Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Équateur : la trahison de Lenin Moreno et le désastre qui s’annonce

L’ancien président équatorien, Rafael Correa, et son vice-président, Jorge Glas, sont victimes d’une persécution et d’une judiciarisation antidémocratique de la politique. Elles sont perpétrées par le président actuel, Lenin Moreno, et ses alliés, les partis politique d’extrême droite, dont les leaders sont Guillermo Lasso, Jaime Nebot, Lucio Gutierrez, Abdala Bucaram, Dalo Bucaram, Cintia Viter et Cesar Trujillo, avec tous les médias privés, chargés de manipuler l’opinion publique, et la complicité des États-Unis, désireux de réinstaurer une politique néolibérale qui privilégie seulement l’élite.

 

Comme tout le monde le sait ici, les anciens élus ont travaillé durant dix ans, entre 2007 et 2017, pour une transformation sans précédent du pays.

Avec la réforme de la Constitution de Montecristi en 2008 (élaborée par une Assemblée constituante), ce texte est devenu l’une des constitutions les plus humanistes et écologistes du monde, permettant ainsi le développement d’infrastructures inédites, la stabilité politique et économique, la crédibilité internationale et un aménagement régulier du territoire.

Les pratiques de lawfare (utilisation du droit comme arme de guerre), avec la complicité des institutions qui devraient garantir la justice, servent aujourd’hui à poursuivre nos leaders politiques qui ont changé le destin de l’Équateur. Le vice-président, Jorge Glas, incarcéré depuis le 2 octobre 2017, a été condamné à six ans de prison. Il a été accusé de recevoir des pots-de-vin de la part de l’entreprise brésilienne Odebrecht (entreprise qui s’est implantée notamment dans toute l’Amérique latine par le biais de la corruption), sans aucune preuve, avec l’appui d’un ancien Code pénal, et des charges fondées sur la confession des hauts responsables de cette entreprise (qui ont plaidé coupables et qui malgré tout n’ont pas été condamnés).

Aujourd’hui, l’ancien président Rafael Correa est lui-même poursuivi, avec le même procédé de diffamation, avec la complicité des médias, en utilisant de faux témoignages tels que celui de Fernando Balda (dirigeant politique opposé à Correa), qui joue le rôle de victime et accuse Rafael Correa d’avoir donné l’ordre de le séquestrer quand il fuyait la justice, exilé en Colombie en 2009. Il faut signaler que Balda cumule vingt trois procès pour escroquerie, diffamation, etc. à son actif. Durant son exil en Colombie avec son complice et associé Chicaiza, il vendait des équipements d’espionnage au gouvernement, à l’armée et à la police colombiens, mais aussi à l’entreprise DAS (propriété de l’ex-président de la Colombie Alvaro Uribe, très bon ami de Balda). Tout cela mettait en péril la sécurité de l’Équateur.

[...]

Au service de l’oligarchie la plus riche

Avec la complicité d’un gouvernement totalitaire, qui manipule tous les groupes de pouvoir, Lenin Moreno s’est octroyé le pouvoir par un référendum le 4 février 2018 qui modifie la Constitution de 2008.

[...]

Nous vivons un désastre sans précédent… Ce ne serait pas surprenant que, dans les mois qui viennent, le peuple équatorien connaisse un nouvel exode qui ressemblerait à celui de 1999 (produit des plans d’ajustement imposés par le FMI, un effondrement économique s’est produit qui a poussé à l’exil 20 % de la population). Ce serait la conséquence des « mesures d’austérité » programmées et perpétuées par l’actuel gouvernement équatorien, qui suit un programme très bien organisé par l’extrême droite, les banques, le FMI et les grandes entreprises.

Le nouveau président, Lenin Moreno, a fait adopter une loi, la loi Trole 3, une loi organique dite « d’amélioration de l’appareil productif » en stimulant les investissements étrangers et en les exonérant des impôts. C’est-à-dire en favorisant l’oligarchie la plus riche et en multipliant les coupes sociales.

Lire la lettre entière sur legrandsoir.info

Pour comprendre l’importance de Hugo Chávez,
chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Faut-il rappeler que depuis septembre 2000, la monnaie officielle de l’Equateur est le dollar US ?

     

    • Merci pour l’info,à titre indicatif,je ne savais pas que l’on pouvait faire d’une monnaie(le dollar),en sachant que celle-çi était un torche cul (1913 ou 14:création de la FED° ,proptégée par l’armée us (soldats payés en vrai/faux dollars ne reposant sur rien),enfin,nous sommes dans un monde bizarre.
      PS:La famille est la meilleur des racines,ainsi que de bons amis(es),cordialement.


  • "Remake" comme le dit Youssef Hindi.
    J’ai lu "11 septembre....73" de Hector Pavon
    .
    Mon avis : Grille de lecture indispensable qui permet de comprendre ce qui se passe en Amérique du Sud.

    Maudit système.

    Vive Soral.


  • "Lenin Moreno s’est octroyé le pouvoir".

    C’est dingue, à une lettre près, ce type a le prénom qui ressemble au nom d’un dictateur. Comment ? C’en est un aussi ? Ah oui, maintenant que vous me le dites. Pourvu qu’il ne fasse pas assassiner son prédécesseur, sa femme, ses enfants, et même son chien.......


  • C’est toujours pareil, il en arrive toujours un pour vendre ce qui ne lui appartient pas au diable (son âme, son pays...)
    J’espère qu’Assange trouvera une issue qui ne l’envoie pas au casse pipe sinon il n’y aura plus de "lanceur d’alerte", même une "grande démocratie" comme la France vient de voter une loi, dite "Secret des Affaires" pour les museler.
    On pourrait remettre les calendriers sur 1984...