Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Estelle Mouzin, l’enquête interminable passée trop longtemps à côté de Michel Fourniret

Plus de dix-huit ans après sa disparition, le corps d’Estelle Mouzin n’a pas été retrouvé. S’il a avoué le meurtre, l’ogre des Ardennes ne saurait dire désormais où il a enterré la fillette, laissant sa famille dans l’impossibilité de faire le deuil.

 

Les pelleteuses ont achevé leur travail, jeudi 29 avril, pour faire parler la terre ardennaise. Pendant quatre jours, elles ont retourné méthodiquement chaque mètre carré d’un chemin forestier d’Issancourt-et-Rumel (Ardennes). C’est là que Michel Fourniret aurait enfoui le corps d’Estelle Mouzin, selon les déclarations de son ex-épouse Monique Olivier. Mais ces nouvelles fouilles n’ont rien donné. L’épilogue semble encore loin pour cette énigme qui a débuté 18 ans plus tôt, à 200 km de là.

Il est un peu plus de 18 heures, le 9 janvier 2003, quand Estelle Mouzin disparaît sur le chemin du retour de l’école à Guermantes, petite commune de Seine-et-Marne. La fillette de 9 ans, dont les parents sont séparés, doit se rendre chez sa mère. Peu avant 20 heures, cette dernière alerte le commissariat local. Dès le lendemain, le parquet de Meaux ouvre une information judiciaire pour « enlèvement et séquestration de mineur ». Le service régional de la police judiciaire (SRPJ) de Versailles est chargé de mener l’enquête.

 

Un village entier perquisitionné

Durant les premiers mois de l’enquête, les moyens mis en œuvre pour retrouver la fillette sont colossaux. Les environs sont passés au peigne fin, des plongeurs sondent plusieurs étangs, dont certains, glacés par le froid, sont découpés à la tronçonneuse. Des brigades cynophile et équestre ainsi qu’un hélicoptère sont mobilisés. « J’ai alors la chance à l’époque d’être le patron d’un gros service, la police judiciaire de Versailles, composé de 350 enquêteurs. On n’a clairement pas lésiné sur les moyens », se souvient Jean-Marc Bloch, le commissaire à la tête des premières investigations.

Dans les jours qui suivent la disparition, une perquisition surprise est organisée dans toute la commune de Guermantes, à 6 heures du matin. Pas moins de 350 maisons sont fouillées du sol au plafond. Impossible pour les habitants d’entrer ou sortir du village : les policiers bloquent tous les accès. « On avait en tête l’affaire Dutroux, où la petite Sabine était restée séquestrée des semaines dans une cave, pas loin de l’endroit où elle avait disparu », se remémore Jean-Marc Bloch. Mais les recherches ne donnent rien. Les enquêteurs n’ont pas l’ombre d’une piste.

En juin, 1 200 familles de Guermantes et de Conches-sur-Gondoire, où se situe l’école d’Estelle, sont entendues par les enquêteurs. Une petite fille affirme alors avoir été importunée par un homme au volant d’une camionnette blanche, trois semaines avant la disparition d’Estelle Mouzin. Son portrait-robot est diffusé sur tout le territoire et les dossiers de tous les délinquants sexuels connus dans la région sont étudiés. Dix sont placés en garde à vue. Mais rien n’en ressort.

 

JPEG - 51.6 ko
Le directeur de la police judiciaire de Versailles, Jean Espitalier (à droite) et le procureur de la République de Meaux, René Pech (à gauche), révèlent le portrait-robot d’un suspect, le 24 juin 2003

 

L’ogre des Ardennes rapidement innocenté

Le nom de Michel Fourniret surgit alors pour la première fois. En juillet, les policiers français se rendent en Belgique pour étudier son dossier. L’homme correspond en partie au portrait-robot – par ses lunettes, sa minceur et, surtout, sa fourgonnette utilitaire blanche. Il vient d’être interpellé après une tentative d’enlèvement d’une adolescente belge de 13 ans, qui est parvenue à s’échapper du fourgon où elle avait été ligotée. Le profil de cet individu, déjà condamné dans les années 1980 pour des affaires de viols en Essonne, intrigue les enquêteurs. Mais un coup de fil émis depuis son domicile en Belgique le jour de la disparition d’Estelle Mouzin l’innocente aux yeux des policiers. On apprendra des années plus tard qu’il a en fait été passé par Monique Olivier.

À l’époque, Éric Mouzin, le père de la fillette, ne veut « pas croire » qu’il puisse être l’auteur de l’enlèvement et assure qu’il n’y a « aucune ressemblance » avec le portrait-robot diffusé, rapporte Libération. Depuis la disparition d’Estelle, cet homme discret et combatif se démène pour médiatiser le visage de son enfant, dont l’avis de recherche se retrouve placardé dans chaque ville et village de France. La solidarité est à la hauteur de l’émotion que suscite l’affaire au sein de la population. La petite fille aux yeux verts « apparaît dans tous les bus de la RATP, les bureaux de poste, les restaurants McDonald’s, les stations-service, les agences bancaires », raconte Le Monde. Son portrait est déployé au départ du semi-marathon de Paris, par l’association Estelle. Créée par des proches de la famille Mouzin en mars 2003, elle est dédiée à tous les enfants enlevés et épaule Éric Mouzin dans sa bataille médiatique.

 

JPEG - 51.9 ko
Un avis de recherche d’Estelle Mouzin placardé à Guermantes (Seine-et-Marne)

 

Des fausses pistes qui se multiplient

L’année 2003 s’écoule et malgré les efforts colossaux de la police, aucun témoin n’est retrouvé. L’enquête piétine. Les fausses pistes se multiplient. En mai 2004, un homme et plusieurs de ses proches sont arrêtés dans l’Oise et en région parisienne, avant d’être mis hors de cause. En 2008, les médias s’affolent : le corps d’une fillette aurait été enseveli pendant le chantier d’un restaurant chinois, à environ 25 km du lieu où Estelle Mouzin s’est volatilisée. Les policiers versaillais n’hésitent pas à casser la dalle de l’établissement pour effectuer leurs recherches. Dix personnes en lien avec les travaux sont placées en garde à vue. Mais les os retrouvés s’avéreront être des restes d’animaux. Un an plus tard, nouveau rebondissement : une photo d’adolescente, repérée sur un site de pornographie estonien, ressemble à la jeune disparue. Le père se dit « troublé » par l’image mais veut rester prudent. La juge d’instruction en charge du dossier envoie les enquêteurs sur place pour interroger les créateurs du site. Là encore, ils font fausse route : la photo a été mise en ligne à une date antérieure à la disparition d’Estelle.

 

JPEG - 57.8 ko
Une photo d’Estelle Mouzin datant de 2003 et sa photo "vieillie" diffusée lors d’un nouvel appel à témoignage le 19 janvier 2010

 

En 2010, pour tenter de faire émerger de nouveaux témoignages, la cellule de policiers versaillais s’appuie sur une technique scientifique américaine utilisée dans les affaires de disparitions d’enfants. Elle fait vieillir la photo d’Estelle Mouzin pour se figurer, sept ans après, à quoi pourrait ressembler son visage à l’âge de 16 ans. Pas moins de huit policiers sont mobilisés sur ce nouvel appel à témoin. Cette technique suppose que la disparue soit vivante, hypothèse pour le moins aléatoire, qui amènera son lot de signalements fantaisistes, fastidieux à vérifier.

 

Nouveaux loupés

En 2006, Michel Fourniret est extradé de Belgique, où il est incarcéré depuis 2003, pour être entendu au palais de justice de Charleville-Mézières. Il doit être jugé pour les meurtres de six jeunes Françaises et d’une jeune Belge, commis entre 1987 et 2001. Malgré l’insistance de Didier Seban et Corinne Herrmann, les avocats d’Éric Mouzin, qui n’ont jamais lâché la piste Fourniret, les enquêteurs français ne cherchent pas à obtenir d’éventuels aveux sur des homicides non résolus. Pas de questions, donc, sur Estelle Mouzin, alors qu’un reportage de la chaîne belge RTL sur la disparition de la fillette a été retrouvé sur son ordinateur en 2006.

Francis Nachbar, à l’époque procureur de Charleville-Mézières, s’est justifié dans Le Monde, assurant que s’il avait voulu joindre ces dossiers à la procédure, « cela aurait retardé le procès d’au moins deux ans, et les familles voulaient un procès le plus vite possible ». Pour Didier Seban, interrogé par franceinfo, le procureur voulait surtout « limiter les risques » avec un « procès facile à mener en s’en tenant aux dossiers dans lesquels Michel Fourniret et Monique Olivier avaient avoué, et en écartant les victimes pour lesquelles les cas étaient plus complexes ».

Pourtant, en 2007, Michel Fourniret écrit lui-même à la justice pour demander à être entendu dans ce dossier ainsi que dans l’affaire Domece et Parrish, deux jeunes femmes tuées au début des années 1990. Le parquet général de la cour d’appel de Reims considère cette demande comme « irrecevable ». L’enquête finit par revenir au tueur en série en 2010. À la demande de la juge d’instruction de Meaux, des milliers de cheveux, poils et fibres de vêtements prélevés par les policiers belges en 2003 dans sa camionnette blanche sont enfin analysés. Les résultats tombent trois ans plus tard : aucune trace de l’ADN d’Estelle Mouzin n’est retrouvée. La page Michel Fourniret se referme à nouveau.

 

Une enquête critiquée

Pendant cinq ans, Éric Mouzin et ses avocats vont batailler pour la rouvrir. Début 2018, ils demandent le dessaisissement de la police judiciaire de Versailles, qui a trop négligé cette piste, selon eux. En vain. Le père de la petite fille attaque l’État pour faute lourde. « Estelle a disparu ? Oui. Estelle est recherchée ? Non », assène-t-il lors d’une conférence de presse. On en est alors au septième juge d’instruction en charge du dossier. « Dans 15 ans d’enquête, il n’y a aucun élément de synthèse. On demande que soit vérifié tel profil, telle piste, tel courrier. On ne sait pas si ça l’a été, nos demandes ne sont pas au dossier », tance Didier Seban dans les colonnes du Parisien.

Les reproches qu’il formule sont les mêmes aujourd’hui. Pour l’avocat, les enquêteurs français ne savent pas travailler sur des meurtres en série. Il déplore ainsi le manque de coordination entre les juridictions.

« Le dossier de Farida Hammiche [tuée en 1988 dans le cadre de l’affaire du gang des postiches] est à Versailles, ceux de Joanna Parrish et Marie-Angèle Domèce ont été dans l’Yonne, puis sont partis à Charleville, puis à Paris, celui d’Estelle Mouzin est à Meaux. Les juges ne se parlent pas entre eux », accuse le pénaliste.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Hypothèses, sur E&R :

 






Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Bah comme ça ça fait une affaire classée hein ! Bravo la police et la justice de nulos française !

    Des enfants il en disparaît ts les jours en rance, bien souvent des très proches sont soit complices soit les auteurs de ces disparitions, les motivations j’en parlerai pas tellement elles me révulsent et me dégoûtent !

    Bien souvent c’est passé sous silence pour "l’honneur" d’un des "grands" noms de la famille pourrie et d’autres fois c’est carrément passé sous silence car ça dérange en haut lieu...

    En tt cas, cherchez pas loin, inutile d’aller en Belgique Ou entre part en Europe, patries des si supérieurs violeurs d’enfants... mdrrr ne cherchez jamais loin très très très souvent le coupable est très très proche...

    Voyre monde à vous est tt moisi et tout pourri pas étonnant que des enfants soient les visctimes de vos "valeurs" de merde satanique !

    Apres des enfants il en meurt à chaque seconde... et la elle est Ou l’émotion des occidentaux gros porcs super nourris et bien souvent personnages glauques et puants ? Hein elle est Ou ? Ah oui c’est pas pareil, faut pas tout mélanger... :)

    Alors à chacun d’avoir lerde, vous la votre c’est vous qui vous y êtes mis volontairement dedans !

    Paix aux âmes des enfants quelqu’ils soient, oû qu’ils soient, paix à leurs âmes et foudre divine sur ces prédateurs lâches et pourries jusqu’à la moelle !

    J’en croise un et le voit à l’œuvre, je prendrais 20 ans de cabane mais au moins lui il ne servira plus jamais ! Ça c’est ma seule certitude !

    On devrait tous agir comme ça et débarrasser la terre de ces merdes immondes dans un premier temps et ensuite s’attaquer à leurs réseaux et aux commanditaires. Ils font ça très très très très souvent pour l’argent !

    Reposez En paix les enfants et que Dieu veille sur vos âmes, amen.

     

    Répondre à ce message

  • La mort des sans dents n’intéresse guère les ploutocrates, au mieux elle les amuse.

     

    Répondre à ce message

  • #2717492

    À mon humble avis, le meurtrier tient à taire le lieu où il aurait
    caché le corps, simplement car il ne veut pas que l’on découvre
    en même temps qu’il l’aurait découpé en morceaux.
    Le meurtrier a son égo à lui et probablement qu’il craint tout
    jugements susceptibles d’alourdir son épais dossier ou d’autres traitements.
    Ça ou ce FDP sacrifiable l’aurait vendue à un autre dont il doit
    taire le nom à tout prix. Est-ce que Michel Fourniret a de la famille, je
    veux dire contre qui un ou des tiers pourraient exercer un chantage au
    silence complet ?
    La belgique compte son lot de manges merde apparemment ...

     

    Répondre à ce message

  • Des milliers d’enfants "disparaissent" chaque année. Et plus encore avec les vagues d’immigrés dont il ne faut pas parler. Vous savez, ceux qui disparaissent en mer ou ds les centres de rétention. Trafic d’esclaves, trafics d’organes. C’est insupportable ! Des prédateurs solitaires vraiment ? Mais on se fout de la gueule de qui ? Il y a 20 ans, 20 ans je souligne, Guigou alors ministre sous la Mite a été destinataire en main "propres" du dossier Dzandorff, dossier qu’elle n’a jamais reçu dit-elle, dossier perdu dans les limbes d’archives mal tenues... Croix de bois, croix de fer, vielle carne tu iras en enfer ! Tu vieillies mal vilaine, ta bouche et ton regard tordus en témoignent. Et l’autre caractériel, faux porteur de riz mais vrai trafiquant de guerres... Son cousin qui ouvre plus large que sa chemise, si vous voyez... Tous les amoureux des guerres, des petites filles et des petits garçons, saupoudrés de cocaïne et autres substances. Vous croyez que je mélange tout ? Autour de l’enquête Dutroux environ 30 morts suicidés ou accidentés. Et voilà que ça recommence avec les va-ccins. Des labos scientifiquement incorrects prennent feu, des chercheurs se défenestrent maladroitement, d’autres se suicident. Je ne sais plus quoi dire tant la "chose" est évidente. La bête est là en effet, micron lui sert de faire-part ! Et l’autre buse de cache-sexe... Ne pas faillir, rester lucides !

     

    Répondre à ce message

  • C’est comme l’affaire du petit Grégory, on fait durer pour tenir l’attention loin des réseaux auquels ils appartiennent, on donne un os à rongé aux gueux, pendant que des milliers de leurs enfants sont offerts en rite sacrifiels chaque année, et de façon exponentielle.
    C’est sur c’est plus facile de dire moi je lui ferais ça ou ça ou ça et si tout le monde était comme moi blablabla plutôt que dédier sa vie à s’attaquer aux réseaux pédophiles. Mais comme les super justiciers du clavier qui n’ont peur de rien savent ce qu’il en coûte à ceux qui s’attaquent vraiment à ce problème qui devrait être cause nationale de tout les français, ils se lâchent sur l’os à ronger qu’on leur ressort une fois de temps en temps. Si ça peut les faire paraître pour des bonhommed auprès de leur femme pourquoi pas remarque.

    La vérité c’est que quand ca tombe sur un parent, qui comme tout les autres pensent qu’il ferai ça ça ça et encore ça et rien à foutre des conséquences, rien ne se passe, ou bien alors on en entend jamais parler. Sauf une fois avec un canadien qui a abbatu le gars à bout portant, et qui est ressorti libre de son procès. Une autre époque.
    La vérité c’est que les enfants naissent pour majoritairement servir d’offrande au système sataniqué aujourd’hui, que ça soit par l’éducation de leurs parents ou par l’éducation nationale, quand ils ont la chance de ne pas être abusés sexuellement, ou bien tellement pire que la majorité préfère fermer les yeux.

     

    Répondre à ce message

  • Fourniret and co travaillent comme rabatteurs pour des réseaux pédo satanistes très bien organisés , structurés et protégés par l’administration policière et judiciaire : nec varietur .

     

    Répondre à ce message

  • Quand on a un type comme lui ou comme Lelandais entre les mains il suffirait pourtant d’allumer un petit feu et de lui placer les pieds au dessus. Cela permettrait d’avoir des aveux détaillés en moins de 3 minutes.

     

    Répondre à ce message

    • Oui mais c’est de la m..., on le sait depuis longtemps, puisque ce genre de technique fait dire n’importe quoi à n’importe qui pourvu que ça s’arrête. Donc en fait ce serait juste pour que quelqu’un vous soulage en se sacrifiant et incarnant pour vous un coupable, et non pas pour trouver la vérité.

       
    • A Avluva. Non du tout on sait que Michel FOURNIRET a tué Estelle MOUZIN. On cherche son corps mais il ne veut pas le dire par sadisme . Le petit feu sous la plante des pieds lui ferait retrouver la mémoire rapidos. Je ne parles pas d’aveux. idem pour Lelandais on savait que c’etait lui. Un petit feu aurait fait gagner du temps c’est certain. pareil pour Salah Abdeslam quine veut pas parler. Un petit feu lui ferait très vite retrouver la parole. Je ne parle pas de faire avouer des gens pour lesquels subsistent un doute juste pour ceux qui se moquent du monde.

       
  • Lui même avait été victime enfant d’une mère incestueuse... Je comprends mieux le nombre de plus en plus grand de mère célibataires adoubées par le système. Si ne serait-ce qu’une sur 1000 est incestueuse, et ce chiffre est certainement bien en deçà de la réalité, ça en fait des psychopathes en puissance à l’âge adulte... Ha pardon, c’est jamais la faute des femmes, ça m’a échappé l’espace d’un instant.
    Oui il faut le torturer, ça permettrait de remonter toute la filière c’est simple comme bonjour . Et surtout la torture, quel bonheur à pratiquer, à en lire certain le système doit se réjouir d’avoir plein de sympathisants de la torture sous la main.
    Perso je cultive pas l’ésprit de vengeance par la torture de qui que ce soit. Je laisse ça aux ennemis de l’humanité.

     

    Répondre à ce message

  • Il y a une photo très troublante de ressemblance avec la petite Estelle dans le fichier Zandvoort. Mon avis est que son corps ne sera jamais retrouvé, probablement dans un bidon d’acide...

     

    Répondre à ce message

  • A savoir que cet homme est atteint de démence donc plus le temps passe et moins il y aura d’aveu. mais depuis le début les avocats qui défendait sa femme étaient persuadés que c’était lui derrière l’affaire Mouzin et bien d’autres encore...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents