Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Entretien avec Dominique Baettig sur l’affaire Dieudonné

Propos recueillis pour E&R par Alimuddin Usmani le 23 janvier 2014

Dieudonné reçoit quelques soutiens de l’étranger, dont celui du politicien suisse de l’UDC, Dominique Baettig. Il a souhaité réagir, en exclusivité pour Égalité & Réconciliation, à l’acharnement du pouvoir à l’encontre de l’humoriste.

 

Dominique Baettig, quelle a été votre réaction lorsque le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a décidé de tout mettre en œuvre pour interdire le spectacle Le Mur de Dieudonné ?

Je suis consterné par cette ingérence massive, disproportionnée et totalitaire de l’État socialiste (gauche sociétale et droit-de-l’hommisme permettent d’imposer à la majorité et au bon sens le droit d’un individu, d’une minorité, au nom de l’abstraction de la « dignité » ou de la « discrimination ») contre un humoriste qui fait, avec un talent reconnu, son travail libertaire de désacralisation du Pouvoir quel qu’il soit. L’humour est un signe de santé mentale et sociale. Il s’appuie sur la transgression des normes imposées (toutes !) et l’aspect libérateur de la parole, de la pensée exprimée contre la force de la censure et du Surmoi social sont les principes de base de la psychanalyse.

Je suis aussi interpellé par la double morale du système politico-médiatique, qui tolère la transgression et la profanation d’autres croyances ou religions. On peut manifester seins nus dans une église catholique ou orthodoxe, caricaturer le pape en pédophile, représenter la crucifixion du Christ de manière obscène, caricaturer le prophète Mahomet au nom de la liberté d’expression, de la laïcité, mais on ne peut pas critiquer certaines autres croyances ou pratiques qui sont sanctuarisées. Deux poids, deux mesures.

En fait, l’opinion découvre brutalement que la censure existe toujours, qu’il y a des contrôles des idées et paroles sur le Net, une police paranoïaque de la pensée qui sonde vos propos, vos arrières-pensées, vos intentions. L’autocensure est la Règle absolue et gare à l’Africain insolent qui oserait l’oublier et faire rire de cette dictature féroce. En fait, il s’agit de procès de sorcellerie avec des délits non-définis (qu’est-ce que le racisme, l’antisémitisme ?) dont il faut se défendre sans pouvoir jamais en donner la preuve. Le pire, comme pour les pratiques de sorcellerie, est qu’avoir été une fois, même sans confirmation, accusé de commerce avec le Malin vous expose au risque d’être entaché toujours de cette suspicion. Les chasseurs de sorcières, comme les ligues actuelles totalitaires de la Bien-pensance, vivent de l’existence du Mal, qu’elles définissent unilatéralement et qu’elles n’ont aucun intérêt objectif à déclarer un jour inexistant.

 

La censure a également failli toucher la Suisse. Le 9 janvier dernier, la CICAD a publié un communiqué annonçant qu’elle ne tolérera aucun débordement antisémite lors du spectacle de Dieudonné à Nyon [1]. Le lendemain, la municipalité de Nyon a envisagé d’interdire la représentation prévue en février prochain en invoquant un éventuel trouble à l’ordre public [2] avant de finalement autoriser le spectacle. Comment la Suisse peut-elle se prémunir face à ce genre de pressions venant de lobbys communautaires ?

On pourrait espérer que la Suisse, pays de démocratie directe, de bon sens et de respect de la pluralité des idées, garantisse le libre droit à l’expression des opinions, des pensées et des croyances. A priori existe encore le droit libertaire à l’humour et à aller assister au spectacle de son choix sans passer par la censure exercée par des minorités agissantes, terroristes, moralistes en circuit fermé, qui font régner la peur, dénoncent les pensées, font irruption dans la sphère privée pour imposer leurs propres croyances et dénoncer hérétiques et mal-pensants. Les droits de l’homme seront-ils respectés en Suisse pour tous ? Il serait temps que la Justice obéisse à la séparation des pouvoirs, soit égale pour tous les citoyens, et que les accusés puissent se défendre équitablement et ne pas être déclarés coupables simplement par soupçon, amalgames, et accusations médiatiques lancées. La liberté de conscience, de croyance et d’expression sont garanties par la Constitution. Nul ne peut imposer à d’autres ses croyances et ses convictions. Faudra-t-il en plus y inscrire le droit à l’humour pour se protéger de nouveaux despotes et inquisiteurs ?

 

Comment jugez-vous de manière générale la prestation humoristique de Dieudonné ?

J’avoue que Dieudonné pratique un humour « hénaurme » et que j’apprécie son aspect d’histrion affranchi et insolent. C’est le contraire de l’humoriste d’État Bedos, un courtisan qui ne se moque que de ses adversaires.

 

Les partisans de Dieudonné expliquent que la raison principale pour laquelle il est persécuté par le pouvoir réside dans le fait qu’il fustige la mainmise des lobbys pro-israéliens sur la France et condamne la politique d’Israël. Comment jugez-vous le traitement infligé aux Palestiniens par le gouvernement de Benyamin Netanyahu ?

Bien sûr. L’accusation rituelle d’antisémitisme est un instrument de la politique de l’État d’Israël qui sert à décrédibiliser toutes ses victimes (colonisées, chassées, assassinées) et d’autre part à maintenir ou susciter un lien identitaire pour favoriser l’engagement de ceux dont l’identité juive est ainsi artificiellement réchauffée, et de s’engager en Israël ou de soutenir, dans leur vie et leur fonction de tous les jours, comme lobbyiste, la cause de cet État qui jouit d’un statut particulier au-dessus des lois internationales et des résolutions de l’ONU.

 

Pourriez-vous nous faire une analyse psychiatrique de Manuel Valls en observant son comportement lors de ses prises de parole en public ?

Cet ambitieux vizir qui voudrait devenir calife à la place du calife a adopté le comportement typique des minorités agissantes de la gauche sociétale : hystérie dramatisante et paranoïa susceptible, ombrageuse, absence d’humour, droit à la justice personnelle et clanique. Ce comportement n’est pas compatible avec les valeurs démocratiques (pluralité des opinions, droit à l’amnistie, droit à l’erreur) et la tradition chrétienne (pardon des péchés, droit à la Rédemption). Le rôle de l’exécutif n’est pas de prendre parti unilatéralement pour une minorité agissante et influente, mais de garantir l’égalité de traitement pour tous les citoyens.

En plus, cette surexcitation autour d’un humoriste apparaît comme une politique de diversion et d’enfumage alors que les vrais problèmes des Français s’aggravent avec la gestion sociale-démocrate de l’État (endettement, pillage fiscal, immigration dans le social, perte de la souveraineté de la France en Europe, ultralibéralisme, interventions militaires sous influence américaine, etc.). La psychanalyse est intéressante à ce sujet. Je suis en train de relire François Roustang, l’auteur de Comment faire rire un paranoïaque ? La mission n’est pas aisée avec des personnalités méfiantes, qui recherchent activement et dans le détail les preuves de leur soupçon, sans tenir compte de la situation d’ensemble, promptes à se sentir offensées et à engager des représailles. L’État devrait se protéger des groupes victimaires qui ont une conception personnelle du droit et de la justice et ne pas leur permettre d’imposer leur norme à la majorité. Valls a failli manifestement dans ce rôle et il s’est disqualifié pour gouverner la France dans son ensemble.

 

Le dernier entretien sur E&R vous avait valu d’être au centre de l’attention médiatique en Suisse, suite à votre analyse de l’homosexualité. Dieudonné, de son côté, s’est déjà moqué de la Gay Pride lors d’un sketch [3]. Pensez-vous que le lobby LGBT est susceptible de menacer la liberté de parole en Suisse ou en France ?

Oui, une loi serait en préparation pour permettre de condamner tout propos homophobe. L’homophobie est un concept supplémentaire, impossible à définir autrement que de façon unilatérale, pour culpabiliser, empêcher toute critique des dérives sociétales de la gauche, qui a abandonné la critique de la loi du marché pour se concentrer sur les droits abstraits des minorités individualistes et consuméristes.

 

Voir aussi, sur E&R :
- « L’entretien de Dominique Baettig accordé à E&R dérange »
- « Bedos, faux rebelle, en service commandé » (vidéo)

Retrouvez Dieudonné chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quelle liberté de ton ! Enfin un politicien qui assume son soutien à Dieudonné ! Il a totalement raison sur Valls qui se prend pour Iznogoud :-)


  • une excellente analyse, a titre éducatif envoyer cet article à tous les membres du crif dont nous avons tous les mails ,ainsi qu’a tous les défenseurs d’ISRAHEIl !!!! quand méme


  • FRANÇOIS ROUSTANG.
    Comment faire rire un paranoïaque ? Odile Jacob, « Opus », 272 pp.,
    MARC RAGON 13 JUIN 1996

    MODE ZEN
    L’auteur, qui s’est attiré quelques foudres dogmatiques de ses
    confrères psychanalystes en publiant Qu’est-ce que l’hypnose ?, s’interroge cette fois sur les effets thérapeutiques d’un processus singulier, faisant parfois irruption dans la relation thérapeutique : l’éclat de rire, et tout particulièrement le rire de soi. Prenant le cas extrême du paranoïaque, il montre que le rire de soi ne peut pas faire l’objet d’une « méthode » psychanalytique, bien qu’il balise un moment de la cure où se manifeste une amélioration sensible de l’état de l’analysant. Restauré dans l’unité d’un essai authentique, ce recueil inédit de textes apporte une contribution supplémentaire à l’explicitation d’un principe général défendu par l’ancien lacanien : contre l’idée que l’aboutissement de la cure serait « que la vie ne nous déconcerte jamais », François Roustang demande : « Laissez-nous un espace pour rire et danser (...) nous tromper, pas une fois, mais dix, mais cent, refaire les mêmes erreurs, sans profit, sans regret, parce que les illusions nous amusent. Tout ce que nous connaissons n’est qu’un crachat sur la mer. »

    RAGON Marc


  • "L’accusation rituelle d’antisémitisme est un instrument de la politique de l’État d’Israël qui sert à décrédibiliser toutes ses victimes (colonisées, chassées, assassinées) et d’autre part à maintenir ou susciter un lien identitaire pour favoriser l’engagement de ceux dont l’identité juive est ainsi artificiellement réchauffée, et de s’engager en Israël ou de soutenir, dans leur vie et leur fonction de tous les jours, comme lobbyiste, la cause de cet État qui jouit d’un statut particulier au-dessus des lois internationales et des résolutions de l’ONU."

    Et BIM !


  • Analyse pertinente !


  • Excellent, il ya encore des hommes braves dans ce monde.

     

  • En Suisse, l’expérience des fonds en déshérence a éveillé de nombreuses consciences bien avant que Dieudo ne compose son désormais mythique Shoananas, ritournelle enjouée que les médias de masse de l’Hexagone s’époumonent à vouloir faire accroire aux dociles brebis, qu’elle tourne abjectement en dérision les victimes de cette tragédie passée.

    En Suisse disais-je, forts de l’expérience des fonds en déshérence, nous le savons – et pas seulement aux figues fraîches pour une peau douce et hydratée – Shoananas est une rengaine malicieuse qui tourne en dérision l’instrumentalisation par une infime minorité de détrousseurs aussi bien organisés que cupides des martyrs de la barbarie nazi afin de résoudre d’hypothétiques contentieux historiques.
    Autrement dit, Dieudo tourne en dérision les concepteurs de la « solution finaude », qui sont par ailleurs les mêmes qui le jugent et le condamnent.
    Comme le monde est petit vu le prisme de l’usure !!!

    En Suisse, le président de la Confédération de l’époque ne put réprimer ses sentiments face à la voracité de nos agresseurs et accusa le Congrès Juif Mondial de pratiquer le « chantage » et le rançonnage ».
    Le déluge d’insultes planétaires dont il fut la cible dans l’heure qui suivit – avec toujours le stigmatisant artifice de l’antisémitisme – présente de nombreuses analogies avec la désormais « Affaire Dieudonné ».

    Ce « détail » de notre histoire avait me semble-t-il énormément heurté le sentiment patriotique des Helvètes. Et de ce côté-ci des Alpes - franchement – Shoananas ça ne vraiment choque personne… hors quelques bobos urbains débauchés mais bien-pensants.

    Mes respects Dominique Baettig

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-P...
    http://www.swissinfo.ch/fre/politiq...
    http://www.lesobservateurs.ch/2013/...


  • "Je suis aussi interpellé par la double morale du système politico-médiatique, qui tolère la transgression et la profanation d’autres croyances ou religions. On peut manifester seins nus dans une église catholique ou orthodoxe, caricaturer le pape en pédophile, représenter la crucifixion du Christ de manière obscène, caricaturer le prophète Mahomet au nom de la liberté d’expression, de la laïcité, mais on ne peut pas critiquer certaines autres croyances ou pratiques qui sont sanctuarisées. Deux poids, deux mesures."

    Très juste, le jour où on érigera une statue aux Femen pour s’être roulés le cul sur des rouleaux de la Torah on aura fait un grand pas...


  • #700175

    Le truc c’est que l’UDC a une étiquette assez collante (comme le FN, mais en pire, il y a quelques années).

    Mais qu’un prétendu "xénophobe carabiné" et "fasciste" soutienne un franco-camerounais publiquement admis comme "nazi" et "antisémite" en dit long sur la réalité des choses.


  • Il rejoint Soral quand il dit que l’humour doit servir à desacraliser le pouvoir étatique mais la Shoa pas question c’est la religion de l’ONU auquelle les états font déference et s’abaissent, il y a une inversion avant la volonté du roi primait sur celle de l’église maintenant l’église c’est l’ONU et c’est l’état qui se soumet.


  • Une analyse qui tient la route , une bouffée d’air frais politique venue des alpes suisse.


  • Preuve qu’il n’y a pas que des Marcel Rufo chez les psychiatres. Baettig est un peu l’exception de la politique suisse. Autre style de discours que Laurent Louis, plus intellectuel et à la fois diplomatique, il va néanmoins droit au but !

    La psychiatrie reste néanmoins une discipline viciée par le monde académique et par l’absence ponérologique. Même si la religion a peut-être parfois versé dans le simplisme, la confession sincère du chrétien dans les faits reste un moyen plus efficace de garder un esprit sain, et c’est gratuit !

    Cela étant, Baettig est un chercheur, Baettig fait son boulot et on voit que son discours est très similaire à celui de Soral, avec d’autres intérêts, une autre sensibilité, mais tout autant de lucidité, peut-être un peu plus de réalisme et un peu moins de folie (positive) !

    En tout cas, c’est très courageux !


Afficher les commentaires suivants