Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Enquêtes sur Hillary Clinton et sur la Russie : l’ex-juriste anti-Trump du FBI refuse de témoigner

Les textos échangés par Lisa Page avec son amant, lui aussi au FBI, ont fait naître des accusations de biais anti-Trump au sein de l’agence.

 

Lisa Page a-t-elle quelque chose à cacher ? L’ex-juriste du FBI, au centre d’un scandale aux États-Unis, a refusé de témoigner devant une commission parlementaire de la Chambre des représentants, qui devait l’entendre mercredi. Des milliers de textos, échangés avec son ex-amant Peter Strzok, lui aussi agent du FBI, témoignent non seulement de leur relation extra-conjugale mais aussi de leur dégoût de Donald Trump, alors candidat républicain. La preuve d’un parti-pris pour son camp.

 

JPEG - 128.8 ko
Peter, Lisa et leur mentor

 

Tous deux ont en effet participé à deux des enquêtes les plus importantes de ces dernières années : celle sur l’utilisation d’un serveur privé de messagerie par Hillary Clinton, et celle sur une éventuelle collusion entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie. Les Républicains se sont saisis de l’affaire pour discréditer la police fédérale et l’enquête du procureur spécial Robert Mueller, qui empoisonne le mandat du magnat de l’immobilier.

 

« On va l’en empêcher »

L’intéressé, qui se trouve en Europe pour le sommet de l’Otan, n’a d’ailleurs pas manqué de réagir à l’absence de Lisa Page devant la commission de la Justice et la commission d’enquête. « Lisa Page n’a pas répondu à l’injonction de la Chambre des représentants de témoigner devant le Congrès ! Wow, mais qui est vraiment surpris ! », a tweeté mercredi Donald Trump en fin de journée.

 

« Elle a travaillé, aux côtés de son amant, l’Agent du FBI Peter Strzok, sur la Chasse aux Sorcières Truquée, peut-être l’affaire la plus partiale et corrompue DE L’HISTOIRE ! »

Des accusations basées sur les textos les plus sensibles parmi ceux échangés par les deux agents entre 2015 et 2017. En août 2016, tard le soir, Lisa Page a ainsi écrit à son amant : « Il ne va pas être président, hein ? Hein ? », ce à quoi Peter Strzok a répondu : « Non. Non. On va l’en empêcher ».

Lire l’article entier sur lexpress.fr

Trump contre à l’Empire,
à lire chez Kontre Kulture :

 

Trump trahi par le FBI, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • En août 2016, tard le soir,

    Lisa Page a ainsi écrit à son amant : « Il ne va pas être président, hein ? Hein ? »,

    ce à quoi Peter Strzok a répondu : « Non. Non. On va l’en empêcher ».

    Si ce n’est pas un complot, ça y ressemble, hein Rudy !!!


  • Parlant de l’OTAN le freluquet vient d’utiliser l’expression "l’invasion de la Crimée" alors que c’est par referendum qu’elle s’est rattachée à la Russie . N’en doutons pas : le freluquet est Sioniste à 100% .

     

  • Si on regarde d’un œil objectif :
    - c’est un échange de sms entre les deux "Tourtereaux du FBI", comme ils s’en échangaient des dizaines par jour
    - le"hein, hein" de la tourterelle Lisa page signifie "rassures moi, dis moi que ce n’est pas vrai, que cela ne va pas arriver"
    - qu’est-ce que le tourtereau aurait bien pu faire d’autre que de répondre à sa chérie en brodant sur le thème "Ne t’inquiètes pas chérie, je suis capable d’arrêter le tsunami avec mes petits bras"

    Bref, cette "preuve" du complot du FBI est extrêmement légère. Les médias anti-Trump en parlent facilement ; car s’il semble ainsi que c’est la plus terrible des preuves recueillies contre le FBI, alors le FBI paraitra avoir été quasiment innocent.

    Or, il existe des faits beaucoup plus troublants. En résumé :
    - Quelques mois avant l’élection, Antony Wiener, époux de la principale assistante d’Hillary Clinton, se fait attraper "par hasard", pour la seconde fois, dans une embrouille avec une mineure,
    - sur son ordi, sont "retrouvés" des dizaines de milliers d’émail qui avaient "disparus" du serveur de mail privé d’Hillary Clinton,
    - la suite est plus floue, mais les évolutions de la langue de bois du FBI à cette époque laissent deviner que le FBI subissait des forces, internes et externes, qui s’opposaient en voulant respectivement exploiter ou étouffer l’affaire. C’est dans ces circonstances que le directeur du FBI, James Comey, avait annoncé la réouverture de l’enquête sur Clinton, peu avant l’élection, pour la reclôturer presque instantanément.

    Le tourtereau Strzok n’était pas apriori dans la boucle de décision d’un complot anti-Trump du FBI, mais il a surement été témoin de pas mal de choses. Il refuse de témoigner pour une raison très sage : s’il met un doigt dans la machine, elle le broiera totalement ; une erreur mineure dans son témoignage lui vaudra des accusations de parjure ; car autour et à l’intérieur du FBI, ni les pro, ni les anti-Clintons n’ayant les fesses propres, ils vont s’autoriser tous les moyens de chantage, afin de prendre le contrôle de ce témoin.


  • #2003679
    le 12/07/2018 par Le petit président des États-Unis.
    Enquêtes sur Hillary Clinton et sur la Russie : l’ex-juriste anti-Trump du (...)

    Deux membres de la CIA ont cru qu’ils pouvaient décider de qui pourrait être président des États-Unis, et de qui ne pourrait pas l’être.

    Ont-ils tant que ça sur-estimé leurs capacités ?
    Monde pourri.


  • C’est pas possible, ça doit être des cousins de Valls.