Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Espagne : manifestations monstres contre la réforme du Code du travail

Des centaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche dans 57 villes d’Espagne pour dénoncer les réformes du marché du travail récemment adoptées à l’initiative du gouvernement de droite de Mariano Rajoy.

La journée nationale de mobilisation, coordonnée notamment par les deux principales centrales syndicales du pays, les Commissions ouvrières et l’Union générale des travailleurs, a attiré plus d’un million de manifestants, selon ses organisateurs, avec des foules imposantes à Madrid (500 000) et à Barcelone (450 000).

La police estime quant à elle le nombre de manifestants à plus de 100 000, rapporte le quotidien El País, dont 50 000 à Madrid.

Dans la capitale espagnole, le défilé était l’un des plus importants depuis le début de la crise, il y a cinq ans. Pendant deux heures, la foule s’est déplacée de la Plaza de Neptuno jusqu’à la Puerta del Sol, dans le centre de Madrid.

Le gouvernement de droite de Mariano Rajoy, arrivé au pouvoir en décembre dernier, a annoncé une hausse des impôts et une baisse de la dépense publique à hauteur de 8,9 milliards d’euros (11,7 milliards de dollars). Il doit trouver une quarantaine de milliards d’euros supplémentaires pour respecter les objectifs budgétaires fixés par l’Union européenne.

Un taux de chômage record

Début février, le gouvernement espagnol a en outre approuvé une réforme du Code du travail qui prévoit réduire les avantages des salariés et renforcer les prérogatives des employeurs.

La réforme du Code du travail supprime notamment le versement d’indemnités de départ représentant 45 jours de salaire par année travaillée pour les salariés reconnus victimes de licenciement abusif, un cas fréquent devant les tribunaux espagnols.

Cette réforme, espère le gouvernement, permettra aux compagnies de gagner en compétitivité et à terme de créer plus d’emplois en Espagne, frappée de plein fouet par la crise financière mondiale qui a éclaté à l’automne 2008 et qui a fait 23 % de chômeurs dans le pays, soit 5 millions d’Espagnoles, le taux le plus élevé de tous les pays développés.

Pour les manifestants, la réforme du Parti populaire va limiter davantage les droits des travailleurs et entraîner de nouvelles vagues de licenciements.

Dimanche, lors de la clôture du congrès de son parti à Séville, Mariano Rajoy a défendu sa nouvelle loi et a appelé au sacrifice collectif. « Lorsque nous introduisons des mesures difficiles, nous pensons à ceux qui vivent dans les pires conditions », a-t-il déclaré devant les membres du Parti populaire.

« Plutôt que de penser à reconstruire, il faut freiner la détérioration (de l’économie) », a-t-il poursuivi.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’Espagne suit la trajectoire de la Grèce mais attention les Espagnols sont par nature des révolutionnaires ...

     

    • le problème pour l’espagne c’est que si cela bascule dans des violences types révolutionnaires, il n’y aura pas de général franco pour rétablir la situation du pays !


    • justement ça fera tache d’huile dans tout le continent européen et les têtes des traitres qui nous ont vendus aux banques tomberont à moins qu’une dictature militaire se mette en place au niveau mondial mais apparament c’est ce qui se prépare au vu des infos qui nous viennent des USA par Alex Jones . En tout cas si dictature militaire il y a ça m’étonnerait que cela dure longtemps car dés que les familles des militaires seront impactées par les mesures dictatoriales l’armée se ralliera au peuple ...



    • « mais attention les Espagnols sont par nature des révolutionnaires »



      On disait la même chose des Français, jusqu’à ce qu’on voit leur vraie nature de veaux...


    • @Sycomore : pas faux. Mais bon, chez les Français il doit bien y avoir quand même quelques groupes de personnes dignes de l’héritage de la Commune. Quant aux espagnols, sur l’échelle historique, il doit aussi leur rester quelque âme révolutionnaire, il faut pas oublier que c’est en Espagne que les premières tentatives d’abolition de la monnaie ont été mises en œuvre avec parait-il un certain succès


    • A l’époque 36-38, les grandes bases républicaines étaient plutôt dans l’ère linguistique catalane.
      Et les bases de réfugiés en France dans l’air occitane.

      Quand on connait la filiation de ces langues et la particularité de la structure sociale de ces régions.
      Ce n’est surement pas un hasard.

      Les français et espagnols d’aujourd’hui n’ont malheureusement plus beaucoup à voir ...