Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Des militaires français resteront en Afghanistan après 2012

Par rapport à sa promesse faite lors de la campagne électorale qui l’a mené à l’Elysée, le président Hollande a manifestement mis de l’eau dans son vin. Ainsi, le 20 avril dernier, à l’antenne d’Europe1, il avait réaffirmé que « l’objectif (était) de se retirer complétement et définitivement » de l’Afghanistan avant fin 2012 en répondant à une question posée à ce sujet. « La coopération ne sera pas militaire » avait-il encore précisé.

Une semaine plus tôt, à l’émission de France2 intitulée « Des paroles et des actes », le président Hollande avait aussi déclairé que « le désengagement devait se produire au lendemain de l’élection présidentielle » pour être terminé « à la fin de l’année 2012″, soit un an avant le terme fixé pour les troupes de combat par son prédécesseur, Nicolas Sarkozy. « Il n’y aura pas, là encore, de changement de ma position (…) il n’y aura pas de surprise, ce que j’ai dit, je le ferai, je le dirai au sommet de l’Otan qui se réunira à la fin du mois de mai, c’est à dire toute suite après l’élection présidentielle » avait-il insisté.

Justement, à ce somment de l’Otan, qui a commencé le 20 mai à Chicago, le président Hollande a fait valoir sa position en parlant « d’acte de souveraineté ». Ainsi, « les troupes combattantes seront retirées d’Afghanistan d’ici la fin de l’année » a-t-il confirmé. Sauf que, « en 2013 demeureront uniquement des formateurs pour les forces de police et pour les cadres de l’armée afghane et ça se fera dans le cadre de l’opération elle-même de l’Isaf. Sur ces principes-là nous avons pu trouver un accord commun » a-t-il admis.

« Nous avons veillé à ce que la position de la France soit pleinement respectée et appliquée et, en même temps, j’ai veillé à ce que nos alliés comprennent bien le sens de cette opération. Je l’ai montré en faisant en sorte qu’il puisse y avoir des actions qui demeurent dans le cadre de l’Isaf », a répété le chef de l’Etat lors d’une conférence de presse.

Outre ces militaires pour former les cadres de l’armée nationale afghane – ce qui laisse supposer que la mission Epidote continuera, de même que celle des intructeurs des équipes de liaison et de tutorat opérationnel -, il est également acquis que ceux du Bataillon Logistique (BatLog) de Kaboul resteront en Afghanistan le temps de rapatrier les véhicules, les hélicoptères et les équipements, ce qui n’est pas une mince affaire, d’autant plus que les délais sont courts et que les risques de « TIC » (Troops in Contact, c’est à dire les accrochages) ne sont pas à minimiser, loin de là, comme l’a d’ailleurs montre la récente opération Condor Circle. D’où la nécessité de relativiser le terme « troupes combattantes », l’US Army parlant même de « convoi logistique de combat« …

Restera donc à voir comment tout cela va s’organiser, sachant qu’en février dernier, il avait été annoncé qu’entre 400 et 500 instructeurs français resteraient en Afghanistan après l’arrêt des opérations de combat, alors prévues pour la fin 2013. Des réunions d’état-major vont se tenir dans les prochains jours pour appliquer la décision du président Hollande, laquelle ne devrait pas, selon le général Allen, le commandant de l’ISAF, entraîner une « dégradation de la sécurité » dans la province de Kapisa, appelée à être prochainement transférée à l’armée nationale afghane (ANA).

En fait, la France adopte la même position prise, avant elle, par les Pays-Bas et le Canada. Ces deux pays ont mis un terme à la mission de combat de leur contingent en 2010 tout en restant engagés en Afghanistan via la formation et le tutorat de l’ANA

Quoi qu’il en soit, la décision de Paris n’aura pas entraîné de « ruée vers la sortie ». « Nous allons rester engagés dans notre opération en Afghanistan afin de la mener à bien » a déclaré Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire général de l’Otan. « Nous sommes allés en Afghanistan ensemble, nous comptons en partir ensemble » a affirmé Angela Merkel, la chancelière allemande.

Cela étant, il est prévu que la mission de l’Otan en Afghanistan évolue à partir de la mi-2013. A cette date, la responsabilité des opérations dans le pays sera entièrement transférée aux forces de sécurité afghanes, la coalition passant à un rôle de soutien et d’appui d’ici la fin 2014.

Pour le président américain, Barack Obama, « le monde est derrière la stratégie que nous avons développée ». « Maintenant, nous devons la mettre en oeuvre de façon efficace et je pense que cela est réalisable grâce à l’immense résilience du peuple afghan qui aspire désespérément à la paix et à la sécurité » a-t-il ajouté, peu avant l’ouverture du sommet de l’Otan. Cependant, il « restre beaucoup de travail à accomplir » a-t-il nuancé, en prévenant qu’il y aura encore des pertes humaines. « Il y aura des jours difficiles, mais nous sommes confiants dans le fait que nous sommes sur le bon chemin » a-t-il ajouté.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Comme chantaient si bien Dalida et Marine : " Paroles paroles paroles paroles ..... que des paroles "
    Encore merci à ceux qui ont voté la gauche sataniste.


  • Ça n’aura pas pris beaucoup de temps pour qu’il fasse son premier retour sur parole.


  • mais comme tout le monde s’en fout et mieux en juin le "masses démocratiques" enverront une chambre umps donc tout va pour le mieux pour les bas ventres


  • #155843

    Sans vouloir prendre la défense du loukoum, il n’a jamais dit retrait immédiat, il à usé du babillage politique habituel pour dire que cette guerre "injuste mais nécessaire" (Je fais chialer la mère au foyer et je rallie le chômeur longue durée, double pensée oblige) l’empêchait de dormir la nuit tant il angoissait pour nos soldats. Mais que naturellement ils ne mettraient pas nos vieux alliés (vrais ennemis) dedans par je ne sais quel manque de correction mélenchonesque...Il était même 100% pour l’opération "Tapis de bombe pour paix de cimetière" en Syrie...Cet âne ne c’est même pas donné la peine de mentir ou de cacher qui étaient ceux à qui ils se devaient de faire des courbettes..."l’étiquette socialiste" veut que ce soit les partisans (dont l’esprit est encore intègre, ils sont pas légion) qui se voilent la face dans ces moments là...
    Se parjurer ? Pourquoi faire, le pays est plein d’un "bel élan socialiste uni" qui s’affairera à trouver milles raisons "logiques" à nos futurs "plans d’aide au développement démocratique" que tout être humain sain d’esprit qualifieraient de crimes contre l’humanité...De la pure politique de gauche (la même qu’a droite en y mettant la forme) et quant il passera à l’offensive pour nous la mettre...Ces disciples diront tous en coeur que cet homme là est bon mais que son charisme s’est révélé avec une grande volonté politique...Comme quoi c’était pas un flambi il pouvait nous la mettre aussi fort que Sarkosy...Continuer à "enculer le monde tout en souplesse" comme dirait notre seul vrai comique français...


  • Nous avons si peu, hélas, à attendre dans l’immédiat, de cet homme.

    Mais comme le rappelle Alain Soral dans une interview donné à la radio francophone iranienne french.irib.fr (25 avril 2012), il faut attendre que le fruit mur tombe de l’arbre.

    Alain Soral
    "Je pense que nous sommes au début de la crise et que la France va subir de plein fouet les attaques du monde financier et va être dans une situation qui rapidement va ressembler à celle de la Grèce.

    Et que face à cette violence, monsieur Hollande ne fera rien et ne pourra rien faire !

    C’est pour ça qu’à la limite, je souhaite son élection puisqu’en tant que candidat de gauche et soi-disant « candidat social », il montrera très vite son impuissance et sa soumission au pouvoir financier que moi je qualifie d’extrême droite.

    Et que dans la perspective, dans les années à venir, Marine Le Pen, si elle reste sur sa ligne antimondialiste, deviendra de plus en plus clairement pour les français, la seule alternative et le seul salut possible pour sauver je dirais, la France, sa culture et sa tradition on va dire, sociale !"

    En somme se préparer psychologiquement et se former intellectuellement en guettant ce que les philosophes grecs anciens appelaient le Kairos ("le temps de l’occasion opportune") !

    Transcriptions écrites de vidéos d’Alain Soral (ANG/FR)


  • François Hollande promet tout, puis il renie tout... euh non... puis il devient pragmatique...