Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Décryptage du Front national, par Nicolas Lebourg et Lorrain de Saint-Affrique

L’un est historien spécialiste de l’extrême droite (Nicolas Lebourg), l’autre est l’ex-conseiller en communication du « diable de la République » (Lorrain de Saint-Affrique). Ensemble, dans une interview croisée, ces deux experts du Front national ont accepté de passer en détail l’actualité du parti et ses perspectives d’avenir à court (municipales) et moyen (présidentielle) termes, sans oublier de décrypter l’idéologie frontiste et le rôle de ses principaux instigateurs, de Florian Philippot à Alain Soral.

 

Ca s’annonce comment les municipales pour le FN ?

Lorrain de Saint-Affrique : Disons en premier lieu qui si le calendrier électoral de 2014 avait été inversé, les européennes de juin avant les municipales de mars, les nuages noirs s’accumuleraient dangereusement au-dessus des listes UMP et PS. Malgré tout, on sent venir un premier tour municipal très politique, moins marqué de considérations locales qu’à l’ordinaire. À l’UMP, on matraque l’idée que voter FN fait le jeu du PS, au FN, on martèle qu’Hollande ou Copé, c’est la même chose. Les colères françaises que traduisent les sondages et les mouvements sociaux peuvent se cristalliser sur le bulletin de vote transgressif mais pas trop, et dans ce registre la marque Le Pen est en tête de gondole.

Les vraies difficultés que les dirigeants frontistes vont rencontrer sont d’ordre technique : dans le moindre village de 1 000 habitants, chaque liste doit réunir 19 candidats et candidates à parité homme femme, qui devront déclarer leur flamme pour Madame Le Pen devant les voisins, les amis, les commerçants, l’employeur, etc. Les grands partis ont eux aussi le plus grand mal à boucler leurs équipes, au moins un tiers des maires sortants sont en passe de jeter l’éponge par lassitude ou écœurement, et on sait bien que le Front national a toujours bluffé (comme d’autres) sur le chiffre de ses effectifs réels… Ils n’étaient encore que 23 000 début 2011 pour la succession de Jean-Marie Le Pen, et l’on sait qu’il y a quelques semaines, le Rassemblement bleu marine de l’avocat Gilbert Collard éditait une carte de membre portant le numéro 942 ! Rien qu’à Paris, il faut aligner plus de 500 noms, avoir vérifié la situation juridique de chacun, détecté d’éventuels indésirables, les taupes, les saboteurs, les traîtres qui attendent leur heure, et accomplir ce même travail à plus ou moins grande échelle dans tout le pays. Vaste entreprise ! Pour profiter des vents porteurs, encore faut-il envoyer les voiles…

Nicolas Lebourg : Il est évident que ça va bien se passer pour eux ; ça ne peut que bien se passer, puisqu’ils partent d’extrêmement bas et qu’ils finiront à la « victoire » quoi qu’il arrive… À moins d’un ouragan, on ne voit ce qu’il pourrait y avoir entre Steeve Briois et le fauteuil de maire d’Hénin-Beaumont : le FN devrait remporter là-bas une victoire symbolique. Briois a quadrillé la ville depuis des années. De plus, la semaine d’entre-deux tours risque d’être extrêmement dense, puisqu’il serait très étonnant qu’il n’y ait pas un rapprochement UMP-FN dans plusieurs municipalités.

Cependant Hénin-Beaumont – par exemple – ne sera pas Vitrolles : il ne referont pas les erreurs commises par les municipalités frontistes des années 1990. Le but pour eux, c’est de faire de la gestion et d’arriver en 2017 avec une crédibilité de gestionnaires, non pas une image d’excités d’extrême droite. Le problème pour eux, désormais, sera « d’avaler » le choc de croissance, puisqu’ils ont enregistré un afflux massif de nouveaux militants parfois compliqués à contrôler. Preuve en est : les débordements récents de certains candidats frontistes sur les réseaux sociaux. Ils ont informé leurs militants que s’ils sont élus, ils devront suivre une formation juridique au siège du parti, à Nanterre, de manière à remplir au mieux leurs nouvelles fonctions. Ils éviteront ainsi les procès en incompétence.

[...] Qu’incarnent donc ces nouvelles figures d’extrême droite (Soral, Dieudonné, etc…) ?

LSA : Combien de fois Jean-Marie Le Pen aura-t-il fait planer l’ombre d’un grand complot sur son public tétanisé d’effroi ? Alors que sa voix se raréfie, la relève d’esprit s’affirme, par des canaux nouveaux, d’une incroyable efficacité. Dieudonné comme Soral sont des maîtres ès YouTube, dont la parole ou les écrits atteignent les couches jeunes de la société à la manière invisible des forces obscures qu’ils dénoncent. Et dans les deux cas, le talent créatif ne fait pas défaut.

NL : Je pense qu’on s’est tous fait avoir ; c’est quelque chose d’extrêmement compliqué. Personne n’a pris Alain Soral au sérieux pendant dix ans, et il a fait son bonhomme de chemin en se montrant plus malin que nous. Il a admirablement joué son coup. A l’heure actuelle, il est impossible de surfer sur le Net sans tomber sur une affaire de quenelle ou je ne sais quoi… Et puis, ses vidéos font des résultats extraordinaires – plus de quinze millions de vue en cumulé -, et ses bouquins se vendent comme des petits pains…

Lire l’intégralité de l’article sur roadsmag.com

Retrouvez Alain Soral et Dieudonné sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Interview très intéressante à lire dans son intégralité (Cliquez sur le lien dans l’article)...

    Le scoop pour moi :
    « N.L. : ...A la base, Egalité et Réconciliation a été créée pour introduire des cadres « beurs » au Front National : le but de cette association, c’était de « dédiaboliser » le FN : s’il y a des « beurs » au FN, le Front n’est pas raciste… »

    La stratégie du FN est aussi décryptée dans l’article, notamment pourquoi le FN préfère jouer de l’Islamophobie plutôt que de l’Antisionisme/Finance internationale

    Article à lire absolument donc.

    Merci à E&R de l’avoir relayé...

     

    • Ce n’est pas un scoop, c’est un mensonge. Un parmi d’autres dans ce texte. Il ne faut pas croire les experts de l’extrême-droite sur parole...


    • Vous dites scoop comme si c’était forcément vrai. Je me méfie toujours de ces pseudos analyses politiques.


    • Le mieux serait de demander à Alain Soral himself ce qu’il en retourne vraiment.


    • Votre raisonnement a la tête en bas. Ce n’est pas le F.N. qui a créé E&R, c’est Alain qui a noyauté le F.N. pour le faire évoluer.Si il y a des "Beurs" au F.N. (terminologie que nous n’utilisons pas au F.N.) ils seraient donc selon vous des arabes de service, des alibis ? Merci pour les patriotes qu’ils sont !
      On a compris que votre but c’est de répéter à l’envi que le F.N. est islamophobe pour nous le faire croire. Mais vous vous prenez tellement bien les pieds dans le tapis que vous concluez en remerciant E&R de publier un article qui diffame cette association comme si c’était un article qui l’encensait.
      Je n’ai plus qu’à vous dire : venez discuter avec les frontistes, nous voir agir, lire nos programmes et jugez par vous-même.
      Quel toupet enfin de trouver géniale l’idée selon laquelle le F.N. ne s’attaquerait pas à la finance internationale. Ah oui j’oubliais, son pire ennemi c’est Hollande.


  • Ils devraient essayer la mécanique, peut-être qu’ils auront une chance de produire quelque chose de correcte...


  • Ah, quand ils parlent de Soral et Dieudo, on se dit que visiblement, y’a une quenelle qui n’est pas passée... :-D


  • Les commentateurs commentent, les éditocrates éditocratisent, les experts expertisent. Ca fait passer le temps et vendre du papier en attendant la prochaine fournée.


  • J’ai surtout l’impression, en lisant cet article, que ses auteurs n’ont rien compris à l’euro, qui est un sujet difficile...pour eux, alors que de plus en plus de monde en France (y compris une majorité de l’électorat de Mélenchon) a très bien compris que cette monnaie est à la fois un boulet & une bombe pour les peuples européens.


  • "[...]la critique de l’islam, c’est la transformation de vos modes de vie et la transformation de vos quartiers à cause de l’islam. Concrètement, c’est beaucoup plus proche des gens que les rouages de la finance internationale[...]"

    Traduction : le FN c’est pour ceux qui ne voient pas plus loin que le bout du quartier ou que le bout de leur nez, tandis qu’E&R s’adresse à ceux qui voient plus loin, ceux qui conçoivent le monde dans sa globalité et dans toute sa complexité. Les propos de l’auteur rejoignent en somme ceux de Chambi !

    "[...]Et là, soudainement, dans ce contexte flottant culturellement, Soral arrive avec des analyses quant à tous les problèmes. Soral pose une grille de lecture pour des gens qui voient bien qu’il y a un problème mais qui sans lui ne parviendraient pas à donner une cohérence à leurs refus. Il parle à toute cette « classe moyenne déclassée »[...]"

    Là encore rien d’original, l’auteur laisse entendre que nous serions des désoeuvrés en quête d’un père, qu’E&R serait une secte qui ne se résume qu’à la vidéo du mois, et qu’Alain Soral en serait le gourou !

    Mis à part cela, l’article est plutôt bon !


  • L’article ne commençait pas si mal et puis... patatras quand on arrive enfin à Alain Soral.
    Mais soyons honnêtes, il y a des choses vraies et des choses complètement imaginaires dans cet article.

    Ce qui fait la force de la droite que l’on nomme "extrême" (le "on" désignant d’ailleurs ceux qui n’en font pas parti), c’est qu’elle compte beaucoup d’organisations qui s’articulent sur plus ou moins les mêmes points avec plus ou moins les mêmes buts.

    En revanche, pour l’électeur se refusant à voter FN pour x raison, bien que sa boussole politique peut être attiré par l’aimant idéologique du FN, il est difficile de véritablement déterminer le choix électoral le jour J car il est aussi influencé par l’air du temps immédiat de l’info. N’oublions pas qu’une maire FdG est carrément passée au FN !!! Le contraire est moins probable, ou alors dans des mouvements souverainistes.

    Je suis au moins heureux que ces spécialistes reconnaissent que l’antisémitisme n’est plus le socialisme des imbéciles !
    Seulement, bien que les spécialistes en FN ne se ressemblent pas, s’ils reconnaissent qu’il y a à la fois la crise économique et géopolitique (ces deux diciplines étant assez liées), ils ne sont pas là pour faire un travail rétrospectif de ces crises et proposer une solution politique à des gens qui n’écoutent plus les partis, ni ne choisissent un bulletin autre que le blanc dans un bureau de vote (et encore... quand ils s’y rendent), et ils sont nombre...

    Certainement le plus grand danger pour l’avenir d’une nation est de déterminer une politique avec les outils du marketing (c’est à dire les techniques de surveillance du consommateur). C’est ce qu’a fait Terra Nova pour 2012. Il faut se demander une bonne fois pour toutes si une idée politique ayant une portée électoraliste est meilleure pour l’avenir d’un pays. Je n’en suis pas si sûr...


  • Ils prennent peur, la vérité les fait trembler !!!


  • C’est bien la première fois que je lis une analyse qui évite l’anathème hystérique. Ceci dit ILs oublient de dire que l’ex conseiller de Mélenchon Jacques Sapir est une référence et pratiquement un maître à penser pour le FN . Trop gênant d’en parler pour l’historien Lebourg pardi ... comme le disait fort justement Zemmour il n’y a pas d’écriture de l’histoire neutre... L’absence de ce thème "énorme" car on entend Sapir quand on écoute Philippot !
    Lebourg le sait mais ne veut pas en parler


  • #603421
    le 25/11/2013 par yéti déporté au Benêtland
    Décryptage du Front national, par Nicolas Lebourg et Lorrain de (...)

    L’espérance politique est toujours d’essayer de se faire culture pour lier les âmes, cette œuvre s’appelle l’État. L’État espère ainsi n’être qu’une idée partagée par ses citoyens, au delà des territoires, des races, des langues, des religions et même des nationalités. Ce qui l’amène inexorablement, dans le cadre d’un seul territoire, à être un plus petit dénominateur, un contrat social minimal ploutolibéral. « L’État doit se contenter de garantir les intérêts communs à toutes les nations » écrivait le chancelier autrichien Karl Renner. L’identité culturelle s’éloigne alors de l’identité politique traditionnelle proposée par l’État-Nation jacobin, indivisible et uni. Dans l’arlequin multiculturel, l’identité plurielle « commune », chère aux bobos, est un non-sens. On peut jouer plusieurs rôles dans la Cité, mais on ne peut avoir plusieurs identités. Sauf Dct Jekyll.

    Ne peut exister d’ «  égoïsme abstrait » supérieur englobant les identités qu’un Impérium, vision commune au dessus des nations. Mais dans la corbeille de cette Confédération les identités doivent apporter plusieurs territoires ... Sinon l’Etat multiculturel devient le colonisateur impérialiste du souchien.

    En quoi E&R doit apporter une réponse : Pourquoi moi souchien colonisé, remplacé ethniquement (par Africano), économiquement (par Mondialo), politiquement (par Uro), culturellement (par MacDo) dois-je me réconcilier ? Qu’est ce que j’y gagne ? La paix de mon caddie direz vous. Alors E&R est aussi mercantile que GlobalState.

    A l’Est 12 gardes rouges me regardent.

    « On peut se demander ce qui, au fond, distingue l’idéal impérial de celui religieux. En général, on peut dire ceci : le premier se fonde sur une expérience immanente, l’autre sur une expérience dualiste de l’esprit. Quand on ne conçoit pas de hiatus entre esprit et réalité, ni qu’on ne cherche le premier hors du second (Mon royaume n’est pas de ce monde…), la manifestation spirituelle est aussi celle d’une puissance qui vainc, subjugue et ordonne la réalité. L’inséparabilité de l’idée de puissance et de l’idée de spiritualité est le pivot de l’idéal impérial et guerrier. » Julius Evola


  • Il y à quand même un certain respect comme quoi quand on se renseigne un peu on ne peut plus vomir les gens quels que soient leurs idéologies et aussi extrémiste ou radicale qu’elles puisent ètre


  • Quelque chose de particulièrement bas de la part de "l’historien" : ressortir le vieux refrain de la classe moyenne vaguement cultivée (mais très autodidacte) en voie de paupérisation et succombant à l’antisémitisme pour avoir une "vision du monde". Avec Soral dans le rôle du peintre viennois viré des Beaux-Arts.
    Sinon, je trouve leurs analyses plutôt défraîchies. Tout particulièrement concernant l’ostracisation par le FN des "arabos-musulans". On dirait qu’ils sont restés, pépères, dans les années 90. Et qu’ils ne voient pas venir ce qui vient...


  • Rions un peu, retour dans les 70’s, avec Georges Marchais, déjà : http://www.ina.fr/video/I08014459
    le cirque politique a peu changé, finalement... il s’est étendu avec internet, à propos duquel Lebourg et de Saint-Affrique font une ’nalyse assez pertinente, sans du tout taper sur Alain ou Dieudo, comme j’ai pû lire plus haut...
    J’en tire "un bilan globalement positif", lol.


  • ""La France a connu une élévation du niveau culturel de ces citoyens""

    Voilà ce qui résume le mieux cet article...

    Tant qu’à Dieudo, qu’est ce qu’ils essaient de l’accoler au Fn ???


  • Déjà Dieudonné n’a rien à voir avec le FN, c’est pas Soral.

    Sinon c’est marrant, comme Chambi, ils expliquent à demi-mot que E&R c’est des gens plus intelligents et cultivés que la norme qui ne se retrouvent pas dans les médiocres soupes politiques (celles du FN comprises).

    Les pauvres, l’aveu a dû leur coûté !


Afficher les commentaires suivants