Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Entretien avec Gilad Atzmon

Propos recueillis pour E&R par Alimuddin Usmani le 4 avril 2014

Gilad Atzmon a animé une conférence à Genève le 20 mars dernier. Il revient sur celle-ci ainsi que sur d’autres questions d’actualité.

 

Alimuddin Usmani : Gilad Atzmon, votre conférence à Genève a été un succès. Des personnes de toutes origines sociales, de différentes cultures, de toutes générations sont venues écouter vos explications sur la politique juive identitaire. Avez-vous le sentiment qu’un nombre croissant de personnes est sensible à votre discours ?

Gilad Atzmon : Je n’ai aucun doute sur le fait que mes idées deviennent populaires et atteignent de nouveaux cercles. Cependant, un nombre non-négligeable de personnes, qui suivent ma pensée, semblent ne pas comprendre réellement d’où je viens et ce que j’essaie d’accomplir. Je ne suis ni une personne politique ni un activiste. Je suis un artiste et un penseur et je crois que mon devoir est de rétablir l’esprit d’Athènes, la capacité à penser de façon libre, de rechercher la vérité, de poser des questions, de faire des jugements, de penser de façon éthique et de réviser nos idées en avançant. Je suis essentiellement un opposant à Jérusalem, qui est une tentative de réduire l’univers en un mode de pensée binaire et en lois castratrices qui défient les aspirations naturelles à la liberté, toujours au nom d’une certaine forme de conformité.

 

Durant votre discours vous avez fait allusion à ces jeunes juifs américains qui sont fascinés par le mode de vie israélien et qui émigrent en Israël. Pensez-vous que la plupart de ces jeunes sont, par la suite, déçus de ce choix ?

Certains le sont, d’autres pas. Je suggère qu’on cesse de juger la politique juive de manière statistique. Il ne s’agit pas de savoir si l’on parle de Moïse ou de Haïm. Nous avons affaire à un discours idéologique. Dans ma discussion et dans mes livres, j’explique qu’il existe des aspirations à contre-courant entre la diaspora juive et les Israéliens. Dans l’imaginaire de la diaspora, l’Israélien est un type branché, qui pilote des F-16, largue des bombes à distance et se prélasse sur la plage le dimanche. Israël remplit l’identité juive émancipée et creuse avec du contenu. C’est ce qui manque à la diaspora juive. De son côté l’Israélien est content de pouvoir tout quitter et déménager à Los Angeles ou à Brooklyn, faire de l’argent, marier une « shikse » (non-juive) et faire un barbecue le dimanche. La raison à tout cela est très simple. Les Israéliens sont comme les Français, les Américains ou les Britanniques, leur identité est axée sur la géographie. Lorsqu’ils quittent Israël, ils adoptent souvent une nouvelle nationalité à l’instar d’autres communautés immigrées. En d’autres mots, le sionisme a réussi à implanter une orientation géographique au juif israélien et cette orientation est parfois remplaçable.

 

Un petit nombre de Palestiniens présents dans la salle semblaient contrariés par le fait que vous ayez suggéré qu’il n’existait pas de véritable Palestinien qui pouvait incarner la résistance. Avez-vous souhaité les provoquer afin qu’ils réfléchissent de manière différente face à leur ennemi ?

En réalité, j’étais extrêmement préoccupé avant cette conférence. Il s’agissait de la première tentative d’exploration du dénommé « conflit israélo-palestinien » du point de vue de la psychologie de l’évolution. Pour la première fois quelqu’un a fait une comparaison entre l’élite juive israélienne et l’élite palestinienne. Le sujet est effectivement très inquiétant mais je pense qu’il peut permettre aux Palestiniens de mieux comprendre à quoi ils font face. Leur faillite en cours est vraiment bien plus troublante.

Comme vous l’avez probablement remarqué j’étais désolé parce que je me sentais sincèrement mal pour les Palestiniens présents. Il était intéressant de noter qu’il y avait beaucoup d’Arabes et de Palestiniens dans la salle, et ils étaient plutôt nerveux. Pour la première fois, ils ont saisi le raisonnement de la trahison en cours de leur propre élite.

Néanmoins, vers la fin de la discussion, un Palestinien d’âge moyen m’a demandé de suggérer des moyens d’action. Et c’est précisément ce que je refuse de faire. Je suis là pour peaufiner la question. C’est aux gens du public de trouver les réponses par eux-mêmes et d’agir en conséquence. Ceci est la vraie définition de la pensée éthique, faire des jugements et prendre ses responsabilités.

 

Au XXe siècle, le sionisme a tiré de solides bénéfices de deux événements. 1917 a vu naître la déclaration Balfour et 1948 a été marquée par la naissance de l’État d’Israël. Ces deux événements ont eu lieu soit pendant ou peu après un conflit mondial. Est-ce une simple coïncidence ?

Les gens intelligents ne croient pas aux coïncidences. Au lieu de cela, ils produisent des explications causales, ils replacent les choses dans leur contexte. Ces deux événements représentent l’aboutissement du lobbying sioniste planétaire incessant, qui n’a aucun précédent dans l’histoire humaine. Ces deux événements sont un aperçu du pouvoir juif. Il est loin d’être surprenant que l’intelligentsia juive et la gauche investissent des efforts considérables pour divertir l’attention par rapport à ces deux événements. Cela ne peut pas nous surprendre car, comme vous le savez, j’estime que la vraie signification du pouvoir juif, c’est la capacité à réduire au silence les discussions sur le pouvoir juif.

Il est plus que temps d’avoir une discussion sur le rôle de l’élite juive américaine qui a poussé l’Amérique à entrer en guerre en 1917 en contrepartie de la déclaration Balfour. J’aimerais profiter de l’opportunité pour recommander à ce sujet le nouveau livre d’Alison Weir : Against Our Better Judgment : The hidden history of how the United States was used to create Israel (En dépit de notre bon sens : l’histoire secrète de l’utilisation des États-Unis pour la création d’Israël).

 

Selon certaines sources, l’espion Jonathan Pollard, actuellement détenu par les États-Unis, pourrait être libéré en échange de centaines de prisonniers palestiniens [1]. Comment se fait-il qu’Israël soit souvent prêt à libérer des centaines ou des milliers de ses ennemis contre un seul ressortissant juif ?

C’est effectivement une question très intéressante. Pollard est évidemment un espion juif qui a trahi son pays d’accueil, les États-Unis, et a vendu ses secrets à l’État juif. Il a été révélé récemment que Pollard a offert ses services à d’autres pays. Et comme si cela ne suffisait pas, Pollard a aussi trahi Israël quand il a cherché à obtenir l’asile à l’ambassade israélienne à Washington alors même qu’il avait compris que le FBI était sur le point de l’arrêter. En agissant ainsi, il a trahi ses expéditeurs.

Deux explications me viennent à l’esprit. L’explication flagrante est culturelle. Je souhaite me référer à la phrase talmudique araméenne « Kol Yisrael arevim zeh la-zeh », qu’on peut communément traduire par : « Tous les juifs (ou tous les gens d’Israël) sont responsables les uns des autres. » Les juifs sont censés prendre soin de leurs congénères, ils ne peuvent pas se détacher d’un membre de leur tribu. De la même façon, lorsque l’escroc adepte du système de Ponzi, Bernie Madoff, a été attrapé, le monde juif a été choqué d’apprendre que les juifs ou les organisations juives ont pu être victimes de ce malicieux vaurien. Ils étaient sous le choc car les juifs sont censés prendre soin les uns des autres.   Mais il est également possible que le lobby juif et Israël testent tout simplement les limites du pouvoir juif. Après tout, la libération d’un traître américain, dans le but d’apaiser Israël et les juifs, serait considérée comme une grande victoire au sein de la communauté juive américaine.

 

La France a nommé récemment Manuel Valls au poste de Premier ministre. L’ancien ministre de l’Intérieur s’est illustré pour avoir tordu le bras à la justice française dans l’affaire Dieudonné. Il a aussi proclamé devant un parterre de la communauté juive qu’il était « par sa femme éternellement lié à la communauté juive et à Israël ». Comment réagissez-vous à cette nouvelle nomination ?

La réaction anglaise adéquate serait de suggérer que « Manuel Valls a été pris en flagrant délit de coucherie avec Israël ». Cela peut certainement nous aider à défier l’antisémitisme. Nul besoin d’être juif pour soutenir le sionisme. Coucher avec lui fera également l’affaire.

Retrouvez Gilad Atzmon chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #780193
    le 06/04/2014 par Bachar
    Entretien avec Gilad Atzmon

    Génial Gilad ! Grâce à lui on arrive à décrypter la mentalité de la communauté juive organisée, ce qui doit profondément l’énerver. Pas mal la petite quenelle sur Valls à la fin. On se réjouit de découvrir l’intégralité des entretien sur Kontre Kulture !

     

  • #780266
    le 06/04/2014 par Chrisgeorg
    Entretien avec Gilad Atzmon

    ’’j’estime que la vraie signification du pouvoir juif, c’est la capacité à réduire au silence les discussions sur le pouvoir juif.’’
    A graver dans le marbre !

     

    • #780728
      le 06/04/2014 par Tumie
      Entretien avec Gilad Atzmon

      j’ai eu la même réaction ! phrase à retenir !
      ainsi que de celle-ci "Les juifs sont censés prendre soin de leurs congénères, ils ne peuvent pas se détacher d’un membre de leur tribu." ce qui explique tous ces acolytes juifs serrés sur la tribune du Trocadéro pour écouter l’hystérie de Valls . le peuple élu en rang serré (Marec Halter & co !aucune vergogne ! ) on a de la peine à y croire !


  • #780312
    le 06/04/2014 par Féthi
    Entretien avec Gilad Atzmon

    Moi non-plus je ne crois pas aux coincidences (bien que je n’ai pas la prétention de me considérer comme intelligent)...et de par mon expérience,ce que je constate,c’est que la descendance des Juifs et des Arabes d’Algérie semble malgré-elle faire un pied-de-nez au décret Crémieux en se mélangeant entre eux,sans même rien connaître les uns des autres,une chose que j’ai toujours du mal à m’expliquer rationnellement (j’ai des tonnes d’exemples,dont moi-même,ça ne peut donc plus consister en une coincidence isolée)...si quelqu’un souhaite étudier la question,il y a là un vrai sujet d’étude (je viens encore de rencontrer un type dont les parents sont "mixtes" et originaires d’Algérie)...j’ai même une sorte de vertige qui me prend quand j’y pense,c’est grave docteur ?(mémoire cellulaire ?autre ?aidez-moi s’il vous plaît !)...Féthi

     

    • #780955
      le 07/04/2014 par Gerard John Schaefer
      Entretien avec Gilad Atzmon

      Salut, Féthi !
      Je suis d’une commune voisine de l’ex-maire du Raincy Eric Raoult, et je peux te dire que ça ne se mélange pas du tout, ici !
      Ceci dit, Gilad a raison : "Nul besoin d’être juif pour soutenir le sionisme. Coucher avec lui fera également l’affaire."

      On parle d’autre chose, même si la frontière mafieuse est poreuse.


    • #781228
      le 07/04/2014 par Féthi
      Entretien avec Gilad Atzmon

      @Oh Gégé ! alors ça se mélange pas vers là-haut ?ils sont tous homo c’est pour ça(blague à deux francs,excuse-moi !)...sérieusement,de mon côté,plus au sud,j’en suis à quelques uns de couples Juif/Arabe dans mon entourage,avec des parents originaires d’Algérie,ça commençait à me travailler...d’ailleurs j’ai croisé un "Ayoub" la dernière fois dans ce cas,le papa Arabe et la maman Juive,venus d’Algérie,j’ai pas pu m’empêcher de le taquiner,trop facile("t’as pas un skinhead aussi dans ta famille ?" je riais tout seul,comme un cancrelas qui sort du bar si tu veux)...dans tous les cas ça prouve bien que le microcosme sionard parigo ne représente pas du tout l’ensemble des Français Juifs,c’est plutôt une bonne nouvelle(ceux dont je te parle,izzrael,ils y sont jamais allé et ils en ont rien à fo.tre)...hasta la vista,olé !(c’est du Catalan,ça veut dire "vive la dictature républicaine")...Féthi


  • #780456
    le 06/04/2014 par John Wayne
    Entretien avec Gilad Atzmon

    "Les Israéliens sont comme les Français, les Américains ou les Britanniques, leur identité est axée sur la géographie. Lorsqu’ils quittent Israël, ils adoptent souvent une nouvelle nationalité à l’instar d’autres communautés immigrées."

    J’avais dit quelque part sous un autre article que les israéliens deviendraient "antisémites" dans quelques décennies. Cette remarque d’Atzmon m’y fait penser, et je continue de le penser.


  • #785081
    le 12/04/2014 par solaine
    Entretien avec Gilad Atzmon

    M. Gilad Atzmon sait de quoi il parle et c’est très intéressant de le lire.
    Merci à lui et que Dieu le protège !
    Quand il dit à la fin de son interview : « Nul besoin d’être juifs pour soutenir le sionisme. Coucher avec lui fera également l’affaire », pour moi je sous-entends qu’il parle de « promotion canapé »... quitte à se faire détester par celui ou ceux qui se sentiraient visés. Sacré Gilad, va !