Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

En finir avec la repentance – Conférence de Jacob Cohen à Nantes

E&R Pays de la Loire a reçu Jacob Cohen à Nantes le 25 février 2017 pour une conférence intitulée « En finir avec la repentance ».

 

La conférence :

 

Les questions du public :

 

Pour suivre les prochains événements à Nantes et alentour,
abonnez-vous à la page Facebook d’E&R Nantes :

Retrouvez Jacob Cohen chez Kontre Kulture :

Comprendre l’arnaque de la repentance avec Kontre Kulture :

 

Jacob Cohen sur E&R :

 

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 






Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1723837

    Cher Jacob Cohen, que vos remarques sonnent justes, contrairement à tout ce qui nous entoure majoritairement ! J’ai quand même la désagréable impression que nous sommes trop peu à y voir clair !

     

    Répondre à ce message

  • Bonsoir,

    J’ai une question pour vous Mr Cohen : Que pensez-vous de l’option Samson ? Pour vous, est-ce crédible ou du bidon ? Cela pourrait-il être un moyen de pression pour accentuer la repentance ?

    Cordialement

     

    Répondre à ce message

  • #1723919

    Jacob Cohen est très optimiste, et je l’envie presque, car tout est tellement muselé que je ne vois aucune lueur à l’horizon. Au sujet du niveau des professeurs de droit d’université, travaillant dans le milieu je suis consternée par leur niveau d’inculture, de verrouillage des idées. Et n’est pas Alain Soral qui veut, on a tous peur d’être viré, dénoncé, d’avoir à faire avec les autorités. Franchement je vais dire ce que j’ai entendu au niveau des votations : que Dieu nous vienne en aide, seul Lui le peut dorénavant !

     

    Répondre à ce message

    • @Giustizia,



      Franchement je vais dire ce que j’ai entendu au niveau des votations : que Dieu nous vienne en aide, seul Lui le peut dorénavant !



      Dieu ne peut nous venir en aide puisque ce que des Hommes ont fait d’autres peuvent le défaire.
      Nous ne nous battons pas contre un phénomène surnaturel mais simplement contre un ennemi mieux organisé et sournois.
      C’est ça qui me fait dire qu’on perd notre temps à attendre le secours de Dieu alors que nous ne faisons pas le boulot.

      En face ils jouent une partition vieille comme le monde, le "diviser pour mieux régner". Et nous comme des abrutis on tombe dans le panneau à se vomir dessus à longueur de temps : "T’es de souche..." "T’es musulman...". Et notre intérêt commun on le foule au pied.

      Attendons donc un secours de Dieu qui n’arrivera pas puisque nous sommes incapables de nous organiser efficacement.
      Dans 30 ans peut-être....

       
    • #1729147

      Ne rien attendre est l’assurance d’être exhaussé. On gagne à coup sûr.

       
  • L’accord Blum-Byrnes est un accord franco-américain, signé le 28 mai 1946 par le secrétaire d’État des États-Unis James F. Byrnes et les représentants du gouvernement français, Léon Blum et Jean Monnet, après de longues négociations. Il liquide une partie de la dette française envers les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale (deux milliards de dollars).

    L’administration Truman offre même un nouveau prêt à la France à des conditions de remboursement considérées comme exceptionnelles. Les États-Unis accordent ainsi une aide de 300 millions de dollars américain (3,5 milliards de dollars valeur 2012) remboursables en 35 ans ainsi qu’un prêt bancaire de 650 millions de dollars (7,6 milliards de dollars valeurs 2012).

    Une des contreparties de l’accord est la fin du régime d’interdiction des films américains, imposé en 1939 et resté en place après la Libération. Byrnes voudrait un retour aux accords de 1933, qui prévoyaient un quota fixe de films américains par an projetés dans les salles françaises. De son côté, le secteur du cinéma français demande que sept semaines sur treize soient réservées uniquement à la diffusion de films français. Le compromis final est d’une part un abandon du quota de films américains et d’autre part une exclusivité accordée aux films français quatre semaines sur treize, ce qui correspond à une diminution de moitié de la diffusion de films français par rapport aux années 1941-1942.

    Pour le Parti communiste et les syndicats du secteur cinématographique français, il s’agit d’un moyen pour les États-unis de diffuser l’American way of life (le mode de vie américain) à une population pouvant être tentée par le socialisme et de favoriser l’industrie cinématographique hollywoodienne. En réaction, les autorités françaises créent le 25 octobre 1946 le CNC (Centre national de la cinématographie) avec pour mission de protéger la création cinématographique française.

     

    Répondre à ce message

  • #1723981

    Du grand Cohen : du rectificatif, de la dérision... et de l’espoir.

    Un grand monsieur.

     

    Répondre à ce message

  • Quel plaisir de retrouver Jacob Cohen toujours lumineux dans ses exposés sans jamais trace d ’aucune morgue professorale ou autre . En plus d ’un savant , un honnête homme et un homme de bien , chose si rare .

     

    Répondre à ce message

  • Le Français n’a aucune fierté ,parce qu’on le rabaisse en permanence .On lui fait bouffer de la Shoah matin midi et soir, pour lui ratatiner le cerveau et on lui explique en plus que c’est un criminel ,un colonisateur . Le Français est un gros bourrin ,manipulable à souhait .Sa patrie ,il s’en tape .Tu lui donnes un I phone ,une bagnole à crédit ,un Mac do , il est content .

     

    Répondre à ce message

  • #1724401

    Merci Jacob Cohen pour cette conférence passionnante , en effet , ne pas confondre le devoir de vérité , qui est indispensable pour engager une relation apaisée (que ce soit entre individus , entre états etc) et le devoir de mémoire ou repentance qui n’est le plus souvent qu’un moyen de pression ou de racket plus ou moins dissimulé.

     

    Répondre à ce message

  • #1725430

    et pourquoi donc la France est-elle allée en Algérie ?

    une des raisons serait la trop grande agressivités des pirates barbaresques, de l’enlèvement régulier de femmes, d’enfants et d’hommes occidentaux pour êtres vendus dans tout le Maghreb et la Turquie ... donc on ne va pas trop pleurer non plus.

     

    Répondre à ce message

  • La citation de Céline évoquée par Jacob en début de conférence est extraite d’un long entretien avec le journal l’Express durant l’année 1957. A cette époque là l’auteur qui revenait de captivité au Danemark se savait encore menacé de mort, et donnait parfois des gages de bienpensance.
    Il est curieux, de la part de Jacob, d’avoir choisi cette citation. Car la plupart des réfléxions de Céline à propos de la race blanche accéditent plutôt la thèse d’une persécution de la race blanche à cause de ses qualités non sues par elle-même, qui lui valent jalousie, parasitisme, métissage industriel, déclenchements de guerre etc... En tout cas c’est la thèse de Céline, étayée dans plusieurs livres et éléments de correspondance privée. Toute ressemblance avec des faits réels serait une coïncidence purement fortuite.

     

    Répondre à ce message