Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Emily in Paris : l’instagrameuse est le futur de l’homme (selon Netflix)

Stéphane Édouard a regardé les cinq premiers épisodes d’Emily in Paris, la nouvelle série Netflix réalisée par Darren Star, le producteur (juif et homosexuel) de Sex and the City...

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Petit rappel Netflix a été crée par la famille de Freud & Barnays ! Ils conditionnent la jeunesse au monde de demain avec des séries MK ultra.

     

  • Des petites vaniteuses qui veulent leurs misérables 15 minutes de gloire , pour ensuite voir leurs ambitions mégalomaniaques s’envoler comme un pet de lapin dans le vent ...

    C’est pathétique de vénalité ...

     

    • Ou s’envoler à Dubaï pour y faire ce que l’on sait.


    • C’est exactement ça ! Et il n’y a pas besoin d’aller sur Instagram ! Déjà sur facebook, il y a pléthore de petites PÉTEUSES qui se pavanent sur leurs photos de vacances, en faisant croire au couple ou à la vie idéale !
      Un indice... ce sont souvent ces mêmes péteuses qui divorcent ou se barrent quelques temps après alors que tout le monde "choqué" ne "comprend pas" ! "Ils avaient l’air si bien ensemble, de s’éclater !"
      Ceux qui en montrent le plus ont souvent la vie intime la plus désastreuse qui soit, alors que ceux qui ont un profil vide, voire même (de plus en plus rare mais ça existe encore) ceux qui n’ont pas de compte facebook, ont des vies biens plus trépidantes et riches de plein de choses intimes, professionnelles, diverses et variées.


    • " Falbala "

      J’ai une copine qui m’avait dit que c’est les " couples " qui s’affichent le plus , main dans la main et se bécottent fièrement en public , qui durent le moins longtemps !!!


  • Quelle perte de temps..


  • #2604908

    A 1000 lieues de ces séries (jamais vues), j’ai trouvé l’analyse parfaite. Une autre France en perspective, mais déjà là finalement. Un hôtel, des services... Oserais-je signaler un bémol ? La conclusion de Monsieur Edouard, finalement, est très publicitaire. Presque envie de regarder pour certains ? Des coups à se retrouver piégés comme devant les Simpsons ? (Mes fils).


  • Les teenagers et autres pétasses modernes de la sous-culture mondialiste adorent ce genre de séries (qu’elles obligent leur mec du moment à regarder) :
    - ça les amuse,
    - elles s’y reconnaissent comme dans un miroir,
    - ça leur permet de se "conforter" dans leur choix de consommation, leur "life-style" qu’elles croient avoir décidé...


  • On notera que les mecs sont blancs.


  • L’instagrameuse est surtout le futur du micheton cosmopolite fortuné qui se paie une salope comme le prolo se paie une nouvelle paire de chaussures de sécurité car les vieilles commencent à être usées.
    C’est aussi l’avenir des maquereaux 2_0 de Big Tech car même en temps de crise y a toujours moyen de faire un p’tit billet en racolant le chaland avec son petit cul...
    Elle ne mérite même pas qu’on la traite de pute,les putes ont une certaine utilité sociale et au moins la franchise d’avouer qu’elle vende leur cul pour du pognon.
    Que les Dieux fassent que cette courtisane narcissique chope à la fois la chtouille et la vérole...


  • autrefois les gens fantasmaient une vie après la mort merveilleuse qu’ils ne connaitraient jamais. Aujourd’hui ils fantasment une vie avant la mort merveilleuse qu’ils ne connaitront pas d’avantage


  • J’espère que Paris ne ressemblera jamais à ça. Que ça reste un trou à merde insécurisant, sale et peu joyeux.

    Faut le dire, le français moyen s’est fait foutre à la porte de sa capitale. Cette ville pompe les impôts de tout le pays et agit finalement comme le fait Bruxelles avec la France.

    Il est temps de demander à ce que tous les lieux de pouvoir soient déplacés en province et que Paris se demerde à vivre avec des Emily !


  • #2605102

    7 euros le kilo de noix à monoprix

    mon père, il ramenait ça gratos
    des seaux entiers
    plein de noix

    ’tain, les bobos, ils ont rien d’autre à foutre


  • Aller voir la chaîne de Killian sensei il balance sur le féminisme et les hommes qui tombe dans le piège que tend cette société c’est énorme.


  • Le monde parisien d’Emily, c’est le monde post-covid tel qu’envisagé par Schwab.
    Débarrassé de ses Parisiens ; des gens qui bossent, cachés sous terre et dans les arrière-cuisines (ceux-ci sont nécessaires et même essentiels à la survie gastronomique d’Emily, et il faut bien les tolérer ; aucun robot ne peut les remplacer.
    Ils n’ont pas droit à la rue, réservée à Emily. On ne les y voit qu’aux heures matinales et de 5 à sept, brièvement, avant qu’ils ne s’engouffrent dans les rames de métro vers des banlieues. On leur pardonne d’exister en tant que personnel servile, quasiment agenouillé, moins beau et moins intelligent que la faune autorisée à fréquenter de près Emily.
    Le jeune Parisien blanc, pourtant beau et propret, réduit à gagner sa croûte comme agent immobilier (métier incertain, aux revenus capricieux plutôt faibles), ne vaut pas un complet étranger de la bande.
    Paris des beaux quartiers, sans aucune diversité : du tertiaire, et rien d’autre, capturé par ces bobos inutiles qui ont pris la rue pour en faire un défilé de modeou ils s’auto-admirent.
    Une personne qui vous embrasse au bout de cinq minutes de conversation sur un banc public, tout le monde à Paris s’en méfie instinctivement : que cherche-t-elle ?
    Quant au "hug", ce n’est pas du tout une coutume américaine (contrairement au handshake) mais orientale, imposée par les séries télé et les façons publiques d’imposteurs politiques, détestable.
    voilà


  • Le problème, c’est que de plus en plus de femmes sont des "Emily in Paris". Elles ont toutes le même profil : même age, même mode de vie matérialiste, vénales, impatientes et dont leur vie et leurs pensées est diffusé sur les réseaux sociaux instantanément. Quelle déchéance !


  • Pornographie mental répulsif à l’amour.


  • A voir absolument sur la vanité des êtres : Devil’s Associate / L’associé du diable avec un très grand Al Pacino et Keenu Reeves, un très grand film !


  • La vidéo de s.edouard est excellente. Emily in Paris c’est sex in the city mais de l’autre côté de l’atlantique... Allez voir la chaîne de A.S redpill sur YouTube, il explique le masculinisme ainsi que l’hypergamie féminine et bien plus...


Commentaires suivants