Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des adolescents se font opérer pour ressembler aux filtres de Snapchat...

C’est le constat inquiétant qu’ont fait trois chirurgiens esthétiques : de plus en plus de jeunes américains désirent se faire opérer, afin d’être en adéquation avec les filtres Snapchat. Une tendance qui inquiète, tant elle renvoie à un idéal fantasmé de soi.

 

 

C’est un article paru dans la revue American Medical Association qui tire la sonnette d’alarme : en effet, trois médecins font part d’une dérive, celle de l’influence de Snapchat et des réseaux sur le type de demandes en chirurgie esthétique. Les trois chirurgiens parlent ainsi d’une tendance de plus en plus lourde parmi les jeunes américains, la dysmorphobie.

Ce terme fait ainsi référence à la peur d’être « laid ou difforme », ainsi que la « poursuite d’une perfection impossible ». Il s’agit là de quelque chose qui semble s’être accentué depuis que les réseaux sociaux se fondent de plus en plus sur l’image et la mise en scène de soi.

C’est ce qu’indiquait l’American Academy of Facial and Reconstruction Plastic Surgery, qui précise que 55 % des médecins avaient été sollicités par des patients dans le but « [d’] être mieux sur leurs selfies ».

Lire la suite de l’article sur begeek.fr

Voir aussi, sur E&R :

La société libérale fait l’apologie des névroses,
lire chez Kontre Kulture :

 






Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents