Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

États-Unis : 1,3 millions de chômeurs viennent de perdre leurs allocations

Depuis hier, samedi 28 décembre, 1,3 million d’Américains ont perdu leurs allocations chômage. Le Congrès a refusé d’approuver le renouvellement de cette prestation avant de s’ajourner pour les fêtes de fin d’année. Pour beaucoup de familles, cette interruption des indemnisations est une catastrophe.

Sur les quelque 4 millions de chômeurs américains, 1,3 million cesseront de recevoir une indemnisation du gouvernement fédéral d’un peu plus de 1 000 dollars par mois. Les personnes touchées sont celles qui sont sans emploi depuis plus de 73 semaines, la durée maximum pendant laquelle ils ont droit à une allocation chômage.

Catastrophe

L’ancien président Bush avait fait adopter la loi dès le début de la crise en 2007. Mais en dépit de l’insistance de Barack Obama, le Congrès a refusé cette année de la renouveler, les républicains estimant qu’elle coûtait 25 milliards de dollars par an.

Pour nombre de familles, comme celle de Dolores Ceriani, dans l’État de New York, l’arrêt de cette indemnisation est catastrophique : « C’est terrifiant, estime cette dernière. Un désastre. Comment je vais nourrir mes quatre enfants, comment je vais nourrir mon chien, mon mari ? C’est tellement accablant qu’on ne sait pas où commencer. »

Renouvellement incertain

Barack Obama va essayer d’obtenir, dès le retour du Congrès le 6 janvier, qu’il restaure pour au moins trois mois l’allocation, mais le renouvellement pour un an est plus incertain.

Pour les économistes, l’opposition des républicains est un mauvais calcul : privés de leur indemnisation, les sans-emploi ne peuvent contribuer à la croissance de l’économie, ce qui pourrait replonger les États-Unis dans la récession.

Comprendre l’économie des États-Unis, avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le chien passe avant le mari....

     

  • C’est triste pour ces pauvres gens, mais il faudra en passer parlà si on veut un changement radical.
    Je suis moi-même au Rsa.

     

    • Arrête, les bourgeois s’engraissent sur notre dos, le médecins, les pharmaciens par exemple ils prescrivent des ordonnances remplies de médicaments aux personnes âgés qui n’en avalent même pas 10% ils s’en foutent c’est la sécu qui paie en prélevant sur nos salaires de 980€ par mois, eux touchent entre 5000 et 10 000€ par mois, avec tout ce pognon ils ne savent pas quoi en faire, alors ils investissent dans l’immobilier et font monter les prix, du coup moi le pauvre je dois m’endetter sur 30 ans pour acheter un appartement (double enculage) puis le reste du pognon est géré par le banquier qui spécule sur les matières première agricole et font monter le prix de le bouffe, (Triple enculage) je peux continuer comme cela tout la journée a t’écrire a quel point les riches nous entubent, et ce n’est que des médecins et pharmaciens dont je te parle, je peux te parler des banquiers et des grands patrons après ...

      Révolution !! Et vite, ton RSA devrait être a 1200€ par mois et les salaires minimum a 2500€, c’est un salaire maximum qu’il faut instaurer pas plus de 4000€.


  • Chaque peuple a le gouvernement qu’il mérite !

     

    • Disons, comme st just, que le seul ennemi d’un peuple, c’est son gouvernement !!!!


    • C’est pas vrai ce que vous dites la. Vous pensez vraiment que la France merite Francois Hollande ? Je suis pas Francaise mais je suis bien triste lorsque je vois un beau pays comme la France sous le joug de ce gouverenement de gauchist


    • Indiscutable !


    • Ce n’est pas le beau paysage de France qui a mis Hollande en place, mais une ploutocratie qui l’a désigné au peuple en majorité abruti. Droite gauche, gauche droite, vote bleu, vote rose. Marre de Chirac ? Votez Jospin. Marre des deux ? Sont trop vieux ? Votez Sarko. Marre de Sarko ? Votez Hollande...

      On connaît la musique, tant que la masse voudra des changements ridicules car trop attachée à ses petits acquis minables (j’ai mes RTT, wouhou ! On ne me taxera pas mon PEL, ouais !) ça continuera ainsi. Vous voulez un mec de gauche, un vrai ? Allez hop choisissez : Besancenot, Meluchon... que du lourd ! Du franc mac, de l’antifa, du bon looser. De la droite nationale ? Allez Boutin. MLP ? Ouais mais à condition qu’elle vienne saluer les frères du GODF, et qu’elle prenne Collard.

      Les français ont ce qu’ils méritent, car c’est à la hauteur de leur investissement pour leur pays, pour le bien national, pour la haute idée qu’ils se font de leur nation, je parle de manière globale, c’est la moyenne de la classe. Une classe de 70 millions, même s’il y a de bons éléments, dans l’ensemble c’est un pays à moitié âgé qui veut profiter de sa retraite et ses placements, alors la jeunesse rien à foutre. La morale c’est que j’en ai rien à foutre, si ça pète je me barre aux Bahamas ou en Thaïlande, mieux je fais comme si de rien n’était, je ne veux pas accepter de croire que le monde n’est pas comme ce que le journal de FR2 le décrit.

      La France mérite pour le moment Hollande car 25 millions de votants ont glissé un bulletin pour le choisir en 2012. Des français ! Arrêtez aussi de pointer les "arabes-profiteurs-de-la-caf-qui-votent-gauche-que-pour-ça" parce que 25 millions d’arabes en France, je n’y crois pas.


  • ...et dire qu ils nous bourrent le mou et pêtent les couilles..les merdias et autres journalopes subventionées pous faire accroire que leur reprise est là, en nous expliquant que l ECONOMIE YANKEE’S EST REPARTIE ????

    LART DU VOLEUR CHINOIS...ou comment tuer une grenouille en la mettant à la gamelle et en chauffant leau progressivement...
    LE BON PEUPLE DE L ONCLE SAM est anesthésié EN PLUS DE DECEREBRE...il ne remue plus...un peu comme les francais

    eux aussi sont littéralement bouffé par leur dette abyssal auprès une "poignée d usuriers autoproclamés" : la FED (reserve fédéral =grouppement de pilleurs de nation ) qui battent monnaie pour eux ! ! !

    La fed est la principale créancière des usa....faut le savoir , cest la FED qui prête contre intéretsssssssss au etats unis..et les enculent depuis des lustre , depuis que le bean papa de rockfeller, ALDRIDGE a fait voté ce principe débile par le congré américain...libre et autonome (visiblement) ; CA S APPELAIT LE "federal act" ou la mise a mort de usa annoncée ET PROGRAMMEE.

    COMME L EUROPE A SIGN2E LE NOTRE....

    ET MON CUL CEST DONC DU POULET ,,,,, ???? GAULOIS..

    what else ?


  • Attention Messieurs les Oligarques , vous venez de créer 1.3 million de personnes qui n’ont plus rien à perdre et quand les gens ont faim... !!

     

  • Avant la seconde guerre mondiale, la société américaine ignorait presque totalement la notion de "classe moyenne". Au sein du prolétariat américain, il y avait toute une classe de travailleurs hyper-nomades et "flexibilisés" qui vagabondait d’un Etat à un autre, là où l’appelait le travail, hébergée au jour le jour dans des hôtels de fortune ou des foyers de travailleurs... ou dormant dans la rue.

    Jack London s’est fait le peintre et l’avocat lyrique de cette population laborieuse confrontée quotidiennement à l’enjeu concret de la survie.

    J’y repense car je lisais récemment un article du New York Times dont l’auteur regrettait ouvertement cette époque du capitalisme américain, en soulignant le fait que l’idéal familial et typiquement "médiocre" de la classe moyenne - c’est à dire devenir propriétaire de son propre logement grâce à la sécurité d’un emploi stable - avait lentement asphyxié l’esprit d’initiative des Américains et perverti leur goût de la liberté (entendue ici au sens absolument économique du terme) au détriment d’une recherche de sécurité jugée délétère sur le plan économique. L’article évoquait avec nostalgie le quotidien précaire des futurs entrepreneurs et "héros de la nation" nourrissant leurs rêves de réussite individuelle dans les bouges insalubres et les hôtels bas de gamme du New-York des années 20, lieux perçus comme la quintessence de la "fluidité" et de la "mixité sociale" américaine, où se croisaient ouvriers précaires, artistes en devenir, entrepreneurs agiles, prostituées, immigrés, etc... tous motivés par la volonté commune de "réaliser leurs rêves".

    Bref, le darwinisme appliqué à l’économie.

    Tout ça pour dire que la période plus ou moins consensuelle du "rêve américain" (on est toujours dans le registre onirique...) et de la constitution d’une classe moyenne homogène n’a été qu’un idéal social temporaire né dans les décombres de la seconde guerre mondiale et justifié économiquement par le besoin de créer une société axée sur la consommation (à crédit) et l’hédonisme de masse. Ce modèle, pour tout un ensemble de raisons, touche aujourd’hui clairement à sa fin.

    L’Amérique se "normalise" en réalité depuis les années 80. Et la normalité américaine, c’est d’être à la fois la première économie compétitive du monde... et le premier pays du tiers monde (un cinquième de la population vivant sous aide alimentaire).


  • " S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la Quenelle ! "


  • Pour les Zélus pétés de thunes, le Réveillon n’en sera que plus "gouteux" , et puis ça fera baisser les salaires...


  • On a déjà vu la conséquence de l’inconséquence de "l’élite" américaine pendant le shut down de début octobre : il y a aux Etats-Unis 40 millions d’individus (12,5%) survivants sous le seuil de pauvreté plus ou moins extrême grâce aux tickets de rationnement de l’état sous forme d’une carte de crédit créditée chaque semaine d’un minima pour acheter de la nourriture dans les grandes surfaces. Le shut-down a empêché de provisionner les cartes pendant 15 jours, le résultat c’est qu’il y a eu des émeutes de la faim un peu partout sur le territoire.
    Les américains modèle de la bonne gestion et de la moralité pour le monde entier sont baisés : si leur système de financement par la dette s’effondre, avec la proportion de gens armés et dangereux là-bas, ils sombreront dans l’anarchie la plus violente qui s’est vu sur terre depuis longtemps.
    Mais bon... l’ordre nouveau né du chaos comme ils disent si souvent !

     

    • tout est deja prevu et pret pour affronter et reduire tout risque d’emeutes et revoltes populaires. Des "camps de relocation" ont ete construits tout autour du pays par Homeland Security et sont prets a l’usage. Des copies conformes de camps de concentration. L’explication officielle est que ces camps seront utilises "pour proteger les populations americaines en cas d’epidemie" (sic !). De meme, il y a actuellement une penurie de munitions causee par les autorites US par leur achat massif de munitions (1,6 milliard de munitions est prevu au cours des 4 prochaines annees) : il semble donc que le gouvernement US se prepare pour une guerre civile et donc cherche a prevenir les citoyens americains de se constituer des stocks de munitions. Le message officiel ici encore est cousu de fils blancs : il s’agit de faire des economies (sic !) pour le contribuable en achetant en grande quantites des munitions pour l’entrainement des forces de l’ordre. Le probleme est que le niveau des achats couvre les besoins des dites forces de l’ordre pour 107 annees d’entrainement ! D’autre part, etonnamment, une grande partie des dites munitions sont des munitions a tetes creuses (hollowpoint)qui sont des munitions de defense prevues pour se deformer et causer de severes blessures a l’impact et donc jamais utilisees a l’entrainement. J’en ai une boite a la maison que j’espere je n’aurai jamais a utiliser, et utilise uniquement des full metal jacket pour l’entrainement. Le gouvernement des USA qui travaille exclusivement pour l’interet des elites US se prepare donc a reprimer ferocement toute rebellion de ses propres concitoyens. Et lorsque l’on constate l’absence totale de conscience chez les elites americaines au regard des horreurs infligees au quatre coins du monde par l’Empire depuis sa creation, on comprend mieux que les dites elites n’ont absolument aucun etats d’ame a ecraser dans le sang toute revolte populaire si elle devait se produire.


  • Et les économistes "mainstream" persistent et signent, nous parlant quotidiennement de la reprise aux USA ....de la baisse du chomage et de cette merveille de gaz de schiste grace à laquelle on rase gratis !


  • "I want to work" peut-on lire sur leurs pancartes.

    Triste constat que celui d’un peuple entier réduit en une horde d’esclaves volontaires.

    A lire et à relire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Discou...


  • Le capitalisme vit ses dernières heures ... L’oligarchie mondiale le sait ; seuls les esclaves que nous sommes en doutons encore !

     

  • Pas le temps, ni les budgets. On a tellement de pays à bombarder...


  • Quant on connais le budget américain pour l’armement par an (636,5 milliards de dollars en 2009) et que ici 1.3M d’américain coûtent 15 Milliards environs par an pour 1000$ par personnes et par mois, ont voit bien encore une fois ou sont les priorités !!


  • dans un pays urbain moderne et impitoyable comme les usa supprimer dette allocation à 1,300 milions de foyer est un crime, un véritable génocide !


  • #650007
    le 30/12/2013 par la vie en rose en Flambyland
    États-Unis : 1,3 millions de chômeurs viennent de perdre leurs (...)

    L’amérique décrite par John Steinbeck est de retour.

     

    • Elle n’est pas de retour... elle a toujours ete et sera toujours...Simplement la societe de consommation et les medias ont joue leur role de divertissement et de division du citoyen US. Il y avait plus de solidarite et de conscience de classes a l’epoque de J. Steinbeck chez les travailleurs americains. Aujourd’hui, on a une generation de travailleurs incultes, apolitiques, individualistes, materialistes, consommateurs, et jouisseurs qui adorent la societe de consommation qui les exploitent avant de les jeter comme leurs aines lorsqu’ils auront atteint la cinquantaine, voire la quarantaine...


  • Afficher les commentaires suivants