Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dieudonné, de l’antiracisme... à l’antiracisme

Brève analyse d’un engagement sans faille

Aveuglement idéologique ? Mauvaise foi ? Soumission volontaire au pouvoir politique ? À quelques variantes près, le même discours tourne en boucle dans les médias depuis que l’exécutif a pris pour cible Dieudonné avec la ferme intention de ruiner sa carrière (et lui avec) : il serait passé de l’antiracisme à l’antisémitisme. Discours justificateur d’une guerre politico-juridique qui ne faiblit pas, mais entaché de mauvaise foi.

Le procédé est connu : prendre pour argent comptant des paroles d’humoriste sorties de leur contexte, instruire des procès d’intention sans droit de réponse, et au besoin travestir la réalité. Ce qui l’est sans doute moins, ce sont les raisons de son lynchage médiatique. Pourquoi autant de haine ? Répondre à cette question, c’est identifier la frontière entre le dicible et l’indicible, la parole autorisée ou interdite, autrement dit la norme du politiquement correct. Et les limites de la liberté d’expression, atteintes plus vite qu’on ne le pense, nous en apprennent beaucoup sur les bases idéologiques du contrôle social…

Difficile de nier l’engagement sincèrement antiraciste de celui qui fut un opposant anti-FN de la première heure et qui reçut de l’ONU le titre honorifique d’« homme de bonne volonté dans sa lutte contre le racisme ». Le duo qu’il forma avec Elie Semoun fut considéré comme un symbole de la France antiraciste des années 1990. À cette période naissent ses premiers engagements politiques en faveur de la cause canaque et contre le Front national. Son installation près de Dreux, terre d’élection traditionnelle du FN, le conduit à s’engager contre ce parti, qu’il qualifie alors de « cancer » et qu’il analyse comme un facteur de « repli communautaire ».

 

JPEG - 37.6 ko
Dieudonné invité sur France 2 en 1997 pour sa candidature aux législatives à Dreux

 

C’est aussi à cette période qu’il lance le « Parti des utopistes », étiquette sous laquelle il s’oppose à Marie-France Stirbois, candidate frontiste à Dreux aux législatives de 1997. Son combat électoral lui vaudra d’être encensé par des personnalités de gauche : l’écologiste Noël Mamère, les humoristes Marc Jolivet et Guy Bedos notamment. Il le poursuivra sous cette bannière pendant plusieurs années, notamment aux élections régionales de 1998. Dans le même temps, il prend position en faveur de la régularisation des sans-papiers et du droit de vote des immigrés, ainsi que du droit au logement en soutenant le DAL, ponctuellement mais activement. Il militera même à l’occasion avec SOS Racisme, dont il s’éloignera rapidement, le jugeant trop proche du Parti socialiste. En 2000, il rejoint un collectif d’humoristes européens anti-Haider réunis sous la bannière de la Fédération internationale des Droits de l’Homme. Lors des élections municipales de 2001, il entreprend de se présenter et reçoit le soutien de Daniel Cohn-Bendit, avant de renoncer et de soutenir dès le premier tour la liste de gauche radicale Les Motivés à Toulouse.

Ayant mis un terme à son duo avec Elie Semoun, il fait son premier spectacle, intitulé Tout seul, puis enchaîne avec Pardon Judas !, deux énormes succès. En 2002, quand Laurent Ruquier l’invite dans son émission à l’occasion de son troisième spectacle, Cocorico !, il est un artiste adulé dont l’indéniable talent est reconnu par (presque) tous. On loue son sens de la dérision et son humour caustique qui ne ménage personne, toutes catégories sociales confondues. En parallèle, il suit une carrière d’acteur en participant à une quinzaine de films entre 1997 et 2003, notamment Didier et Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, tous deux réalisés par Alain Chabat.

Le contraste entre cette période faste et sa brutale mise en ban, peu de temps après, est saisissant. Son troisième spectacle, Le Divorce de Patrick, est annulé par L’Olympia début 2004 pour risque de troubles à l’ordre public et ses soutiens sont essentiellement politiques : le MRAP, la co-fondatrice des Verts Ginette Skandrani, les maoïstes de l’AGEN, l’association CAPJPO… Dans le camp des humoristes, Daniel Prévost loue son courage et son talent mais il est bien seul et les personnalités des médias, dans leur immense majorité, lui tournent désormais le dos. Mis sur la touche, Dieudonné tentera même en octobre 2006 un rapprochement provocateur avec Jean-Marie Le Pen, autre paria d’envergure, à l’occasion de la fête des Bleus Blancs Rouges.

 

PNG - 242 ko
1er décembre 2003

 

La raison de ce revers de carrière ? Une pique contre George Bush comparé à Ben Laden qui lui vaudra une première mise en examen pour apologie du terrorisme (pour laquelle il a été relaxé), une autre contre la communauté juive (provoquant une plainte de l’UEJF et de la LICRA, qui débouche également sur une relaxe), mais surtout son sketch télévisé de décembre 2003, dans lequel il met en scène un colon raciste israélien. Image évidemment caricaturale mais appliquée à une catégorie sociale qui ne l’est pas moins. Alors que le sketch était plutôt drôle et en rien antisémite – la cible étant davantage le colonialisme et l’intégrisme religieux que le judaïsme –, il fait de l’humoriste la bête noire des communautaristes juifs, notamment ceux de la Fédération sioniste de France, de la LICRA (qui porte à nouveau plainte) et de l’Union des étudiants juifs de France qui réussissent à faire annuler plusieurs de ses représentations courant 2004. Des réactions souvent violentes, révélatrices de la montée en puissance des crispations identitaires…

C’est parfois en transgressant les limites qu’on les découvre. Antiraciste de la première heure, il était logique que Dieudonné stigmatise le colonialisme israélien et la politique d’apartheid menée par l’État hébreu. Le sionisme avait d’ailleurs été assimilé par l’ONU à « une forme de racisme et de discrimination raciale  ». Empêcher les Palestiniens de vivre dans la dignité, en faire des citoyens de seconde zone, les réprimer sans discernement par la violence policière et même militaire a de quoi révulser le militant défenseur des Droits de l’Homme qu’est Dieudonné. Et l’engagement de gauche va souvent de pair avec l’anticléricalisme : en bon iconoclaste, Dieudonné s’est attaqué avec humour et talent aux religions monothéistes – dont l’islam – sans s’attirer les foudres des communautaristes… excepté des sionistes.

 

 

La prise de conscience est brutale. Prise de conscience que la LICRA, derrière son engagement formel contre l’antisémitisme, défend la politique de l’État d’Israël en condamnant pénalement quiconque ose la dénoncer, assimilant ainsi antisionisme et antisémitisme, et que la critique du colonialisme, de l’impérialisme, de l’apartheid, du racisme et des religions en général a de strictes limites à ne pas franchir. Si l’on veut parler de l’influence du lobby pro-israélien, mieux vaut le faire en fin de carrière… Prise de conscience aussi de certaines hiérarchies officieuses : quand Dieudonné sollicite après du Centre national de la cinématographie (CNC) une subvention pour l’écriture de son film sur le Code noir, celle-ci lui est refusée. Dieudonné reviendra à plusieurs reprises sur ce refus en accusant « les sionistes du CNC » de pratiquer un « deux poids, deux mesures », dénonçant par là l’injustice mémorielle fait selon lui à la traite des Noirs, en comparaison de celui réservé à la Shoah. Deux poids deux mesures banalisés jusqu’au sommet de l’État : quand, à la moindre provocation d’humoriste, Dieudonné est traduit devant les tribunaux, dans le même temps le chef de l’État ne craint pas d’ironiser sur certaines mœurs (supposées) des Algériens…

Dieudonné a-t-il réellement viré de bord ? La réponse, affirmative, est quasi-unanime pour la plupart des journalistes. Même Pascal Boniface, que l’on a connu plus inspiré, tombe dans le panneau en expliquant sa supposée radicalisation par son blacklistage à partir de 2004, oubliant au passage que le métier d’humoriste consiste avant tout à choquer et que ses saillies ne sont évidemment pas à prendre au premier degré… En réalité, il faudrait plutôt parler de changement dans la continuité : si ses cibles actuelles sont différentes de celles de ses débuts c’est bien parce qu’il a intégré les différentes expériences de sa trajectoire politique et reconnu que la plupart des formations politiques inféodées à la gauche libérale ne défendent pas les intérêts des dominés mais indirectement ceux de l’oligarchie mondialiste. La palme de la trahison revient bien au Parti socialiste, passé de la défense du travail à celle du capital, de la gauche de transformation sociale à la gauche morale, de la loi de nationalisation de février 1982 à la loi Macron. Sous l’apparent revirement de Dieudonné, dont les journalistes et les personnalités du spectacle font mine de s’étonner, se cache en réalité la constance de son engagement : soutien à la lutte du peuple canaque pour son indépendance dans les années 1980, au Mouvement des damnés de l’impérialisme en 2008, au peuple martyr de Gaza agonisant sous les bombes israéliennes en 2014, à la famille de Saïd Bourarach, participation aux listes Europalestine en 2004 et antisioniste en 2009… Un engagement en faveur des vrais opprimés de notre temps et que ses amis politiques d’hier – Parti socialiste et associations de l’antiracisme institutionnel –, devenus aujourd’hui ses pires ennemis, ne lui pardonnent pas.

 

Illustration en tête d’article : Teddijo

Du même auteur, chez Kontre Kulture :

Signer la pétition demandant la dissolution de la LICRA :

Découvrir Dieudonné chez Kontre Kulture :

L’antiracisme authentique avec Dieudonné et Alain Soral :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1152681

    Dieudonné : Un brave type.

     

  • " Dieudo et Soral ce sont deux intolérables fausses notes dans notre belle harmonie judéo-française, il faut absolument que ça cesse " .


  • Dieudonné a mis quelques années pour se rendre compte que les pires racistes, ce ne sont pas des petits Blancs votant Le Pen, mais les 15 millions de l’Internationale Sioniste, autrement plus puissants et infiniment plus dangereux pour la paix du monde .


  • Même si parfois il m’arrive d’être critique avec Dieudo, jamais, mais jamais je n’oublierais les origines de cette affaire et pourquoi on a voulu lui ruiner sa carrière. Un tel artiste condamné à devoir se produire dans un bus pendant des années, j’appelle ça une saloperie infinie.

     

    • #1152870

      Oui, une nouvelle affaire M’Dreyfus bien pire que l’autre.


    • C’est en effet la chose la plus importante. Qu’on l’aime ou pas (pour moi c’est un génie dans son genre), il faut le défendre par principe avec la dernière fermeté. Ce qui lui est arrivé, et qui continue de lui arriver, est et restera une honte pour moi. Ça vaut d’ailleurs aussi pour Alain Soral.


  • Dieudo soutenait l’idéologie du système, sans savoir que le but en était la domination universelle du prolétariat par les élites mondialisées.

    Je ne vois aucune raison valable de sacraliser l’esclavage plus ou moins que toutes les autres abominations. On peut le relativiser : 11M de Noirs déportés (9,6M ayant survécu au voyage) par les Européens de 1450 à 1869, contre 17M par le monde musulman de 650 à 1920 et 7M d’esclaves noirs rien qu’en A.O.F. vers 1900, peut-être 14M dans toute l’Afrique et 28M en 13 siècles pour cette traite interafricaine [ https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Oli...]. Rappelons aussi que la centaine d’États gaulois était une réserve d’esclaves, donc d’accumulation du capital pour les factions de la bourgeoise république romaine. Comme il était mal vu d’être marchand d’esclaves, souvent des étrangers monopolisaient ce rôle, comme plus tard en terre chrétienne.

    L’esclavage en Afrique fut un argument de nos élites pour faire accepter la colonisation, dont notre peuple, désinformé, ne fut pas plus responsable que nous ne le sommes, tous, de la néo-colinisation sous prétexte de lutte contre le terrorisme.

    L’Afrique réservoir de soldats ? Non : en 14/18, 0,4M de coloniaux combattirent, soit 1% de la population coloniale, mais 8,022M de Français, soit 20,3% de notre population. Pertes : 81 000 coloniaux (20% des effectifs, 5,9% des pertes) et 1 300 000 Français (16% des effectifs, 94% des pertes). Les causes de la victoire : « La victoire de novembre 1918 fut remportée sur des flots de pétrole. » (Lord Curzon, ministre britannique des Affaires étrangères) ; « Il n’y a plus aucun moyen de vaincre l’ennemi, et le premier facteur ayant déterminé ce résultat de manière décisive fut le char léger. » (Maréchal allemand Ludendorff, par allusion au char léger Renault 1918, improprement "FT17" : encore le pétrole !). Idem en 39/45 : mort de 29 228 soldats coloniaux, soit 11% de nos pertes ou 0,2% des pertes alliées !

    Nationaliste enraciné, je ne suis donc pas d’accord sur tout avec Dieudo, mais il est maintenant honnête dans son antiracisme, et si le monde qu’il souhaite n’est pas mon idéal, du moins n’est-il pas injuste et monstrueux, comme celui qu’on nous construit.

    Vive Dieudo ! Vive la quenelle et sa France libérée du capitalisme !


  • #1152884
    le 30/03/2015 par toto la ciboulette
    Dieudonné, de l’antiracisme... à l’antiracisme

    Les texte de ce Monsieur sont toujours agréables à lire.

    Le seul reproche que je lui fais et à toute la presse en général c’est de parler de l’état Hébreux, les Hébreux ont disparus de la surface de la planète il y a pratiquement 2000 ans, si demain Marine le Pen prend le pouvoir et instaure le Celte comme langue officielle cela ne fera pas de nous des Celtes.

    Il n’y a pas d’état Hébreux, il y a un état Juif qui se revendique comme tel et qui veut faire avaler cette acceptation par les Palestiniens pour encore mieux en faire des citoyens de cinquième zone.

    Les mots sont aussi les armes de l’ennemi, parce que l’on parle toujours de réformes qui ne sont que des régressions.


  • #1153129

    Très beau texte et très juste.
    Et encore, il manque d’autres aspects dans l’antiracisme de Dieudonné, en particulier son soutien à la famille de Saïd Bourarach, allant jusqu’à faire des séances de son spectacle actuel dont la recette lui est offerte. Par exemple jeudi dernier, en présence de Mme Bourarach, et la salle était bourrée.
    Dommage que les anciens amis de CAPJPO n’arrivent pas à comprendre tout cela... au contraire d’un Gilad Atzmon et d’un Jacob Cohen.
    Mais ce qui compte, c’est qu’à notre époque nous puissions bénéficier d’un tel exemple : Molière + Robin des Bois ! C’est miraculeux...


  • #1153233
    le 31/03/2015 par Jesuischarlotte
    Dieudonné, de l’antiracisme... à l’antiracisme

    Dieudonne et Soral, sont la définition même du courage . Je suis très impressionné de leur endurance. Pour moi ce sont de vrais hommes comme Poutine . Leurs propos sont : clairs,construits,argumentés ,et surtout véridiques, et l’on s’en rend compte facilement en analysant le système politico-médiatique . Et c’est tellement vrai que l’appareil d’état veut employer un char d’assaut pour écraser une fourmie


  • Il est épris de justice et il en a marre comme beaucoup du non - respect étatique de tous ces fumiers que sous prétexte qu’ils sont dans l’égout nous cherchent des noises ! On ne se laissera pas faire.


  • #1153278

    Merci Dieudo,tu es le courage et la vérité,ce qui ne plais pas dans ce monde d’hypocrites dirigé dans l’ombre par les sionistes colonialistes israeliens.....continu a nous faire rire car tu es le meilleur ... !!!!!
    BIG UP DIEUDO..... !!!!


  • #1153496

    Très bien résumé, beau texte.


  • #1170045
    le 24/04/2015 par enricomachiasse
    Dieudonné, de l’antiracisme... à l’antiracisme

    Comme quoi Dieudonne à fait un choix difficile et courageux..parce que le système lui offrait le tapis rouge et une carrière réussie mais aussi la soumission et être invité par Arthur le vendredi soir (quelle horreur !!!) Il a choisi honneur donc les insultes, les menaces, le boycott ..mais le succès est toujours là, parce qu’ il a beaucoup de talent surtout et qu’il a compris plus tôt que les autres que l’ avenir c’est le net.

    Malgré ses défauts et ce qu’en pensent ses détracteurs, il fallait le faire ce choix-là, il a tenu bon, ça a payé et tant mieux pour lui..


Afficher les commentaires suivants