Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

États-Unis : des femmes blanches paient 2500 dollars pour ne plus être racistes

Aux États-Unis, la mode est au combat contre le racisme, sous toutes ses formes. Cela inclut notamment la nécessité de faire comprendre aux femmes blanches, qui se qualifient de progressistes et qui se revendiquent démocrates, à quel point elles aussi ont en réalité un problème avec les gens de couleur, sans toutefois s’en rendre compte. Pour leur faire prendre conscience de ce racisme latent, des dîners d’un nouveau genre sont organisés, rapporte The Guardian.

 

 

Le concept de Race for Dinner : une femme blanche se porte volontaire pour organiser un repas auquel sept autres femmes de couleur blanche sont invitées dans le but de discuter des problèmes raciaux aux États-Unis, et ce, sous la direction des deux fondatrices du projet, Regina Jackson, une Afro-Américaine, et Saira Rao, qui s’identifie comme une Indo-Américaine.

Le repas coûte 2 500 dollars et les femmes s’y retrouvant ne se connaissent pas, la plupart du temps. Plutôt à gauche de l’échiquier politique américain et bien éduquées, elles sont pleines de bonnes intentions et font en général partie d’une catégorie de population dite « ouverte » sur les questions raciales, et participent à Race for Dinner pour mieux accepter leur racisme soi-disant inconscient.

« Si nous organisions ce genre d’événement dans une salle de conférences, ces femmes quitteraient la pièce » dès le début de la conversation, estime la cofondatrice Saira Rao auprès du quotidien britannique. « Mais on a toujours appris à ces femmes blanches et aisées que l’on ne quitte jamais un dîner en plein repas. »

Selon les deux organisatrices de Race for Dinner, ces femmes progressistes sont les plus à même de reconnaître un certain racisme sous-jacent dans leur comportement, mais aussi les plus à même de faire évoluer leur comportement. En clair, ces dîners ne sont pas pour les 53 % de femmes blanches qui ont voté pour Donald Trump lors de l’élection présidentielle de 2016, souligne le Guardian, et encore moins pour les hommes blancs.

[...]

Le but est d’avoir des discussions franches sur la question raciale, et de reconnaître lorsque son comportement n’a pas été exemplaire. Ainsi, une des participantes dit regretter de ne pas avoir ouvert la bouche lorsque quelqu’un l’a félicitée, de façon condescendante, d’avoir adopté deux enfants noirs.

Lire l’article entier sur lepoint.fr

  Devine qui vient dîner ? Sidney Poitier !

Racisme made in USA, sur E&R :

 






Alerter

77 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents