Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Drague et rapports de classe

À propos de "Confession d’un dragueur" d’Alain Soral

Paul (Thomas Dutronc), provincial esseulé monté à Paris faire ses études à Sciences-Po, rencontre Fabio dit « Fab » (Saïd Taghmaoui), petite frappe vivant d’expédients, qui va peu à peu l’initier à l’art de la drague.

Rencontre improbable entre deux êtres que tout oppose : issu de la bourgeoisie, Paul est studieux (« je fais quand même des études, je te signale » dira-t-il à Fabio au cours de l’une de leurs pérégrinations), timide et introverti. Fabio, issu de l’immigration – faux Italien mais vrai Maghrébin – vit au jour le jour et n’a pour seules richesses que sa tchatche et son savoir-faire indéniable avec les filles. Difficile d’imaginer duo plus dissemblable, mais les différences sociales et de caractère entre les deux personnages, leur complémentarité, vont justement les rapprocher.

Fabio donne à Paul la seule chose qu’il possède et qui manque à son ami : la maîtrise des techniques de drague, de « pénétration de l’inconnue » que celui-ci va tenter d’assimiler à la façon d’un cours, afin de surmonter sa timidité. Et réciproquement, cette relation maître/élève qui contredit le rapport de domination sociale du fils de bourgeois sur l’enfant d’immigré est une occasion pour Fabio de prendre une revanche de classe en mettant de côté son handicap social.

Mais pour Paul, Fabio sera plus qu’un simple coach en séduction, il jouera aussi le rôle de passeur entre deux mondes : celui de Paul, sage et lisse, et le sien, sulfureux et trouble. Intégrant des éléments de son propre itinéraire biographique relatés dans son livre La Vie d’un vaurien dont est inspiré le film, Alain Soral peint avec réalisme l’univers de la « débrouille » peuplé de marginaux vivant à la lisière du système en passant d’un petit boulot à un autre. De fait, la drague est le prolongement naturel de leur mode de vie, qui exclut tout projet réaliste à long terme. Forme dégradée du donjuanisme – une conquête chasse l’autre –, elle se joue dans l’instant et ne peut (doit) conduire qu’à des relations précaires et sans lendemain (« une fois qu’elle a ton adresse, comment tu fais pour t’en débarrasser ? » dira Fabio à Paul qui parlait d’inviter ses conquêtes chez lui).

Comme l’avait montré Engels, le rapport au temps divise profondément les classes sociales : tandis que le bourgeois, fort de son capital social et économique, peut se projeter sans crainte dans l’avenir, le prolétaire ou le sous-prolétaire vivant dans la nécessité « est condamné à l’égarement ». Cet effet du dénuement est amplifié par le libéralisme économique, qui enferme les populations dans la spirale du consumérisme et de la frustration. Consumérisme matériel et aussi sexuel pour tenter de masquer la misère sociale et affective... Mais ici, nulle dramatisation, tout est léger à l’image des jeux de séduction : le flottement social que connaissent les marginaux est davantage synonyme de liberté que de malédiction.

À travers cette œuvre, Alain Soral porte un regard humaniste sur un moment de son propre parcours en se livrant à un éloge de la marginalité sociale. Le film pourra donc surprendre par son aspect décalé, loin des tensions et des pesanteurs actuelles. Nous sommes dans un Paris révolu et encore (relativement) insouciant, qui est celui de la jeunesse de l’auteur (la chanson de Patrick Coutin, tube de l’été 1982 et unique bande-son du film, est sans doute un clin d’œil à cette époque), quelques années avant la chute de l’URSS et la montée en force du Nouvel Ordre mondial. Internet n’ayant pas encore colonisé l’espace des relations sociales, la majeure partie de la drague se jouait dans la rue ou en boite de nuit.

Au-delà des influences explicites et même revendiquées – la sociologie marxiste pour l’analyse des rapports de classe (tous les personnages du film sont socialement typés), le cinéma social italien d’après-guerre, notamment Le Fanfaron de Dino Risi (le duo improbable du film fait immédiatement penser à celui formé par Trintignant/Gassman), Pier Paolo Pasolini pour sa peinture empathique du milieu des marginaux (on voit d’ailleurs un extrait de Théorème à un moment du film), Joël Seria et Jean Eustache pour leur liberté de ton (et à qui le film est dédié) – en apparaissent d’autres. On peut penser à Éric Rohmer, pour la sobriété de la mise en scène qui donne au film une forme parfois proche du documentaire et l’analyse souvent introspective des rapports de séduction, mais un Rohmer transgressif dépouillé de son moralisme petit-bourgeois. La variété des registres langagiers ne pourra ici que décontenancer les amateurs des Comédies et Proverbes : Confession d’un dragueur alterne de manière surprenante dialogues très écrits, presque littéraires (souvent monologues dits en voix off par Paul, façon journal intime) et propos argotiques, parfois très crus, tenus par Fabio, accentuant encore le contraste entre les deux personnages.

Mais c’est surtout l’influence de Gustave Flaubert qui transparaît dans le film, précisément celle de L’Éducation sentimentale. L’itinéraire social et amoureux de Paul, aiguillonné par le désir de parvenir, ressemble à celui de Frédéric Moreau, jeune provincial arriviste venu faire ses études à Paris, mais de manière inversée : tandis que la soif de conquêtes féminines du second est motivée par un désir de s’élever dans l’échelle sociale, celle de Paul le conduira à fréquenter – momentanément – des déclassés. Mais l’ambition est bien là (« les études y a que ça de vrai pour grimper dans l’échelle sociale » dira Kovacs – François Levantal – comme en écho aux propres préoccupations de Paul), et elle poussera Paul à trahir son ami dans un surprenant tableau final où le jeune provincial timide dévoilera un aspect de sa personnalité resté jusque-là dans l’ombre. On apprendra alors qu’entre le marginal et l’intégré, celui qui a la plus grande noblesse d’âme n’est pas forcément celui que l’on croyait…

L’éducation sentimentale de Paul, qui s’achève avec cette dernière scène, se sera étalée sur les deux mois qui séparent les deux moments-clés du film où apparaît Sophie (Chloé Lambert), lectrice assidue d’Henry Miller. Celle-ci sera à l’origine de la rencontre entre Paul et Fabio tout au début du film et précipitera leur rupture tout à la fin. Le texte que lit Paul en voix off dans la scène inaugurale du film, observant à la dérobée la jeune fille assise sur un banc du jardin du Luxembourg, prendra tout son sens rétrospectif quand il le répétera en fin de parcours, bouclant ainsi la boucle de sa (courte) carrière de dragueur. Et comme celle de Frédéric Moreau, l’éducation sentimentale de Paul s’achèvera (momentanément) sur une note désabusée…

Sorti en pleine torpeur estivale (un 25 juillet !), sans têtes d’affiche (Thomas Dutronc ne s’était pas encore fait un prénom et La Haine, surfaite et surévaluée dans laquelle avait joué Saïd Taghmahoui, était déjà tombée dans les oubliettes) ni soutiens, irrévérencieux (la scène hilarante du dîner où Fabio raconte ses mésaventures scato-sexuelles à des bobos scandalisés, dont la trivialité subversive évoque La Noce chez les petits-bourgeois de Brecht, est un bras d’honneur à l’arrogance de classe des pseudo-dominants), le film d’Alain Soral n’avait face aux critiques que son humanisme et sa sincérité, qui sont souvent le lot des premières œuvres. Ils n’ont pas pesé bien lourd pour les censeurs du politiquement correct et le film, éreinté, fut un échec commercial – la palme du flingage bête et méchant revenant sans doute à Libération. Mais comme bien souvent, le contenu d’une critique en dit davantage sur son auteur et sa culture de classe que sur l’œuvre elle-même… La deuxième vie donnée à ce film avec son édition en DVD et celle récente en VOD, est l’occasion de redécouvrir cet OVNI cinématographique sorti en salles il y a tout juste 13 ans en marge des grosses productions, profondément original et décalé.

 

Présentation du film par Alain Soral (extrait des conseils de lecture de mai 2013) :

 

La bande-annonce du film :

Se procurer le DVD chez Kontre Kulture :

Également disponible chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

68 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #911374
    le 25/07/2014 par mahmoud
    Drague et rapports de classe

    C’est un film culte. Je l’ai vu.Je conseil à tout le monde de l’acheter. Les pariles et le dialogue sont d’une très grande qualité. Le rôle des acteurs est aussi très fort.


  • #911462
    le 25/07/2014 par Xavier57
    Drague et rapports de classe

    Moi c’est simple, je ne drague pas. Très bon article tout de même.


  • #911481
    le 25/07/2014 par Sacré-Coeur
    Drague et rapports de classe

    Il faut constater que récemment l’internet et ses sites de rencontres ont absorbé une partie des proies potentielles du dragueur... En effet, certaines, pour éviter les pertes de temps dans un monde toujours plus rapide et consumériste, ont fermé la porte à la probabilité de la rencontre salutaire, celle qui peut déboucher sur du long terme... Dommage non ?
    Quoi de plus dégradant, de plus inhumain (et de plus économiquement bénéfique), que de s’inscrire sur des sites de rencontre ?
    Ce progrès-là supprime toute spontanéité, toute humanité ! Moi je n’y crois pas.
    En réalité, les femmes, comme les hommes, sont en recherche de rapports véritables, donc je me dis, si une drague est bien faite, il n’y a aucune raison que la femme ne soit pas intéressée, à condition d’insister, de l’intéresser, bref voyez le travail de Soral sur la question ! L’expérience confirme la théorie...

     

    • #911746
      le 26/07/2014 par Bruno
      Drague et rapports de classe

      Rassurez-vous les sites de rencontre intéressent de moins en moins les femmes, la preuve il y a toujours 10 fois plus d’hommes que de femmes inscrit... Et parmi ces seulement 10% de femmes il y a beaucoup de faux profils et d’escrocs parfois aussi... En gros on reviendra au réel parce que c’est comme ça que ça marche et pas autrement.

      Les sites de rencontre ne pourront plus faire illusion très longtemps... D’autant plus que désormais tout est payant, 30euros par moi l’abonnement pour simplement avoir le droit d’envoyer des emails, sans garanti que cela aboutira à une rencontre réelle, ni d’avoir des réponses (parce que vu le ratio homme/femme ridicule, c’est très difficile d’avoir une réponse, il y a énormément de concurrence et peu de femmes intéressées, et faut voir aussi la qualité parce que les gens la dessus sont très superficiels)... Bref les hommes vont finir par décrocher massivement et on reviendra à la bonne vieille méthode dans la vraie vie (et tant mieux).


  • #911503
    le 25/07/2014 par Gerard J. Schaefer
    Drague et rapports de classe

    Et puis, il y a cet autre regard, mon film préféré, Henry, Portrait of a Serial Killer.

    "It’s either you, or them..."

    Une vision du monde un peu moins joyeuse que celle d’Alain, y est-il encore question de classes sociales ?


  • #911519
    le 25/07/2014 par damien
    Drague et rapports de classe

    "la seule chose qu’il possède et qui manque à son ami"
    J’en suis arrivé seul par d’autres détours à trouver que la bourgeoisie c’est laid en général n’ayez pas de honte particulière à manquer de çà !

    En fin d’article "On apprendra alors qu’entre le marginal et l’intégré, celui qui a la plus grande noblesse d’âme n’est pas forcément celui que l’on croyait"
    Enfin ça dépend quand même de la personne, il y a des gens qui :
    * ont de la caillasses qui sont pas forcément dégueulasse
    * et de pauvres qui sont de vrais Thénardiers

    De toute manière à la vue de la tendance général en perspective, la différence galérien / bourgeois va drastiquement s’atténuer à l’avenir.


  • #911526
    le 25/07/2014 par toto
    Drague et rapports de classe

    En plus du film, ce DVD vaut également le coup pour le commentaire d’Alain Soral. 1 h 30 de commentaires pertinents sur différents aspects du tournage d’un film, avec en prime une énorme quenelle vers la fin... bravo !
    J’avais commandé le DVD pour le film, sans savoir qu’il y avait ce commentaire. Comme disait l’autre, ce fut une divine surprise.


  • #911557
    le 25/07/2014 par supermouslim
    Drague et rapports de classe

    Je l’ai vu à l’époque sur canal, très bon film. Je me souvient d’y avoir décrypté un propos proprement inedit en France vis à vis de l’histoire des populations issue du Maghreb. Il y avait une telle connaissance, une telle proximité dans le discoure que j’était persuadé de trouver un nom à consonance arabe à la réalisation. Non c’était un certain ALAIN SORAL.


  • #911657
    le 25/07/2014 par George Sbare
    Drague et rapports de classe

    Si j’ai bien compris ce film :

    Alain Soral = Dutronc
    "Le kabyle" (ancien pote de Soral) = Taghmaoui

    A la fin du film, Dutronc trahit Taghmaoui en le balançant aux flics.
    Est-ce qu’il s’est vraiment passé ça entre Soral et "Le Kabyle" ?

    Je me pose cette question depuis très longtemps.

     

    • #911789
      le 26/07/2014 par Dia
      Drague et rapports de classe

      Vous n’avez pas bien compris le concept de "fiction"
      relisez un ou deux Babar, Mickey Parade, Martine à la plage et revenez commenter sur E&R


    • #911942
      le 26/07/2014 par alan
      Drague et rapports de classe

      non Dutronc + Taghmaoui = Soral


    • #912678
      le 26/07/2014 par George Sbare
      Drague et rapports de classe

      Si vous connaissiez mieux Soral, vous serriez que tout ce que raconte ce film est tiré de la vie de Soral :

      Il a bien été initié à la drague par "Le Kabyle"
      Il a bien volé des fringues au lavoir
      il a bien réalisé des vols de confiance en vendant des meubles en brocante
      Sans parler des cas de drague montrer dans le film ...
      Tout est vrai

      Soral aurait aussi balancé le kabyle comme dans le film ... ?
      Si non, pourquoi finir comme ca ?


  • #911793
    le 26/07/2014 par Mansur
    Drague et rapports de classe

    Au collège, j’avais beaucoup de jalousie envers les gars des milieux populaires du fait de leur réussite avec les filles. Cindy, string dépassant de 10cm dès 11 ans, n’avait d’yeux que pour Dylan, ses nike TN, sa chambre munie de deux télés et d’une play, son scooter mais aussi sa maturité. Qu’est ce qu’il avait l’air fort en plus quand il victimisait Jean-Charles, premier de la classe en maths mais dernier en sport ! En outre, les connaissances de Dylan en matière de moto, de tuning, de rap et de foot forçaient le respect, tandis que son humour inspiré de la téléréalité et de Jamel Debbouze faisait craquer les filles. Hormis celles de "bonnes familles", mais sous l’influence de la masse, on n’avait que faire de ces intellos, ces vieilles meufs qui se sapaient encore "kom dé gamine wésh ptdrrrr" (c-a-d correctement). Bref, seuls les bogoss comme Dylan avaient leurs chances avec les belgoss comme Cindy. Les types qui comme moi s’intéressaient à l’histoire et autres "truk bizar de psykopatt" pouvaient crever la bouche ouverte ! Même lorsqu’on se forçait à écouter Skyrock tous les soirs pour être plus stylé, voire qu’on faisait exprès d’avoir des sales notes pour faire comme les bogoss. Dans mon cas il est vrai, mes origines arabes, ma gueule de portos et mon mètre 80 rendaient les choses moins difficiles. En revanche, un vrai calvaire pour les petits 100% blancos, traités de "sales bourges" - insulte suprême - y compris par Brandon le Yéniche et Kévin le Ch’ti, aux physiques pourtant tout à fait germaniques !
    Terrible jalousie et frustration donc.
    Dix ans plus tard, Cindy, 40kilos de plus, passe sa vie entre son boulot abrutissant, le macdo et la télé. Dylan, en attendant de trouver une formation, traîne dans le parc municipal avec les vieux marginaux du coin. Il n’intéresse plus aucune fille et fume du shit en se rappelant le bon vieux temps où il "mettait la misère" aux bouffons, aux profs ou à la CPE. Un peu comme "Black M" dans son tube Mme Pavoshko. Jean-Charles lui mène des études prestigieuses et enchaîne les conquêtes parmi les belles étudiantes. Parfois il passe à côté du parc où glande Dylan, dont il a oublié jusqu’à l’existence. Tragique. Quant à moi, quels regrets en voyant la bombe qu’est devenue la "bouffonne d’intello" qui était amoureuse de moi au collège !
    Bref, comme quoi les rapports en sociologie et séduction sont toujours tragiques. Un excellent thème pour une fiction.

     

    • #912543
      le 26/07/2014 par anonyme
      Drague et rapports de classe

      Au collège, j’avais beaucoup de jalousie envers les gars des milieux populaires du fait de leur réussite avec les filles. Cindy, string dépassant de 10cm dès 11 ans, n’avait d’yeux que pour Dylan, ses nike TN, sa chambre munie de deux télés et d’une play, son scooter



      ça n’a absolument rien à voir avec le milieu populaire ça ...c’est plutôt le milieu famille moyenne qui habite dans un pavillon.Je connais aucun mec du prolétariat qui avait un scout au collège,Je me rappel même que t’avais plus de chance d’avoir une copine en ayant un scooter,pas un seul type qui avait un scooter n’ait pas de copine( même les plus moche en avaient)


    • #915782
      le 29/07/2014 par antoun
      Drague et rapports de classe

      moi au college j,etait au college dans les annees 70 ce que tu decrit est assez exacte j,etais l,un des seules prolos d,un college compose d,enfants issues des classes moyennes inferieurs avec quelques magrebhins d,origines kabiles quelques mecs de cites ou de corons j,etais un cas unique au college car j,etais un melange des genres decrit plus plus haut premier dans certaines matieres dernier dans les autres surtout l,anglais ! question de principe et deja menbre du parti des forces nouvelles puis du fn en 78 j,etais un intello meprises des autres un gars de cites qui ne s,entendais qu,avec les magrebhins de mon college et avec le fils du dirigeant du fn de ma ville a l,epoque et sortir le couteau a cran d,arret quand il le fallait ! donc on arrivez pas a me cassez on me prenez pour un un dingue !


    • #918885
      le 31/07/2014 par kasiar
      Drague et rapports de classe

      Tu oublie un truc Mansur, c’est que désormais le scooter n’est plus à la portée des jeunes kékés. Les filles aussi s’y sont mise depuis belle lurette. D’ailleurs il n’est pas rare en région parisienne de voir des lolitas se faire des virées en scoot entre copines. A Paris le scooter c’est 50/50 quasiment et les lycéennes aussi font du scooter sur Paris. Donc tous ceux qui me diront que le scooter est un argument pour per-cho ben désolé mais pour le coup il est caduque ou plutôt pas adapté à la réalité actuelle. C’est peut-être moins vrai pour la moto, le tuning, le foot ; mais là encore si vous voulez je peux prendre des photos des motardes que je croise quand je chope la A6 en direction de Paris ou au retour (et je les compte de moins en moins sur les doigts de la main), vous montrer qu’il y a aussi des femmes qui s’intéressent au tuning, peut être pas trop à la mécanique et encore.Concernant le rap pour ne citer que Rihanna ou Beyoncé sans parler de Kenny Arkana ou Diam’s, ben là encore les garçons sont loin d’avoir le monopole dans ce milieu.
      Les deux-roues à l’instar de l’automobile à ses débuts étaient peut-être comme tu le décris dans ta jeunesse Mansur, mais sont eux aussi adoptés de plus en plus par les femmes actuellement.
      J’oubliais, Jean-Charles peut très bien se payer une GSX-R 750 à 7000 euros grâce à la patience qu’il a eu à l’école là où Dylan en serait réduit à la voler à un blanc du coin.
      Concernant Dylan et Jean-Charles , rien n’empêche ces deux individus de fusionner comme Sangoku et Végéta (oui c’est métaphorique^^) en gardant les meilleurs aspects évidemment. Plus sérieusement, j’ai du mal avec la doxa qui veut qu’un mec qui fait des études soit un "bouffon" ou une "fiotte". Il y a quoi de féminin à avoir d’excellents résultats scolaires ? Les plus grands génies n’étaient ils pas majoritairement masculins ?
      Car oui moi aussi j’étais obligé de rater volontairement mon baccalauréat à cause de cette mentalité, et moi j’étais le seul Maghrébin de la classe :/
      Je comprends pourquoi les filles réussissent mieux que les garçons, à force ne nous inculquer des préjugés, mais puisqu’on vous dit que Najat veille à éduquer les garçons et les filles de la même façon :D


  • #911796
    le 26/07/2014 par Tommy
    Drague et rapports de classe

    Le sujet traité par soral est très intéressant et bien amené par contre la réalisation et la mise en scène sont nase de chez nase. Comme quoi on peut pas être bon en tout et dans la réflexion et dans l’art.

     

    • #912519
      le 26/07/2014 par Gabin
      Drague et rapports de classe

      Pour un premier film tu pourrais être plus indulgent. Quant on regarde des films comme "Charlie et ses deux nenettes", "Comme la lune" (une influence par ailleurs revendiqué par Soral), la mise en scène n’est pas des plus originale non plus. Aujourd’hui on croule sous une avalanche de films à la mise en scène soignée et où le fond est inexistant. De part la richesse des différents thèmes abordés "Confession d’un dragueur" supporte largement les rediffusions.


  • #911830
    le 26/07/2014 par anonyme
    Drague et rapports de classe

    c’est dingue quand même ,j’ai beau faire des recherche je trouve rien sur ce laurent le kabyle,son style de drague,son physique,etc......
    Alain peux t il nous en dire un peu plus sur ce gars ??(J’ai vu le film confession d’un dragueur )

     

  • #911914
    le 26/07/2014 par Vaslet
    Drague et rapports de classe

    Je ne drague qu’à titre préventif .


  • #911919
    le 26/07/2014 par dawadji
    Drague et rapports de classe

    J’ai vu le film plusieurs fois, un film comique et instructif, un des meilleurs films que j’ai vu.
    pour les deux personnages on pouvait pas mieux choisir que Said et Thomas. j’ai du mal à voir d’autre acteurs jouer ce rôle aussi bien qu’eux. Je ne sais pas si Soral les a choisit par hasard (faute de mieux) ou parce qu’il a bien étudié la question, en tout cas c’est un choix de génie.
    Ce qui est paradoxal c’est que la même période ou Soral a écrit "Jusqu’où va-t-on descendre" ou il dénonce les "zy va" et où tout le monde le taxe de raciste, il donne le rôle principale à Said Tagmaoui, et quel rôle, un personnage intelligent, qui s’exprime parfaitement etc... rien avoir avec les autres films français , du moins avant 2010 et mis à part "taxi", où quand un arabe a le rôle principale c’est pour jouer un un personnage dangereux ou minable (la haine, 100% arabica etc..).

    Même si je ne suis pas tout le temps d’accord avec Soral, je pense que la France est entrain de gâcher une chance d’exploiter le génie de Soral, comme elle l’a fait pour Dr Gernez.
    mais comme l’a dit hier JMLP dnas sa dernière video hebdomadaire de la saison, la France est un pays décadent. En effet ces 20 dernière année ils sont entrain de détruire petit à petit (de plus en plus à grand pas) tout ce qui a fait la supériorité de la France par rapport aux autres pays.


  • #911941
    le 26/07/2014 par Mik Ezdanitoff
    Drague et rapports de classe

    La drague est un truc de méditerranéen avant tout,et les dragueurs sont souvent également des branleurs/menteurs/parasites.Au final ils ne servent qu’a déglinguer l’image de l’homme,d’autant que de nombreuses femmes sont inconsciemment attirées par les types les pires,bien souvent également dragueurs.A.S a plusieurs fois revendiqué avoir "une culture de Français du nord",ce film représente une culture du sud.

     

    • #912114
      le 26/07/2014 par Quenellierdub
      Drague et rapports de classe

      Voici le commentaire du type complètement frustré, incapable de sortir de son petit cocon.
      Je cite "Les dragueurs sont souvent des branleurs/menteurs/parasites...Ils ne servent qu’à déglinguer l’image de l’homme"

      Les vrais et bons dragueurs sont souvent des types avec une intelligence sociale, et une capacité d’analyse très fine de la gente féminine bien supérieur aux autres individus . Ce qui amène à tout ça c’est surtout le culot d’aller vers l’inconnu(e), ce que beaucoup de gens n’osent pas ou plus à cause de certains facteurs (féminisme à outrance...entre autre).

      Bien sûr le baratin fait partie du jeu...et d’un jeu bien amené découle une interaction qui fait tout le charme de la drague !

      Et puis c’est quand même vivifiant de partager avec l’autre face à soi en chair et en os !

      Aujourd’hui c’est une bien triste époque : C’est rencontre par internet ce que j’appelle moi la relation artificielle ou la drague du lâche !


    • #912158
      le 26/07/2014 par Mansur
      Drague et rapports de classe

      Soral dit aussi que les Français étaient à la base latins... Et que le fait que la drague n’existe plus dans le pays aujourd’hui est dû à l’américanisation. "Un pays d’anglo-saxons névrosés" (dans Abécédaire de la bêtise ambiante ou Socrate à St Tropez).


    • #912327
      le 26/07/2014 par Bruno
      Drague et rapports de classe

      Mik Ezdanitoff : les dragueurs sont souvent également des branleurs/menteurs/parasites.Au final ils ne servent qu’a déglinguer l’image de l’homme



      C’est la vision du dragueur que veut donner le féminisme ! A les entendre dragueur = harceleur = violeur. Résultat seuls les vrais emmerdeurs vont encore vers les femmes, les autres n’osent plus, ce qui dessert les femmes au final (comme Soral l’a expliqué dans les vidéos sur le féminisme).

      Comme vous dites les femmes se retrouvent à être attirées par les pires mecs... Mais c’est parce que eux sont encore des mecs, tout simplement, les autres sont devenus passifs.


    • #912902
      le 27/07/2014 par D.
      Drague et rapports de classe

      Je ne suis pas d’accord pour affirmer que la "drague" est synonyme de virilité masculine et d’audace. J’irais même jusqu’à dire le contraire : l’homme qui se plie à la drague est tenu dans la sujétion féminine. Soral pose lui-même cette question : "Qu’est qu’un dragueur ?" Réponse : "Un homme qui recherche sa mère." Selon moi, cette culture de "drague" mondaine que tout le monde regrette a en réalité signé les prémisses de la pénétration au cœur de l’univers féministe et a préfiguré l’impéritie sociale moderne incarnée par l’oblitération lente des valeurs chrétiennes et de notre véritable culture des rapports de sexe.

      Car à l’inverse du rapport chrétien et de sa notion de fidélité développée au travers de ses liens sacrés, la "drague mondaine" symbolise comme un retour à l’instinct primitif en réduisant à néant le socle civilisationnel que la transcendance avait cultivé. Le jeu de la séduction reposant sur l’apparence, excluant tout rapport divin, ne peut qu’inciter les gens à endosser le rôle de personnages fictifs, et par conséquent, à s’inscrire dans des rapports tout aussi fictifs, basés sur une quête hédonique, individuels et sans lendemain. Dés lors que le jeu de la séduction s’était engagé, non seulement les femmes étaient seules rédactrices des règles, mais les hommes en étaient les seuls joueurs (jouets ?).


    • #913816
      le 27/07/2014 par Alfredo
      Drague et rapports de classe

      Totalement faux, lisez Ernst Jünger, un homme du nord et vous y apprendrez que le goût de la guerre et le goût de la drague vont souvent de pair. En somme, une bon guerrier fera un bon dragueur et inversement. Quel est le point commun entre le guerrier et le dragueur ? le goût de l’aventure, de l’inconnu et de la mise en danger, une certaine détestation aussi pour l’ennui de la routine et du quotidien.
      Nous avons été à ce point contaminés par le politiquement correct anglo-saxon, que nous n’osons plus adresser la parole à une inconnue dans la rue.


    • #915234
      le 28/07/2014 par Mik Ezdanitoff
      Drague et rapports de classe

      Alfredo
      M’enfin,comparer Jünger avec le personnage interprété par Tagmahoui...on aura tout vu.Un dragueur un bon guerrier ?ceux que j’ai connus étaient des parasites,que je vois plutôt se planquer au fond de la tranchée en attendant la fin de l’assaut.
      De surcroît la drague à la Jünger est celle d’hommes virils,d’action,avec un idéal(et un uniforme,piège à gonzesses),et surtout,d’une autre époque.On est loin de "laurent le Kabyle"dans ses rues parisiennes.

      D.
      Très bonne analyse.


    • #918899
      le 31/07/2014 par kasiar
      Drague et rapports de classe

      @D

      Je rejoins ton analyse au 3/4 camarade. Car le physique de la femme joue justement en partie sur la drague, mais pas totalement. Car la personnalité (féminité, loyauté, intelligence, ), l’altérité, les intérêts et les valeurs tous les deux communs sont tout autant cruciaux dans une relation qui se veut durable.
      En fait c’est la démarche même de la drague qui pose problème. Car en cherchant une femme on joue un jeu un peu trop individualiste. Car quid de la famille des deux individus ? Qu’est-ce qui se passerait si des parents n’étaient pas d’accord avec une relation comme c’est le cas dans un mariage mixte ?
      Pour moi la drague d’un point de vue romantisme c’est assez sympathique, mais quand à se passer la corde au cou, je pense qu’il y a bien plus de facteurs à prendre en compte que le simple grand amour.
      Je crois que "foncer dans l’inconnu" comme certains intervenants le préconisent c’est justement se tirer une balle dans le pied, et le jour où il y a un enfant qui rentre en la ligne de compte, il sera trop tard pour divorcer ou regretter.


    • #919377
      le 01/08/2014 par Dio
      Drague et rapports de classe

      @ Kasiar



      Je crois que "foncer dans l’inconnu" comme certains intervenants le préconisent c’est justement se tirer une balle dans le pied, et le jour où il y a un enfant qui rentre en la ligne de compte, il sera trop tard pour divorcer ou regretter.



      ... (un ange passe) ...

      Mes propos exacts sont :



      L’amour est une destination inconnue qui n’offre absolument aucune garantie malgré toutes les certitudes de départ .



      ça change tout , hein ?
      Je crois comprendre que tu es musulman , donc avec un logiciel nord africain (rien d’offensant) et une vision différente.
      Mais en bon français par exemple , ma phrase signifie que tout est possible : le libre arbitre d’un individu , tu connais ? Cela lui permet de penser et d’agir de façon différent en fonction de ses intérêts.
      Combien de braves maris sont tombés des nues en apprenant que leur femme s’est barrée avec un autre , ou que leur enfant , et bein c’est un autre qui à semer la graine au meme moment , etc...

      Donc vivre et aimer , signifie foncer vers l’inconnu (du présent vers le futur) , car il n’y a aucune garantie que tout se passera comme on le souhaite (ego).

      Amicalement


    • #919414
      le 01/08/2014 par Alfredo
      Drague et rapports de classe

      Jünger était un aristocrate d’autrefois. Il aimait autant la guerre que les femmes et la littérature. Pendant ses deux campagnes en France, il a eu des maitresses françaises, peut-être en raison de son uniforme allemand, sachant que les femmes aiment les vainqueurs et sont attirées par ceux qui exercent le pouvoir.
      Excusez-moi mais votre commentaire a des relents de protestantisme puritain. Mon catholicisme à moi est celui de Boccace, de Rabelais, des Papes de la Renaissance et des Rois de France, qui avaient tous des maîtresses.
      Jünger s’est converti à la religion catholique quelques années avant sa mort, sans doute parce qu’il aimait la France et la latinité.
      J’ajoute pour conclure qu’au Moyen-Âge, on trouvait des dizaines de prostituées à l’intérieur de Notre-Dame-de-Paris. C’était cela la vraie France catholique ! Depuis lors le catholicisme a été très largement rattrapé par le protestantisme.


    • #920109
      le 01/08/2014 par kasiar
      Drague et rapports de classe

      Bien sur camarade il y a bien souvent le cas de figure où les deux individus ne s’aiment pas, ou en tout cas s’aimeront hypocritement. C’est comme celà que ça fonctionnait il y a pas si longtemps que celà en France, même si le système a montré un échec certain. Mais désolé pour ce qui est de semer la graine, je ne crois pas que les femmes jadis voulaient intentionnellement faire un gosse avec un autre, c’est juste qu’à l’époque où la contraception n’existait pas et l’avortement était banni, ben la femme se faisait engrossée par un autre tout en faisant croire à son mari que l’enfant est de lui et non son amant. Dans une société moins permissive à l’adultère ce cas de figure n’arriverait que rarement. D’ailleurs je ne vois pas trop la différence entre une femme qui a un gosse avec son amant ou une autre qui ne possède plus ce problème et qui lui donne le sentiment de plus de légitimité à commettre le grand péché. Car oui à force de tirer la femme vers le bas, cette dernière a fini par intégrer les pires défauts de certains mâles, et n’ont pas plus de remord à tromper leur conjoint que les hommes.
      Pour moi l’amour platonique et le mariage arrangé sans prendre en effet le consentement des futurs mariés conduisent à une impasse et j’en veux pour preuve l’Histoire et la sociologie. A nous de concilier le choix d’un ou d’une partenaire tout en écoutant l’avis de ses proches, et non des petits copains ou des petites copines qui n’ont aucune légitimité pour parler de ce que veut un individu.


  • #911967
    le 26/07/2014 par Clara Imbert
    Drague et rapports de classe

    Excellent article ! Tout est dit avec finesse et intelligence.


  • #912111
    le 26/07/2014 par coyoterevolte
    Drague et rapports de classe

    Vraiment bon film avec pleins d’angles différents.
    Sociologie impitoyable que le film invite à dépasser. Quand on connait les mécanismes froids, on sait reconnaitre la vraie magie de la vie.
    Et puis il y a ce Paname que j’aime, qu’on voit rarement dans les films et qui est mis à l’honneur.


  • #912363
    le 26/07/2014 par Taunteur
    Drague et rapports de classe

    Je ne suis même pas sûr que ce film soit encore d’actualité du fait de la profonde mutation sociétale engendrée par les nouvelles technologies de communication et l’américanisation des esprits.

    La midinette telle qu’illustrée dans ce film conserve encore un certain charme, une certaine dignité, une certaine retenue ou tout du moins une absence de vulgarité évidente, rien à voir avec les actuelles bécassines bobo-hédonistes urbaines biberonnées à Marc Levy dont la vie s’organise entre sorties incessantes, études de com’-journalisme-mode, shopping H&M made in Bangladesh, boulimie de cupcakes, #selfiesduckface, échange frénétique de SMS et papillonnage libertin, le tout dans un dédain de tout ce qui échapperait à leur univers de potiches immatures consuméristes bouffies d’orgueil aux expérimentations vestimentaires plus que déroutantes.
    Rien à voir en effet avec ces petites étudiantes gauchistes blogueuses pro-mariage gay vénérant Simone de Beauvoir qui te "tapent une gueule de top model" dès que tu les abordes (ou qui appellent leur avocat, c’est selon).

    Manichéen ? Non, parisien, lucide, issu de la génération 80 et pouvant témoigner de l’indiscutable dégradation de l’archétype féminin depuis les années 2000.
    Vous cherchez une relation durable ? Quittez les grandes villes ou expatriez-vous dans des pays où le narcissisme n’a pas encore été érigé en valeur suprême.

     

    • #912598
      le 26/07/2014 par Wicked
      Drague et rapports de classe

      Amen.


    • #912746
      le 26/07/2014 par Bruno
      Drague et rapports de classe

      Taunteur : je suis à 100% de votre avis. On me rétorque souvent que je cherche des "excuses" et qu’en faite tout est très simple, à croire qu’on ne vit pas tous sur la même planète...
      Pour s’en convaincre il suffit de discuter avec des femmes d’autres contrées, c’est indéniables, la mentalité n’a rien à voir.

      Autre chose, non seulement le niveau est de plus en plus bas, mais en plus les femmes ont désormais des critères absolument délirants, autant dire que si vous n’êtes pas un Richard Gere beau-gosse-plein-aux-as vos chances sont minces, d’ailleurs même les moches-beaufs-inintéressantes exigent un beau gosse de nos jours. Sans doute la faute à la presse féminine qui leur explique depuis des décennies que Megan Fox et autre Monica Bellucci sont des femmes comme elles, et qu’elles méritent toutes un Brad Pitt (parce qu’elles le valent bien).
      Les agences matrimoniales confirment que les françaises sont les plus difficiles que vous puissiez trouver.

      Et puis bon, même si vous êtes un mari exemplaire, vous n’êtes pas à l’abris du divorce, la pression sociale fait en sorte que celles qui n’ont jamais divorcés ne sont pas considérées comme des femmes "émancipées" (dans la presse féminine il y a des articles qui conseillent de fêter les divorces !)

      Quant aux sites de rencontre, jetez y un oeil pour lire quelques profils au hasard, quasiment tous les profils féminins se ressemblent c’est quelque chose du genre "je suis capricieuse, chiante, avec un mauvais caractère et je cherche un mec sportif, sociable, intelligent, cultivé, avec une bonne situation" quand aux photos on peut en dire la même chose ce ne sont que des "selfies" qui transpirent la prétention, le narcissisme (avec un bon éclairage et quelques retouches pour ne pas faire apparaître les kilos en trop et autres imperfections).


    • #912780
      le 26/07/2014 par Dio
      Drague et rapports de classe

      Je ne suis même pas sûr que ce film soit encore d’actualité du fait de la profonde mutation sociétale engendrée par les nouvelles technologies de communication et l’américanisation des esprits.



      + 1

      Ce film génial correspond pour moi au vécu de Soral , c’est à dire les années 80-90.
      Aujourd’hui , il y a le réseau qui compte qu’on le veuille ou non. Combien de types géniaux se sont vu éconduire parce que les copines ont émis un jugement négatif ?
      La culture narcissique à fait bien des dégâts , et seul les rapports de classes restent immuable : c’est pourquoi un footballeur africain , ou un dealer peuvent lever une bourgeoise , car le facteur clé aujourd’hui est l’argent.

      L’époque des rêves est bel et bien terminée dixit Soral en guise de conclusion : La drague est une perte de temps , rien ne vaut des études sérieuses et un gros salaire .

      PS : avoir une fille n’est pas compliqué ( 1 chance sur 2 : tu lui plais ou pas) , la garder malgré la désapprobation de son cercle social , est un autre challenge (est-ce qu’elle se voit s’afficher avec vous en société ou pas).

      Amicalement


    • #913835
      le 27/07/2014 par Alfredo
      Drague et rapports de classe

      Très bon commentaire. Ce que vous décrivez correspond à la fin de la latinité, de la catholicité, bref de la fantaisie et de la joie de vivre.


    • #916645
      le 29/07/2014 par milmul
      Drague et rapports de classe

      @ Dio




      avoir une fille n’est pas compliqué ( 1 chance sur 2 : tu lui plais ou pas) , la garder malgré la désapprobation de son cercle social , est un autre challenge (est-ce qu’elle se voit s’afficher avec vous en société ou pas).



      Quand une femme moderne croise le chemin d’un homme, celle-ci n’a pas besoin d’aller demander à ses copines ce qu’elles pensent de lui : elle le sait déjà. (si elle ne le sait pas ou qu’elle s’en fout, c’est qu’elle n’est pas moderne)

      Il est complètement impossible de plaire à une femme moderne sans plaire à son "cercle social" (ou alors c’est qu’il s’agit d’une femme qui n’est pas moderne).
      La femme moderne n’a pas assez d’individualité pour être capable de distinguer ses goûts personnels du "bon goût" commun et standardisé dans la société du fric et du paraître.
      Et c’était vrai bien avant l’hystérie fessebouc et la mode des selfies. Les écrivains les plus lucides avaient déjà décrit tous les travers de la femme moderne dès les années 1920. Le narcissisme sur les réseaux sociaux du net, c’est juste l’aboutissement logique et paroxystique d’une société du paraître dans laquelle la femme moderne occupe une position centrale, hégémonique.


    • #918911
      le 31/07/2014 par kasiar
      Drague et rapports de classe

      Résidant en Ile de France je ne peux que plussoyer (merde c’est où les votes ...) ce commentaire. D’ailleurs plus on s’éloigne de Paris, plus on retrouve des nanas plus potables pour ceux qui sont intéressés. Les plus féminines étant à mon goûts les femmes du 77.

      @milmul

      Et paradoxalement j’avais lu un article scientifique prouvant que des femmes en groupe font fuir un homme seul. Les scientifiques avaient je crois fait des tests sur des poissons, je l’ai lu il y a plus d’un an ou deux donc je ne sais pas si j’arriverais à trouver la source.
      Donc les femmes auront toutes une opinion différente sur un individu lambda, et généralement négative étant donné que les femmes en groupe sont bien souvent désagréable. Sans parler de la jalousie qu’elles éprouveraient entre elles.


  • #912793
    le 26/07/2014 par Drago
    Drague et rapports de classe

    Très bel article.

    Le scénario pondu par Soral est incroyablement génial.
    Il y a la magie du conte initiatique, en même temps qu’un tableau réaliste et social.

    Taghmaoui est très bon également, quel dommage que le film soit si laid, mal monté, sans mise en scène, sans musique...

    Avec le temps, cet aspect vieillot lui donne du charme.

    Je connais bien les milieux de la drague de rue à Paris, je peux vous assurer que ce film est encore une référence.

    Je n’aime pas la drague par internet, même si ça marche bien quand on sait y faire, on perd la gratuité, le naturel (et un peu le courage...).
    Tout est toujours récupéré par le système...
    Consommez !

     

    • #913219
      le 27/07/2014 par Leïla
      Drague et rapports de classe

      @Bruno, tu as raison en partie, mais je t’assure que pour certaines femmes, c’est pas facile de trouver un homme normal, les francs-macs dégénérés sont partout, en loges, les déglinguées (surtout les loges des fems) de la conneries manipulent les rencontres, c’est un fait. Je me considère comme une femmes pas chiante et pas trop mal, j’essaie les sites de rencontres, (je contacte, Mila 36 et bien je ne trouve pas ! ), mais franchement il faudrait au moins un site INTERDIT AU FRANC-MAC JE SUIS SUR QUE CELA DEVIENDRAIT COMME PAR HASARD PLUS FACILE ET NATUREL !


  • #913222
    le 27/07/2014 par Nico
    Drague et rapports de classe

    Soral a-il pratiqué la sodomie pendant sa périodes dragues ?

     

  • #913733
    le 27/07/2014 par JoJo
    Drague et rapports de classe

    Vous en pensez quoi de faire sa vie avec une femme qui a 7ans de plus que vous ? Je me pose beaucoup de questions à ce sujet et j’aurais aimer avoir vos avis camarades. Merci d’avance

     

    • #913937
      le 27/07/2014 par Manu
      Drague et rapports de classe

      Du moment qu’elle est pas sioniste, tu peux.


    • #914045
      le 27/07/2014 par Dio
      Drague et rapports de classe

      @ jojo

      Je vais te répondre par une autre question : et si cette femme de 7 ans de plus était ton âme sœur ?
      En gros ne compte pas sur les autres et trouve toi meme les réponses (interroge ton cœur , ton âme , ta raison , ton ange).

      Je vais toutefois essayer de dégrossir tout cela , sans prétention.

      - Dans quel tranche d’age vous situez-vous l’un , l’autre ? (20taine , 30taine , 40taine ?) Cette différence est-elle très visible ?

      il ne faut pas que l’un de vous se sente gêner en marchant main dans la main dans la rue , ou lors d’interactions sociales (rencontre d’amis , repas de famille ,etc...) . A titre d’exemple , j’ai une très bonne amie (une ancienne collègue) de 2 fois mon age (elle parait 10 de moins , à peine ridée...putain de berrichonne !) , sa fille est une bombe ayant mon age , bref on se parle souvent au tel , on se voit régulièrement (resto , expo ,etc..) , bref les gens pensent soit je suis son fils , soit un gigolo. Pourtant nous sommes juste amis pour la vie , et il n’y aura jamais rien d’autre.

      - Es-tu certain de la comprendre ?

      Son horloge biologique étant un peu plus avancée , en règle général si elle est saine d’esprit , elle sait ce qu’elle veut et va à l’essentiel. A t’elle des enfants , ou en souhaite t’elle par exemple ? Cela peut être un dilemme surtout si tu ne connais pas son passé : mariée ? divorcée ? séparée ? cocufiée ? libertaire ? enfant à charge ? crédit maison ? problèmes de santé ? violée ?
      Tout cela rentre en compte , donc sois sur d’avoir creusé dans cette direction pour comprendre madame (bilan technique) , ensuite discute pour savoir si ses choix présents et futurs correspondent aux tiens , sans contraintes (carnet d’entretien).
      Par exemple si elle est engagée dans un crédit immo avec une marge de manœuvre assez limitée , si c’est fini entre vous , elle aura toujours sa maison...et toi ? Si elle ne souhaite plus d’enfants car en ayant déjà ?

      Et puis si tu es sur E&R , qu’en pense t’elle ? Est-elle prête pour une expérience survivaliste ? A voir un spectacle de Dieudo ? A regarder une vidéo du mois et dire "Soral à raison" ? Car toi non plus tu ne pourras revenir en arrière (à moins de vendre ton âme) , donc soyez sur d’avoir de véritables affinités et activités à partager.

      Pour conclure , t’imagines-tu dans 10 ans avec elle ?
      Bonne chance , et sache que si tu l’aimes , fonce. L’amour est une destination inconnue qui n’offre absolument aucune garantie malgré toutes les certitudes de départ .

      Amicalement


    • #918919
      le 31/07/2014 par kasiar
      Drague et rapports de classe

      Tu sais camarade, le prophète Mohammed SWS qui est considéré comme le meilleur des prophète aws par Dieu SWT dans l’Islam, a épousé Khadija RA une dame au statut important et âgée de 15 années de plus que le prophète SWS.
      D’ailleurs il a aussi épousé Aïcha RA qui avait 19 ans et lui 50.
      Faut juste lever ces stupides tabous concernant l’âge.


  • #913932
    le 27/07/2014 par Manu
    Drague et rapports de classe

    Les pays ou la drague fonctionne encore bien, sont en général les pays ou survit une culture de la danse en binôme homme/femme. Cuba, Colombie, Antilles etc... En Europe ce sont les homos qui draguent le plus. D’ailleurs mon cousin est homo et il chope tout les soirs ! Sinon, il faut avoir beaucoup de pognon, 99% des femmes sont sensibles à celà, car elle reste malgré tout, de par la génétique, le sexe faible. Le sexe qui reçoit et qui n’a que le pouvoir de choisir de quel homme elle va recevoir. Autre chose, je n’ai jamais été autant matté par les gonzesses que quand j’étais justement accompagné d’une gonzesse ! Et pis alors, vlà la discrétion ! Comme si entre femmes, l’homme n’était qu’un objet, vitrine de son pouvoir de séduction ! J’avou qu’en ce moment je déprime un peu par rapport aux femmes mais ne vous inquiétez pas resterai hétérosexuel jusqu’à la mort ! Quitte à me tapper une chèvre !

     

  • #914106
    le 27/07/2014 par Dio
    Drague et rapports de classe

    Une idée pour E&R : "les soirées rencontres dissidentes"

    1 fois tous les 3 mois chez un commerçant sympathisant (bar, resto , pub etc) une soirée ou les adhérents célibataires peuvent se retrouver ,discuter , se séduire et pourquoi pas plus si affinités ?
    La participation se fera uniquement par réservation payante comme pour conférences , et les modos feront en sorte qu’il y ai autant de dissidents que de dissidentes.
    Chaque branche régionale s’occupera de ses dissidents.
    La nourriture proviendra d’un traiteur du style des menus d’"Au Bon Sens" et les boissons "Sanguiesterrae" ou d’un producteur du coin du meme acabit si le lieu de rencontre est différent de ceux cité ci dessus.
    Le DJ qui au départ mettra un fond pour les discussions et mettra le volume un peu plus haut pour l’après bouffe , sera un adhérent (si possible).

    Bref , l’habit ne fesant pas le dissident , le but est juste de mettre messieurs et mesdames en présence dans un espace convivial , avec une bonne nourriture digeste (pour se trémousser) de la bonne gnôle , et le tour est joué.

    tout individu ayant réservé et payer en ligne et ne se présentant pas sera définitivement interdit de soirée (manque de virilité) , si jamais sur la route il a un pépin , il passe un coup de fil et la solidarité fera le reste.
    Quand aux femmes soyez belles , souriantes , disponibles , abordables.

    Ceci uniquement pour les adhérents.

    PS : l’idée vient de Leila en fait (#913219) suite à son commentaire. Je ne lui souhaite que du bonheur !

    Amicalement

     

    • #914961
      le 28/07/2014 par Septimus
      Drague et rapports de classe

      Ma foi, ce n’est pas idiot, et puis ça permettrait de faire fructifier et perdurer les idées et valeurs propres à E&R.
      Double avantage donc : moins de solitude et plus de bon sens.


    • #915780
      le 29/07/2014 par Leïla
      Drague et rapports de classe

      MERCI @DIO , d’avoir dit que cela venait de moi, (j’en ai pleuré de joie !) oui en effet j’annonce souvent des petites choses comme ça, mais cela passe toujours inaperçue ! En plus, quand j’ai mis mon pseudo, je me suis dit : tu vas te faire mal voir, où te faire insulter par certains. Ouf ! Donc, moi c’est Mila36.


    • #916030
      le 29/07/2014 par Océania
      Drague et rapports de classe

      “quand j’ai mis mon pseudo, je me suis dit : tu vas te faire mal voir, où te faire insulter par certains.”

      C’est pourtant un joli pseudo, adéquat pour quelqu’un se prénommant Mila.
      36 c’est le nom de famille ??
      Aller, bon courage pour la suite, toujours agréable de lire vos étonnantes remarques sur ce site.
      A+


    • #918920
      le 31/07/2014 par riama
      Drague et rapports de classe

      Vous êtes sérieux avec vos histoires de rencontres organisées par ER ? Consternant...


    • #919420
      le 01/08/2014 par Dio
      Drague et rapports de classe

      @ riama



      Vous êtes sérieux avec vos histoires de rencontres organisées par ER ? Consternant...



      Traditionnellement le bal du village servait à quoi ? Renforcer le lien social et caser les jeunes.

      Les conférences ont leurs fonctions , les manifestations aussi , donc des soirées conviviales ou des dissidents se rencontrent et s’éclatent dans un bon esprit sont aussi nécessaires. Le but est d’abord de connaitre l’autre , découvrir s’il y a des affinités et pourquoi pas une phase de séduction soft (échange de coordonnées). Je n"ai jamais imaginé un truc du style "choper la gonzesse à tout prix" , ou libertaire : une soirée E&R signifie que tu cherches du sérieux (à l’image de l’association) en terme de camarades et gente féminine.

      En outre mieux vaut pour un dissident une dissidente , qu’une femme toujours dans la matrice. Car des couples mixtes ou madame (ou monsieur) aime son chéri , mais ne compte pas abandonner le confort du système et joue sur les 2 tableaux... deviendront une énorme dépense d’énergie psychique.

      Amicalement


  • #914740
    le 28/07/2014 par Kurt Tucholsky
    Drague et rapports de classe

    https://www.youtube.com/watch?v=jqn...

    Espaces verts, toboggans,...

    Ce faux film temporise l’Histoire.
    Mais n’est pas loin de la vérité.

     

    • #916929
      le 30/07/2014 par Leïla
      Drague et rapports de classe

      Merci Océania !, 36 c’est juste que j’aime bien le département de l’Indre et que cela "sonnait" bien.


  • #915384
    le 28/07/2014 par Thibaut dit Tibe
    Drague et rapports de classe

    Sociologie du dragueur est le livre qui m’a fait connaitre Alain Soral, en 1999... Je travaillais à la poste de Paris XI et dans un tiroir de la messagerie, je tombais sur ce titre qui piqua ma curiosité. Après l’avoir lu et relu, cet ouvrage devint une véritable référence pour moi. J’ai alors découvert les autres oeuvres d’Alain et ne fût jamais déçu. J’avais cru cerné le bonhomme avec Sociologie, et je dois avouer que jamais, que ce soit dans ses interventions télé, radio, ou plus tard avec ER, il ne m’a déçu. Le père Soral, c’est du solide, du concret, de l’authentique... Je suis heureux de voir que tant de gens le suivent maintenant, après la diabolisation qu’il a subi par les ordures du show-business et les journalistes.


  • #915759
    le 29/07/2014 par Djé
    Drague et rapports de classe

    Brève de trottoir

    Si faire l’amour à une femme intelligente est un plaisir de pédéraste, alors en toute logique, enculer une conne est un plaisir d’homophobe.

    Mais la sodomie est un acte de pédéraste...
    Et vu qu’une féministe veut les mêmes droits que les hommes alors qu’une femme intelligente y renonce, cela veut dire que les féministes sont plus viriles que les femmes intelligentes...

    Donc faire l’amour à une femme intelligente est un plaisir d’homophobe et enculer une féministe est un plaisir de pédéraste.

    Moralité : Mieux vaut aller aux putes, c’est plus simple.

     

    • #918670
      le 31/07/2014 par Djé
      Drague et rapports de classe

      Merde, merde, merde...

      Aller aux putes n’est pas plus simple.
      Lana Del Rey est un homme...
      Et si en fait, les lesbiennes qui veulent la Gestation Pour Autrui étaient des hommes devenus "femmes" ?

      L’essentiel est invisible pour les yeux et ne se voit qu’avec le coeur.
      Ça n’a jamais était aussi vrai qu’aujourd’hui...

      Y voir clair et avoir du fric plein les poches, le reste c’est du mou, disait Céline.
      Y voir clair surtout ! Car qu’avec du fric plein les poches, le charme d’un jolie minois et la douce poitrine généreuse d’une prostitué peut vite t’amener à te retrouver avec du dur dans l’cul si ta lucidité s’égare...

      Moralité : Gare au gorille opéré !


    • #921275
      le 02/08/2014 par Leïla
      Drague et rapports de classe

      Et la tendresse ? Vous en faites quoi ?. @Djé,Visiblement vous êtes comme moi, vous n’avez rencontrez que des franc-maçonnes, moi des franc-maçons. @Riama, pourquoi est-ce mal de faire des rencontres, vous n’en n’avez jamais faites vous ? Moi personnellement j’en ai marre de rencontrer des franc-maçons, ces gens sont dingues et malintentionnés, et malheureusement, ces bébêtes là grouillent de partout. Je fais comment pour rencontrer des hommes "normaux" ? Je ne suis pas une perverse, mais une femme normale qui aimerait avoir une vie normale. C’est fou de devoir expliquer une chose aussi naturelle.


  • Afficher les commentaires suivants