Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

Juillet 2013

NDLR : cet entretien de Erich Priebke consiste en un témoignage historique d’un des derniers témoins directs de la deuxième guerre mondiale, du nazisme et de Adolf Hitler. En cela il est d’un grand intérêt pour qui est attaché à l’analyse historique objective, celle qui consiste à étudier les témoignages des deux camps, s’affranchissant d’un manichéisme aussi peu scientifique que crédible. Cependant, la loi Gayssot du 13 juillet 1990 interdit en France de contester certains faits historiques qui sont donc désormais établis par la loi. Les contrevenants seront punis d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. Or, dans l’entretien suivant qui ne devait être diffusé qu’après sa mort, M. Erich Priebke s’est naturellement peu inquiété de ces problèmes juridiques. Dès lors nous avons censuré par des astérisques (***) les passages enfreignant la loi Gayssot afin de nous y conformer.

 


 

Erich Priebke est mort le vendredi 11 octobre 2013 à Rome, à l’âge de 100 ans. Durant la Seconde Guerre mondiale, il fut capitaine de la Sicherheitspolizei allemande (police de sûreté). Enfui en Argentine après la guerre, il avait été retrouvé et arrêté en 1994, puis condamné à la perpétuité en Italie en 1998 pour le massacre des Fosses ardéatines à Rome en mars 1944. Hier, le journal britannique International Business Times a mis en ligne une interview réalisée quelques mois avant sa mort.

 

Entretien donné fin juillet 2013 par Erich Priebke, quelques jours avant son 100e anniversaire

Q. — M. Priebke, il y a quelques années vous avez déclaré que vous ne reniiez pas votre passé. Aujourd’hui où vous avez 100 ans, pensez-vous toujours ainsi ?

R. — Oui.

Q. — Qu’entendez-vous exactement par cela ?

R. — Que j’ai choisi d’être moi-même.

Q. — Par conséquent encore aujourd’hui vous vous sentez nazi ?

R. — La fidélité à son passé, c’est une question de convictions. Il s’agit de ma façon de voir le monde, de mes idéaux, de ce que nous Allemands nous appelons la Weltanschauung [façon de voir le monde] et c’est aussi une question d’amour propre et d’honneur. La politique est une autre affaire. Le national-socialisme a disparu avec sa défaite et de toute façon il n’aurait aujourd’hui aucune possibilité de revenir.

Q. — Cette vision du monde dont vous parlez, l’antisémitisme en fait-il partie ?

R. — Si vos questions ont pour but de connaître la vérité il va falloir abandonner les lieux communs : critiquer quelqu’un ne signifie pas qu’on veuille le détruire. En Allemagne, dès le tout début des années 1900 on critiquait ouvertement le comportement des juifs. Le fait que les juifs aient accumulé entre leurs mains un immense pouvoir économique, et en conséquence politique, alors qu’ils représentaient une partie absolument infime de la population mondiale était considéré comme injuste. Il est un fait qu’encore aujourd’hui, si nous prenons les mille personnes les plus riches et puissantes du monde, il nous faut constater qu’une partie notable d’entre eux sont des juifs, banquiers ou actionnaires de sociétés multinationales. Puis en Allemagne, en particulier après la défaite de la première guerre mondiale et l’injustice des traités de Versailles, les immigrations juives de l’Est européen avaient provoqué de véritables désastres, avec l’accumulation en quelques années de capitaux immenses de la part de ces immigrés, pendant que dans la République de Weimar la majeure partie du peuple allemand vivait dans une extrême pauvreté. Dans ce climat les usuriers s’enrichissaient et le sentiment de frustration à l’égard des juifs croissait.

Q. — Une vieille histoire dit que les juifs pratiquaient l’usure qui était admise par leur religion, alors qu’elle était interdite aux chrétiens. Qu’y a-t-il de vrai, d’après vous ?

R. — En fait, ce n’est certainement pas une idée qui m’est personnelle. Il suffit de lire Shakespeare et Dostoïevsky pour comprendre que de tels problèmes avec les juifs ont effectivement existé au cours de l’histoire, depuis Venise jusqu’à Saint-Pétersbourg. Ceci ne veut absolument pas dire que les seuls usuriers à l’époque étaient des juifs. J’ai fait mienne une phrase du poète Ezra Pound : « Entre un voleur juif et un voleur aryen je ne vois aucune différence ».

Q. — Pour toutes ces raisons, vous justifiez l’antisémitisme ?

R. — Non, écoutez, cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas chez les juifs des gens bien. Je le répète : l’antisémitisme veut dire haine, haine indiscriminée. Et moi, même au cours de ces dernières années de ma persécution, moi qui suis vieux, privé de liberté, j’ai toujours refusé la haine. Je n’ai jamais voulu haïr même ceux qui me haïssaient. Je parle seulement de droit à la critique et j’en explique les motifs. Et je vous dirai de plus : il ne faut pas oublier que, en raison de leurs raisons religieuses particulières, une grande partie des juifs se considéraient supérieurs à tous les autres êtres humains. Ils s’identifiaient au « Peuple élu » de la Bible.

Q. — Hitler aussi disait de la race aryenne qu’elle était supérieure.

R. — Oui, Hitler s’est laissé allé lui aussi à recourir à cette idée équivoque de supériorité. Ce fut là une des causes d’erreurs sans retour. Considérez toutefois qu’un certain racisme était la norme dans ces années-là, non seulement au niveau des mentalités populaires mais aussi au niveau des gouvernements et du système juridique. Les Américains, après avoir déporté les populations africaines et avoir été esclavagistes, continuaient à être racistes, et en réalité ils faisaient de la discrimination contre les Noirs. Les premières lois, dites raciales, d’Hitler ne limitaient pas les droits des juifs plus que n’étaient limités les droits des Noirs dans divers Etats des USA. Il en était de même pour les populations indiennes de la part des Anglais et des Français, qui ne se sont pas comportés tellement différemment avec ce qu’on appelle les sujets de leurs colonies. Et ne parlons pas du traitement que subissaient à l’époque les minorités ethniques de l’ex-URSS.

Q. — Et ensuite comment les choses se sont-elles aggravées en Allemagne, d’après vous ?

R. — Le conflit s’est radicalisé, il a empiré. Les juifs allemands, américains, anglais et la communauté juive mondiale d’un côté, contre l’Allemagne de l’autre. Naturellement, les juifs allemands se sont retrouvés dans une situation toujours plus difficile. La décision qui fut prise ensuite de promulguer des lois très dures rendit la vie vraiment difficile aux juifs en Allemagne. Ensuite, en novembre 1938, un juif, un certain Grynszpan, pour protester contre l’Allemagne, a tué en France un conseiller de notre ambassade, Ernst von Rath. S’ensuivit la fameuse « Nuit de cristal ». A travers le Reich des groupes de manifestants ont brisé les vitrines de magasins appartenant à des juifs. C’est à partir de ce moment que les juifs furent considérés seulement et uniquement comme des ennemis. Hitler, après avoir gagné les élections, les avait, dans un premier temps, encouragés de multiples façons à quitter l’Allemagne. Par la suite, dans le climat de forte méfiance à l’égard des juifs allemands, causé par la guerre et le boycott et en raison du conflit ouvert contre les plus importantes organisations juives mondiales, il les enferma dans des camps, en tant qu’ennemis. Il est certain que pour beaucoup de familles, qui souvent n’avaient rien à se reprocher, ce fut désastreux.

Q. — Par conséquent, pour vous, il faut rechercher chez les juifs eux-mêmes la cause de ce qui leur est arrivé ?

R. — La cause est à rechercher un peu de tous les côtés. Chez les Alliés, aussi, qui déclenchèrent la seconde guerre mondiale contre l’Allemagne, à la suite de l’invasion de la Pologne, pour revendiquer des territoires où la forte communauté allemande était soumise à d’incessantes vexations. C’étaient des territoires qui avaient été placés par le Traité de Versailles sous le contrôle de l’Etat polonais nouveau-né. Contre la Russie de Staline et l’invasion de cette dernière dans le reste de la Pologne, personne n’a bougé le petit doigt. Mieux : à la fin du conflit, qui avait pris naissance officiellement pour défendre précisément indépendance de la Pologne contre les Allemands, on fit cadeau à Staline, sans façon, de tout l’Est européen, Pologne comprise.

Q. — Donc, toute politique mise à part, vous épousez les thèses historiques révisionnistes ?

R. — Je ne comprends pas bien ce qu’on entend par révisionnisme. Si nous parlons du procès de Nuremberg de 1945, alors je peux vous dire que ce fut une chose incroyable, une grande mise en scène créée exprès pour déshumaniser le peuple allemand et ses chefs aux yeux de l’opinion publique mondiale. Pour s’acharner sur le vaincu mis désormais dans l’impossibilité de se défendre.

Q. — Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?

R. — Que peut-on dire d’un prétendu tribunal qui juge seulement les crimes des vaincus et non ceux des vainqueurs ; où le vainqueur est en même temps accusateur public, juge et partie lésée et où les articles du délit ont été spécialement créés après la constatation des faits, autrement dit pour condamner rétroactivement ? Le président américain Kennedy lui-même a condamné ce procès en le qualifiant de chose « dégoûtante » en ce que « les principes de la constitution américaine avaient été violés pour punir un adversaire vaincu ».

Q. — Si vous voulez dire que le délit de crime contre l’humanité qui a permis de condamner à Nuremberg n’existait pas avant d’être invoqué par ce tribunal international, cela veut dire en tout cas que les accusations concernaient des faits quand même terribles.

R. — A Nuremberg, les Allemands furent accusés du massacre de Katyn, et puis en 1990 Gorbatchev reconnut que c’étaient eux, les accusateurs russes, qui avaient tué les vingt mille officiers polonais par une balle dans la nuque dans la forêt de Katyn. En 1992, le président russe Eltsine produisit également le document original contenant l’ordre signé de Staline. Les Allemands furent aussi accusés d’avoir fait du savon à partir des juifs. Des échantillons de ce savon aboutirent dans les musées des USA, en Israël et dans d’autres pays. Il fallut attendre 1990 pour qu’un professeur de l’Université de Jérusalem étudie les échantillons et finisse par admettre qu’il s’agissait d’une escroquerie.

Q. — Oui, mais les camps de concentration ne sont pas une invention des juges de Nuremberg.

R. — Dans ces années terribles de guerre, enfermer dans des Lager (en italien ce sont les camps de concentration) les populations civiles qui présentent un danger pour la sécurité nationale était une chose normale. Dans le dernier conflit mondial les Russes en ont fait autant, tout comme les USA. Ces derniers en particulier avec les citoyens américains d’origine orientale.

Q. — Toutefois, en Amérique, dans les camps de concentration pour les populations d’ethnie japonaise il n’y avait pas de chambres à gaz ?

R. — Comme je l’ai dit, à Nuremberg on **** une infinité d’accusations. Pour ce qui concerne le fait que dans les camps de concentration il y avait des chambres à gaz, nous attendons **** *** *****. Dans les camps, les détenus travaillaient. Beaucoup de détenus sortaient du Lager pour travailler et rentraient le soir. Le besoin de main-d’œuvre pendant la guerre **** ****** avec la possibilité qu’au même moment il y ait eu, dans quelque point du camp, des files de personnes se rendant à ** ****** ** ****. L’activité d’une chambre à gaz est envahissante, mortelle, et même à l’extérieur elle est terriblement dangereuse. L’idée d’envoyer à la mort des millions de personnes de cette manière, dans le lieu même où vivent et travaillent d’autres personnes sans que ces dernières s’aperçoivent de quoi que ce soit, c’est de la folie, **** ***** ****** ***** ******* ***** ******.

Q. — Mais vous, quand avez-vous entendu parler pour la première fois du projet d’extermination des juifs et des chambres à gaz ?

R. — La première fois que j’ai entendu des choses pareilles la guerre était finie et je me trouvais dans un camp de concentration anglais, j’étais avec Walter Rauff. Nous sommes restés tous les deux pantois. Nous ne pouvions absolument pas croire des choses aussi horribles : des chambres à gaz pour exterminer des hommes, des femmes et des enfants ! Pendant des jours nous en avons parlé entre nous, avec le colonel Rauff et d’autres collègues. Nous avions beau avoir été tous des SS, chacun d’entre nous à son niveau à une position particulière dans l’appareil national-socialiste, mais jamais des choses pareilles n’étaient parvenues à nos oreilles. Imaginez que, des années et des années plus tard, j’ai appris que mon ami et supérieur Walter Rauff, qui avait aussi partagé avec moi des morceaux de pain dur dans le camp de concentration, avait été accusé d’être l’inventeur d’un fantomatique camion à gaz ! On ne peut pas croire à des choses de ce genre quand on a connu Walter Rauff.

Q. — Et tous les témoignages de l’existence des chambres à gaz ?

R. — Dans les camps on n’a jamais ***** *** ****** ** ****, **** celle construite après la guerre par les Américains à Dachau. Il ****** *** de témoignages fiables sur le plan judiciaire ou historique à propos des ****** ** **** ; à commencer par ceux de certains des derniers commandants et responsables de camp, comme par exemple celui du plus connu des commandants d’Auschwitz, Rudolf Höss. Outre les grandes contradictions de son témoignage, il fut torturé avant de déposer à Nuremberg et, après son témoignage, sur l’ordre des Russes on le fit taire pour de bon en le pendant. Pour ces témoins, considérés comme précieux par les vainqueurs, les violences physiques et morales qu’on leur infligea en cas de manque de complaisance étaient insupportables ; ainsi que les menaces de vengeance sur les membres de leur famille. Je sais, par expérience personnelle en prison et celle de mes collègues, comment les vainqueurs parvenaient à extorquer, dans les camps de concentration, des confessions aux prisonniers, qui souvent ne connaissaient même pas l’anglais. Et puis, le traitement réservé aux prisonniers dans les camps russes de la Sibérie était connu, on signait alors n’importe quel type d’aveux demandé ; un point c’est tout.

Q. — Donc pour vous ces millions de morts sont une invention ?

R. — Moi j’ai connu personnellement les Lager. La dernière fois que je suis allé à Mauthausen, c’était en 1944 pour interroger le fils de Badoglio, Mario, sur l’ordre d’Hitler. J’ai tourné dans ce camp de long en large pendant deux jours. Il y avait d’immenses cuisines en fonction pour les internés et il y avait aussi à l’intérieur du camp un bordel pour leurs exigences. Pas de ******** ** *****. Malheureusement tellement de gens sont morts dans les camps mais pas en vertu d’une volonté de tuer : la guerre, les dures conditions de vie, la faim, l’absence de soins adéquats ont tourné au désastre. Mais ces tragédies des civils, elles étaient à l’ordre du jour non seulement dans les camps mais dans toute l’Allemagne, et principalement à cause des bombardements sans discernement des villes.

Q. — Par conséquent vous minimisez la tragédie des juifs : l’Holocauste ?

R. — Il ne s’agit pas de minimiser, une tragédie est une tragédie. S’il y a un problème, c’est celui de la vérité historique. Les vainqueurs du second conflit mondial avaient intérêt à ce qu’on ne leur demande pas de rendre compte de leurs crimes. Ils avaient rasé des villes allemandes entières où il n’y avait pas un soldat, et ce pour tuer des femmes, des enfants et des vieillards et ainsi affaiblir la volonté de combattre de leur ennemi. C’est ce qui est arrivé à Hambourg, à Lübeck, à Berlin, à Dresde et à tant d’autres villes. Ils profitaient de la supériorité de leurs bombardiers pour tuer impunément et avec une cruauté folle les civils. Puis c’est arrivé à la population de Tokyo et, finalement, avec les bombes atomiques, aux civils de Nagasaki et d’Hiroshima. Pour cette raison il était nécessaire d’inventer des crimes spéciaux commis par l’Allemagne et de les colporter suffisamment pour présenter les Allemands comme des créatures maléfiques et autres non-sens : des sujets de romans d’horreur sur lesquels Hollywood a tourné des centaines de films. D’ailleurs, depuis lors la méthode des vainqueurs de la deuxième guerre mondiale n’a pas beaucoup changé : à les entendre ils exportent la démocratie à l’aide de ces prétendues missions de la paix contre les canailles, ils décrivent des terroristes qui ont commis des actes toujours monstrueux, indicibles. Mais dans la pratique ils attaquent surtout au moyen de leur aviation ceux qui ne se soumettent pas. Ils massacrent les militaires et les civils qui n’ont pas les moyens de se défendre. Finalement, d’une intervention humanitaire à l’autre dans divers pays, ils placent, sur les fauteuils des gouvernements, des marionnettes qui servent leurs intérêts économiques et politiques.

Q. — Mais alors certaines de ces preuves inattaquables comme les films et les photographies des camps, comment les expliquez-vous ?

R. — Ces films sont une preuve supplémentaire de la ********. Presque tous proviennent du camp de Bergen-Belsen. C’est un camp où les autorités allemandes envoyaient les internés des autres camps qui étaient inaptes au travail. Il y avait à l’intérieur un secteur pour convalescents. Rien que cela en dit long sur la volonté des Allemands d’assassiner : il semble étrange que, en temps de guerre, on mette en place une structure pour accueillir ceux qu’on voulait gazer. Les bombardements de 1945 ont laissé ce camp dénué de vivres, d’eau et de médicaments. Une épidémie de typhus s’est répandue qui a causé des milliers de malades et de morts. Ces films datent de ces faits, lorsque le camp de réfugiés de Bergen Belsen, dévasté par l’épidémie, en avril 1945, était alors entre les mains des Alliés. Les scènes furent tournées exprès, à des fins de propagande, par le metteur en scène anglais Hitchcock, le maître de l’horreur. Il est affreux de voir le cynisme, l’absence de tout sens d’humanité avec lesquels encore aujourd’hui on spécule sur ces images. En les projetant pendant des années sur les écrans de télévision, accompagnées de fonds musicaux angoissants, on a trompé le public en associant, avec une ruse impitoyable, ces scènes terribles *** ******* *** ****, alors qu’elles n’avaient aucun rapport. Un ****** !

Q. — D’après vous, le motif de toutes ces ***** serait, de la part des vainqueurs, de couvrir leurs crimes ?

R. — Dans un premier temps il en fut ainsi. Un scénario identique à celui de Nuremberg fut inventé aussi par le général McArthur au Japon avec le procès de Tokyo. Pour pendre les accusés ils imaginèrent d’autres histoires et d’autres crimes. Pour criminaliser les Japonais qui avaient été victimes de la bombe atomique, ils allèrent à l’époque jusqu’à inventer des accusations de cannibalisme.

Q. — Pourquoi « dans un premier temps » ?

R. — Parce que par la suite la littérature sur l’Holocauste fut utilisée principalement par l’Etat d’Israël pour deux raisons. La première est bien expliquée par un écrivain juif fils de déportés : Norman Finkelstein. Dans son livre L’Industrie de l’Holocauste, il explique comment cette industrie a rapporté, à travers une campagne de revendications, des milliards d’indemnisations dans les caisses des institutions juives et dans celle de l’Etat d’Isaël. Finkelstein parle d’un « véritable racket d’extorsions ». Pour ce qui concerne le second point, l’écrivain Sergio Romano, qui n’est certes pas un révisionniste, explique qu’après la « guerre du Liban », l’Etat d’Israël a compris qu’en augmentant et en mettant l’accent sur l’aspect dramatique de la « littérature sur l’Holocauste » cela lui aurait procuré des avantages dans son contentieux territorial avec les Arabes et « une sorte de semi-immunité diplomatique ».

Q. — Dans le monde entier on parle de l’Holocauste comme d’extermination, mais vous, vous avez des doutes ou vous le niez carrément ?

R. — Les moyens de propagande de ceux qui aujourd’hui détiennent le pouvoir mondial sont inextinguibles. Au travers d’une sous-culture historique créée spécialement et divulguée par la télévision et le cinéma, on a manipulé les consciences en travaillant sur les émotions. En particulier les jeunes générations, à commencer par l’école, ont été soumises à un lavage de cerveaux, abreuvées d’histoires macabres pour assujettir leur liberté de jugement. Comme je vous l’ai dit, voilà 70 ans que nous attendons les preuves de ces méfaits que conteste le peuple allemand. Les historiens n’ont pas trouvé le moindre document qui concernerait *** ******* *** **** : pas un ordre écrit, pas un compte rendu ou un avis de la part d’une institution allemande, pas un rapport d’un employé. Rien de rien. En l’absence de document, les juges de Nuremberg ont considéré comme acquis que le projet qui s’intitulait « Solution finale du problème juif » à l’étude dans le Reich, qui évaluait les possibilités territoriales permettant d’éloigner les juifs de l’Allemagne et par la suite des territoires occupés, y compris la possibilité de transfert à Madagascar, était un code secret de couverture qui signifiait leur extermination. *** ******* ! En pleine guerre, alors que nous étions encore vainqueurs aussi bien en Afrique qu’en Russie, les juifs, qui avaient été en un premier temps simplement encouragés, furent poussés, à la fin 1941, de toutes sortes de façons à quitter l’Allemagne de manière indépendante. Ce n’est que deux ans après le commencement de la guerre que commencèrent les mesures restreignant leur liberté.

Q. — Admettons que l’on découvre les preuves dont vous parlez. Je veux dire un document signé d’Hitler ou d’un autre dignitaire. Quelle serait votre position ?

R. — Ma réponse serait celle d’une condamnation décisive de faits de ce genre. Tous les actes de violence indiscriminée contre des communautés, sans même tenir compte des responsabilités individuelles, sont inacceptables, et absolument condamnables. Ce qui est arrivé aux Indiens d’Amérique, aux koulaks en Russie, aux Italiens enfouis dans les fosses en Istrie, aux Arméniens en Turquie, aux prisonniers allemands dans les camps de concentration américains en Allemagne et en France, comme dans les camps russes, les premiers qu’on a laissés mourir de faim volontairement par la volonté du président Eisenhower, les seconds par celle de Staline. Ces deux chefs d’Etat n’ont volontairement pas respecté la convention de Genève pour sévir jusqu’à la tragédie. Tous ces épisodes, je le répète, sont à condamner sans restriction, y compris les persécutions faites par des Allemands au détriment de juifs ; qui ont indubitablement eu lieu. Mais les vraies, non celles qui ont été inventées par la propagande.

Q. — Vous admettez donc la possibilité que ces preuves, qui auraient échappé à une éventuelle destruction pratiquée par les Allemands à la fin du conflit, pourraient un jour survenir ?

R. — Je vous ai déjà dit que certains faits doivent absolument être condamnés. Par conséquent en raisonnant par l’absurde si nous devions trouver demain des preuves sur *** ******** *** *****, la condamnation de choses aussi horribles, de celui qui les a voulues et de qui les a utilisées pour tuer, devrait être sans discussion et totale. Vous voyez, j’ai appris que dans la vie les surprises peuvent ne jamais finir. Mais dans ce cas précis, je crois pouvoir exclure la chose avec certitude parce que pendant presque soixante ans les documents allemands, séquestrés par les vainqueurs de la guerre, ont été examinés et évalués par des centaines et des centaines de chercheurs, si bien que ce qui n’a pas émergé à ce jour pourra difficilement émerger à l’avenir. Pour une autre raison je dois considérer la chose comme extrêmement improbable et je vous explique pourquoi : alors que la guerre était déjà bien engagée, nos adversaires ont commencé à insinuer des soupçons sur des activités homicides dans les Lager. Je parle de la déclaration interalliée de décembre 1942, dans laquelle on parlait généralement de crimes barbares de l’Allemagne contre les juifs et on prévoyait la punition des coupables. Puis, à la fin de 1943, j’ai appris qu’il ne s’agissait pas de propagande de guerre générale, mais qu’en réalité nos ennemis pensaient fabriquer de fausses preuves de ces crimes. La première nouvelle me fut donnée par mon compagnon de cours, un grand ami, le capitaine Paul Reinicke, qui passait ses journées en contact avec le numéro deux du gouvernement allemand, le Reichsmarschall Göring : il était son chef d’escorte. La dernière fois que je l’ai vu je lui ai fait part de ce projet de véritables falsifications. Göring était furibond du fait qu’il considérait ces mystifications comme infamantes aux yeux du monde entier. Précisément Göring, avant de se suicider, contesta violemment devant le tribunal de Nuremberg la production de preuves falsifiées. Un autre signe me fut donné par le chef de la police Ernst Kaltenbrunner, l’homme qui avait remplacé Heydrich après sa mort et qui fut ensuite envoyé à la potence à la suite du verdict de Nuremberg. Je l’ai vu vers la fin de la guerre pour lui rapporter les informations recueillies sur la trahison du roi Victor Emmanuel. Il m’indiqua que les futurs vainqueurs étaient déjà à l’œuvre pour construire de fausses preuves de crimes de guerre et autres atrocités qu’ils auraient inventées sur les Lager comme preuves de la cruauté allemande. Ils se mettaient déjà d’accord sur les détails sur la façon de mettre en scène un procès spécial pour les vaincus. Mais surtout j’ai rencontré en août 1944 le collaborateur direct du général Kaltenbrunner, chef de la Gestapo, le général Heinrich Müller. Grâce à lui j’avais réussi à fréquenter le cours des élèves officiers. Je lui devais beaucoup et il m’avait pris en affection. Il était venu à Rome pour résoudre un problème personnel de mon commandant, le colonel Herbert Kappler. A cette époque, la cinquième armée américaine était sur le point de percer à Cassino, les Russes avançaient vers l’Allemagne. La guerre était déjà inexorablement perdue. Ce soir-là il me demanda de l’accompagner à son hôtel. Comme il y avait entre nous un minimum de confiance, je me permis de lui demander des détails importants sur la question. Il me dit que, grâce à l’espionnage, il avait eu la confirmation que l’ennemi, dans l’attente de la victoire finale, était en train d’essayer de fabriquer les preuves de nos crimes pour mettre en place un procès spectaculaire de criminalisation de l’Allemagne une fois vaincue. Il avait des nouvelles précises et il était sérieusement inquiet. Il soutenait qu’il ne fallait pas se fier à ces gens parce qu’ils n’avaient ni sens de l’honneur ni scrupules. J’étais jeune alors et je n’accordai pas le juste poids à ses paroles mais les choses, en fait, se passèrent exactement comme le général Müller m’avait dit. Voilà les hommes, les dignitaires qui, selon ce qu’on raconte aujourd’hui, auraient imaginé et organisé **** ***** ***** ** ***** ***** **** ** *** ****** ! Je trouverais cela ridicule s’il ne s’agissait pas de faits tragiques. C’est pourquoi, lorsque les Américains, en 2003, ont agressé l’Irak sous prétexte qu’il possédait des « armes de destruction massive », avec tant de faux serments prêtés devant le conseil de sécurité de l’ONU par le secrétaire d’Etat Powell, alors que c’était eux précisément qui avaient été les seuls à les utiliser dans la guerre, je me suis dit : rien de nouveau !

Q. — Vous-même, qui êtes citoyen allemand, savez-vous que des lois en Allemagne, en Autriche, en France, en Suisse punissent de prison celui qui nie l’Holocauste ?

R. — Oui, les pouvoirs forts mondiaux les ont imposées et sous peu les imposeront aussi en Italie. La ruse ce sera en fait de faire croire aux gens que celui qui, par exemple, s’oppose au colonialisme israélien ou au sionisme en Palestine est antisémite ; que celui qui se permet de critiquer les juifs est toujours et de toute façon antisémite ; que celui qui ose réclamer les preuves de l’existence de ces chambres à gaz dans les camps de concentration, c’est comme s’il approuvait l’idée d’exterminer les juifs. Il s’agit d’une falsification éhontée. Ces lois démontrent justement la peur que la vérité vienne à la surface. Visiblement on redoute qu’après la campagne de propagande à base d’émotions, les historiens ne s’interrogent sur les preuves, les chercheurs ne se rendent compte des mystifications. Ces lois vont justement ouvrir les yeux à qui croit encore à la liberté de pensée et à l’importance de l’indépendance de la recherche historique. Il est évident que pour ce que j’ai dit je pourrais être poursuivi, ma situation pourrait certainement empirer mais je devais raconter les choses telles qu’elles se sont réellement passées, le courage de la sincérité était un devoir à l’égard de mon pays, une contribution, à l’occasion de mes cent ans, à la rédemption et à la dignité de mon peuple.

Autour du sujet, sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

98 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #555993

    c’est pour cela que Charles IX dit "Tuez-les, mais tuez-les tous pour qu’il n’en reste pas un pour me le reprocher"

     

  • #556010

    Respect pour ce vieux soldat de 100 ans mort dans les geôles d’un ennemi féroce, impitoyable, à la rancune atavique, loin de la tradition chrétienne et musulmane du pardon et de l’esprit chevaleresque d’antan. Lorsque la France sera libérée, il faudra créé une loi spéciale interdisant la propagande sioniste, une loi dite "Soral-Dieudonné", ce serait l’éternel retour du concret.


  • #556012

    Vive la France libre !

    Hugo ! On a besoin d’uniformes !!

     

  • #556014

    Magnifique recit

     

    • #556343
      le 13/10/2013 par Bladerunner
      Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

      C’est à se demander, en lisant certains commentaires sur ce site, si certains ne regrettent pas que la France ne soit pas devenue une province allemande à l’issue de la guerre.... Je croyais que ce site réunissait les patriotes français. Jai dû me tromper...


    • #556399

      Vraiment, je suis très étonnée et même un peu écoeurée des réactions si positivement enthousiastes que je viens de lire. Même en admettant comme vérité tout ce que dit ce monsieur sur les camps, ce que je ne fais pas, comment oublier par exemple les massacres de Tulle et Oradour sur Glane qui sont bien à mettre sur le compte des nazis. Je veux bien admettre qu’il y ai eu des preuves inventées au procès de Nurimberg et tout ce que l’on voudra pour salir le peuple allemand mais il reste tout de même assez de faits horribles indiscutables à attribuer aux nazis pour que l’on se dispense de les applaudir.


    • #556596

      @Rita
      Vous n’avez visiblement jamais entendu parlé des travaux de Vincent Raynouard. Je vous invite à combler cette lacune.

      L’Allemagne a tenté une révolution, ce qui ne se fait jamais en douceur. Elle a cherché à s’émanciper du système bancaire usurier et elle a perdu. D’ici quelques années nous allons vivre une crise monétaire sans précédent, même la crise de 1929 ne sera pas équivalente, et à ce moment-là vous comprendrez peut-être mieux ce qui a poussé les allemands à la révolte.


    • #556986

      Rita :Oradour sur Glane est un mythe : l’eglise a pris feu accidentellement car il y avait un dépôt d’armes appartenant a la resistance : la DAS Reich n’y est pour rien .


  • #556017

    Article passionnant ! Vraiment plein de sincérité, d’honneur et de pondération.


  • #556021

    Il soutenait qu’il ne fallait pas se fier à ces gens parce qu’ils n’avaient ni sens de l’honneur ni scrupules.



    Exactement ! Et c’est ce qui rend ces gens effrayants ! Ils ne connaissent aucune limite quant il s’agit de parvenir à leurs fins ! A plusieurs reprises de l’histoire humaine et en divers endroits cette engeance, qui n’est ni plus ni moins la psychologie du marchand pervers et parasite, est parvenue à supplanter le pouvoir légitime avec pour conséquences ultime la destruction de civilisation entière. Aujourd’hui cette vermine est parvenue contrôler l’ensemble de la planète en s’affublant de bonnes intentions (droit de l’hommisme, idéologie du progrès...)...or face à son succès phénoménale, sûre d’elle même, elle commence à se laisser aller en montrant de plus en plus ouvertement son vrai visage : apologie ouverte et non dissimulé de la pédophilie, de la marchandisation de l’humain, de l’euthanasie, de la restriction des libertés au nom de la liberté...


  • #556022
    le 13/10/2013 par Adjarn Paki
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Bonjour a tous, les bras m’en tombent devant autant de lucidite et d’explications aussi simples et claires. Je ne sais pas si c’est l’age et le nombre d’annees a sa disposition pour mediter sur sa vie et ses actions, mais c’est un Grand Monsieur.Merci pour cet entretien. Pour paraphraser les catholiques " Paix a son ame et repose en paix"


  • #556043
    le 13/10/2013 par Inspecteur Derrick
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Edifiant !
    Je suis étonné de constater l’exacte concordance de ce témoignage avec la thèse révisionniste. On croirait lire un papier de Vincent Reynouard.

     

  • #556044

    Interview passionante. Merci à E&R d’avoir eu le courage de publier. J’aurais aimé savoir si ce monsieur a eu l’occasion depuis de lire Antony Sutton, je ne suis pas sûr qu’il n’ait aucun regret quand à son parcours par la suite. Le peuple allemand s’est quand même fait doublement quenelliser par l’occident et Wall Street.


  • #556046
    le 13/10/2013 par Lindia-song
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    En lisant ce remarquable entretien, pour un homme qui a atteînt l’âge de cent ans, et conserve une telle lucidité, je ne pouvais m’empêcher de songer au commandant Hélie Denoix de Saint-Marc, récemment disparu, lui aussi du côté du "non-politiquement correct", à une autre époque certes mais la rectitude est la même chez ces deux officiers, qui avaient le sens de l’Honneur, jusqu’à leur dernier jour.

    On se demandait pourquoi finalement, il est interdit de faire des recherches historiques sur certains sujets, même avec l’honnêteté et le scrupule de l’Historien qui se respecte....On a la réponse !


  • #556050
    le 13/10/2013 par chouardien
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    C’est vraiment ridicule ces astériques : la liberté d’expression ne marche que dans un sens !


  • #556051

    Surprenantes ces **** !
    On se croirait dans un pays communiste pendant la guerre froide, enfin, ce qu’on nous en disait plutôt.
    Sinon, pour ceux qui savent chercher sur le site de l’ "internationnal business times", on trouve le même entretient fait en italien qui est une langue proche du français et comme l’Italie n’a pas de loi Gayssot, on devine le sens assez facilement.
    Que le verbe "inventer" devienne illégal suivant ce qu’on met derrière, on est vraiment dans une bonne grosse démocratie, aucun doute là dessus !


  • #556067

    C’est quoi ces étoiles ?

     

  • #556075
    le 13/10/2013 par thunderheart
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Mes parents qui ont connus l’occupation en Bretagne ne se sont jamais plaint d’un mauvais comportement des occupants allemands. Il y avait une ambiance un peu lourde due aux privations de l’occupation et aux tensions crées par des dénociations entre français lavant leurs querelles de voisinage ou autre pendant ces temps troubles. Saint Malo a été bombardé par les américains, comme Saint Lo, comme Monte Casino, comme Dresde... Ce sont eux encore qui canardaient les colonnes de réfugiés sur les routes de France. Vous pensez bien que ces salops ne veulent pas qu’on les juge dans le tribunal de ZionUsrenberg. Les ZionUSiens ne nous ont jamais libérés, ils nous ont occupé à l’Anglo-saxonne : La cruauté Albionne raciale élitiste du style MALHEUR VAINCUS. Et ils se sont alliés à l’engeance méssianique la plus proche d’eux ... Chut : Loi Gay Sot ! Au secours Jacob Cohen !

     

    • #556135

      Pareil : ma grand-mère m’a souvent parlé de la grande correction des allemands envers les civils (non combattants !) pendant l’occupation. Par contre mon grand-père, qui était médecin, a bien failli être fusillé par les français pour avoir répondu à la question "si deux blessés un allemand et un français ont besoin de vous lequel soignez-vous en premier ?" qu’il soignerait celui dont l’état était le plus critique.


    • #556271

      je confirme que ma mére bretonne n’as jamais eu a se plaindre des soldats allemands qui étaient bien plus honnéte que les français du marché noir, qui eux n’hésitaient pas a faire du chantage pour obtenir se qu’il voulaient des paysans.


    • #556353

      Dans le village de mon ascendance il y a eu de gros problèmes avec les "libérateurs " américains. (meurtres, pillages, viols,etc.)
      Les français et allemands, eux, se seraient, dans l’ensemble, bien comportés.


    • #556435

      Le comportement de l’armée allemande vis à vis des populations civiles n’était pas le même sur tous les fronts.

      Regardez du côté du front russe, pour voir comment ça a pû se passer pour d’autres.


    • #556629

      Mon grain de sel. De temoignges directs en Belgique et en Italie, les officiers allemands se sont comportes en gentlemen.


    • #557208

      @thunderheart(les gars où allez-vous donc chercher des surnoms pareils ?!) Pour ma part,d’après les récits d’anciens qui ont vécu cette période,les viols collectifs,pour prendre un exemple entre autres ignominies,furent le fait et la spécialité des soldats yankees... Féthi


  • #556080

    Et bien tout est dit Merci à cet homme Paix à son âme
    Merci également à M.Faurisson et E&R pour nous ouvrir les yeux sur cette immonde mensonge ! J’ai 23 ans j’espère que la vérité éclatera avant ma mort , c’est juste répugnant comment le mensonge leur est consubstantiel aux anglo-saxon et sionistes


  • #556085

    A propos des lois du style de la loi Fabius-Gayssot de 1990 : " Ces lois démontrent justement la peur que la vérité vienne à la surface " . L’holocauste est mort, la loi Fabius-Gayssot l’a tué .


  • #556090

    plutôt cool pour un nazi,
    On m’a toujours présenté ces gens là comme infiniment plus haineux,
    Après tout, peut être que je suis un infâme nazi comme le prétend le CRIF


  • #556097
    le 13/10/2013 par Gerard John Schaefer
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Max Respect, Erich Priebke.

    Cet homme repose en paix. Interview réalisée "quelques mois avant sa mort", et toute sa lucidité. Il y a de simples questions de bon sens, et les lois de la Physique...

    Malgré tous les mensonges divers, passés, présents, il s’exprime dignement. Max Respect.


  • #556099
    le 13/10/2013 par fredopluto
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    C’est dur de vivre entouré de gens qui sont aveuglés par le mensonge systématique sur tout les sujets... C’est mon cas... Merci pour ce témoignage. Si je le montre a d’autres, plusieurs me traiteront de racistes...

     

  • #556101

    Je m’intéresse au sujet depuis une vingtaine d’années et ai étudié une grande partie de la littérature "officielle" sur le sujet ; ce n’est que depuis un an que j’ai pris connaissance des thèses interdites par la loi, que j’ai également étudiées extensivement, par honnêteté intellectuelle.
    J’ai pu ainsi me faire une opinion sur le sujet.

    Ce témoignage de première main me semble parfaitement cohérent avec ce que j’ai pu lire, tant sur le déroulé des événements que sur les motivations des différentes parties et les implications géopolitiques ultérieures.

    Sur un plan purement psychologique, on peut s’interroger sur l’intérêt qu’aurait un vieil homme de cent ans, au moment de paraître devant son créateur, de mentir.

    Ayant développé une méfiance croissante envers l’histoire officielle en général, je vous souhaite de reposer en paix, Monsieur Priebke, et laisse à un éventuel Dieu le soin de vous juger.


  • #556104

    Témoignage vraiment interessant, on sent que l’homme est loins des caricatures faites a l’encontre des officiers nazis, un peu lorsqu’on ecoute vraiment le temoignage de Klaus Barby, certes ce ne sont pas des rigolos mais des monstres non plus.
    Apres je doute qu’on le retrouve dans les livres d’histoire l’année prochaine...


  • #556105

    Sourds et aveugles, tenanciers de la vérité officielle, soumis volontaires, lisez ici : il est proprement scandaleux qu’en 2013, on donne encore la parole aux pires criminels que la terre ait porté, la peste brune, comment osez-vous ? Esprits libres, chercheurs de vérité, honnêtes hommes, lisez ici : passionnant, quand est-ce que cette interview sera dans les livres d’histoire ? Dans 100 ans peut-être ? 1000 ? Nous vivons dans un monde étrange où il faut se battre comme un démiurge pour faire admettre des évidences. Quelqu’un sait-il où trouver les bouquins de Norman Finkelstein ? Cordialement

     

  • #556113
    le 13/10/2013 par Ben quoi ?
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Qu’il y ait des astérisques, ne rend pas moins hautement subversifs ( pour tous les abrutis, ô combien majoritaires) les propos de cet homme véritable. Combien en y a-t-il, par les temps qui courent, des hommes qui méritent d’être appelés "hommes" ?


  • #556120
    le 13/10/2013 par il est pas content papa
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    zaza le twitter fou va faire un caca nerveux .ca vas zouker :-)


  • #556121

    Bon voyage à cet homme qui a su rester droit dans la tourmente et respect à E&R pour son courage dans la publication de cet entretien qui, malgré la "censure" appliquée, reste lisible. Le mur de honte est en train de se fissurer et d’ici peu la vérité sur toute cette daube va finir par nous déferler dessus... Justice sera enfin rendue au peuple allemand qui demeure la plus grande victime des deux premières guerre mondiales. Peut-être finira-t-on pas reconnaître que le national socialisme (et non sionisme avec un "Z" en allemand comme en anglais) n’a rien à voir avec ce qu’on nous en a dit et qu’il reste surement la meilleure alternative entre l’impérialisme totalitaire d’état (version communiste) et l’impérialisme totalitaire de marché (version capitaliste)... J’ai bien peur que cet article ne déclenche encore quelques emmerdes pour notre président, je veux dire pour celui qui en a et non pour celui qui se les ai bouffé au lendemain de son élection !

     

    • #556185

      Je ne crois pas du tout à la validité du nazisme. Mais non plus au nom d’une "monstruosité" ou d’une "ignominie" dont on m’a rabattu les oreilles. Du point de vue de la violence et du crime, le nazisme n’était malheureusement pas si différent du communisme soviétique et de l’impérialisme capitaliste qui ont triomphé de lui.
      Non, la raison pour laquelle je pense que le nazisme était une erreur complète est d’ordre intellectuel et moral. Le nazisme est né du rejet des prétentions de certaines élites juives à l’élection divine. Il était aussi une réaction allemande à la violence des puissances occidentales et à la menace totalitaire soviétique. Et quel remède a-t-il proposé ? L’élection de la race aryenne, la violence allemande et le totalitarisme national-socialiste ! Il a prétendu combattre ses ennemis en les imitant ! Cette absurdité, qui de mon point de vue suffit à réfuter fondamentalement le nazisme, signait son arrêt de mort.
      Elle est fondé sur l’anti-christianisme. Le christianisme étant la colonne vertébrale morale de l’Europe, qu’on s’en félicite ou qu’on le déplore, toute doctrine qui s’oppose radicalement à lui ne peut qu’aggraver la dérive morale de nos peuples, en les éloignant encore un peu plus de la Tradition primordiale.
      On ne peut espérer triompher du tribalisme que par l’universel, et pas par un tribalisme concurrent. On ne peut triompher de la guerre que par la paix, pas par une "guerre préventive" ou une "der des der". On ne peut triompher du totalitarisme que par la prise de conscience et le courage individuel, pas par un totalitarisme "national". Impérialisme capitaliste, impérialisme collectiviste et impérialisme nationaliste sont trois visages de la violence impériale. Il y a mieux à faire que de jouer l’un contre les autres.


    • #556258

      "Le peuple allemand qui demeure la plus grande victime des deux premières guerre mondiales" dites-vous : bravo ! C’est tout à fait vrai. Les Juifs ont morflé aussi, grave, mais ça ne serait pas arrivé si les anglo-saxons n’avaient pas voulu détruire l’Allemagne qui les gênait.


    • #557665

      Bravo Irchâd


  • #556126

    Quenelle de 175 de cet allemand digne et honnête ( comme la plupart des allemands). En tout ça c’est fou ce qu’il est plus crédible, et je m’arrêterai la vu la censure sioniste en "France"


  • #556130

    Bonjour,

    Je conseille à tout les lecteurs de cet article de le compléter également en regardant les vidéos d’interview de Léon Degrelle, chef du mouvement Rexisme en Belgique, et ami proche d’Adolf, et de beaucoup de SS de l’époque, etc.
    Ses réponses confirment également l’interview du monsieur de cet article.

    http://www.youtube.com/watch?v=tlk8... Très très passionnant ! Il parle vraiment de son expérience dans le milieu etc, ce qui s’est passé en vérité (ce qui rejoint l’autre interview), qui était Adolf en tant qu’ami proche, etc. Je conseille vraiment de regarder.


  • #556132

    On nous aurais mentis... Réponse d’une mère juive a son fils un peu perplexe vis a vis de la deuxième guerre mondiale : "si un groupe individu s’organise pour s’attaquer a une communauté, c’est parce que cette communauté posait problème"...
    Je crois que le plus gros indice négationniste est cette loi "gay-sot".


  • #556140

    ca rend toute chose ce temoignage ...

    Ruhe in Frieden Kamerad


  • #556145
    le 13/10/2013 par Gilles from N.
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    C’est une bombe, ce truc !


  • #556161
    le 13/10/2013 par gauloissauvage
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Que cet Homme repose en paix, je le respecte,
    bien que je demeure un gaulliste convaincu et donc opposé au racisme biologique hitlérien.


  • #556164

    Où peut-on consulter le texte original intégral non censuré, svp ?
    Merci.

     

  • #556167
    le 13/10/2013 par Crylovitch
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Vous êtes un chevalier monsieur vos (et nos) ennemis ne sont que des sous hommes.Merci de votre témoignage respirant de vérité.Paix a votre âme.


  • #556182

    Il fait vraiment plus digne qu’une Simone Weil.

     

    • #556303
      le 13/10/2013 par Piratejenny
      Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

      De quelle personne parlez-vous ? Parce que s’il s’agit de la philosophe Simone Weil, je pense qu’elle est infiniment plus respectable qu’un ancien officier SS. Vérifiez l’orthographe des personnes que vous nommez svp.

      Desolée j’ai du mal avec ce genre de témoignage. Peut-être parce que mes grands-pères et oncles étaient dans le maquis pendant la guerre, peut-être parce que je viens d’une région, le Limousin, qui a beaucoup souffert du passage de la division das Reich. Germaniste de formation, j’ai beaucoup d’admiration pour la culture allemande, mais là j’avoue les messages de fans de cet officier, c’est limite indécent. On peut être en désaccord avec la loi Gayssot, sans pour autant tomber en pâmoison pour le discours révisionniste d’un ancien officier nazi.


    • #556367
      le 13/10/2013 par Roger Murtaugh
      Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

      @Piratejenny

      Je respecte les souffrances endurées par votre famille. Toutefois, il faut comprendre que la guerre de partisans n’est pas une guerre juste.

      Un Allemand qui se pointe en uniforme dans un village Français s’affiche ouvertement, loyalement, en ayant conscience que tout le monde peut clairement l’identifier......

      Mais si on veut combattre ce soldat, on doit, soit même, endosser un uniforme.....Se déguiser en civil pour frapper, par derrière, un soldat ennemi en uniforme qui, logiquement, ne se méfie pas de vous (et ne peut donc pas se défendre), c’est lâche, c’est contraire aux lois de la guerre.

      Les maquisards, par leurs comportements parfois irresponsables, ont indirectement condamnés à mort des civils Français innocents, victimes des représailles Allemandes......Des représailles parfois cruelles, certes, mais à partir du moment ou on enfreint des règles, il ne faut pas s’étonner que votre ennemi, ensuite, en fasse de même !!


  • #556191
    le 13/10/2013 par goytoutcourt
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Comment faire passer ce message ? Ils ont tous pris la pilule bleue ! Zombifié, lobotomisé comment démystifier la chose ? Mensonge intégral... que du pipeau, de l’intox à coup de millions... Cela confirme les recherches de V. Reynouard (par exemple), le temps est le plus grand révélateur, mais le plus tôt sera le mieux car j’en ai plein le c**. "Le mensonge est exacerbé" comme ne cesse de dire A. Soral...


  • #556192
    le 13/10/2013 par bobforrester
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    bonjour

    Je suis fils de déporté . Mon père a été capturé par des flics collabos et remis aux nazis. Il a été torturé , ce n est pas original certes, par la gestapo . Il était passeur et dernier survivant des 9 composant son réseau ( Ajax sur le Doubs) . Par suite d’une erreur il fut déporté au lieu d être fusiller .Deux ans à Dachau, l enfer qu il m a décrit des années durant le soir quand nous étions seuls à la maison et qu il était bourré , à jeun il n en parlait jamais !
    Cette ordure nazi qui minimise un max , passe allègrement sur ce genre de faits : la faim alors que les fermiers allemands du coin se goinfraient - mon père l a vu- , l exploitation esclavagiste de la force de travail affamée , sur les milliers d Oradour sur Glane en URSS et ailleurs. Les exécutions de masse qu ils ont filmées eux mêmes un peu partout en Europe de l’Est notamment . les massacres de centaines de milliers russes de prisonniers. En extrême orient les Japonnais ont fait la même chose à Nankin notamment avec des civils déarmés.
    Ses déclarations sur les falsifications et les massacres aériens des vainqueurs ne sont pas un scoop , on le sait tous : les salauds sont partout !
    Il n a pas envie d être assimilé aux criminels de masse sadiques, on peut comprendre ça si ce n est pas son genre. Ca ne prouve seulement que tous les nazis n étaient pas des fumiers sans plus . Ce qui m ’étonne c est que des gens applaudissent à ce genre de justification !
    qu ils lisent- donc Mein Kampf et ils comprendront les objectifs de cette (autre) race soi disant supérieure !

     

    • #556203

      Ce qui m’etonne c’est tout le trouble et les incoherence de l’histoire officielle. J’aimerais pleurer avec toi mais on nous prend trop pour des c..., on nous vole et ils disperse le vice... Donc permet nous de ne pas les croire.
      C’est fou ca. "A la fin des temps le sage devra vivre cache". On y est.


    • #556265

      Ce que tu décris n’a aucun rapport avec le nazisme. C’est juste l’histoire du monde à n’importe quelle époque. Le fait de vouloir faire porter le chapeau à l’Allemagne pour toutes les saloperies de l’être humain, c’est pousser le bouchon un peu loin il me semble, et pour le coup digne d’un raisonnement réellement extrémiste.


    • #556268

      Epargne nous tes témoignages bidons . Il faut toujours qu’un indigné de pacotille sorte de nulle part pour nous rapporter une histoire invérifiable qu’il tient d’un de ses proches qui a miraculeusement survécu alors que tous les autres sont morts.
      Je ne m’attarde même pas sur le climat politique qui doit régner dans une famille d’ex-passeur torturé par les "Boches" et rend douteux tout témoignage à ce sujet...
      La pluaprt des gens sont des médiocres qui, pour se donner l’impression d’appartenir à l’histoire et d’être importants, raconteraient n’importe quoi.


    • #556291
      le 13/10/2013 par Acte patriote
      Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

      Il dénonce lui-même l’erreur fatale d’Hitler d’avoir promu la supériorité de la race aryenne ! Il ne nie pas les exactions ! Il les replace dans le contexte d’état de guerre et précise qu’elles ont émané des 2 camps !
      Plus intègre que le rejet d’office du débat sur Guatanamo ou sur le sort du peuple palestinien ! Et plus honorable que l’hommage officiel rendu au Général Giap !
      Les nazis allemands restent des ennemis envahisseurs de la France mais il y a le devoir de l’historien plus tangible que la propagande en soi suspecte, sur un devoir de mémoire par nature peu fiable et très scabreuse !
      Vous avez raison, il faut sans cesse défendre la vérité mais toute la vérité ! C’est çà, la liberté et la justice !!!
      Les alliés de force ou par opportunisme, ont de moins en moins la capacité de se dégager moralement et historiquement des horreurs commises pendant et depuis la seconde guerre mondiale !!!


    • #556344

      As-tu lu entièrement son entretien avant de parler ?

      Cet ex-officier parle des conditions difficiles dans le contexte de la guerre, notamment en Allemagne à l’approche de sa défaite. Pénurie de vivres, maladie et absence de soin, ça fait des ravages !

      Quant aux aux Japonais, il mentionne l’accusation mensongère comme quoi ils auraient mangé leurs ennemis...

      Plus c’est gros et plus ça passe.
      La diabolisation pour déshumaniser son ennemi et justifier le pire des traitements à son égard, est une pratique vieille comme le monde. Instruisez-vous bon sang !


    • #556347

      @Wil

      T’as raison, l’Allemagne n’a jamais envahi la France, c’était sûrement des soldats du mossad déguisés en soldats allemands.


    • #556398
      le 13/10/2013 par Θανατονπατισας
      Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

      Bonjour,
      mon père est né en 1941, orphelin de père, pas mort au combat ni en tant que prisonnier mais de maladie. Ils étaient 3 enfants plus ma grand-mère, veuve donc. Ils ont crevé un dalle faramineuse... Un jour, désespérée pour elle et ses enfants, ma grand-mère qui savait manier la plume, à écrit en personne au maréchal Pétain pour lui détailler la triste situation dans laquelle ils se trouvaient tous les 4. Dans le courrier de réponse elle eut la surprise de trouver des billets qui lui ont permis de subsister un peu mieux avec ses enfants. Elle poursuivit son échange épistolaire avec le Maréchal, et à chaque réponse qui ne manquait pas, de l’argent était joint au courrier. Grâce à ce "salop" mon père, sa sœur et son frère ont pu manger et peut-être éviter une plus grande misère. À la libération ma grand-mère a brûlé ces lettres (je le regrette mais je la comprend). Alors moi aussi, à ma modeste mesure et avec mon petit témoignage je suis un "révisionniste". Et si un jour j’en ai l’occasion j’irai fleurir la tombe du Maréchal pour le remercier.


    • #556607

      C’est bizarre de toujours trouver le guignol nous conter l’histoire de son papa ou de son papi pour dire la vérité : accessoirement torturé par la gestapo, déporté....la totale !!! C’est que ça apporte plus que de s’être battu sur le front ou être mort au combat.
      Il faudra un jour apprendre aux gens qu’une expérience ne suffit pas à faire une vérité générale et universelle, malheureusement dans le règne de la médiocrité,où le roi des cons qui s’expriment, a l’impression d’être un prix nobel......individualisme oblige !
      Merci de citer également les crimes des crapules maquisardes, des volontaires qui se sont battues éxecutés par les "démocrates communistes", les prisonniers dans les camps alliés acculés à la mort ou à l’engagement des guerres coloniales des Empires perdus......j’en passe
      Moi aussi j’ai des histoires de famille. Rigolo va ! Comme tous ceux qui ont des aïeux qu’ils ont connus.
      Certains m’ont rapporté plus de témoignages proches de ceux d’un Rassinier que d’une Simone Veil.
      De plus il est quand même incroyable d’idéaliser les témoignages de ses proches parce qu’ils confortent ses propres convictions. Ils sont forcément dignes de vérité ; Pardi !


  • #556209

    Mouais... ya peut-être eu de l’abus dans le comptage des morts mais nier l’horreur qui s’est perpétrée dans ces camps... les atroces expériences du Dr Mengele etc... on ne pourra jamais justifier ou amoindrir la portée de ces actes ignobles...

     

    • #556273

      Oui tu as parfaitement raison. On ne pourra jamais justifier l’irradiation des écoliers américains par des scientifiques qui prétendaient les rendre ainsi supérieurs (à qui ? à quoi ? hein ?), les expériences sur le cerveau des programmes MK de la CIA qui se sont empressés de reprendre et poursuivre les mêmes études. Et je ne parle pas des armes chimiques, de la propagande Nazi, pardon, Bernaysienne pour manipuler les esprits. Expériences sur le cerveau, manipulation des esprits, la boucle est bouclée. Tout cela inventé par les Nazis ma bonne dame.
      Vraiment les nazis étaient très méchants.... Etonnant qu’autant de génie (cf. Timsit) leur ai fait perdre la guerre ! Bizarre.


    • #556280

      "Actes ignobles" dont la "véracité" a été établie à charge par les communistes - spécialistes de la désinformation et la manipulation faut-il le rappeler ? - lors du procès de Nuremberg dont je rappelle deux articles statutaires éclairants (source "mémoire juive et éducation") :

      "Article 19
      Le Tribunal ne sera pas lié par les règles techniques relatives à l’administration des preuves. Il adoptera et appliquera autant que possible une procédure rapide et non formaliste et admettra tout moyen qu’il estimera avoir une valeur probante.

      Article 21
      Le Tribunal n’exigera pas que soit rapportée la preuve de faits de notoriété publique, mais les tiendra pour acquis. Il considèrera également comme preuves authentiques les documents et rapports officiels des Gouvernements des Nations Unies, y compris ceux dressés par les Commissions établies dans les divers pays alliés pour les enquêtes sur les crimes de guerre ainsi que les procès verbaux des audiences et les décisions des tribunaux militaires ou autres tribunaux de l’une quelconque des Nations Unies."

      CQFD


  • #556215

    La malle à souvenirs est en train de craquer. Si ça se trouve, ils vont nous déclencher la 3e GM juste pour éviter la déferlante


  • #556222

    Et en plus le mec est âgé d’un siècle ! Autant de lucidité dans le propos est effarant !


  • #556236

    Il y a la version originale en italien sur sbribd.com (rerchercher Erich Priebke).
    Si j’utilise google traduction, vous pensez que google tombe sous la loi Gayssot ? :)

     

  • #556240
    le 13/10/2013 par Billy bats
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Respect à cet homme qui n’a pas baisser son froc, un excellent soldat vaillant ! Loin de la caricature qu’en font c’est fils de putes de médias et les juifs d’Hollywood.


  • #556257
    le 13/10/2013 par SpiriusRector
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Les vieux à l’article de la mort n’ont plus de raison de mentir...


  • #556314
    le 13/10/2013 par Billy bats
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Il est mort le jour de mon anniversaire, tout un symbole...


  • #556382

    Une société de connaissance ouverte, héritière des cultures grecque et romaine, peut difficilement accepter une disposition telle que cette loi Gayssot qui soumet le débat public présent et futur à des décisions d’un tribunal militaire (accords de Londres du 8 août 1945), prises il y a plus de 68 ans, alors même que l’histoire de la Seconde guerre mondiale en était au point zéro. N’est-ce pas Georges Clémenceau qui disait "La justice militaire est à la justice ce que la musique militaire est à la musique" ? La France qui a supprimé la justice militaire de la Cour de sûreté de l’État (loi du 4 août 1981) a institué l’histoire militaire ...

    De plus, le caractère rétroactif et ad hoc de la définition du crime contre l’humanité heurte les fondements du droit, dont le principe de non-rétroactivité de la loi pénale.

    L’application concrète de cette disposition oscille entre une injonction de proclamer une croyance aux gazages et l’interdiction d’émettre une incroyance ou un doute quelconque. La loi du 26 janvier 1884, article 3, alinéa 1 (devenu l’article L. 141-6 du Code de l’Éducation), énonçe pourtant un principe fondamental reconnu par les lois de la République (PFRLR) : "Le service public de l’enseignement supérieur est laïc et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique."


  • #556422

    La verité fini toujours par triompher, nous en avons un exemple magnifique ici même...


  • #556476

    "Non, la raison pour laquelle je pense que le nazisme était une erreur complète est d’ordre intellectuel et moral. Le nazisme est né du rejet des prétentions de certaines élites juives à l’élection divine. Il était aussi une réaction allemande à la violence des puissances occidentales et à la menace totalitaire soviétique. Et quel remède a-t-il proposé ? L’élection de la race aryenne, la violence allemande et le totalitarisme national-socialiste ! Il a prétendu combattre ses ennemis en les imitant ! Cette absurdité, qui de mon point de vue suffit à réfuter fondamentalement le nazisme, signait son arrêt de mort. "

    Irchâd, considérez la possibilité qu’il n’y ait point d’absurdité là-dedans et faites le choix de poursuivre la route ou de laisser votre esprit reposer à mi-chemin.

    Si vous décidez d’aller plus loin, vous réaliserez que ce mimétisme idéologique ne pouvait profiter qu’à ceux qui le conçurent.

    Rendez-vous compte : tous les peuples de la terre soumis à l’interdit du suprémacisme ethnico-national... La concurrence est éliminée !

    Les "Droits de l’Homme", la "Démocratie", le "Marché"... Vous voyez ?

     

  • #556498

    - Dans ce témoignage c’est ce qu’il dit de la situation de l’ALLEMAGNE sous la "république de Weimar"qui est intéressant ....Cette situation se retrouvait dans tous les pays d’Europe centrale et orientale : une communauté , minoritaire, d’origine étrangère, utilisant une langue propre , accaparait au plus haut niveau les institutions et rouages de l’état : commerce, industrie, banque,politique, médias, presseet édition, université, santé, magistrature,justice,....Cette question n’est jamais soulevée .Les allemands, les autrichiens ou les tchèques et polonais, ne se sont pas réveillés antisémites un matin de 1933 , ils trainaient leur misère depuis un siècle .


  • #556574

    Un récit infiniment lucide et plein de sagesse. Je m’intéresse au révisionnisme depuis 2010, à l’époque c’était inimaginable de tenter d’en parler à mes camarades lycéens, les temps n’ont pas changé depuis lors. La vérité survit en chacun de nous.


  • #556610

    Je félicite E&R de publier cette interview.
    Ce type de documents ce doit d’être connu pour rétablir la balance qui fait que l’empire anglo-saxon passe pour un modèle de sainteté, ce qu’il n’est assurément pas. Le troisième Reich ne l’était pas non plus.
    Il faut pouvoir apprécier la vérité des deux cotés pour avoir une juste vue d’ensemble, et ainsi accéder à la Vérité historique de cette période, pierre angulaire de l’entreprise satanique pour le contrôle totale de l’Homme et de la Terre. Ce qu’il est bon de rappeler c’est que le mal revêt de multiples formes pour arriver à ses fins ; et possède, dévie, qui ,faible d’âme et de cœur, veut bien le servir.
    Nous sommes tous concernés.
    À cela j’ajouterai que pour mener à bien la quête de la Vérité, il faut s’y préparer. Faire un travail conséquent sur soi-même, une guérison pour ainsi dire, afin d’éviter la corruption de l’esprit.
    Pour paraphraser ceci je noterai la vision bassement manichéiste de certains membre d’E&R, au regard de leurs commentaires. Sans vouloir les juger, je leur dirai de ne pas oublier que dans tout combat, la plus solide des épées est celle forgée par l’Amour et la Connaissance.

     

    • #556730

      Merci à E&C
      et @ sambar

      D’accord avec votre commentaire .... plein de sagesse

      Et point essentiel : "A cela j’ajouterai que pour mener à bien la quête de la Vérité, il faut s’y préparer. Faire un travail conséquent sur soi-même, une guérison pour ainsi dire, afin d’éviter la corruption de l’esprit"
      Et le plus important l’Amour et la Connaissance......


    • #558061

      Merci Sambar,
      En effet, il s’agit bien d’une guérison ou plutôt d’un chemin de guérison qui amène vers la Liberté notion indissociable de la Responsabilité. Nous sommes responsables de notre guérison tant corporelle que mentale et spirituelle. Ce travail se doit d’être fait avec patience, confiance et persévérance.
      Le témoignage de cet Homme de 100 ans est profond et réconciliant. Merci E&R.
      Dans l’espoir que nos épées (forgées par l’Amour et la Connaissance) s’unissent contre la Tyrannie et le Mensonge.


  • #556935
    le 14/10/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Aux censeurs, je précise qu’il n’est pas question de douter de l’horreur des camps de concentration, quand bien même ils auraient fait une seule victime, cela aurait été une victime de trop.
    Ainsi, le discours d’un vieil officier nazi n’a pas plus d’importance que le récit d’une victime, les deux peuvent (se) mentir, pas les lois de la physique.


  • #557058
    le 14/10/2013 par Bernard Henri Le VIT
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    A l’instar d’un Faurisson cet homme "transpire" la verité qu’il repose en paix....


  • #557235
    le 14/10/2013 par Mojo Risin
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Je me souviens de mon grand-père au même âge. On aurait pas pu avoir un échange aussi soutenu. Faut croire que le sport, les voyages et l’amitié maintiennent en forme. En tous les cas, merci au site de ce nouvel éclairage. Je salue votre courage car clairement c’est sur ce genre de sujet, malgré toutes les étoiles dues à la loi Fabius-Gayssot, que des gens mal intentionnés vous attendent au tournant. Ce genre de témoignage est très important. Il en faudrait plus. Dernier point : une shoa peut-être réalisée par un système organisé et inconscient plus trente personnes (et encore). A partir de là, tout va très vite et très simplement.


  • #557407

    Priebke révèle beaucoup de vérités et assume certains des erreurs du 3ème Reich, mais il ne faut pas oublier que cet ancien officier a certainement changé de personnalité et d’opinions entre sa période en tant qu’officier et plus tard : vu les dégâts que les nazi on provoqué par exemple, chez les Russes et les Slaves car Hitler considère ouvertement dans Mein Kampf que les Slaves est une race à annihiler, je penses que cet homme durant la 2ème Grande Guerre était plus ou moins différent.
    De même Hitler a commis des crimes sur des Juifs qui ne sont responsable de la catastrophe financière des années 30, car ils ne font pas partie de la grande bourgeoisie. Dans ce cas de figure l’histoire donne raison à Marx : la priorité c’est la lutte contre l’élite, cad la lutte des classes. Hitler est limité par une lutte des races qui est une belle bêtise, d’autant plus paradoxal que le nazisme est clairement financé par les judéo-protestants de Wall Street d’après Sutton !
    En clair la politique de Hitler est une réponse, qu’on peut comprendre, face à la Terreur américano-sioniste mais une part du "remède" du 3ème Reich est malheureusement le miroir du racialisme Juif et protestant américain, version germanique(que Priebke assume), c’est au fond le même logiciel...
    Pas surprenant qu’une part des projets de l’aviation américaine des années 50, de la NASA, et de la CIA (surtout le projet MKULTRA) ont pour cerveaux d’ancien Nazi...


  • #557517
    le 14/10/2013 par Mojo Risin
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Les opinions de monsieur Priebke constituent une doxa très cohérente. A l’âge de 100 ans, il n’oublie rien de rien. De l’antisémitisme issu du XIXe siècle à la mortalité des prisonniers de guerre allemands après le conflit, de "l’alibi" de la Shoa dans la politique israëlienne etc. Tout ça à l’âge de 100 ans. Quelqu’un peut-il me dire où et quand a été réalisé cet entretien, par qui et dans quelles conditions (dans quelle langue, en combien de temps etc.) Et enfin, qui l’a publié ? Où peut-on trouver la version originale ? En tout cas, je ne trouve rien sur International Busisness Times, hormis une nécrologie qui ne mentionne pas ce document.


  • #557535

    Franchement, les ******* ****** d’astérisques, ça tue ! Cette ********* de loi Gayssot fouette l’anti-constitutionnalité à plein nez !


  • #557601

    Le texte en Francais sans asterisques
    http://leschroniquesderorschach.blo...

    (ma premiere tentative n’a pas passée la moderation. Pourquoi ??)


  • #557675

    Quand il a parlais des bombes atomique au japon il ma fait réalisé qui été les vrais mechant et manipulateur


  • #558399
    le 16/10/2013 par Lindia-song
    Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

    Etonnant, cet acharnement sur sa dépouille mortelle !

    SOURCE - Laurent Larcher - La Croix - 15 octobre 2013
    La Fraternité Saint-Pie-X d’Albano, en Italie, a célébré les funérailles du SS Erich Priebke mardi 15 octobre, mort vendredi 11 octobre à l‘âge de 100 ans à Rome

    La cérémonie privée s’est déroulée à 17 h 30. Elle a suscité de nombreuses protestations de la part des habitants d’Albano, en premier lieu de son maire Nicolas Marini  : il a émis une ordonnance pour interdire le passage sur le territoire de sa commune de la dépouille du criminel nazi que le préfet de Rome a annulé  !
    Le transport de sa dépouille de la morgue (où il reposait depuis vendredi) à Albano ne s’est pas fait sans incidents. La police antiémeute a été dépêchée sur place pour permettre au convoi funéraire d’accéder à la chapelle de la Fraternité Saint-Pie-X. On ne sait toujours pas où l’ancien capitaine SS sera inhumé.
    .....

    Le maire de Rome, Ignazio Marino, a refusé l’idée d’un enterrement de Priebke dans la capitale italienne aux motifs d’ordre public, même si la loi prévoit normalement que les personnes décédées dans la municipalité puissent y être enterrées.

    Une autre piste avait été avancée  : celle de l’Allemagne. En tant que citoyen allemand, « il peut naturellement être inhumé en Allemagne », a expliqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères allemand. « Mais le gouvernement n’a ni motif ni raison de se prononcer sur le lieu où M. Priebke sera ou devrait être enterré. Il n’y a (…) aucune sollicitation officielle de la part des autorités italiennes. C’est une décision que les proches de M. Priebke doivent prendre », a-t-il ajouté.

    L’INCINÉRATION

    Devant ce blocage, le président de la communauté juive de Rome, Riccardo Pacifici, avait proposé au début de la semaine  : « S’il n’y a pas d’autre solution, alors il faudrait procéder à l’incinération et disperser ses cendres comme le furent celles de nos grands-parents ».

    Une solution proposée également par le directeur du Centre Simon Wiesenthal, Efraim Zuroff  : « la solution la plus efficace pour qu’il ne reste aucune trace d’un criminel nazi comme Priebke. Le cadavre de Hitler a été brûlé, et cela s’est révélé la solution la meilleure, parce que cela permettait la destruction de tout ce que le nazisme avait représenté », a-t-il déclaré au quotidien italien La Stampa.

    LAURENT LARCHER

     

    • #573130
      le 31/10/2013 par Daoud Abu Hurayrah
      Entretien avec Erich Priebke, ex-officier nazi

      Aux States, même le plus abject et ignoble criminel a le droit avant son execution de prier selon la foi de son choix et après d’être mis en terre selon le rite de son choix ! Le fait d’accepter sa dépouille ne signifie pas qu’on est d’accord avec ses idées ou ses actes, mais que l’on respecte les défunts quels qu’ils soient et que l’on laisse leur Jugement a Dieu. Qu’on l’enterre donc selon ses souhaits dans le respect des défunts independemment de ce qu’il a commis comme horreurs, Il comparait devant le Juge Suprême qui le jugera en toute justice et a qui nul ne pourra rien cacher !


Commentaires suivants