyen soit formé au maniement des armes et que les policiers soient élus plutôt que carriéristes.

     

    • On voit vraiment que vous ne connaissez absolument rien au métier de policier et gendarme, que vous limitez à un simple usage des armes !
      Avec vous bientôt, on remplacera SMUR et SAMU par des citoyens avec un brevet de secouriste et les pompiers professionnels par des gens armés de tuyaux d’arrosage !


    • @Le Goy - Cher Ami,
      Donc évidemment vous vous faites allumer... Je ne sais pas concernant l’aspect "carriériste" si votre avis est recevable. En revanche, autorisé ou non, le port d’arme du citoyen "normal" finira peut-être par voir le jour (un truc genre réponse à niveau..,). Pour le moment, comme on vous le fait remarquer, le métier de Flic (police, gendarmes...) est affaire de spécialistes. Par exemple le gazage de gosses en poussettes ne saurait être confié à n’importe qui... Par ailleurs, n’oubliez pas qu’un citoyen qui se défend est toujours un coupable, au besoin sévèrement traîné devant la justice par la maréchaussée .
      Allez, bon Dimanche


    • Gopfdami > Evidemment que ce serait une bonne idée que les citoyens soient tous formés, pour non seulement assurer la sécurité mais aussi les soins en cas de nécessités. Aujourd’hui tout est mis entre les mains d’une "poignée de personnes" qui ne sont même pas assez nombreuses en plus de ne jamais être sur les lieux du drames au moment de celui ci.

      On fait dépendre toute une population pour des services qui pourraient être réglés si celle ci était formée pour et derrière on dit qu’il n’y a pas assez de personnel ou d’argent pour les équiper en faisant traîner un chaos généralisé. La police en l’état mais aussi un certain nombre de service d’état sont effectivement obsolète.


    • @ Gopfdami
      On voit que vous ne connaissez absoluement rien au cauchemar que vivent les victimes d’agression. Si vous considérez que la sécurité est une affaire de professionnels, j’espère pour vous que vous vous en sortirez lorsque vous serez dans une situation d’urgence absolue et que les professionnels ne viennent pas car ils sont occupés à faire autre chose ou qu’ils sont en grève, comme dans la situation décrite dans l’article (ce qui, soit dit en passant, relève d’un chantage mafieux, mais passons). Je ne connais rien au métier de policier, peut-être, mais en revanche, je sais que l’apprentissage et la conscience de posséder une arme dans le cadre de la loi donne au détenteur une notion de responsabilité que l’on ne peut que difficilement expliquer. Il y a dans notre pays nombre de gens qui fantasment sur les armes à feu, entre ceux qui pensent que ça ne règle aucun problème et ceux qui pensent le contraire. Tout le monde à un peu raison : les armes ne règlent pas de problèmes, mais le fait de savoir qu’il y a des armes en circulation légalement et que la légitime défense est autorisée, ça en calme plus d’un, aussi bien du côté de l’agresseur potentiel que du côté du détenteur de l’arme. Donc en effet, former les citoyens (à l’école, pourquoi pas) au maniement des armes et permettre au habitant d’une ville d’élire leurs policiers pour une certaine période et sous certaines conditions, je ne vois pas où est le problème. De plus, il faut aussi penser aux pauvres malheureux qui deviennent policier par conviction et qui se font écraser par un système qui n’a aucun intérêt à ce qu’ils fassent leur travail avec un bon état d’esprit, ce qui me semble important pour ce métier. En attendant, quand je vois que des flics passent leur temps à courir après le petit vendeur de shit du coin de la rue ou le prolo bourré qui rentre du bistrot, je me dis que mes impôts sont bien mal utilisés - ce qui ne veut pas dire que je soutiens ces larcins ou qu’une telle vie sociale est signe de bien-vivre.


  • Le contexte me rappelle Robocop.


  • #1663839

    Pas de quoi se réjouir. A force de ne rien faire, prochainement en Europe.

     

    • Pas de police pas de paix ,je hais les gens de gauche je hais les bobos,les antifa,les anars .


    • Nous n’avons déjà quasiment plus d’Etat, juste des guignols... Concernant les dernières émeutes, le jeune qui a lancé le truc sur les réseaux sociaux n’est pas "hors-la-loi", il a obtenu, aidé par les associations que nous entretenons, l’autorisation officielle de faire sa manifestation. Rien contre ce jeune, mais de la part de l’Etat, il faut quand même être vraiment con, non ? Qui est le vrai fautif ?


  • Encore un pays de “frères”, celui des trans, du foutchebaol, et du culte des beaux corps, du string sur la plage, de copacabana night... un espirito santo un peu particulier.


  • C’est ce que la racaille antifa ne comprend pas, sans la police les choses seraient bien pire...mais allez dire ça à des fils de bobos qui ne côtoient jamais la police au quotidien sinon pour leur donner encore plus de boulot avec leurs manifs de sauvages destructeurs de biens publics... ils ne comprennent vraiment rien aux enjeux...


  • #1664010

    Que sont devenus les BRICS et autres "non-alignés", qui devaient être secourus par la Chine et la Russie en cas de difficultés budgétaire provoquées par le reflux des liquidités bancaires américaines ? Apparemment l’AIIB et le système de transferts bancaires internationaux alternatif à SWIFT ont du mal à démarrer pour voler au secours des Etats sud-américains en banqueroute. D’où vient cette situation sociale, tellement explosive qu’il suffit d’une grève, d’ailleurs illégale, de la police militarisée pour livrer la rue au pouvoir de la pègre organisée en bandes de quartier ? le Brésil comme l’Argentine ou a Bolivie sont très dépendants des rentrées de devises US provenant de l’exportation des matières premières dont les revenus sont en chute libre depuis que la croissance dans les "émergents" asiatiques est en berne. Par ailleurs les populations rurales ont été chassées de leurs terres par les sociétés pratiquant les cultures intensives d’exportation, comme le recommandaient les experts de l’OMC, comme Pascal Lamy. Si on ajoute à cela l’installation du socialisme structuré par des oligarques régnant en maîtres sur les régions qui leur sont dévolues par des Etats sur réglementés à caractère totalitaire (tous ces Etats sont des adeptes de l’Agenda 21 et de ses objectifs 2030 bénis par François lors de sa dernière visite à New York), on obtient la recette parfaite pour une explosion sociale à l’échelle d’un continent. Le problème va devenir d’autant plus aigu que la soupape américaine absorbant une main-d’oeuvre désoeuvrée disparaît progressivement, sans que les Etats-Unis soient en mesure d’apporter une aide financière permettant une relance budgétaire par les crédits en dollars. Le drame final est que ni la Chine ni la Russie n’ont réussi à tenir leurs promesses, d’une part d’accorder une aide financière permettant à ces Etats de se dédollariser et d’autre part de pratiquer une politique de développement pourvoyeuse de revenus pour les populations locales et non seulement pour les fonds souverains et autres fonds d’investissement à la recherche de placements juteux. On imagine très bien des mercenaires protégeant des zones agricoles privatisées au Brésil ou en Argentine, afin de préserver les récoltes destinées à la Chine. Mais pour le reste, les promesses de trains à grande vitesse ou les centrales nucléaires non polluantes ne suffisent pas à calmer la faim des déshérités de la mondialisation sous toutes ses formes.


  • 00.37 : TOUS les policiers sont blancs, alors que la populace de base (dont émane toute cette violence faut-il préciser, et qui s’exprime dans la vidéo) est afro-descendante.

    Oui c’est hautement immoral de constater l’inconstatable...Toutefois n’est-ce pas également étrange que la situation que l’on connaît en France ressemble à quelques nuances de violence près à la même que celle d’un pays situé à l’autre bout de l’océan Atlantique ?

    Vive le multiculturalisme et le mélange forcé des peuples !


  • Je conseille les très bons films brésiliens : "Troupe d’élite" et sa suite "L’ennemi intérieur". Deux films adaptés de livres écrient par un ancien policier. Tout le cercle vicieux de la situation y est parfaitement décrit : trafic de drogue dans les favelas pauvres, clients consommateurs de ces drogues qui sont des petits bobos blancs et qui entretiennent ce trafic et donc la violence, hommes politiques qui pour se faire élire et faire carrière promettent plus de sécurité, policiers sous équipés (moins que les délinquants) envoyés au casse pipe pour servir des carrières politiques, bobos blancs consommateurs de drogues des favelas qui s’insurgent hypocritement de la violence policière dans les favelas, etc...


  • La France et ses émeutes de Paris , Brésil , Afrique du sud ,Etats Unis. Le modèle multiculturaliste à son paroxysme ! tout va bien ...


Commentaires suivants