Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Déni de réalité

Wall Street à son plus haut niveau depuis octobre 2007

Vendredi, le Dow Jones a terminé au dessus des 14 000 points. Les marchés sont portés notamment par une lecture optimiste du rapport mensuel sur l’emploi américain.

La Bourse de New York a terminé la semaine en fanfare. A la clôture vendredi, le Dow Jones gagne 1,08 % à 14 009,79 points. C’est la première fois depuis le 17 octobre 2007 que l’indice vedette de Wall Street franchit en séance ce seuil psychologique, considéré comme un signe de la confiance retrouvée des investisseurs américains après la crise de 2008. Le Nasdaq a bondi de 1,18% à 3 179,10 points et le S&P 500 a gagné 1,01 % à 1 513,17 points. Sur l’ensemble de la semaine, le Dow gagne 0,8 %, le S&P 0,7 % et le Nasdaq 0,9 %.

« C’est la confirmation que la situation s’améliore non seulement sur le marché des actions mais aussi dans l’économie » américaine, a réagi Art Hogan, de Lazard Capital Market.

Lire la suite de l’article sur atlantico.fr

Se réinformer sur l’économie, avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #320637
    le 02/02/2013 par seber
    Déni de réalité

    Plus dure sera la chute.


  • #320698
    le 02/02/2013 par voronine
    Déni de réalité

    La banque LAZARD ne manque pas d’humour...Les USA sont retombés en récession à la fin 2012 !


  • #321002
    le 03/02/2013 par jean
    Déni de réalité

    Tant que les US disposeront de leur imposante armada, le systeme wall-street/dollars tiendra, Il s’agit d’un probleme de rapport de force : si tu n’utilises pas ma monnaie et si tu ne reinvestis pas ton argent chez nous, on t’ecrase.

     

    • #321066
      le 03/02/2013 par alain de près
      Déni de réalité

      Je ne pense pas, ce système mammonique peut (et doit selon toute logique) s’effondrer de lui-même.


    • #321221
      le 03/02/2013 par jean
      Déni de réalité

      Pour comprendre le monde tel qu’il est avec les hommes tels qu’ils sont, il faut sortir du logos.


    • #321233
      le 03/02/2013 par jean
      Déni de réalité

      Je pense que seule l’emergence de puissances militaires et economiques rivales aptes a refuser le diktat americain pourrait permettre la chute de present systeme. Aujourd’hui ni la Chine ni la Russie ne peuvent encore remplir ce role. Encore moins l’Inde ou meme l’Europe.


  • #321036
    le 03/02/2013 par Mike
    Déni de réalité

    Le déni, il est chez vous.

    L’attitude "dans un monde qui fonctionnerait selon mes conceptions, ça ne se passerait pas comme ça", "l’or n’est pas l’étalon de valeur, mais moi je pense qu’il devrait l’être" est absurde. La réalité, c’est ce que les marchés décident, et si ça leur chante de continuer comme ça un million d’années, ça se passera comme ça.

     

    • #321194
      le 03/02/2013 par Michel Drac
      Déni de réalité

      Un million d’années, non. Mais un certain temps, oui. Certaines personnes sont dans le déni de réalité en niant la réalité du fait que c’est possible un certain temps. D’autres sont dans le déni de réalité en niant la réalité du fait que ce n’est pas possible éternellement.

      De toute manière, l’expression "déni de réalité" ne correspond pas à la nature du problème. Il faut, pour décrire ce qui se passe, aller chercher les explications du côté de la psychiatrie, même s’il est toujours un peu dangereux de penser l’économique, le social, le politique, dans les catégories médicales. C’est un fait : nous vivons une paraphrénie généralisée.

      Rendez-vous à l’arrivée, je n’argumenterai pas, il est inutile de discuter avec les fous.