Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Démission de Rajendra Pachauri, président du GIEC, accusé de harcèlement sexuel

L’Indien Rajendra Pachauri démissionne de son poste de directeur du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qu’il aura occupé de 2002 à 2015, afin d’être à la disposition de la justice de son pays, suite à une accusation de harcèlement sexuel au sein de l’institut qu’il dirige.

L’affaire est sortie dans un journal indien il y a environ une semaine : une femme de 29 ans, employée de l’institut de recherche indien TERI, accuse son patron, le directeur général Rajendra Pachauri, de harcèlement sexuel via de nombreux SMS et autres courriels durant ces deux dernières années. M. Pachauri nie les faits, arguant que son téléphone et sa messagerie ont été piratés. Des contacts physiques forcés auraient aussi eu lieu. Le président du GIEC a démissionné hier, 24 février, afin d’être disponible pour la justice de son pays et de ne pas gêner les travaux de l’organisme onusien, qui « a besoin d’une direction forte, du temps et de l’attention pleine et entière de son président dans un avenir immédiat », ce qu’à l’évidence il ne pouvait plus fournir.

Les prochaines réunions préparatoires à la grande conférence sur le climat, qui se tiendra à Paris en fin d’année, devront donc se passer de lui, à commencer par celle qui débutera bientôt au Kenya.

La réputation de l’ex-président du GIEC était déjà ternie par nombre d’épisodes peu glorieux. Cet ingénieur des chemins de fer et docteur en économie, que la presse française se plaît à présenter comme un climatologue, a maintes fois démontré qu’il n’était pas un fervent défenseur de la vérité et que la promotion de sa personne et de ses intérêts bien compris avait toute son attention.

En marge de sa tentative de faire accroire qu’il avait deux doctorats et qu’il était, aux côtés d’Al Gore, récipiendaire du très peu scientifique mais ô combien politique prix Nobel de la paix, lors même que c’est l’institution qu’il représentait qui était distinguée et non ses membres, c’est surtout sur la question des glaciers himalayens que Rajendra Pachauri avait attiré les critiques. Face à l’alarmisme du GIEC, le gouvernement indien avait commandé un rapport indépendant à l’un de ses chercheurs, spécialiste de l’Himalaya. La conclusion n’avait pas plu à Pachauri, qui tout à la fois qualifia le gouvernement de son pays d’« arrogant » et le travail réalisé par le chercheur de « science vaudou ».

Après cette première affaire des glaciers himalayens, une seconde survint lorsqu’il apparut que le rapport du GIEC de 2007 annonçait leur fin pour 2035. Non pas une simple faute de frappe, comme nous l’a expliqué la presse française, mais la mise en évidence que le GIEC avait suivi les conclusions d’une étude bidonnée du WWF, indiquant bien cette même date, qu’elle reprenait, en l’inversant, d’une étude concernant l’ensemble des glaciers du monde, pôles exclus, qui auront tous disparus à l’horizon 2350 si la dynamique actuelle devait se poursuivre.

Les dénégations, puis le haussement d’épaules de Pachauri n’avaient guère ému les journalistes en France, où cette histoire a été minimisée, comme toutes les autres, mais de nombreux appels à la démission avaient alors été lancés dans le monde anglo-saxon, y compris par des personnalités très impliquées dans la défense de l’environnement.

Rajendra Pachauri a également été vivement critiqué pour ses conflits d’intérêt, entachant à juste titre l’impartialité que l’on est en droit d’attendre du président d’un tel organisme international. On le retrouve en effet, aux côtés d’Al Gore, au conseil d’administration du Chicago Climate Exchange (CCX), premier marché d’échange des droits à polluer (dont les statuts ont été rédigés par le jeune avocat Barack Obama). Il prodigue ses conseils en environnement à un nombre considérable d’organismes et d’entreprises. Certes à titre privé, mais grâce à l’aura dont il bénéficie en tant que président du GIEC. Il profite également largement du contexte de lutte contre le réchauffement en tant que directeur général de The Energy and Resources Institute (TERI), anciennement Tata Energy Research Institute, créé grâce à une dotation du groupe industriel indien Tata. Cet institut de recherche indépendant œuvre dans le domaine de l’environnement, de l’énergie et du développement durable et a obtenu des subventions pour mener des recherches sur les glaciers himalayens en brandissant le risque – infondé, on l’a vu – de leur possible disparition en à peine une poignée de décennies. Quant au glaciologue sur les déclarations duquel s’est construite cette prévision erronée du GIEC, il a rapidement pris la direction de l’unité de glaciologie de TERI...

Avec le temps dont il dispose dorénavant, Rajendra Pachauri envisagera-t-il une suite à son roman à l’eau de rose, où un vieux monsieur séduit de jeunes femmes en admiration et inflige au lecteur des scène torrides dans un réchauffement anthropique certain ? On peut en douter, même si son arrogance l’a conduit jusqu’à cette affaire à se croire inatteignable.

Quoi qu’il en soit, si quelque chose doit changer au GIEC, ce ne sera que le nom de son président. Pour le reste, soyons sûrs que la science n’y sera pas plus invitée qu’avant.

Sur le climat et ses propagandistes, chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il devrait reprendre les avocats de DSK, mais n’étant pas un "élu" il risque davantage .


  • Oisiveté, mère de tous les vices.


  • "..accusé de harcèlement sexuel"

    Sans doute le réchauffement climatique


  • Prospective : Le changement du climat est certain ... Dans quelle proportion, ça reste à suivre ... Son exploitation par les marchands d’écologie est certaine aussi ... Quand aux glaciers qui fondent, ya qu’à aller dans les Alpes pour s’en persuader ... Et la banquise, ya qu’à demander aux ours s’ils aiment le réchauffement de la glace ! Alors variation géologique ? C’est difficile à comprendre vu qu’on nous a fait croire que les changements prenaient des milliers d’années...(voir Glauzy ou Zilmer) ... Des gros sous détournés, ça c’est pas un scoop ... surtout quand les motivations réelles se cachent derrière des génériques du genre écologie, démocratie, islamiste, droits de l’homme et autres arguties. Tout ça c’est une façon de reculer pour mieux sauter... Yaura toujours des DSKouilles et ils serviront à masquer le fait que la Destruction de la Nature est programmée par les satans dont Monsanto est le premier drapeau de ralliement... Car ces oiseaux là sont les apprentis sorciers qui pensent être à la hauteur de la création de la vie par Dieu ... SatanUs le séducteur est un nihiliste qui prospère sur le chao... Et puis, yaurait pas un peu trop d’humains sur terre par hazard, demandez aux eugénistes ce qu’ils préconisent pour régler ça ... La méditerranée est déjà vides de ses poissons, nos campagnes sont toxiques... L’ambiance actuelle dans le monde ressemble à un malade de la peste qui dégueule une dernière fois avant de crever ... Alors faut quand même avoir une grosse dose d’espoir pour penser à un avenir radieux... De toute façon rien n’avance dans le sens de la préservation de la planète ... Ne serait-ce que pour la pêche, les savants français (sauf une entendue sur France culture) servent de cautions aux lobbys pendant que nos politiques magouillent les quotas à Bruxelle ... Donde vamos ! La Nature est malade et elle va bientôt dégueuler ce qui provoque cette indigestion : l’Homme moderne, l’homo industialus qui est en surpopulation comme ceux de l’Ile de Pâques ... résultat : disparition pour surexploitation des ressources naturelles ... Alors j’espère que l’éviction de ce Rajenkouill Pachaumoule de bouchot servira le cause de la sauvegarde de la Nature, mais j’y crois pas... Et puis l’oligarsouille mondialusienne des lobbites de tout poils ne laissera pas un mec honnête prendre le poste, tu penses bien ...


  • L’ "organe onusien a besoin d’une direction forte,de temps,de toute l’attention de son président"...il pense qu’à ça ce sadique,c’est plus fort que lui...coupable ! (affaire suivante greffier je vous prie)...Féthi


  • Qu’en pense notre représentant français au GIEC, l’ami Jean Jouzel, pourtant toujours à la recherche de caméras pour se mettre en valeur et justifier ses somptueux émoluments !

    A défaut de commenter les frasques de son président, que le glaciologue qu’il est nous éclaire sur les magouilles des études sur les glaciers de l’Himalya !!!!


  • Serait-ce une affaire sans fondement ?


  • "Cet ingénieur des chemins de fer et docteur en économie, que la presse française se plaît à présenter comme un climatologue,..."

    J’avais regardé cette question , il y a quelques années et remarqué que sur les 11 Vice-présidents du GIEC, seuls 3 Vice-présidents étaient climatologues !!!!.....à commencer par le français Jean JOUZEL qui est glaciologue, mais toujours présenté comme climatologue !...ce qui conduit c’est homme a essayer de convaincre par affirmations sans jamais avancer la moindre démonstration.


  • Rajendra Pachauri se défend en affirmant que le prétendu piratage de ses téléphone et messagerie a pour but de le salir, afin de jeter le discrédit sur la lutte en faveur du climat. Deux semaines avant la conférence de Paris, l’argument aurait eu plus de poids.
    Par ailleurs, l’ancien président du GIEC est hospitalisé pour raison de santé. D’aucuns diront que ces problèmes cardiaques sont de circonstance : la police considère que c’est là un prétexte pour ne pas collaborer à l’enquête.
    Enfin, R. Pachauri est doucement poussé à se retirer des affaires. TERI a indiqué qu’il quittait son poste de directeur général et le Premier ministre indien a accepté sa démission de conseiller sur le changement climatique.

    Hacène AREZKI