Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Décès d’un hacker qui devait révéler des informations sensibles

Barnaby Jack, un « gentil » pirate, était notamment célèbre pour avoir dévoilé des failles dans les distributeurs de billets, dans le but de les combler.

Sale temps pour les hackers « white hat » (chapeau blanc, donc « gentils ») : après le suicide en janvier d’Aaron Swartz, 26 ans, c’est le génie Barnaby Jack, 35 ans, qui a été retrouvé sans vie à son domicile de San Francisco jeudi. L’agence Reuters a pu confirmer le décès auprès de la police, sans toutefois obtenir d’informations sur les circonstances du drame. L’homme était notamment célèbre pour avoir mis au jour les faiblesses des distributeurs automatiques de billets (voir la vidéo du « jackpotting »), au grand dam des banques qui avaient tout fait pour décrédibiliser ses découvertes. Lui affirmait avoir travaillé « simplement pour prouver la faiblesse des dispositifs électroniques du quotidien ». Deux mondes qui ne pouvaient se comprendre...

Internet s’émeut de la mort du hacker, l’un des leaders des « white hats », d’autant plus qu’il devait dévoiler ce jeudi à la conférence Black Hat de Las Vegas des informations cruciales sur la sécurité des systèmes de santé, dont notamment les pacemakers et les défibrillateurs implantés. Barnaby Jack affirmait que la scène de la série Homeland dans laquelle un homme est tué par la désactivation malicieuse de son pacemaker à distance est parfaitement réalisable. Ses affirmations étaient prises au sérieux, puisqu’il avait déjà prouvé qu’il était capable de détourner une pompe à insuline pour déclencher une dose mortelle à un patient.

Lire la suite de l’article sur lepoint.fr

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.