Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Destruction programmée

Vous trouverez ci-dessous deux extraits de Tableau noir (1), ouvrage au succès large et mérité, coécrit par Gérard de Sélys et Nico Hirtt. Les passages choisis révèlent avec clarté le projet machiavélique que nourrit l’OCDE quant au devenir des éducations nationales.

Le propos est consternant et énoncé sans aucune ambiguïté : l’enseignement est un business qui doit échapper à terme au monopole d’Etat. On note, dans la deuxième citation, que les gouvernements ne font qu’obéir aux consignes européistes en appliquant les techniques de démantèlement qui leur sont dictées. Il est alors bien aisé d’imaginer le sourire satisfait de ces dirigeants de l’ombre à la vue des manifestations qui prennent président et ministre en point de mire.

Ces derniers, simples exécutants, ne contrôlent quasiment plus rien et apparaissent comme les simples garde-fous d’une idéologie larvée qui aspire à l’anéantissement progressif des structures en place. Il semble donc urgent que cette contestation de rue envisage avec recul le réel contexte des opérations et prenne conscience de sa très relative efficacité dans un jeu de dupe organisé au plus grand mépris des élèves, parents et populations. Il en va de l’avenir de nos enfants et de notre pays.

Collusion (extrait)

A nouveau, l’OCDE vient à la rescousse en dévoilant que les choses sont déjà bien engagées. Dans un nouveau rapport, elle écrit : « Aux Etats Unis, le projet Annenberg/CPB collabore avec des producteurs en Europe, au Japon et en Australie, pour créer plusieurs types de nouveaux cours devant être utilisés dans l’enseignement à distance. Les étudiants deviennent des clients et les établissements (les écoles et les universités) des concurrents luttant pour obtenir une part du marché.

Les établissements financés par l’Etat sont obligés d’entrer en concurrence les uns avec les autres et également avec les prestataires privés. Les établissements sont incités à se comporter en ntreprises et à considérer qu’ils ont pour mission de réagir à l’évolution de la demande des programmes d’étude. Les étudiants doivent payer tout ou une partie du prix de leurs cours, ce qui vise à imposer la discipline du marché aux producteurs de cours. Les possibilités de pénétration du marché en particulier dans les pays très peuplés et dans ceux qui ont des langues communes, semblent considérables. ”. Sans commentaires ! (2)

Confirmation (extrait)

Mais d’abord, un avis qui nous avait échappé à l’époque, et qui vaut son pesant de cynisme. Il émane de Christian Morisson (3), un des principaux responsables de l’OCDE en matière d’enseignement : « Pour réduire le déficit budgétaire, une réduction très importante des investissements publics ou une diminution des dépenses de fonctionnement ne comportent pas de risque politique. Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse.

On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles ou aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement et l’école peut progressivement et ponctuellement obtenir une contribution des familles, ou supprimer telle activité. Cela se fait au coup par coup, dans une école mais non dans l’établissement voisin, de telle sorte que l’on évite un mécontentement général de la population ». (4)

(1) : Tableau noir (Editions EPO, 1998) : œuvre de Gérard de Sélys et Nico Hirtt. Les auteurs s’emploient dans ce livre à démontrer comment les organismes européens et les grands groupes financiers sont les décideurs de la privatisation de l’éducation. Les nouvelles technologies sont clairement présentées comme un vecteur de pénétration du privé dans le public. Ils dévoilent, par ailleurs, dans ce livre des documents confidentiels de très grand intérêt. 7 fois édités.

(2) : citation extraite de Les technologies de l’information et l’avenir de l’ensignement post-secondaire, Documents OCDE, Paris 196, ISBN 92-64-24923-0.

(3) : ancien élève de l’ENS, professeur de sciences économiques à Tunis puis à Paris 1, directeur du laboratoire d’études politiques à l’ENS, chef de la division du centre de développement à l’OCDE, consultant auprès de la Banque Mondiale, du Bureau International du travail et de l’OCDE.

(4) : citation extraite des Cahiers de l’économie politique, n°13, centre du développement de l’OCDE1

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #68438
    le 24/11/2011 par Panisse
    Destruction programmée

    Vous avez dits "estomacs prolongés par un sexe" ? Bienvenue dans le mondialisme...


  • #68547
    le 24/11/2011 par Le petit reporter
    Destruction programmée

    A LIRE AUSSI : Machiavel pédagogue
    Publié le 15 janvier 2009 par http://veille-education.org/2009/01...

    lIVREMachiavel pédagogue – Ou le ministère de la réforme psychologique
    Pascal BERNARDIN
    Éd. Notre-Dame des Grâces, 12/1995, 189 p.

    Pascal BERNARDIN : ancien élève de l’École Polytechnique, a enseigné les maths dans le privé, en classe préparatoire aux concours des écoles de commerce.

    Résumé :
    Quelles sont les raisons profondes de la crise de l’école ? Faut-il y voir une tare inscrite dans les gènes de notre société et de son système éducatif ? Ou doit-on conclure à une redéfinition du rôle de l’école et de ses priorités ? Nos enfants sont-ils condamnés à l’ignorance et à l’illettrisme ?

    La philosophie générale de la révolution pédagogique est exposée sans détour dans les publications des organisations internationales (Unesco, OCDE, Conseil de l’Europe, Commission de Bruxelles… ). S’appuyant sur ces textes, l’auteur montre dans cet ouvrage qu’aujourd’hui l’objectif prioritaire de l’école n’est plus de donner aux élèves une formation intellectuelle ni de leur faire acquérir les savoirs élémentaires. Au terme d’une redéfinition du rôle de l’école, celle-ci devient le véhicule d’une révolution culturelle et éthique destinée à modifier les valeurs, les attitudes et les comportements des peuples à l’échelle de la planète. Les techniques de manipulation psychologique, qui ne se distinguent guère des techniques de lavage de cerveau, sont utilisées à tout niveau. Les élèves en sont naturellement les premières victimes. Mais les enseignants et le personnel administratif (directeurs, etc.) ne sont guère épargnés.

    Cette révolution silencieuse, antidémocratique et totalitaire, veut faire des peuples des masses ignorantes et soumises. Elle illustre de manière exemplaire la philosophie manipulatoire et dictatoriale qui sous-tend le Nouvel Ordre Mondial et les modes d’action subtils et indirects, mais d’autant plus puissants, qu’il utilise. Aussi cet ouvrage pourrait-il s’intituler Abrégé d’esclavagisme.

    Source : Appy-Ecole


  • #68575
    le 24/11/2011 par karimbaud
    Destruction programmée

    un des crimes les plus insidieux et ignobles : inculquer à l’homme l’oubli de lui-même !......jamais un mot clair et précis dans les merdias (d’où leur nom) sur cet attentat contre le coeur et l’esprit humain !........tout çà est à vomir tant on se sent impuissant...........les gens doivent se battre pour ne pas perdre leur mémoire et leur âme !

     

    • #68825
      le 25/11/2011 par Ratatak
      Destruction programmée

      C’est bien gentil mais en fait ceux qui sont outrés sont non seulement en sous-nombre mais loin d’avoir assez de pouvoir pour changer quoique ce soit pour l’instant.


  • #89874
    le 24/01/2012 par youssef
    Destruction programmée

    En quoi ce machin est-il fondé en quoi que ce soit à emettre son opinion sur le devenir éducatif des nations ? encore un peu et il proposera bientôt le rétablissement du travail des enfants....