Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des députés LREM veulent confier des bouts de routes nationales aux concessionnaires des autoroutes

Des amendements au projet de loi d’orientation des mobilités, actuellement en débat au Parlement, pourraient autoriser l’État à privatiser des dizaines, voire des centaines de kilomètres de routes nationales, sans mise en concurrence.

 

La voie devrait être bientôt libre pour permettre aux trois principaux concessionnaires d’autoroutes françaises Vinci autoroutes, Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) et Sanef, d’étendre leur périmètre géographique à la gestion de certaines portions de routes nationales situées à proximité directe des autoroutes. Des amendements au texte de la loi d’orientation des mobilités, discuté depuis cette semaine à l’Assemblée nationale, doivent en effet autoriser l’État à faire entrer des dizaines, voire quelques centaines, de kilomètres de routes nationales dans le réseau privatisé, le tout sans mise en concurrence.

Ces amendements ont été proposés par Joël Giraud et Anne-Laure Cattelot, tous deux issus des rangs de La République en marche (LREM). Ils traduisent l’une des propositions très sensibles du rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) et de l’Inspection générale des finances (IGF), à qui le ministère des Transports et Bercy avaient demandé en 2018 de travailler sur cette question.

Il ne s’agit pas de créer des péages sur des tronçons de routes nationale, mais selon un des amendements, de « [faire] porter par une délégation de service public autoroutier existante la création ou l’aménagement d’infrastructures à gabarit routier ayant pour effet de faciliter, sécuriser ou fluidifier l’accès à une autoroute ou aux itinéraires qui la prolongent ». Autrement dit confier à des sociétés déjà bénéficiaires des privatisations des autoroutes, et qui sont toutes liées au secteur du BTP, des travaux d’aménagements sur des voies d’accès aux autoroutes qui seraient alors intégrées au régime dit « concessif ».

Dans son exposé des motifs, le législateur avance : « La stratégie de modernisation du réseau routier national ne doit pas négliger l’enjeu des connexions entre le réseau autoroutier concédé et le réseau non concédé, afin de répondre à la priorité n° 3 [du projet de loi] : accélérer le désenclavement routier des villes moyennes et des territoires ruraux. »

Il ajoute : « L’adossement de sections du réseau routier non concédé au réseau routier concédé doit donc constituer un levier pour résoudre des points d’engorgement, notamment lorsque des investissements d’aménagement routier importants sont nécessaires dans le prolongement d’une autoroute. »

 

Le lobby autoroutier joue la discrétion

Selon le bulletin confidentiel La Lettre A, le rapport a été rendu cet hiver, mais le ministère des Transports en a bloqué la publication en raison de la crise des Gilets jaunes et de la campagne électorale pour les européennes. Cette piste serait, pour le gouvernement qui peine à bâtir des budgets équilibrés, un bon moyen d’assurer l’entretien d’une partie du réseau, sachant que la question d’une vignette forfaitaire payée par les poids lourds n’a pas été tranchée.

La Lettre A rapporte aussi que l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA), qui organise habituellement un colloque en juin, a renoncé cette année à son rituel. En effet, l’événement constitue en général une caisse de résonance de ses revendications d’allongement de périmètres géographiques ou de durée des concessions, privatisées en 2004. Pour son cru 2018, le lobby autoroutier avait par exemple fait monter au créneau l’ancien ministre Renaud Donnedieu de Vabres ou encore l’ex-directeur adjoint de cabinet de François Fillon, Antoine Gosset-Grainville, qui avaient défendu l’allongement des concessions d’autoroute.

Mais l’Assemblée nationale étant en passe de voter des aménagements sensibles de la législation, l’ASFA a choisi cette année la discrétion pour éviter d’alerter l’opinion et de voir des députés se retourner. Au lieu du colloque traditionnel, elle s’est contentée, durant le week-end de la Pentecôte, d’une campagne de presse pour sensibiliser l’automobiliste sur le thème consensuel des dangers de l’usage du portable sur l’autoroute.

La privatisation des profits, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • " Pour désengorger les routes de France nous avons trouvé LA solution : les réserver aux riches . Il y aura ainsi moins de pollution ! Nous sauvons la planète - et les ours blancs - en imposant des "péages écologiques" .

     

    • C’est clair. Allez jeter un œil sur l’actionnariat de Vinci, au delà de l’opacité il vous apparaîtra clairement que cette société n’a de française que l’apparence. Ceux qui désormais et en grande part détiennent son capital sont ces personnes que l’on dit " perchées au dessus d’une colline" (Lavrov).
      Lorsque vous payez votre péage d’autoroute, vous savez où va votre argent.
      Ps. Inutile de soulever le cas du groupe Total ici, encore plus édifiant.
      Il n’y a pas que le BDS, il a aussi la question de savoir qui detient les capitaux.


    • Répétons le que cela soit bien clair : les membres de la diaspora à l’Assemblée n’ont pas à proposer de lois permettant à leur communauté de dépouiller encore plus les Français, et ce sans travailler (en plaçant seulement leur argent dans nos services publiques qui ne feront jamais faillite car les contribuables seront toujours là pour renflouer encore et toujours en cas de mauvaise gestion ou corruption).
      Honte à ces députés LREM corrompus et traitre à notre Nation ! Quel dommage que les Gilets Jaunes n’aient pas eu comme mot d’ordre unique : neutraliser Macron en imposant la dissolution de l’assemblée. Nous aurions été des millions à manifester. Car aller dans la rue pour scander "Macron tête de con", "Castaner nique ta..." ou encore "tout le monde déteste le police" n’a mené à rien, la preuve.


  • Finalement, le mondialisme, ce sera le droit à la mobilité pour ceux qui en auront les moyens ; et pour les autres, l’encasernement...

     

  • Bonjour,

    Tant que la protestation ne passera que par la manifestation, les démocrates continueront de tout déconstruire.


  • Si ca ne pète pas plus fort en septembre octobre, c’est que la France est définitivement morte..
    Toutes les augmentations, les taxes toujours aussi grandes, la destruction de la France (notamment ses forêts), la vente de tous les sites stratégiques, la privatisation de tout..

    La province doit remonter sur Paris !

    on doit être non plus des dizaines de milliers dans la Capitale mais des centaines de milliers, un nouveau 1er Décembre en pire, le gouvernement tomberait le jour même !
    Il faut se mobiliser à échelle locale pour ensuite féderer plusieurs groupes au niveau régionale et monter pour envahir la Capitale !

    il y a un moment où les étiquettes ne comptent plus, et il va falloir que "" l’extreme droite"" et "" l’extreme gauche "" fassent les choses conjointement sur cette bataille, sinon chacun des camps aura perdu !

     

  • Là par contre pas de referundum, faut pas pousser !

    1 tous les 15 ans si vous êtes sages.


  • Que fait Bayrou, le Grand Pourfendeur de la privatisation des autoroutes en 2004 ?

     

  • Les routes nationales sont majoritairement entravées par des ronds-points, ceci pour abaisser la vitesse de circulation.
    En conséquence : Les portions payantes vont être très petites.


  • Bizarrement, je n’ai rien contre. A condition que les multinationales qui nous gouvernent prennent entièrement en charge et pour mille ans (le genre de durée qu’ils apprécient d’habitude) le coût de la dette et de tout ce qui est inutile voire nuisible pour les honnêtes gens. L’armée, la police, la justice, le budget social (logements, électricité, allocations), les subventions aux associations ou aux arts pompiers, l’éducation, l’audiovisuel, l’UE, l’OTAN.
    Par exemple.


  • Eh !
    Une route nationale refilée au privé cosmopolite...
    Ça c’est de la Quenelle au peuple !
    Mais rassurons-nous, tant il ne reste que cela : car au moins, sur les papiers de concessions, les ordures seront obligés de mettre leurs noms : quant aux prête-noms, n’ayons crainte ; je n’en connais pas un seul qui ne balance pas quand la mèche à bois hélicoïdale de 18 commence à pénétrer la rotule : vice pour vice, gardons nos visseuse chargées.

     

    • Mais... de toute façon il ne faut pas s’étonner, ils ne s’arrêteront que de force. Tant qu’ils ne rencontrent pas d’obstacle, ils prennent. Ce sont des tiques, et les tiques tuent leur hôte d’épuisement et de maladie, à moins qu’elles soient enlevées soigneusement et précisément.

      A nous de contraindre les parasites à ne plus vivre à nos dépens...


  • Des routes nationales qui n’appartiennent pourtant pas aux députés LREM. 


  • Un pas de plus vers la fin des déplacements libres des gueux...

     

  • La RN7 ( cosnes - roanne ) devenue l’ A7 bis ne va pas rester gratuite très longtemps
    etc etc ....

    Nous voyons tous ou nous mène l ordre prodigué avec les moyens que l on sait avec qui le zèle de qui l’on sait, pour la plus grande satisfaction des petits rentiers possédant et des boutiquiers pleurnichards

    pour pouvoir casser la France, on casse la gueule de braves gens
    ne pas le comprendre c est être un foulardier, autrement dit un con

    concernant ce projet, c’est tout simplement une discrimination par l’argent grandeur nature à l’échelle d’un pays au prétexte de grands principes dont l ensemble des mensonges forment la vérité


  • Les salopards !
    Les fripouilles !


  • J’ai hâte de payer le péage des nationales pour que mon argent aille financer les vieux retraités américains via leurs fonds de pension.

     

  • Ils poussent encore et encore le bouchon toujours plus loin .Comme disait Coluche, tant que je gagne je joue .
    Ils cherchent à ce que les gens soient complètement écœurés pour qu’ils sortent enfin de leurs tanières, mais apparemment ce n’est pas encore l’heure, alors ils en remettent une couche .
    Une seule question :" mais jusqu’où vont-ils aller ?

     

    • Tant que les mongolitos pourront regarder Hanouna pour peu de frais et à 4,5% de kroum sur écran plat (quand bien même le dernier cri soit « à led », mais pas « allo »), Tant que le Pierpoljack pourra bander gratos devant les fausses bouches et miches de la téléréalité tout en s’enfilant un Mc Do (l’inverse étant peu courant), alors il ne se passera rien. Et même si ceux-là venaient à crever, le temps que la classe moyenne se fasse plumer, ce serait même les chemins vicinaux qui seraient passés aux mains de la Bête... Croyez bien qu’Elle ne vous laissera que les impasses.

      « Aqui se queda la clara ♫
      La entranable transparencia...♪♬ »


    • Une seule question :" mais jusqu’où vont-ils aller ?

      Historiquement, on a pu constater que le point faible des dominants, c’est de ne jamais cesser a temps. Donc ils iront jusqu’a la révolution violente, tout sera apaisé apres quelques sacrifices, pendant un demi siecle, et ca recommencera. C’est systémique et il n’y a rien a faire.


  • Ça s’appelle « En Marche »leur merde, pas « En Bagnole », pour une fois ils n’ont pas menti.
    Même si on finit tous à pieds, ils foutront un check-point à chaque coin de trottoir...


  • Des députés LREM veulent confier des bouts de routes nationales aux concessionnaires des autoroutes, les aéroports a des sociétés privées, la sécu, les hôpitaux & la santé aux mutuelles privées, l’Éducation NatioAnale aux LGBT, les radars & les horodateurs a des actionnaires et a des fonds privés, nos lois à Bruxelles, nos frontières à FRONTEX, notre économie aux fonds spéculatifs, la France aux migrants, Notre Dame aux agences de voyage & aux centres commerciaux, , nos commerces à Amazon, la Seine à Tel Aviv, notre armée à l’UE... bref !
    Peut-être somme nous de trop, puisque même le patriotisme devient israélo-friendly

     

    • Vous n’êtes pas de trop, loin de là : il faut que vous casquiez ; derechef. (*)
      Quant aux « privatisations », il me semble que c’est F. Asselineau qui cafte qu’elles sont imposées par Bruxelles.

      (*) Que vous soyez d’accord ou Gilet jaune, écoutez bien la symbolique : dans un cas ou l’autre, il vous en coûtera un bras et un oeil... L’on vous invite à choisir le moins dommageable, selon vous : n’est-ce pas beau, la liberté de choix ? C’est presque de la démocratie : aux échecs, cela s’appelle une fourchette, dans le monde du spectacle comique, le vrai, une Quenelle...


    • @Sedetiam
      F. Asselineau c’est bien celui qui est avec Aurélien Enthoven, beau-fils de Sarko, fils de Carla et de Raphaël Enthoven ?
      A oui je vois


    • @Sedetiam

      Bruxelles n’a aucun pouvoir pour l’instant, Asselineau raconte n’importe quoi pour exister médiatiquement, obtenir un marocain et occulter la réalité des faits en tapant sur un bouc-émissaire tout trouvé.

      Non vous n’y êtes absolument pas, ces politicards et autres fonctionnaires (Asselineau inclu, on parle bien d’un ancien dircab du gouvernement Juppé ) font tout cela de leurs propres volution, personne ne les force à rien, ils sont parfaitement consentant dans l’affaire et compte probablement parmi les premiers bénéficiaires.


  • La France est à vendre, les actionnaires se frottent les mains.

    La dette est à répartir par le plus grand nombre (le peuple) et la privatisation des profits (aux plus aisés)

    Déjà que les autoroutes sont les plus chères d’Europe, sinon du monde, bientôt pour les RN faudra prévoir de s’acheter un âne. On leur laissera la tâche de ramasser le fumier.

    Apparemment, l’effet gilet jaune compte pour beurre

     

  • Bientôt même la ruelle de votre appartement ou le petit chemin cantonal qui mènera à votre maison sera soumis à un péage. Ils auront mis quand même plus de 2 siècles pour arriver à leur fin. Il faut dire qu’au départ ils avaient fait tellement de promesses mirobolante qu’il leur a fallu utiliser la technique de l’allégorie de la grenouille dans la casserole pour faire passer la pilule amère. Nous sommes dans la phase de l’aboutissement final du projet des "Lumières". Quand l’argent liquide aura été éliminé le plan aura été parachevé, le totalitarisme parfait. Maintenant reste à savoir comment réagiront ceux qui de par leur caractéristiques psychologique innées, éducation...ne pourront pas s’adapter à cette esclavage. Vont-ils se résigner et se laisser crever comme certains animaux sauvages qui une fois captif se laissent mourir de désespoir blottis au fond d’une cage...où vont-ils s’organiser et tenter de résister ?
    Perso je conseille la résistance et la patience car ce système aussi solide que peuvent être ses apparences est en réalité extrêmement fragile et finira par s’écrouler tout seul sous le poids de ses propres contradictions et dysfonctionnements. L’élite du monde actuel est composé de malades mentaux de le sens le plus littéral du terme, or on n’a jamais vu une société dirigée par des dingues perdurée indéfiniment. Ceci étant dit il est impératif de se préparer pour la période de l’effondrement et pour l’après. Former des troupes de gens qui seront capables de reprendre les choses en main et de restructurer la société. Certes à toutes époques ces gens ont existé et sont apparus sans avoir été spécifiquement préparer à cela...mais la préparation aura l’avantage de faire en sorte que cela sera nous et pas d’autres, et surtout pas encore les mêmes, qui reprendront les choses.


  • Extrait du livre "Radars le grand mensonge" sorti fin 2009 :
    "Première étape : nos belles Routes Nationales vont progressivement devenir payantes. Ce nouveau suppositoire fiscal va passer sous prétexte de ciel bleu (une écotaxe nouvelle version) et surtout de décentralisation, certaines régions s’affirmant trop pauvres pour entretenir leur partie de réseau. Assujettir les routes nationales (et bientôt les départementales ?) au péage, il fallait y penser. Dominique Bussereau, Secrétaire d’Etat aux Transports, ne s’en cache même plus. Fin février 2009 celui-ci déclarait lors d’une visite à Clermont-Ferrand : « Nous discuterons notamment des tarifs et des emplacements de barrières de péage. Cette discussion permettra de tenir compte des attentes des populations ». Les sociétés autoroutières ne vont pas manquer de se ruer sur ce nouveau bizness. Le PDG de Cofiroute se démène actuellement pour obtenir les concessions des routes nationales en Bretagne, jusqu’ici seule région aux routes gratuites."


  • "Veulent confier ..." ??? Non, veulent voler.
    Déjà que vous avez mauvaises réputation, si en plus vous sortez les euphémismes pour alléger le poids des crimes et délits, vous ne ferez plus long feu.


  • #2220468

    Bientôt ils bon faire appel à des boites privées pour collecter les impôts et à des milices privées pour cogner sur les gilets jaunes !

     

  • En économie, on apprend qu’il est nécessaire d’avoir un pays libre de tout péage intérieur si on veut qu’il soit prospère...mais avec des barrières douanières appropriées afin de développer et protéger ses richesses. En Macronie, c’est le contraire qui est appliqué. On peut alors raisonnablement se demander quels intérêts privés un gouvernement menant une telle politique économique cherche à servir. Il n’est pas difficile d’obtenir la liste des bénéficiaires de cette trahison pour que l’heure venue tous ceux ayant trempé dans la combine rendent des comptes.


  • A tous, désolé de vous le dire mais vous faites fausse route. Je travaille depuis 25 ans dans le BTP. Vous pouvez dire tout ce que vous voulez des entreprises de BTP, mais elles ne font que leur travail et la plupart du temps sous commande de l’état. Dans cette affaire, c’est ce dernier qui est défaillant et pas le monde du privé. Personne n’a obligé l’état à privatiser les sociétés autoroutières dans les années 90. Maintenant des chiffres : Il y a en France 1 million de km de routes revêtues. Sur ce million, seuls 10 000 km sont concédés à des sociétés d’autoroute type SANEF, soit à peine 1 % du linéaire. Tout le reste est la propriété des collectivités locales et de l’état. Un département administre directement en moyenne 4 à 5 000 km de route. Prenez les Vosges : un budget annuel de 250 Millions d’Euros par an pour l’aide sociale (un pognon de dingue dixit jupiter). Dans le même temps, 25 Millions pour les routes soit 1 pour 10. En cas de rigueur, je vous laisse deviner qui va en patir.
    On a un réseau routier qui part en vrille et qui est source d’accidents. Il y avait une vraie solution : l’Ecotaxe, que par démagogie le gouvernement socialiste a abandonnée. Il faudra payer quoiqu’il arrive, et ce sera vos impôts, surtout s’il y a davantage de camions et de moins en moins de fret ferroviaire. Et il ne faut pas compter sur la reversion des amendes de radar pour la sécurité (1 Millliards d’Euros par an en 2017) car la moitié vient payer la dette selon la cour des comptes (une vraie spoliation pour le coup).
    Il existe déja dans certaines communes de solutions de PPP qui prennent en compte la maintenance des voiries communales. Cela se passe bien, le patrimoine est bien entretenu. Mais cela demande que la puissance publique sache négocier et contractualiser ses exigences, ce qui est loin d’être le cas la plupart du temps. Je rappellerai également que les contrats d’autoroute prévoient la possibilité pour l’Etat d’ordonner les travaux en cas de dégradation prématurée, c’est ce qui s’est passé sur l’A6 Paris Lyon il y a quelques années.

     

    • Personne n’a obligé l’état à privatiser les sociétés autoroutières dans les années 90.

      Pardon, mais vous êtes étonnamment aveugle, comme si, par réflexe, sans même vous en rendre compte, vous vouliez absolument préserver l’honneur de votre profession.

      La réalité, qui n’est pourtant pas vraiment cachée, c’est que les gros actionnaires du BTP sont en même temps ceux qui contrôlent suffisamment les médias pour décider qui sera élu ou pas.

      Par exemple, c’est lorsqu’il avait le projet de se faire élire à la Présidence que Villepin a fait ses privatisations autoroutières si généreuses.

      Pour le dire autrement : ces privatisations ne sont pas "la décision de l’État", elles sont le fait de politiciens très ambitieux qui achètent ainsi des soutiens nécessaires à leur projet personnel. On pourrait citer des exemples plus récents...

      Sachant qu’en pratique il est impossible de se faire élire à l’Elysée sans acheter ainsi ce genre de soutiens, il est complètement faux de dire que "personne n’a obligé l’état". Car il y a bel et bien quelqu’un qui l’a obligé, et ce quelqu’un a quelques rapports avec ceux qui ont profité.


    • On a un réseau routier qui part en vrille et qui est source d’accidents.

      Moui, c’est aussi crédible qu’un laboratoire pharmaceutique qui explique à sa clientèle qu’elle est malade. Sauf que là, votre clientèle elle est en capacité de comprendre ce qui se passe réellement. Même que, d’un point de vue juridique, je crois que ça s’appelle une tentative de dol.


    • @jp
      Que vous le vouliez ou non un réseau routier ça se degrade ça s entretient et ce serait bien le seul bien qui d après vous ne s use pas. Étrange.....A la fin il faut bien un payeur surtout que la France est un pays de transit.
      Le BTP n est ni mieux ni moins bien que les autres secteurs. C est juste un des rares secteurs non délocalisable. Pensez y en ces temps de vache maigre.
      Si pour les médias vous pensez à Bouygues c est peu de choses par rapport à l ensemble de la presse plutôt détenue par les banques. Votre argument ne tient pas. Je maintiens : il y a des politiques mais il y a toute la structure de l état qui a un moment rend la chose possible. Il y a d autres cas où malgré les pressions politiques les réformes ne vont pas au bout. Conclusion : pas d aveuglement juste une réalité devant la nécessaire maintenance du réseau routier.


    • Dites donc, savez vous qu’une petit peu de bonne foi ne nuit pas à l’intérêt de la discussion ?

      Vous êtes bien culotté de répondre comme si j’avais nié la nécessité qu’il y a d’entretenir une route.

      Ce que j’avais nié, c’est l’affirmation évidemment fausse selon laquelle le réseau routier part en vrille. Je n’ai remarqué aucune dégradation, d’une manière générale, la dernière fois que j’ai roulé. Alors évidemment, c’est bien que vous ne persistiez pas dans votre erreur initiale. Pour autant, il est très malhonnête de m’attribuer le genre d’idiotie que vous êtes seul à avoir commise.
      Par ce fait, votre conversation s’est disqualifiée. Je ne suis même pas allé au bout de votre texte. Il n’y a pas d’utilité à ce que vous vous fatiguiez à me répondre.


    • Les entreprises du BTP ne sont pas en cause dans cette histoire. Ce sont les termes du partenariat qui sont en cause. Il y a une différence entre un bon PPP, et la vente (ou location-vente) des infrastructures appartenant aux Français (payées avec leurs impôts) aux requins du privé, lesquels - comme pour nos si "chères" autoroutes - font étudier les mille et une façons de nous faire raquer un max.


  • Quoique nous disions,écrivions,le Français en redemandera...

     

  • Chui sûr que la seconde ou troisieme etape de merde du plan pourri est d’installer des péages de merde sur les petites routes... pour ceux voulant echapper aux péages de l’autoroute, comme moi.

    Merde et merde et merde et remerde........


  • Faire de la politique en France c’est devenir un mega-traitre de ses électeurs.
    Ex : Mélenchon se serait ’trompé’ 266 fois lors de ses votes européens... annonce Libération !
    Idem pour nos représentants au Parlement qui se ’trompaient’ lors de la Loi Peine de mort, Taubira, Auto-amnistie des députés, etc...
    Trahir, trahir.... faire croire a la démocratie et au vote, mais par dessous faire comme bon leur semble, décider de tout par avance...voitures, essence, violations nos libertés, etc...
    Samedi 22 toute la France en jaune !


Commentaires suivants