Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Dilma Rousseff réélue de justesse présidente du Brésil

La candidate du parti des Travailleurs a remporté l’élection avec 51,52 % des suffrages contre 48,48 % pour son adversaire de droite, Aécio Neves. Elle hérite d’un pays divisé où l’économie est en panne.

Le passage à l’heure d’été d’une bonne partie du Brésil aura joué avec les nerfs de la population. Dimanche soir, il a fallu attendre 20 h 30 (heure locale) pour avoir la confirmation de la réélection de la présidente Dilma Rousseff, du Parti des travailleurs (PT), avec 51,52 % des suffrages contre 48,48 % pour son adversaire de droite, Aécio Neves, représentant du Parti de la sociale-démocratie brésilienne (PSDB).

C’est le résultat le plus serré depuis 1989, quand Luiz Inácio Lula da Silva avait perdu sur le fil contre Fernando Collor. Il révèle une profonde division du pays, entre un Sud riche favorable à Aécio Neves, en particulier dans l’État de São Paulo, le premier collège électoral du pays, où il a rassemblé 65 % des électeurs. Dilma Rousseff s’est en revanche largement imposée dans le Nordeste, et le Nord du pays, avec plus de 70 % des électeurs. Rio de Janeiro lui a également été plus favorable, tout comme Minas Gerais, l’État qu’Aécio Neves a pourtant gouverné pendant huit ans.

Si le climat était à la fête dans le palais présidentiel du Planalto, à Brasília, Dilma Rousseff sait qu’elle ne peut pas compter sur plus d’une semaine de vacances. Car pour convaincre les indécis, elle a multiplié les promesses, alors que le Brésil devrait achever l’année avec une croissance de son produit intérieur brut (PIB) oscillant entre 0 et 1 %. L’emploi a beau être au plus bas – il a atteint 4,9 % en septembre, un record – beaucoup d’autres indicateurs ont basculé dans le rouge. Les exportations ont diminué, et devraient souffrir, l’année prochaine, de la baisse des cours des matières premières, alors que l’industrie peine à retrouver un nouveau souffle. Même si l’inflation est maîtrisée, le coût de la vie est de plus en plus élevé, en particulier dans les grands centres urbains où les loyers se sont envolés.

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

Pour comprendre la place des pays émergents
dans un monde en évolution constante :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • un article sur le même sujet du site legrandsoir :
    http://www.legrandsoir.info/bresil-...
    où l on apprend qu elle est élue de justesse avec 51.5 % et que Flamby avec le même score est élu largement !!!
    On y apprend également que le Figaro est le seul bout de papier à qualifier le perdant d’homme de droite, les autres le "situant" au centre. Tous lui étaient favorables.

     

    • C’est plutôt logique.
      Pour rappel, plus de 80% des journalistes disaient avoir voté hollande.
      Donc, quand leur poulain de coeur gagne, ils triomphent et donnent dans le dithyrambique, et quand il perd, ils crachent sur la victoire du vainqueur en minimisant la portée des suffrages.
      L’objectivité journalistique est une vaste blague puisque les journalistes ne sont plus depuis longtemps que des militant(e)s politiques, quand ils ne couchent pas directement avec un homme politique (christine ockrent, audrey pulvar, marie drucker, etc...).


  • #1013477
    le 27/10/2014 par Père Lankester Merrin
    Dilma Rousseff réélue de justesse présidente du Brésil

    Bien d’accord avec Dilma : au-dessus, c’est le soleil !


  • Les brésiliens sont bien le peuple le plus stupide du monde.

    Le mondial de football ne leur a pas servit de leçon, les brésiliens dénonçaient tous le budget pharaonique et les sacrifices pour cet évènement qui au final ne leur a pas profité.

    Dialma Rouseff disait dans sa campagne, et sur les émissions de télé vouloir sauver les indiens d’Amazonie, une fois de plus ils devront se débrouiller tout seul.

    Si le peuple brésilien veut de " l’ordre et du progrès " ce ne sera pas pour demain.

     

  • Sur son blog "Les Crises" Olivier Berruyer s’est penché sur les publications portant sur cette réélection de "justesse".
    http://www.les-crises.fr/rousseff-r...